Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Otan ou Europe, « ils ne veulent pas payer » : mais d’où vient le mal allemand ?

Les Allemands plus que réticents à ce que leur pays augmente ses dépenses militaires pour qu'elles atteignent les 2% du PIB exigé par l'Otan. L'explication est autant historique que politique.

Oursins

Publié le

Cette participation limitée à l’effort de défense commune trouve un écho particulier dans le pays au fur et à mesure que certaines des menaces pointées du doigt sont jugées peu tangibles du point de vue allemand.

Ce retrait demeure néanmoins sur des sujets cruciaux comme le Sahel ou plus généralement sur ce que pourrait être une approche coordonnée dans la lutte contre le terrorisme. En d’autres termes, la faiblesse de la contribution allemande relève d’une constante politique profonde et n’est pas simplement conditionnée aux errements de ses partenaires et de l’Otan. Une redéfinition du rôle de l’Otan dans un sens davantage centré sur les défis réels ne suffirait pas en tant que tel à éveiller en Allemagne la volonté d’une plus forte participation.

​Quelles sont les conséquences réelles de cette situation sur le pays et sur l'Europe ? Faut-il voir l'Allemagne comme un pays "à part"​ au sein de l'OTAN ? 

L’Allemagne peut être vue comme un pays à part au sein de l’Otan dans la mesure où la faiblesse de sa contribution et son non-interventionnisme dépasse la question des menaces évoquées. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni demeurent des piliers de l’alliance, ce qui se traduit notamment par des dépenses plus conséquentes. Les problèmes liés à la question de la redéfinition des finalités de l’Otan et à certaines interventions plus que discutables, notamment en Libye, ont néanmoins indéniablement agrandi ce fossé et conforté l’Allemagne dans son retrait. La fracture au sein de l’Otan s’est ainsi considérablement aggravée et on ne peut imaginer un rééquilibrage d’un point de vue quantitatif sur les montants en jeu et qualitatif sur la capacité d’intervention qu’au terme d’une véritable concertation sur le rôle de la défense commune. Le fait que Barack Obama, et encore davantage Donald Trump, aient pointé du doigt la faiblesse des dépenses militaires allemandes a sans aucun doute créé un malaise qui oblige d’ores et déjà les dirigeants allemands à faire un effort dans une certaine mesure. Mais un rééquilibrage de long terme nécessiterait un véritable débat sur les doctrines stratégiques en vue d’un modèle de coopération qui puisse convaincre les responsables politiques ainsi que la population de la pertinence de l’approche commune.

Les conceptions politiques évoluent ces derniers temps dans un sens qui pourrait en réalité, sur le fond, rendre plus accessible un dialogue au terme duquel il serait possible d’afficher des exigences dès lors légitimes à l’Allemagne. Du fait des constructions administratives liées à l’Otan, mais aussi désormais de la thématique encore évanescente de l’Europe de la défense, ce qui fait office de doctrine commune ne représente pas nécessairement l’évolution des positions des uns et des autres ni même d’un éventuel consensus. Dans le contexte du jeu politique actuel, on voit ainsi Donald Trump accuser l’Allemagne d’être maillotée par le Kremlin ; ce qui ne peut qu’apparaître paradoxal au vu de ses idées personnelles en matière de relations internationales et des accusations auquel il fait face en ce qui concerne sa campagne présidentielle. Derrière la mise en scène autour du sommet de Bruxelles se dessine une reconfiguration qui dépasse l’Otan elle-même et qui voit ses acteurs jouer avec les codes qui la caractérise sans nécessairement les embrasser.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 12/07/2018 - 10:51 - Signaler un abus une hypothèse

    une pierre 2coups l'argent dépensé en dépense militaire mettrait à mal les beaux résultats économiques et puisque les autres paient pour la sécurité c'est tout bon...

  • Par Claude Romain - 12/07/2018 - 12:11 - Signaler un abus inversion de chiffres

    Il me semble que c'est 2.2% pour les britanniques et 1.8% pour les français.

  • Par Labarthe - 12/07/2018 - 14:52 - Signaler un abus Les dindons de la farce....

    En Afrique subsaharienne les français envoient des jeunes risquer leur peau, pendant ce temps les allemands sous prétexte d’ aide au développement, préparent le chemin à des contrats avec des entreprises allemandes, en promotion leur production.

  • Par Anouman - 12/07/2018 - 21:21 - Signaler un abus OTAN

    On n'y était pas jusqu'à Sarko et ça ne posait pas de problème.Pour ce qui est des Allemands il est préférable qu'ils n'aient pas d'armée puissante , ça ne leur réussit pas. Quant à la menace Russe il faudrait changer de disque, il est rayé.

  • Par nf04 - 12/07/2018 - 22:36 - Signaler un abus L'OTAN, faute de mieux !

