Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 03 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Où va la droite : les mots de l’électorat UMP

Un sondage exclusif de l'institut CSA pour Atlantico montre l'évolution de la perception de certains mots chez les Français depuis 2006 et plus précisément chez les sympathisants UMP. Famille, travail, libéralisme, Europe, mondialisation... ils en disent beaucoup sur leurs aspirations mais aussi sur leurs contradictions.

Mettre des mots sur les maux

Publié le - Mis à jour le 4 Juillet 2014
Info Atlantico
Où va la droite : les mots de l’électorat UMP

Un militant UMP collant des stickers du parti.  Crédit Reuters

Atlantico : Que disent les résultats de cette étude CSA pour Atlantico des attentes des sympathisants de droite ? La bonne ou mauvaise perception de certains mots est-elle révélatrice de certaines aspirations politiques ?

Vincent Tournier : Ce qui est le plus frappant, c’est de voir que les valeurs les plus ancrées à droite sont celles qui sont les plus consensuelles dans la société française. Ces valeurs combinent à la fois des grands principes (la liberté, l’égalité), des valeurs morales (la famille, les traditions) et des valeurs économiques (le travail, les entreprises). Ces valeurs transcendent les clivages politiques. Elles correspondent donc à une certaine culture nationale dans laquelle les Français se reconnaissent assez bien.

Pour le dire autrement, il n’y a pas de véritable choc frontal et massif sur le terrain des valeurs, même si on peut penser que la gauche et la droite ne définissent pas exactement ces valeurs de la même façon. On peut prendre l’exemple de la famille : tout le monde valorise la famille, mais la définition n’est pas consensuelle, comme l’ont montré les polémiques sur le mariage homosexuel.

Bernard Sananès : On constate tout d'abord un attachement des sympathisants de droite à des valeurs traditionnelles comme la famille, la liberté, le travail, … on sait que la famille est aujourd’hui une valeur dominante de la société française, c'est une valeur refuge qui dépasse les clivages partisans. Par ailleurs on est frappé par la tentation protectionniste avec le recul de l’idée européenne, qui reste néanmoins nettement majoritaire à droite, et de la perception de la mondialisation. C’est la traduction d’une déception vis-à-vis d'une Europe qui ne protège pas d'une mondialisation perçue comme menaçante d'abord pour l'emploi.

Une autre donnée intéressante concerne les Etats-Unis dont l'image s'est améliorée de 22 points depuis 2006. Cela est notamment lié au fait que la politique des Etats-Unis est perçue par l'opinion moins hégémoniste, et aussi évidemment qu’Obama transcende les clivages politiques à l’étranger alors qu'en 2006 Bush clivait fortement et négativement les opinions publiques

Par rapport à la perception que les sympathisants de droite avaient de ces mots en 2006, quelle évolution constate-t-on ?

Vincent Tournier : Les études sociologiques nous apprennent que, dans l’ensemble, les valeurs évoluent plutôt lentement. Dans cette enquête, on perçoit cependant quelques inflexions intéressantes. On voit tout d’abord que l’image des Etats-Unis s’est améliorée mais il faut rappeler qu’en 2006, on était peu de temps après le clash entre Jacques Chirac et George W. Bush sur l’intervention en Irak. Globalement, l’antiaméricanisme est peu répandu dans l’opinion publique, il existe plutôt chez les intellectuels. Cela ne signifie pas que les Français revendiquent le modèle américain puisque le mot libéralisme connaît plutôt une certaine baisse (- 7).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par 2bout - 30/06/2014 - 10:50 - Signaler un abus Analyse empreinte d'idéologie nationale

    La ligne libérale que veut suivre Fillon est droitière d'après nos deux analystes déconnectés. L'alliance des démocrates et libéraux européens (ADLE) est elle recentrée à gauche du PPE dans toutes les références au parlement européen.

  • Par Pourquoi-pas31 - 30/06/2014 - 16:11 - Signaler un abus Après cet énoncé de valeurs,

    il ne reste plus qu'à rentrer dans le CONCRET pour proposer des actions aptes à redonner toute leur magnificence à ces valeurs. Et à démonter toutes les usines à gaz sociopschycodebilo pour les remplacer par des règles simples.

  • Par Ex abrupto - 30/06/2014 - 16:12 - Signaler un abus Crainte et islam

    Cela devient particulièrement irritant de voir les bonnes consciences journalistiques associer systématiquement les mots craintes et islam; En fait pour dissimuler leurs a-priori personnels afin de mettre en exergue le coté rabougri, fermé sur soi des gens qui n'aiment pas l'islam. Sont-ils un seul instant capable d'imaginer que leur éventuelle image négative de l'islam vient de ce qu'ils ne veulent pas de cette philosophie et du mode de vie (la charia) qui lui est associé; Et que ce rejet peur s'étendre à d'autres religions, dès lors qu'elles ont tendance à devenir invasives??

  • Par jmpbea - 30/06/2014 - 18:07 - Signaler un abus La droite créé la valeur

    La gauche la consomme''...aussi simple que cela...cherchez des exemples...facile non?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bernard Sananès

Bernard Sananès est président de l'Institut CSA. Il est diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix en Provence, et de l'Institut Pratique de Journalisme.

Voir la bio en entier

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€