Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pannes en pagaille à la SNCF : mais qu’est ce que la France et les Français auraient à perdre ou à gagner si elle venait à être privatisée ?

Suites aux déboires des voyageurs clients de la SNCF, la tension monte sur la question du rail et des trains français, certains proposant une solution de privatisation afin d'améliorer la situation.

SNCF

Publié le
Pannes en pagaille à la SNCF : mais qu’est ce que la France et les Français auraient à perdre ou à gagner si elle venait à être privatisée ?

Atlantico : Quels seraient les avantages à tirer d'une privatisation pour la SNCF, et ses usagers ? 

Jean-Yves Archer : Avant de répondre à votre question qui est fondamentale, je souhaite émettre trois remarques liminaires.

La complexité du monde moderne n'explique pas tout

Tout d'abord, nous rentrons dans un univers où la complexité est de plus en plus marquée avec pour corollaire la difficulté à identifier les dysfonctionnements.

Souvenons-nous récemment de la gigantesque panne informatique qui avait affecté l'aéroport de London-Heathrow ou des bugs qui concernent parfois les systèmes bancaires.

L'ergonomie complexe du progrès technique explique que l'on ne puisse pas apporter de solutions immédiates d'où la pagaille insensée qu'ont dû subir des milliers de voyageurs à Montparnasse puis à Austerlitz où les palliatifs ont été insuffisants et aléatoires.

Un Président laminé par l'opérationnel ?

Deuxième remarque, on ne peut qu'être troublé par l'omniprésence du président de la SNCF lorsqu'il s'agit d'inaugurer deux lignes LGV ( Paris – Rennes et Paris – Bordeaux ) et par le coût des frais de bouche ( plusieurs millions d'euros de communication ) par opposition à son silence vertigineux au milieu de la crise du week-end dernier.

Doit-on comprendre que Guillaume Pépy, dont il est avéré qu'il avait des prétentions pour d'autres postes du temps du mandat de François Hollande, est un homme aussi compétent que démotivé ? Voire aussi frappé par le principe de Peter que lassé des charmes de sa fonction.

On n'imagine pas Serge Weinberg ( Sanofi ), Carlos Tavares ( PSA ), Patrick Pouyanné ( Total ) et autres restés muets comme des carpes face à de tels vents contraires. L'exemple doit venir d'en-haut par temps de scoumoune. Il a fallu attendre ce mardi pour avoir une interview assez flasque du président de la SNCF dans Ouest-France. Ce n'est pas correct pour les clients qui ont évidemment un préjudice supérieur au coût du seul billet de train. Ce n'est pas convenable pour la Nation qui attendait, a minima, un message de réconfort et d'attente ASAP  ( as soon as possible ).

Louis Armand (  http://www.annales.org/archives/x/louisarmand.html           ) n'aurait pas agi ainsi. André Chadeau  (http://www.europe1.fr/societe/deces-de-lancien-president-de-la-sncf-andre-chadeau-2949758    ), Louis Gallois, Loïk Le Flock-Prigent non plus.

Il faut dire ici que le préfet Chadeau avait su présenter sa démission suite à l'accident de la gare de Lyon contrairement à l'inertie qui a suivi l'accident récent de Brétigny-sur-Orge.

La grand-mère bretonne ?  On s'en moque ?

Troisième remarque, le système de communication de crise de la SNCF ( qui est pourtant bien pourvu financièrement…) a une fois de plus montré son inefficacité. Est-il normal que des grands-mères bretonnes par définition dotées d'un certain âge se soient vues orientées vers Austerlitz pour finalement revenir – tel un paquet-poste – vers Montparnasse ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier62 - 02/08/2017 - 10:21 - Signaler un abus Problème de culture d'entreprise ?

    En tant qu'usager quotidien de la SNCF (grande banlieue parisienne), je subis comme tout le monde ses conditions de fonctionnement déplorables : retard très fréquents, annulation de trains inopinées (parfois par absence du conducteur !), absence d'information ou de mensonges ridicules, trains bondés où les gens voyagent debout depuis des années, très inconfortables (pas de climatisation) et d'une propreté douteuse, etc. Il y a aussi de gros problèmes de maintenance : à titre d'anecdote, dans l'une des rames de la ligne R, et que je retrouve régulièrement, une fenêtre reste bloquée et ouverte depuis au moins 5 ans ! Cela dit je ne crois pas qu'un privatisation réglerait le problème, car les investissements et la dette sont trop importants. Je pense que le principal problème de la SNCF vient de sa culture d'entreprise, héritée du passé. Il est clair que le PDG actuel n'a pas su insuffler un renouvellement et un changement de direction devient urgent à mon avis.