    @ Anouman Si ! la France était dans l'OTAN avant Sarkozy mais pas dans le commandement intégré. De ce fait, elle y avait des troupes, participait aux manoeuvres communes, voire à interventions militaires (cf. les Balkans), était déjà très engagée dans l'interopérabilité des moyens, mais sans pouvoir participer aux décisions. D'où la décision de Sarkozy.

  • Par vangog - 12/07/2018 - 22:58 - Signaler un abus A Innsbruck, premier Conseil des ministres européens...

    sous Présidence autrichienne. Ouf! Vous ne l’apprendrez pas d’Atlantico! ...Herbert Kickl, ministre de l’intérieur autrichien et membre éminent du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) a eu l’excellente idée d’instaurer la politique de la carotte et du baton envers les pays d’exode de leurs peuples. « Soit ces pays d’exode reprendront leurs clandestins, soit les Nations... » la bécasse de France 24 a eu beau le couper dans sa démonstration, tous les européens lucides ont compris que les pays organisant l’exode de leurs peuples devront subir la rétorsion des Nations européenes, dorénavant, s’ils ne reprennent pas leurs clandestins, et continuent d’organiser l’invasion avec les caritativo-gauchistes...

  • Par ciara - 13/07/2018 - 11:14 - Signaler un abus @vangog

    j'aime beaucoup le terme caritativo-gauchistes et j'aurais bien aimé en être l'auteur

  • Par philippe de commynes - 13/07/2018 - 11:33 - Signaler un abus Japon/Allemagne

    Les dépenses militaires du Japon en terme de PIB sont encore moindre que celles allemandes, Trump somme le Japon de les augmenter ? Non, car il sait qu'il serait alors très critiqué, "comment pousser à s'armer plus ceux qui nous ont fait Pearl harbor ?", et là on se dit que ce serait normal que l'allemagne aie un budget militaire élevé ...pourtant aussi horrible qu'aie été le comportement du Japon durant la 2nde guerre mondiale, l'Allemagne aura été incomparablement pire, on objectera que c'est différent que l'Allemagne a beaucoup changé ...seulement au XIXème siècle déja elle était considéré comme la terre de plus haute culture/civisilation de l'Europe, çà n'a pas empéché la suite ... Si l'Allemagne doit payer , il doit y avoir des solutions plus intelligentes qu'à travers l'augmentation de son budget militaire ...

  • Par moneo - 13/07/2018 - 16:05 - Signaler un abus @Philippe de commynes

    des solutions plus intelligentes , lesquelles ? nous n'aurons jamais d'armée européenne ça commencé en 56 et maintenant avec l'arme nucléaire.. faut oublier Par contre on peut penser qu'une tendance Allemande existe pour se rapprocher de la Russie et donc de le'x bloc soviétique ( compliqué quand même avec le pays limitrophes de la Russie qui sont eux totalement phobiques vis à vos de leur ancien maître) si l'UE explose alors la question se posera Mais si l'immigration non maitrisée amène au Pouvoir les nationalistes allemand alors tout e l 'equation changera... l'UE est defendue par l'Otan .la France a une place à part tant que technologiquement des adversaires potentiels considéreront il n' y a pas intérêt à déclencher une riposte nucléaire... si nous ne suivons pas la cadence technologique alors nous serons nous aussi face à la question centrale qui doit défendre le pays avec quelles conséquences? La vraie question devrait être peut on faire partie d l 'UE et acheter du matériel militaire non UE? ou sont les alliances militaires de fabricants UE ? OU sont le les drones UE? les successeurs du rafale? les missiles ?

  • Par moneo - 13/07/2018 - 18:24 - Signaler un abus japon anti militariste ?

    http://www.liberation.fr/planete/2017/12/22/au-japon-shinzo-abe-appuie-sur-la-gachette-des-depenses_1618470 faut réviser le connaissances

  • Par philippe de commynes - 16/07/2018 - 09:49 - Signaler un abus @moneo

    J'essai d'éviter de dire n'importe quoi, donc avant mon post, j'avais été voir là http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/JPN/fr/MS.MIL.XPND.GD.ZS.html et là https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/MS.MIL.XPND.GD.ZS?locations=JP&view=chart. Par contre vous pouvez envoyez un mail à libération pour que leur journaliste apprenne le calcul d'un pourcentage parce que 5190 milliards de yens ça fait 46,13 milliards de dollars, pour un pib 2018 anticipé de 5063 milliards de dollars,déja ça saute aux yeux que le budget militaire est de moins de 1% de pib, je ne sais pas comment le journaliste a pu trouver "le Japon va consacrer plus de 5% de son budget total aux dépenses militaires", ... et par la même occasion vous induire en erreur ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€