Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Du parcours du combattant du locataire aux angoisses du propriétaire : le marché locatif français au bord de la crise de nerfs

Selon un sondage réalisé par Opinionway pour Youse "Location : pourquoi est-ce si difficile de convaincre un propriétaire ? ", les questions relatives aux exigences de solvabilité pour une location seraient les principaux écueils rencontrés par les locataires.

Logement

Publié le
Du parcours du combattant du locataire aux angoisses du propriétaire : le marché locatif français au bord de la crise de nerfs

 Crédit BERTRAND GUAY / AFP

Atlantico : Cependant, celles-ci ne sont pas perçues de la même manière par les propriétaires et les locataires. Quelle sont leurs principales divergences d'appréciation sur ces points ? 

Olivier Bazin : La principale divergence d'appréciation entre locataire et propriétaire sur la solvabilité, c'est la manière de l'évaluer.

Bien sûr les locataires doivent prendre en compte la crainte majeure des propriétaires de perdre de l'argent, mais ils  trouvent injustes que les propriétaires continuent d'appliquer des critères de sélections qui sont dépassés à leur yeux et qui ne correspondent plus à l'évolution de la société. 

L'étude montre que trois propriétaires sur quatre continue de ne louer qu'à des personnes en CDI. Cela complique énormément la vie des locataires quand on sait par exemple que, plus de 80% des embauches se font en CDD et que le nombre de freelance a doublé dans les dix dernières années. 

De même, on constate que 84% des propriétaires imposent aux locataires un revenu équivalent à trois fois le montant du loyer. L'enquête menée par OpinionWay pour Youse montre que c'est bloquant pour 60% des locataires. 

Ce qui nous a frappé chez Youse, c'est de constater que les propriétaires ont conscience pour 71% d'entre eux de cette difficulté mais qu'ils n'ont pas vraiment de solutions alternatives. Seuls 25% de propriétaires se déclarent être d'accord pour adapter leurs exigences de solvabilité comparés alors que 53% des locataires le réclament. 

C'est pour les réconcilier que Youse propose une approche de la solvabilité plus rationnelle et donc plus juste. Nous avons mis au point un algorithme d'analyse comportementale des données bancaire qui permet d'évaluer si le locataire est un bon payeur ou pas. Nous avons la conviction que le statut professionnel (CDI, Profession Libérale, Freelance, CDD...) n'est plus un critère pertinent pour déterminer la solvabiltié des locataires. De même, nous prenons en compte le revenu du locataire avec une approche plus souple. Avec Youse, votre épargne et vos revenus variables sont pris en compte. Vous pouvez ainsi obtenir un garant pour des loyers qui sont seulement 2,5 fois supérieur au montant du loyer ; ce qui redonne de la marge de manoeuvre aux locataires face à l'augmentation des loyers. 

Les exigences des propriétaires sont-elles trop élevées ou sont-elles en adéquation avec le niveau de risque pris, notamment en termes de loyers impayés ?

Les exigences des propriétaires ne sont pas trop élevées. Les inquiétudes des propriétaires sont légitimes alors qu'un propriétaire sur quatre a été confronté à une situation d'impayé ou de retard de paiement. Le vrai problème, c'est la manière de répondre à ces inquiétudes. Elle n'est plus adaptée aux locataires d'aujourd'hui. Rien ne démontre qu'un CDI paye mieux ses loyers qu'un entrepreneur. La variabilité des revenus n'est pas un signe de précarité. Lorsque nous avons imaginé notre offre YOUSE de garantie locative, nous avons été surpris de constater que les agents immobiliers eux même ont des difficultés à louer un appartement du fait de la nature de leur rémunération. Notre ambition chez Youse, c'est de donner les moyens au locataire de répondre à ces exigences avec le meilleur garant pour convaincre un propriétaire. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 10/10/2018 - 12:14 - Signaler un abus Impayés

    Il y a certes le problème des impayés et leur recouvrement mais surtout le problème des expulsions qui traînent et augmentent la perte financière. Tant que ce problème ne sera pas réglé par la loi les loueurs prendront toutes les précautions possibles et c'est parfaitement compréhensible.

  • Par crobard007 - 10/10/2018 - 14:35 - Signaler un abus Le non paiemnt des loyers...

    N'est en aucun cas un problème de solvabilité, c'est un problème de responsabilisation, de mentalité et d'éducation. Je suis au cœur du problème, et l'on constate que bien souvent que l'achat du dernier smartphone, de la dernière console, de sa dose d'hallucinogènes, peu ... passent avant le règlement du loyer. Et puis à quoi bon travailler puisque c'est très confortable ainsi, l'expulsion prend très longtemps, est très couteuse pour le propriétaire confortant ainsi une population indigente de menteurs et de profiteurs sans honneur.

  • Par vangog - 10/10/2018 - 15:32 - Signaler un abus Dufflot a brisé la location immobilière!

    Ces problèmes n’existaient pas avant les lois socialaud-ecologistes...

  • Par Citoyen-libre - 10/10/2018 - 16:31 - Signaler un abus L'Article 38 de la loi du 5 mars 2007

    Cette loi assez méconnue permet à n'importe qui de s'introduire chez vous, pendant vos vacances par exemple, et passé le délai de 48 H sans intervention de la police, il vous faut entamer une procédure qui va durer des mois et des années, pour expulser les intrus....de chez vous. C'est une loi extrêmement grave, que personne ne semble vouloir remettre en question. Merci Duflot

  • Par DANIEL74000 - 11/10/2018 - 08:59 - Signaler un abus illusion

    Il est possible de se protéger des impayés mais pas des lourdes lois et arrêtés pénalisant le petit propriétaire au profit de l'Etat, des collectivités et des agences immobilières. Du bâtiment, j'ai économisé pour le loger et acheter un appartement locatif pour compléter ma retraite ce qui fait de moi un privilégié par rapport à feux qui profitent de l'Etat providence. Pour qui ai-je travaillé et cotisé. J'étais la fourmi punie au milieu des cigales protégées par les voleurs légaux

  • Par assougoudrel - 11/10/2018 - 10:33 - Signaler un abus Pendant des années j'ai loué

    une maison par l'intermédiaire d'un notaire. Il filtrait et choisissait des fonctionnaires et des gens qui pouvaient payer (employés d'EDF etc...). Je lui laissais 6% du prix du loyer et j'ai été tranquille. C'est même lui qui réglait mon prêt à la banque. Quand un notaire qui est un officier ministériel envoie un courrier au locataire, cela a plus de poids que pour une agence ou pour un particulier.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Bazin

Olivier Bazin est directeur général adjoint de la startup Youse. https://www.youse.fr/

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€