Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Paiement du premier tiers de l'impôt sur le revenu de 2015 : à quoi vous attendre quand viendra le solde en septembre ?

Avocats, professionnels de la santé, personnes appartenant au haut de la classe moyenne : autant de catégories de la population qui ne vont pas apprécier les nouveautés de ce premier tiers de l'impôt sur le revenu. En moyenne, les Français paieront un peu moins que l'an dernier (même si toujours plus qu'il y a 4 ans...). Veille d'élection présidentielle oblige, vous ne vous en sortirez pas trop mal. Mais attention, ça risque de ne pas durer.

Tirelire

Publié le
Paiement du premier tiers de l'impôt sur le revenu de 2015 : à quoi vous attendre quand viendra le solde en septembre ?

Atlantico : A un an de la présidentielle, quels changements doit-on attendre cette année ? Quelles sont les dispositions fiscales dont nous devrons nous acquitter en 2016 ?

Thomas Carbonnier : Cette année, le grand prestidigitateur à lunettes noires épaisses a mis au point un nouveau tour de magie fiscale. L’illusion s’annonce, une fois de plus, très puissante.

En effet, d’un côté, son bras droit, Monsieur Macron, s’efforce d’empêcher les avocats de gagner leur vie (attention, l’avocat doit désormais préciser par écrit à ses clients qu’ils reçoivent une consultation d’avocat ! Eh oui... des fois que certains pensent qu’ils allaient recevoir une consultation en matière de plomberie… qui sait ?!).

De l’autre, son bras gauche, Madame Touraine, s’efforce d’en faire de même avec les professionnels de santé (faire des études longues et difficiles est encouragé à condition toutefois, au bout de celles-ci, de se contenter de gagner un smic !).

Dans le même temps, la pression fiscale pesant sur contribuables qui auraient réussi à survivre à ce régime sec, elle, s’accentue. Pour les français susceptibles d’améliorer la compétitivité des entreprises tricolores, et qui n’ont pas réussi à s’exiler, le tribut fiscal est toujours aussi lourd.

Pour les autres, ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts en fin de mois, l’impôt est abaissé.

En tout état de cause, l’année 2016 va se traduire par un allégement de l’IR pour 8 millions de contribuables grâce à un aménagement du mécanisme de la décote. Le gain moyen serait de 252 € par foyer concerné.

Lorsqu’on dresse le bilan des mesures fiscales prises par le gouvernement, cette baisse n’est en réalité qu’une diminution de la hausse des impôts. Autrement exprimé, le contribuable qui payait 4 000 € pour 2012 et 5 000 € pour 2015, n’en paiera que 4 800 € pour 2016. La politique fiscale développée pendant le quinquennat est une baisse en trompe l’œil.

Lors de la prochaine élection présidentielle, les contribuables devront choisir de voter pour une politique fiscale menée par Charybde ou Sylla. Ce scrutin s’annonce d’ores et déjà très serré !

Quelles catégories de la population seront les grandes perdantes de 2015 ?

Le haut de la classe moyenne est pris entre le marteau et l’enclume. Elle se doit de se défoncer toujours plus pour gagner sa vie et accepter, sans dire un mot, se de faire saigner.

Dans un contexte économique difficile, de nombreux cadres sont poussés au burn-out pour assurer une performance satisfaisante à son entreprise. Non seulement ils doivent donner leur santé à leur entreprise mais en plus, ils doivent payer un lourd tribut fiscal à l’Etat sur le fruit de leurs efforts. Une fois ceux-ci à bout de souffle, ils ont remercié par leur entreprise puis entament une longue descente aux enfers dès l’âge de 45 ans…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Carbonnier

Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l’entreprise à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris. Il est membre associé de l’Institut Français de l’Expertise Immobilière (IFEI) et est titulaire des Master 2 droit fiscal, Master 2 droit financier et D.E.S. immobilier d’entreprise de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€