Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Onu, OMC, Francophonie et cie… : le grand détraquement du multilatéralisme

Le Comité des droits de l'homme de l'Onu va se prononcer contre la loi française interdisant la burqa et le niqab. Une proposition née grâce à la culpabilité occidentale qui gangrène les institutions nées après la Seconde guerre mondiale.

Changement d'ère

Publié le
Onu, OMC, Francophonie et cie… : le grand détraquement du multilatéralisme

 Crédit JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Atlantico : Alors que le monde post-1945 s'est construit sur la création de nombreuses agences internationales, donnant naissance à un multilatéralisme reposant sur l'ONU, le FMI, l'OMC ou même la Francophonie, ce système semble désormais affaibli. Ne peut-on pas voir ici la révélation d'une confusion entre valeurs occidentales et universalisme qui s'est peu à peu révélée à l'aune de la montée en puissance de pays comme la Chine ? 

Philippe Fabry : Il est indéniable que le système mis en place en 1945 reflétait les rapports de forces de l’époque : une place centrale était donnée aux vainqueurs de la guerre en Europe, auquels on adjoignait la Chine qui avait été le principal allié des Etats-Unis et de l’Empire britannique contre le Japon. Les membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations-Unies sont les vainqueurs de la Seconde guerre mondiale. En 1950 ces pays représentaient ensemble plus de 50% du PIB mondial, et les pays occidentaux du Conseil, les USA, le Royaume-Uni et la France, représentaient à eux seuls près de 38 %.

Il faut encore ajouter à cela que les Etats-Unis dominaient les autres principaux vaincus, à savoir l’Allemagne, l’Italie et le Japon, lesquels comptaient pour près de 12% du PIB mondial, de sorte que même face à la Chine (4,5%) et la Russie (9,6%) communistes, le camp dirigé par les Etats-Unis contrôlait la moitié de l’économie mondiale.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire aujourd’hui, le rapport n’a pas évolué défavorablement aux Etats-Unis : d’après les données du FMI en 2017, si leur part dans le PIB mondial a légèrement reculé ( de 28 à 24 %), tout comme celle de l’Europe (de 26 à 21 % environ) celle du Japon a doublé (de 3 à 6%). Les Occidentaux et leur allié japonais demeurent donc majoritaires dans le PIB mondial. La Russie, de son côté, n’est plus aussi imposante qu’au temps de l’URSS et a vu sa part dans l’économie divisée par 5. En revanche, la Chine a bondi et représente à elle seule 15 % de l’économie mondiale.   

Les soubassements du système international, et notamment de la domination occidentale, n’ont donc pas été sérieusement entamés, contrairement à ce que l’on entend souvent : certes le reste du monde s’enrichit, mais pas aussi vite qu’on n’en a le sentiment, ou en tout cas les Occidentaux eux-mêmes se sont suffisamment enrichis pour que leur rang ne soit pas encore sérieusement menacé.

En revanche, on peut relever qu’au cours de la dernière décennie, la Chine a atteint un poids économique similaire à celui du Pacte de Varsovie dans les années 1950, ce qui fait renaître des tensions similaires à celles de cette époque.

Et ce d’autant que, pour revenir à la question des valeurs, on attendait de l’enrichissement de la Chine qu’il débouchât sur une ouverture politique, une démocratisation, et que ce que l’on observe depuis les derniers mois est un retour des pires pratiques autoritaires du Parti Communiste, avec un Xi Jinping qui est devenu dirigeant sans limite de temps, la réédition de purges massives dans le Parti et la déportation de populations par centaines de milliers des Ouïghours du Xinjiang. Et ce retour de pratiques autoritaires, précisément, s’inscrit dans le processus d’affirmation nationale de la Chine : c’est un moyen pour le gouvernement chinois de manifester son insoumission à l’Occident que de se crisper de la sorte en rejetant les valeurs occidentales, les droits de l’homme, etc.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 13/10/2018 - 11:04 - Signaler un abus Titre

    Comme d'habitude, Atlantico nous propose un titre parfaitement fantaisiste : cherchez bien : le mot burqa n'apparaît pas dans l'article : on nous parle des pays qui ne respectent pas les Droits de l'Homme, mais, c'est en prenant comme exemple le cas de la Chine. Et pour les arabes, on leur reproche la traite négrière, pas la condition des femmes.

  • Par Ganesha - 13/10/2018 - 11:08 - Signaler un abus Teaser (et non pas, Taser !)

    Par contre cet article nous présente des analyses originales et intéressantes notamment sur la persistance du concept de supériorité raciale de Jules Ferry. A noter, une théorie sur le but réel de Trump : serait-il vraiment de devenir !'Empereur du Monde ? Quand on voit son action vis à vis de l'Iran, on peut le penser... Et si, exceptionnellement, vous lisiez cet article avant de le commenter ?