  • Par tananarive - 02/08/2017 - 11:14 - Signaler un abus En premier.

    Il faut réduire le pouvoir de nuisance des syndicats de la SNCF qui bloqueront toute tentative de réforme. Il n’est pas normal que la direction ne fasse rien par peur d’une grève, un employé qui commet une faute grave doit pouvoir être sanctionné, Un mauvais employé doit pouvoir être licencié, les retards ou absence doivent pénaliser le salaire. Quand la minorité du personnel qui se comporte mal aura compris que le contribuable ne peut plus boucher les trous alors on pourra remettre la SNCF sur les rails. Souvenez-vous de ce que disaient nos syndicalistes quand les chemins de fer Anglais ont été privatisés, une fois la période de mise en route passé on ne voit pas les grandes catastrophes annoncées, par contre on a vu les accidents de la SNCF parce que les personnes chargées de vérifier les voies ne faisaient pas leur travail.

  • Par Anouman - 02/08/2017 - 11:33 - Signaler un abus SNCF

    Tout le monde veut des trains, mais pas grand monde est prêt à payer le prix que ça coûte. Dans ces conditions ça ne peut être équilibré ou rentable (car si on privatise il faut bien rémunérer l'actionnaire). Comme partout, on peut rationaliser les dépenses, mais il y a toujours une limite à partir de laquelle c'est contre-productif sur le moyen terme.

  • Par kelenborn - 02/08/2017 - 12:52 - Signaler un abus Très bien vu

    Oui!! ce qui est exaspérant avec la SNCF ( je peux me permettre aujourd'hui de ne jamais prendre le train) c'est cette culture répugnante faite d'un mélange de mensonges et d'autosatisfaction, cet autre mélange culotté consistant à prétendre aux bénéfices d'une entreprise protégée en même temps que l'on appelle clients les pauvres bougres contraints de recourir à ses services. N'oublions pas que privatiser un monopole de fait c'est pas évident comme résultat! EDF , spécialiste des grêves à répétition et refuge d'une CGT digne du guépéou fut calmée par le développement du nucléaire: on n'arrête pas une centrale nucléaire! On ne voit pas très bien la révolution technique qui permettrait de normaliser le monstre: virer Pepy pour le remplacer par...un préfet!!! en voila une idée qu'elle est bonne! Puisque nous avons Macroléon peut être pourrait il nommer le général Grouchy, vous savez, celui qui est toujours en retard!

  • Par jurgio - 02/08/2017 - 13:50 - Signaler un abus En effet, on ne peut privatiser la SNCF

    Bien sûr qu'on aura beaucoup de sociétés privées pour reprendre la vente des billets. Mais personne pour combler les trous de Réseau ferré de France qui nous resteront. « De France » rime avec « Déficit »

  • Par Poussard Gérard - 02/08/2017 - 13:56 - Signaler un abus Comment se fait il que Pepy soit encore aux commandes

    De la Sncf? Entre laffaire de Bretigny, les voitures commandées plus larges que les quais, les commandes aslsthom, le crash test Tgv en alsace et cette panne scandaleuse, il serait temps de changer de patron....

  • Par kelenborn - 02/08/2017 - 15:51 - Signaler un abus Poussard Gérard

    Mais...avec la SNCF...c'est possible!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 02/08/2017 - 16:09 - Signaler un abus Ils auraient tout à gagner,

    Ils auraient tout à gagner, comme pour Air France .....plus de grève, les feignasses virées.... Que du bonheur. Malheureusement, je peux choisir une autre compagnie qu'air France quitte à payer plus cher (ce que je fais systématiquement)...... Mais pour la SNCF je ne peux pas.... Alors je prends ma voiture.

  • Par Liberte5 - 02/08/2017 - 22:04 - Signaler un abus La SNCF ne peut et ne doit pas ^tre privatisée.

    En revanche, il faut dare-dare la mettre en concurrence. L'Etat pour les grandes lignes et les régions pour les TER. Nous aurons alors une SNCF qui aura le plus grand mal à résister et finira par disparaître.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 02/08/2017 - 22:17 - Signaler un abus Mais non...

    On les laisse mourir et ensuite on laisse des sociétés privées s'occuper de ça... Compte tenu de tous leurs avantages acquis, les cheminots n'accepterontt jamais la moindre réforme...

  • Par vangog - 02/08/2017 - 22:36 - Signaler un abus Il faut rénover, non pas privatiser la SNCF!

