Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"On ne se sent plus chez nous" : comment traiter cette angoisse française entre fantasme et réalité ?

Dans ce second épisode de notre diptyque sur les angoisses françaises, Atlantico se penche sur une phrase qui résonne régulièrement dans notre pays : "On ne se sent plus chez nous". Mais le racisme dont est taxé quasi automatiquement quiconque oserait aborder l'insécurité culturelle et l'immigration empêche de faire la part des choses.

Tiraillement

Publié le
"On ne se sent plus chez nous" : comment traiter cette angoisse française entre fantasme et réalité ?

La phrase "On ne se sent plus chez nous" revèle-t-elle du fantasme ou de la réalité ?  Crédit Reuters

Atlantico : La "rumeur du 9-3", selon laquelle des maires recevraient  des subventions pour  faire venir des populations de Seine-Saint-Denis, semble traduire une peur des grands mouvements de population et des transformations des modes de vie qui y sont liés. Aux terrasses des cafés ou dans les réunions de famille revient de plus en plus souvent cette phrase : "On ne se sent plus chez nous." Comment faire la part des choses entre les fantasmes et la réalité que revêt cette préoccupation ?

Guillaume Bernard : Certains territoires de la République ont démographiquement basculé avec le changement de nature de l’immigration entre la fin des années 1970 et le début des années 1980 : de travail, elle est devenue familiale.

L’INED a pu établir qu’entre 1968 et 2005, les jeunes d’origine étrangère étaient passés, par exemple, de 19 à 57 % en Seine-Saint-Denis, de 22 à 76 % à Clichy-sous-Bois ou de 20 à 66 % à Sarcelles.

A lire le premier épisode de notre série sur les deux versants du grand mal français : "De toute façon, les politiques n'ont plus le pouvoir avec l'Europe et la mondialisation" : les angoisses françaises entre fantasmes et réalité

Ce changement radical d’environnement social a créé, pour les autochtones, une insécurité culturelle qui les a poussé, pour ceux qui en avaient les moyens, à quitter ces quartiers et, pour d’autres, à mettre en place des stratégies d’évitement (par exemple pour l’inscription de leurs enfants dans les établissements scolaires). Il est raisonnable de penser que des Français vivant dans des lieux qui ne sont pas encore concernés par ce bouleversement démographique et culturel le craigne.

Aymeric Patricot : Ces rumeurs traduisent une grande peur, fondée sur un fantasme, celle de voir débarquer en province les populations d’origine africaine que l’on croyait cantonnée, jusqu’à maintenant, à certaines villes et à certaines régions – notamment Marseille, Lyon, l’Ile de France. Elles traduisent un décalage, appelé à se réduire, entre des régions fortement métissées (la population blanche est devenue minoritaire, par exemple, en Seine-Saint-Denis) et une province, notamment à l’Ouest, encore à l’écart, bien souvent, de ce phénomène de brassage.

La peur est à la fois suscitée par ce que l’on voit à la télévision – émeutes, échos de la délinquance, présence de l’islam – et par la rapidité des phénomènes. Il suffit de quelques années pour que le métissage change le visage d’une ville. La nouveauté, c’est que ces changements sont plus visibles que lors de métissages intra-européens : Italiens, Polonais, Espagnols, certes discriminés en leur temps, pouvaient espérer « se fondre dans la masse » en deux générations. La couleur de peau rend les choses plus complexes : un Français d’origine africaine aura le sentiment d’être regardé de travers en dépit de sa carte d’identité française et de sa bonne maîtrise de la langue ; de même, les populations blanches de province auront du mal à s’ôter de l’idée qu’un noir, qu’un arabe sont arrivés récemment sur le territoire.

Quoi qu’il en soit, ces mouvements de population bousculent le quotidien des populations concernées, qu’elles se déplacent ou qu’elles observent les mouvements. Comme le dit Claude Askolovitch, qui s’exprime beaucoup en ce moment sur la mésestime dont souffrent les musulmans : « Il faut être le dernier des bisounours pour croire qu’une société peut devenir multiculturelle sans heurt. » La plupart des journalistes le reconnaissent aujourd’hui : la société multiculturelle, multiethnique peut certes représenter un idéal, il n’en faut pas moins admettre qu’elle suscite des tensions. Et le meilleur moyen de lutter contre elles, c’est d’abord de les reconnaître, d’apprendre à en parler. L’affaire actuelle des rumeurs est l’un des visages de ces heurts.

Montée des communautarismes, islam de plus en plus prosélyte : quels facteurs objectifs permettent d'expliquer cette peur ?

Guillaume Bernard : C'est le sentiment de dépossession de soi et de sa liberté qui l'explique. La forte concentration de l’immigration en certains lieux, d’un côté, et le déracinement dû notamment à l’uniformisation des modes de vie à cause de la mondialisation, de l’autre, conduisent nombre de personnes à se juger culturellement agressées. C’est le cas, en particulier, parmi les classes populaires qui sont, d’une part, plus directement que les autres, au front de la cohabitation avec les populations d’origine étrangère et ont, d’autre part, moins de moyens pour résister au nivellement. Alors même qu’ils incarnent l’identité de référence, celle du lieu, nombre de Français se considère acculés à une sorte de résistance. Pour résumer, l’immigration est vécue comme une invasion, la mondialisation comme un déracinement. Il ne s’agit donc pas d’un rejet de l’autre en tant qu’il est différent, mais le refus de la dépossession de ses racines et du fractionnement culturel du territoire.

