Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les parents passent deux fois plus de temps avec leurs enfants qu’il y a 50 ans. Sauf en France...

Une étude, menée dans une dizaine de pays montre que les parents passent plus de temps avec leurs enfants qu'il y a un demi-siècle. En France, cette durée a baissé.

Famille

Publié le
Les parents passent deux fois plus de temps avec leurs enfants qu’il y a 50 ans. Sauf en France...

Atlantico : Une étude, menée dans une dizaine de pays et publiée dans le "Journal of Marriage and Family" montre que les parents passent plus de temps avec leurs enfants qu'il y a 50 ans. Toutefois, un pays ne semble pas suivre la tendance : il s'agit bien de la France où l'on voit que le temps que les mères passent avec leurs enfants a tendance à baisser depuis 50 ans, avec une légère augmentation du côté des pères. Selon vous, y a-t-il une vraie exception française ?

Monique de Kermadec : Je regrette que l'étude ne montre pas le type de questions qu'ils ont posé. Lorsque l'on parle de temps passé avec les enfants on parle de temps consacré aux soins corporels, à l'aide dans les devoirs mais on ne parle pas de temps de partage, de temps d'échange avec l'enfant, on parle surtout de temps de garde. Cela doit biaiser les résultats. Il y a donc un bémol à mettre. Est-ce que l'enjeu c'est la présence physique du parent dans le domicile familial ou est-ce qu'il s'agit d'une présence auprès de l'enfant dans un temps de partage ?

Dans le passé les mères restant à la maison étaient présentes physiquement mais pas forcément disponibles pour leurs enfants car occupées par de nombreuses tâches.  

On peut en partie expliquer ce résultat par la qualité des services disponibles en France dans la garde d'enfants, ce qui est peut-être moins le cas dans d'autres pays. Néanmoins, là encore il y a un biais car tout dépend de la zone géographique dans laquelle la famille évolue. Il est plus difficile de trouver des endroits de garde d'enfant en campagne que dans une grande ville. Il me semble aussi que le relai que peuvent prendre les grands parents est important à mentionner et permet aux parents de rentrer plus tard.

Concernant le niveau d'éducation des parents et la différence que cela fait dans l'attention apportée aux enfants là encore il s'agit d'être prudent car une personne ayant un travail à responsabilité qui l'oblige à rentrer tard le soir aura aussi plus de difficultés. A l'inverse une personne aux revenus modestes compensera souvent en travaillant plus pour gagner plus d'argent. Cette étude et cette exception française me semble donc à relativiser.

Est-ce qu'au final l'important n'est pas simplement de passer du temps de qualité avec ses enfants plutôt que de chercher à en passer un maximum sans qu'il soit forcément de qualité ?

Tout à fait. Il faut du temps de qualité où l'on est disponible pour les enfants; Où l'on n'est pas sur son téléphone ou devant son ordinateur. Il faut mettre tout de côté pendant un temps. Soit un quart d'heure, une demie heure ou une heure… Passer au moins un quart d'heure avec l'enfant lui permet de confier ses problèmes et ses angoisses et permet au parent d'apporter le soutien affectif dont l'enfant a besoin.

Etre présent sans l'être n'est pas un temps qui va permettre à l'enfant de ne pas se sentir seul, c'est ce qu'il faut retenir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par emcé - 18/12/2017 - 07:49 - Signaler un abus Bref!

    Rien de neuf , bla-bla-bla

  • Par Deudeuche - 18/12/2017 - 08:51 - Signaler un abus Que de la daube

    Les Français sont les champions de l’abandon émotionnel de leurs enfants, c’est tout et le discours de daube « la qualité plus que la quantité «  est un cache misère de la réalité; entre divorces à la pelle ou relations éphémères conjuguées à une situation matérielle précaire, beaucoup de parents et surtout les femmes n’ont le temps de rien et vivent une vie de merde qui se ressent sur la vie affective. L’articlé avec ses « il faut » d’enseignants bien pensants «  donne vraiment de l’urticaire !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Monique de Kermadec

Monique de Kermadec, psychologue clinicienne, est spécialiste des surdoués.  Elle a publié  "L'enfant précoce aujourd'hui, le préparer au monde de demain", aux éditions Albin Michel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€