Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Il paraît qu'avec "fainéants, cyniques, extrêmes" Macron a fait preuve de "courage" !

C'est une appréciation qui émane d'une bouche parfaitement autorisée. Celle du porte-parole du gouvernement.

Emmanuel le bien aimé…

Publié le
Il paraît qu'avec "fainéants, cyniques, extrêmes" Macron a fait preuve de "courage" !

Emmanuel Macron a bien fait de prendre Bruno Roger-Petit comme porte-parole. C'est un journaliste compétent et non dépourvu de talent. Bruno Roger-Petit a eu tort d'accepter ce job, mais ça c'est son affaire. Comme il est loin d'être idiot, il s'est sagement abstenu de commenter ou de justifier les curieux propos présidentiels.

Ce qui a fait l'affaire de quelqu'un qui piaffait d'impatience dans son coin : Christophe Castaner. Ce dernier est porte-parole du gouvernement. Et être porte-parole d'Edouard Philippe ce n'est manifestement pas à la hauteur de son talent et de ses ambitions… Il a donc bondi pour s'engouffrer dans le vide laissé par Bruno Roger-Petit.

Chez Castaner, tout est grandiloquence. Chacun de ses mots est un superlatif. Commentant la phrase sur "les fainéants, les cyniques, les extrêmes" il a, dans un élan amoureux et mystique, considéré que le président de la République avait fait preuve de "courage". "Il ira jusqu'au bout" a-t-il dit alors que, selon lui, Chirac, Sarkozy et Hollande se sont arrêtés à mi-chemin.

Chirac s'est bâti une notoriété avec son "ça m'en touche une sans faire bouger l'autre" et avec son "couille molle" (Balladur). Sarkozy s'est médiocrement contenté d'un "pauvre con". Quant à Hollande il s'est fait remarquer avec ses "sans dents". Macron a fait mieux. Et comme il est courageux, il peut encore s'améliorer.

Sur que Castaner va l'aider dans cette chevauchée héroïque (et moi aussi un peu). Les "fainéants" c'est pas mal mais insuffisant. Nous attendons maintenant de Macron qu'il nous parle des tire-au-flanc. Des bons à rien. Des traine-savates. Des pue-la-sueur. Des gougnafiers.

Il ne peut pas se contenter non plus de nous avoir parlé des "illettrés". Les analphabètes non plus ne doivent pas être oubliés ! Les "rien" c'était certes méritoire. Les "moins-que-rien" ce sera super.

Restent encore pour enrichir son répertoire les cuistres. Les handicapés du bulbe. La canaille. La racaille (ah ça non, ça ne se dit pas !). Les cons seraient également utiles : mais Macron ne va quand même pas stigmatiser ceux qui ont voté pour lui. Dans un souci de paix civile, nous nous abstiendrons de tout commentaire sur le porte-parole du gouvernement. Rappelons toutefois qu'au Moyen-Age, nos Rois avaient des bouffons à leur cour. Macron, lui, il a Castaner. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par G.L. - 11/09/2017 - 08:20 - Signaler un abus Le courage de dire leurs quatre vérités...

    Président ou pas... Il y a des fainéants, des cyniques et des extrêmes en France, parmi les politiques, les personnes d'influences... Il y a les fainéants qui réclament à ce que d'autres travaillent et créent des richesses pour mieux les ponctionner... Je dirais de même des cyniques qui ne voient dans l'Etat, la RF, uniquement leurs intérêts et aucunement ceux des autres... Et les Extrêmes, de Gauche comme de Droite... qui veulent imposer leur idéologie de "Loup déguisé en Agneau". Je ne vais pas reprocher à Macron de s'épargner la langue de bois... Et oui ça demande de courage de dire ses vérités à ces gens là car on est certain de sentir le retour de bâton... Arrêtons avec les langages fleuris mais mensongers !

  • Par assougoudrel - 11/09/2017 - 09:27 - Signaler un abus Oui, mais je préfère qu'on le

    dise aux concernés et que l'on montre du doigt ceux qui ignorent que c'est leur cas à la maison (en France) et non à l'étranger, car le linge sale se lave en famille. macron fait, à chaque fois, ses reproches hors du territoire français. J'espère qu'il dira aux habitants de Saint-Martin, les yeux dans les yeux, qu'ils se prennent en main et n'attendent plus le passage d'un cyclone pour commencer à chercher de l'eau pour le biberon de bébé. C'est plus courageux de le dire en face.

  • Par ISABLEUE - 11/09/2017 - 09:34 - Signaler un abus un président ca doit fermer sa gueule

    pov con.

  • Par cloette - 11/09/2017 - 10:02 - Signaler un abus je suis rassurée

    malgré quelques toutous et moutons bêlants, les Français ne laisseront jamais s'installer une république bananière, l'aspirant potentat aura beau s'entourer de portes- parole doués, il n'a aucun avenir .

  • Par 2bout - 11/09/2017 - 10:41 - Signaler un abus Avec un peu plus de cynisme ...