  • Par J'accuse - 13/10/2018 - 11:16 - Signaler un abus Les machins servent la machination

    C'est un trait humain de s'estimer supérieur lorsqu'on domine: les forts sur les faibles, les riches sur les pauvres, les hommes sur les femmes, etc. La domination est théorisée pour la présenter comme naturelle et éternelle.Tout système (institutions internationales entre autres) créé par les dominants sert à consolider et étendre la domination, et ne sont donc pas du "multilatéralisme" mais seulement présentées comme tel pour les légitimer. L'affaiblissement du dominant ne signifie pas l’avènement d'une égalité, mais une inversion des rapports de force, et ces institutions sont ainsi détournées pour servir les intérêts de nouveaux dominants, au détriment des précédents.

  • Par cloette - 13/10/2018 - 12:20 - Signaler un abus Je n'ai lu

    que ce qui est écrit en gras, donc je donne mon avis. Non, certaine valeurs occidentales ne sont pas universelles . Socrate était le contemporain de Confucius et ils n'ont pas dit chacun la même chose . Mais il y a des valeurs qui restent universelles, ce sont les "tabous" de l'humanité , l'inceste par exemple, il y en d'autres ....

  • Par vangog - 13/10/2018 - 13:48 - Signaler un abus Ce n’est pas la culpabilité, mais le gauchisme...

    qui gangrène les organisations internationales...ils font comme Macrouille avec Yves Levy, Richard Ferrand et autres ambassadeurs de pôles inconnus: ils font du copinage gauchiste et du retour d’ascenseur...c’est le système « je te nomme, puis tu me nommes... ». Par ce système de courte-échelle à grande échelle (oh putain! Je dépose une demande de brevet sur celui-ci! Ne me le pique pas, Rayski...), une clique idéologiquement consanguine parvient à se hisser au pouvoir et y rester. Les instituions internationales ont été noyautées par la gauche: elles sont, aujourd’hui, pourries!

  • Par lasenorita - 13/10/2018 - 13:51 - Signaler un abus Ne pas écouter les désapprobations onusiennes!

    L'Arabie Saoudite a été élue membre de la Commission des Droits de la femme aux Nations Unies,or,en Arabie Saoudite on décapite publiquement des femmes,on les lapide,etc..etc....Parmi les membres de l'ONU:on trouve des pays musulmans qui ne respectent pas les ''Droits de l'Homme...et de la Femme''..En Arabie Saoudite(et dans d'autres pays musulmans):les femmes se battent pour leur liberté,pour ne pas ''porter le voile'',ni la burqa,ni le burkini..La burqa témoigne de la ''non-assimilation'' des étrangers musulmans''..si ces ''étrangères'' musulmanes veulent porter le voile:qu'elles aillent vivre dans les pays musulmans..dans ces ''pays'' où on oblige les femmes non-musulmanes à se voiler,où on emprisonne les femmes qui possèdent une bible..Là l'ONU ne dit RIEN,l'ONU ne dit rien également sur le génocide au Yémen et sur toutes les discriminations que subissent les non-musulmans dans les pays musulmans..L'ONU a été achetée par des islamistes,elle est sous le contrôle de dictatures musulmanes,elle se discrédite davantage chaque jour.Les étrangers qui viennent en France doivent RESPECTER nos lois,nos libertés..Un terroriste peut se cacher sous une burqa...cela va de notre ''sécurité''!

  • Par Aghir - 13/10/2018 - 16:33 - Signaler un abus Je croyais

    que cet article allait nous parler de la burqa de la francophonie et de l'ONU.........??????????

  • Par Nap4 - 13/10/2018 - 17:01 - Signaler un abus Oxymore

    Le haut comité au droits de l'homme de l'ONU est présidé par l'Arabie Saoudite. Dés lors, celle-ci n'a de cesse d'imposer au reste du monde sa vision des droits de l'homme. D'où l'incroyable plainte contre la France au sujet de la burqa. On a donc du mal à croire à l'angélisme de l'ONU qui se moque manifestement de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qu'elle finit par combattre en prétendant la défendre. Quant au multilatéralisme qui aurait pu être la vraie raison d'être de l'ONU, il a changé de terrain. Aujourd'hui, il ne se manifeste plus qu'à Davos, à l'OPEP, au G20. L'(ONU se sert plus à rien, sinon à entretenir grassement des fonctionnaires internationaux inutiles, incapables et dépourvus de scrupules.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Fabry

Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique pour notre temps (2014), Histoire du Siècle à Venir (2015), Atlas des guerres à venir (2017). Son nouveau livre, La Structure de l'Histoirevient de paraître.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€