    Il faut la conserver dans le giron de l'état, comme toute entreprise stratégique (que dirions-nous si elle était absorbée grace à des capitaux chinois?...), aussi lui donner des objectifs d'entreprise privée et, en tout premier lieu, la rentabilité! Combien voyons-nous de trains passer, totalement vides de voyageurs, désignés par des programmateurs sans âme comme lignes régulières inutiles? Si Macron avait été intelligent, il aurait couplé la création de lignes de bus avec l'objectif de rentabilité de la SNCF. Ainsi, les destinations plus confidentielles et moins fréquentées auraient été l'apanage des lignes de bus (appartenant, pourquoi pas, à la SNCF), alors que le RFF se serait concentré sur les lignes rentables. Quoi? C'est ce qui existait avant socialisme?...avant que les syndicats trotskistes n'aient instauré les privilèges de classe dans cette entreprise corrompue par le gauchisme?..alors, en marche-arrière, vite!...

  • Par Liberte5 - 02/08/2017 - 23:29 - Signaler un abus La SNCF n'est pas une entreprise statégique et l"Etat n'est pas

    @vangog rassurez vous personne ne voudra mettre un sou pour reprendre un tel boulet, ingérable, déficitaire irréformable. La seule chose mettre la concurence et les couler. Cette entreprise est une Honte faite à la France et une insulte aux Français.par ses coûts , ses dysfonctionnements et par les privilèges accordés à ses salariés.

  • Par vangog - 02/08/2017 - 23:44 - Signaler un abus @Liberte5 il ne vous est pas venu à l'idée que les gauchistes

    ont tout fait pour rendre cette entreprise déficitaire et en faire la vitrine de leurs privilèges éhontés? Afin, justement, qu'elle ne soit jamais privatisée. Pour équilibrer l'ultra-libéralisme europeiste, les gnomes qui dirigent ce monstre tolèrent quelques pans d'ultra-socialisme...la Corsica-ferries, la SNCF, les STX...derniers bastions du syndicalisme trotskyste en décomposition!

  • Par Anguerrand - 03/08/2017 - 06:05 - Signaler un abus Il ne faut pas se faire d'illusions la dette est de 45 milliards

    et il en faudrait autant pour remettre le réseau en état. Alors cette société ne peut vivre qu'avec l'argent de nos impots. Quand Il n'y a pas trop de grèves elle réussit l'exploit de " gagner 200 " millions alors ce n'est pas avec ça qu'elle va rembourser sa dette. Faut il rappeler qu'en Angleterre et en Allemagne DB , les sociétés privatisées après avoir remis le réseau en état commencent seulement apres plus de 10 ans commencent à gagner de l'argent. De plus ils emploient largement comme cheminots des cheminots français à la retraite à 50-52 ans épuisés par leur travail à la SNCF ! La dernière grève a coûté a la SNCF le prix de 2 rames. Banlieusards tassez vous comme des sardines et remerciez les grévistes.

  • Par Piwai - 03/08/2017 - 07:06 - Signaler un abus lanSNCF, une France en mini...

    Aussi ruinée, aussi mal géré, aussi prétentieuse, aussi condamnée au sanf et aux larmes mais il faut etre franc, le jour ou les cheminaux souffriront, beaucoup se rejouirront de leur sort.

  • Par gerard JOURDAIN - 03/08/2017 - 09:47 - Signaler un abus privatisé...en France....

    c'est comme demander de ne plus exister...aux Français... quel pays misérable..."génère de la misère".

  • Par lexxis - 03/08/2017 - 10:00 - Signaler un abus UN CHAR À DETTES

    Il y a des entreprises à "cash" et il y a des entreprises à" dettes", comme la SNCF. Pour ma part, je suis très content d'avoir pu avec l'âge échapper à ses trains de banlieue, sales, lents, non climatisés, jamais à l'heure, bondés ou parfois supprimés sans préavis, ses gares froide ou sans sièges. Malheureusement en tant que contribuable, je suis obligé de continuer à financer les gabegies d'une société de transport fortement syndicalisée et arc-boutée sur ses privilèges, qui a choisi de privilégier les nantis du TGV en transportant les autres et notamment en banlieue comme du bétail, avec des conditions de sécurité qui ne cessent de se dégrader.. Quant à Monsieur Pépy, nul doute que dans le privé son nom ne figurerait plus depuis longtemps dans l'organigramme, mais n'est-ce pas nous avons les meilleurs services publics du monde.

  • Par Ganesha - 03/08/2017 - 18:02 - Signaler un abus Les chiens pavloviens aboient, les anglais paient !

