Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Janvier 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Oui, une coopération entre les hôtels et Airbnb est possible… Mais pas sans cadre légal

Alors qu'au deuxième trimestre 2016 la fréquentation touristique des hôtels français a accusé un repli de -4,8%, les hôteliers se remettent en question. Ils font preuve d'innovation. Ils améliorent sans cesse l'accueil, les attentions pour leurs clients. Mais leurs efforts sont peu de chose face à la concurrence déloyale qu'ils subissent de la part des locations en ligne.

Pas les mêmes règles du jeu

Publié le
Oui, une coopération entre les hôtels et Airbnb est possible… Mais pas sans cadre légal

La bonne santé du secteur du tourisme cache les difficultés auxquelles sont confrontés les hôteliers. Au deuxième trimestre 2016, la fréquentation touristique des hôtels français, calculée en nuitées, a accusé un repli de -4,8% par rapport à 2015. Crédit Flickr

Dans la tempête, le bateau "destination France" tient le cap. Contre vents et marées, l'Hexagone reste le pays le plus visité au monde, avec plus de 84 millions de touristes étrangers en 2015. En termes de recettes, la France se situe au troisième rang mondial, avec plus de 43 milliards d'euros dégagés en 2015. Des touristes qui consomment : ils ont dépensé, l'année dernière, plus de 158 milliards d'euros dans notre pays, contribuant ainsi à 7,4% de notre PIB. En d'autres termes, le secteur du tourisme en France se porte bien.

Malgré les attentats, malgré l'état d'urgence et ses contraintes, malgré la féroce concurrence internationale, les touristes internationaux continuent de privilégier la destination France. On peut et on doit s'en féliciter. Mais on aurait tort de se satisfaire d'un tel panorama qui, lorsque l'on en observe les détails, révèle des résultats en trompe-l'œil.

Au-delà des premiers chiffres…

La bonne santé du secteur du tourisme cache les difficultés auxquelles sont confrontés les hôteliers. Au deuxième trimestre 2016, la fréquentation touristique des hôtels français, calculée en termes de nuitées, a accusé un repli de -4,8% par rapport à la même période en 2015. La saison estivale a confirmé cette tendance, avec un recul de -2,5% et même -12,7% en région parisienne. Pour le seul mois d'août, la fréquentation touristique des hôtels franciliens a baissé de -19,6% par rapport à l'année précédente, et même -23,7% pour les visiteurs étrangers. Une hémorragie de près d'un quart des clients habituels des hôtels. Enfin, si elle s'atténue, la baisse de la fréquentation se poursuit au troisième trimestre (-1,6%). Les hôteliers d'Ile-de-France sont confrontés aux mêmes problématiques que l'ensemble du secteur : la menace terroriste et les indispensables mesures sécuritaires découragent, à n'en pas douter, une partie de leur clientèle habituelle. Mais les hôteliers sont confrontés à un autre type de menace : la concurrence des locations "sauvages", ces appartements que l'on retrouve par milliers sur différentes plateformes, bien connues des internautes.

À Paris intra-muros, on estime qu'il y aurait pas moins de 75 000 chambres et appartements proposés sur le seul site d'Airbnb. Si l'on prend en compte les autres plateformes "communautaires", le nombre d'hébergements proposés par des particuliers parisiens doit certainement approcher, voire dépasser, les 85 000 chambres d'hôtel des professionnels du secteur. On comprend mieux, dès lors, pourquoi, alors que le tourisme résiste en France, les hôtels franciliens accusent des baisses de l'ordre de 10% à 20% de leur fréquentation. Baisses de fréquentation qui se traduisent, immanquablement, par des baisses de recettes. En moyenne, ces dernières ont chuté de 20% depuis deux ans. Il est à noter que ce phénomène avait débuté bien avant la série d'attaques terroristes qui ont ensanglanté Paris. Preuve, s'il en fallait, et bien qu'il soit impossible de déterminer qui de la menace sécuritaire ou des locations sauvages coûte le plus aux hôteliers, que le phénomène Airbnb joue un rôle non négligeable dans la fragilisation de tout un secteur économique.

Moins de clients, moins de recettes, ce qui signifie également, pour les professionnels du secteur hôtelier, moins de recrutements, voire des licenciements. En tant que responsable d'un hôtel parisien, j'ai personnellement renoncé à remplacer le départ d'un de mes salariés, affecté à la réception des clients. Tous mes homologues vivent la même situation. Nous observons tous, depuis la porte de nos établissements respectifs, ces familles et ces touristes étrangers qui, avant, venaient chez nous et, désormais, vont et viennent, valise à la main, dans les immeubles d'habitation de notre quartier. Et nous savons ce que recherche cette clientèle : le prix.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par emends30 - 10/12/2016 - 11:23 - Signaler un abus On peut raisonner à l'envers

    Plutôt que d'aligner avec Airbnb les taxes, impositions, fiscalisation, obligations ,conformités ,mises aux normes et j'en passe que l'on inflige au secteur hôtelier ,pourquoi ne pas alléger le poids que l'on fait peser sur les hôtels ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Salles

Pierre Salles est un hôtelier de 58 ans. Il est le c​o-fondateur de HES, une société de gestion et de distribution hôtelière. De 2012 à 2015, il​ était Président de la coopérative des hôtels Best Western en France. Depuis 2005, il est Président du Conseil de surveillance de l'école hôtelière de Glion-sur-Montreux, l'une des plus prestigieuses formations hôtelières au monde.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€