    Si l'on plonge subitement une grenouille dans de l'eau chaude, elle s'échappe d'un bond alors que si on la plonge dans l'eau froide et qu'on porte très progressivement l'eau à ébullition, la grenouille s'engourdit ou s'habitue à la température pour finir ébouillantée.

  • Par jurgio - 11/09/2017 - 11:06 - Signaler un abus La politque serait-elle le miroir de l'âme ?

    Notre muscadin élyséen qui ne connaît que le microbiote politique a bien observé son vivarium. Et il lui a été facile de le transposer à l'autre population, celle qu'on berce et qu'on berne.

  • Par A M A - 11/09/2017 - 13:05 - Signaler un abus Japper de l'étranger à l

    Japper de l'étranger à l'encontre de la France de sa culture, de son histoire, de ses habitants n'est pas très malin. Comme ces aboiements viennent d'un cabot primé dans un concours, on peut les admettre tristement..

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/09/2017 - 14:14 - Signaler un abus Tout bien pesé, Il n'a pas

    Tout bien pesé, Il n'a pas tort, la majorité des Français, dont je suis, sont .........fénéants, cyniques, .....et on pourrait ajouter lâches et jaloux ! ! Enfin un homme providentiel réaliste.

  • Par gerint - 11/09/2017 - 14:41 - Signaler un abus @ G.L.

    Macron n'a pas à dire cela à Athènes et en outre je pense que les objets de son ressentiment ne sont pas les véritables fainéants, cyniques, extrêmes, etc... mais simplement des Français normaux qui n'ont pas la même vision que lui et qu'il prend pour des attardés mentaux. En ce qui concerne les cyniques, il en a pris la tête et ils sont de son côté

  • Par padam - 11/09/2017 - 15:42 - Signaler un abus @monsieur Rayski

    Non, pas du courage, vertu ignorée du monde politique, y compris macronesque, mais simplement de la lucidité. Ce qui est déjà mieux que la rhétorique démagogique habituelle...

  • Par winnie - 11/09/2017 - 17:14 - Signaler un abus Va t il oser,

    parler comme ca en allant dans les " quartiers " ? Et bien non, car, aux Francais, aux vrais,les gaulois, on peut tout leur dire ils sont eduques et s ils se rebiffent on les mettera en prison et ils payerons une amende! Ca ne s appelle pas du courage ca, mais de la lachete!

  • Par Liberte5 - 11/09/2017 - 20:00 - Signaler un abus Peut-il sortir du politiquement correct?

    C'est risqué, car il n'est jamais bon d'être le 1er à dire la vérité.

  • Par vangog - 11/09/2017 - 21:29 - Signaler un abus La prochaine fois qu'il s'échappe à l'étranger...

    Le Macron et sa maman d'adoption, on ferme la porte...ainsi, il aura enfin une raison valable d'insulter les Français "courageusement"...

  • Par ELIED - 12/09/2017 - 10:19 - Signaler un abus @GL

    Tout à fait d'accord avec vous, et les fainéants, cyniques ou extrêmes se sont sans doute bien reconnus car beaucoup vivent au dépend du peuple qui bosse vraiment, lui, et qui n'a rien à voir avec ces qualificatifs. Et ceux qui se sont reconnus vont, encore une fois, semer le trouble pour garder leur position personnelle.

  • Par Carl Van Eduine - 12/09/2017 - 11:56 - Signaler un abus Journaliste ?

    J'appelle un chat un chat et Rolet un fripon disait un Nicolas, lettré il est vrai. Faut-il avoir peur du président parce qu'il a le mot juste même s'il est dur ? Ou faut-il continuer cette pantalonnade politico-médiatique où les réseaux, la presse, l'opinion publique même s'enflamment sur les mots, font leurs choux gras des détournements de propos, des procès d'intention, exigeant simultanément la transparence où tout doit être dit et le politiquement correct ou rien de vrai ne doit être dit ? Vive donc le littéralement voire le littérairement correct, pourvu qu'il soit au moins sincère, et si possible juste. Le président Macron est là-dedans, et cela me va bien, car je suis tout aussi las des communicants qui ne soignent plus que l'image sans régler le fond, que des politiques qui ne font que de la politique politicienne, sans oublier les mélenchonnistes, les islamo-facistes, et plus généralement, tous ceux qui plutôt que de raisonner dans le pays des Lumières se contentent de résonner comme des tambours guerriers de la bêtise et de la méchanceté . Rappelons nous le fondateur de la V-ème, qui a bien transformé la France, même si pour lui les Français étaient des veaux !

  • Par jc0206 - 12/09/2017 - 22:29 - Signaler un abus Il parle des fainéants

    Mais il se garde bien d'y toucher ! Plutôt que de les bousculer un peu, il préfère comme son mentor Hollande (qu'il a si bien conseillé), imposer ceux qui bossent ou qui ont bossé pour continuer à les entretenir. Il suffit de regarder qui est concerné par les nouvelles lois sur le travail. Le petit coq se garde bien de s'attaquer à la fonction publique et aux régimes spéciaux, voire très spéciaux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€