    Une majorité des lecteurs et des abonnés d'Atlantico est composée de retraités aisés, et en échange de leur modeste contribution, il faut bien donner de temps en temps à ces chiens pavloviens l'occasion d'aboyer ! Sur n'importe quel sujet, surtout s'ils n'y connaissent strictement rien, ils ne font aucune recherche internet, ils se contentent de réciter stupidement leur ''petit catéchisme libéral''. La privatisation des chemins de fer britanniques a malheureusement entraîné une série d'accidents dramatiques. La situation actuelle est la conséquence habituelle du capitalisme sans scrupules : un coût des prestations a atteint des sommets astronomiques ! On estime que les anglais dépensent six fois plus pour aller travailler que les français. Les grèves et les retards sont insupportables et, selon un sondage, les deux tiers des anglais souhaitent une re-nationalisation ! === http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/au-royaume-uni-la-privatisation-des-chemins-de-fer-deraille-628489.html

  • Par Ganesha - 03/08/2017 - 18:10 - Signaler un abus Six fois plus cher !

    Si vous comprenez l'anglais, lisez-donc cette étude sérieuse et bien documentée. ==== http://www.independent.co.uk/infact

  • Par zen-gzr-28 - 03/08/2017 - 20:13 - Signaler un abus Ben ça alors

    Ganesha Vous venez de relater les soucis inhérents aux problèmes que subissent les usagers de la SNCF en France avec les grèves à répétitions en plus. Beau bilan à défendre ! Il suffit de lire la presse quotidienne pour apprécier le fonctionnement de cette entreprise où les intérêts des salariés dépassent tout entendement, me semble-t-il

  • Par Anguerrand - 03/08/2017 - 21:18 - Signaler un abus La SNCF est foutue

    Avec ses coûteuses grèves, 48 milliards de dette et autant à investir dans la remise en état de son réseau, si le contribuable ne payait pas ses pertes, Il. A longtemps qu'elle aurait disparu. Le DB allemande et la privatisation anglaise permettent d'avoir des trains modernes d'entretenir le réseau et ...de gagner de l'argent pour réinvestir. Le nid de cgtistes fràçais n'a aucune chance de s'en tirer. Il faut savoir que nos cheminots épuisés par 30 ans de service, reprennent souvent leur job dans des compagnies étrangères comme l'a DB allemande.

  • Par Beredan - 03/08/2017 - 23:34 - Signaler un abus !Mais absolument tout , mon bon monsieur

    Ça ne pourra pas être pire : plus de Pepy , plus de régimes spéciaux , plus de gabégie permanente , plus de rentes de situation ..... l'usager maltraité deviendra un client à satisfaire ....

  • Par totor101 - 04/08/2017 - 11:18 - Signaler un abus Privatisation ?

    Privatisation égale augmentation des tarifs ! le reste c'est du pipeau ! ! ! ! !

  • Par Ganesha - 04/08/2017 - 17:09 - Signaler un abus Totor101

    Totor101, le lien internet que j'ai indiqué hier à 18h10, n'était pas bon. Si vous allez consulter l'adresse ci-dessous, vous verrez que, par exemple, un abonnement mensuel Londres-Lutton, distance 35 miles, coûte 387 livres, en train ''privatisé'', alors que Düsseldorf-Cologne (28 miles) ne coûte que l'équivalent de 85 livres anglaises avec la DB. Et pour Paris-Mantes la Jolie (34 miles), la SNCF ne facture que 61 livres anglaises pour un mois ! http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/british-rail-passengers-rpice-hike-train-fares-europe-income-southern-virgin-gwr-a7506711.html

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 04/08/2017 - 17:43 - Signaler un abus Elle est pas belle la vie en France ???

    Encore une ganeshânerie de plus..... Les anglais paient le vrai prix, Et ganeshânebâté va à Mantes la jolie avec le fruit de mes impots car le prix réel avec la gabgie de la SNCF est plus près de 400 euros......au lieu des 34 € qu'il paye ......si il les paye !!!!!

  • Par Ganesha - 05/08/2017 - 04:41 - Signaler un abus Faites-vous partie des 1% ?

    Lorsque je choisis de prendre le train pour aller de Mantes la Jolie à Paris, c'est un geste ''écologiquement responsable'', et je trouve souhaitable que les ''drogués de la bagnole'' me subventionnent, avec la taxe sur les carburants et le péage des autoroutes ! En tout cas, c'est un magnifique exemple de la redoutable connerie d'affirmer que ''le privé, c'est toujours moins cher pour l'usager'' ! Actuellement, 1% de la population possède la moitié du patrimoine. Les lecteurs d'Atlantico ne font probablement pas partie de ces privilégiés, ils auraient d'autres distractions que de dialoguer sur internet, mais ils pensent avoir intérêt à défendre ce système délirant !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€