L'enjeu de la cohésion sociale

Sur ce second point, la question de l’obéissance à la règle (notamment morale, celle-ci n’étant pas nécessairement religieuse) semble se transformer. Or, c’est une partie de la question de la cohésion sociale qui se joue sur cet enjeu. Pour simplifier, deux grands modèles sont théoriquement possibles : le premier (plutôt classique) est resté jusqu’à présent culturellement dominant malgré la mise en place d’un régime politique centré sur le légalisme tandis que le second (plutôt moderne), longtemps resté sous-jacent, prend de l’importance. Pour le premier schéma, c’est parce que la règle permet de réaliser le bien que la personne s’y soumet (par foi ou par raison, ou à cause des deux) volontairement ; c’est parce qu’elle est libre de la rejeter que son adhésion au bien a de la valeur. Dans le second schéma, c’est parce qu’une autorité supérieure (Dieu, l’Etat) commande une conduite qu’elle doit être respectée, que la volonté de la personne doit s’y réduire ; le contenu de la règle (d’ailleurs susceptible d’évoluer) importe peu.

Par conséquent, il est juste de soumettre les récalcitrants y compris par la force : c’est l’obéissance qui, par nature, est bonne. Dans le premier cas, la hiérarchie des normes correspond à une hiérarchie de biens, l’existence d’un bien supérieur (par exemple spirituel) ne transformant pas le bien inférieur (par exemple temporel) en un mal ; dans le second, elle manifeste une hiérarchie de volontés (la volonté inférieure ne pouvant qu’être identique à la supérieur pour être légitime). Or, les communautaristes, outre qu’ils provoquent la dilution du lien social, instrumentalisent la seconde solution soit par conviction (notamment religieuse) soit par stratégie lobbyiste (présentation manichéenne des enjeux pour obtenir la modification des dispositions juridiques et /ou des habitudes sociales). L’irruption de cette conception légaliste de la norme dans l’espace socio-culturel (jusqu’à présent elle n’était en fonctionnement que dans le cadre institutionnel et comme adoucie par l’idée de la volonté générale, édulcorée par le prisme de la souveraineté des citoyens) provoque un profond malaise en raison des crispations qu’elle induit.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par toupoilu - 24/10/2013 - 06:35 - Signaler un abus Excellent article.

    Mais que de temps perdu pour en arriver la, que de haine envers ceux qui les premiers l'exprimaient. Peu importe, ça bouge.

  • Par Lennart - 24/10/2013 - 07:14 - Signaler un abus L'athé que je suis

    a toujours peur de permettre à un "croyant" de gagner sa place auprès de son dieu.

  • Par Glop Glop - 24/10/2013 - 07:48 - Signaler un abus Les pieds dans le tapis...

    ... qu'ils ont tissé en toute connaissance de cause, que ce soit pour l'immigration comme pour avoir mené la France là où elle en est. Ces partis sont morts mais il est évident que le chômage technique qui ne manquera pas de tomber sur le museau de ces affairistes incapables volontairement inconscients par le biais des urnes va les obliger à se désavouer pour espérer rester à profiter de la bonne gamelle. Dans les deux cas, s'avouer ou se désavouer, ils seront mis au ban. A vouloir sauter dans le vide en enfilant seulement son parachute au passage de la portière provoque tôt ou tard le soucis de ne pas parvenir à le mettre avant que le seuil d'ouverture limite soit atteint. Le phénomène n'est pas qu'en France et c'est bien ce qui commence à faire mouiller les caleçons des autoproclamés des instances de l'UE où de nouvelles configurations d'alliance et de rapprochement des partis qui montent et veulent mettre un coup de latte voir de l'explosif dans la fourmilière.

  • Par gliocyte - 24/10/2013 - 07:55 - Signaler un abus Question

    "Ainsi les masses apolitiques devenaient indifférentes et choisissaient les pires leaders" Ce constat est lapidaire et ne tient pas compte du leader précédent. Celui-ci ayant laissé le désespoir s'installer chez son peuple est aussi un des pires leaders que le peuple puisse avoir à sa tête. Par manque de courage de politique, par peur de la rébellion, s'installe déjà chez le prédécesseur du pire leader épinglé dans cet article un état totalitaire. Nous en avons un exemple sous nos yeux, chaque jour qui passe. Pour remettre de l'ordre, il faut alors une personne de poigne. La moins mauvaise solution est alors, à mon sens, de se tourner vers un "Despote éclairé"

  • Par helios - 24/10/2013 - 08:12 - Signaler un abus on n'en est plus là

    une grande partie de la population s'en fiche de plus en plus qu'on qualifie dans certains milieux de "racistes" ses préoccupations. Le contrôle au moyen de mots stigmatisants ne marche plus. Au début, il y a 10 ou 20 ans, beaucoup baissaient la tête penauds, maintenant c'est "je vous emm...", et bientot ce sera la baffe dans la gueule.

  • Par Guzet31 - 24/10/2013 - 08:14 - Signaler un abus La trhéorisation

    Finkielkraut explique trés bien la théorisation de cette dépossession, qui consiste à dénier à la France ou à l'Europe toute identité spécifique sinon celle d'être ouvertes à toutes les identités du monde, celle d'accueillir et d'assimiler toutes les identités des "autres"..

  • Par ZOEDUBATO - 24/10/2013 - 08:19 - Signaler un abus L'enfer des citoyens soumis aux idéologies

    Le citoyen de base a été dépossédé de son passé, de son mode de vie, de ses racines et de sa communauté nationale Le passé est réécrit pour être en accordance avec les idéologies, la bataille de Poitiers n'a pas été une victoire contre des envahisseurs mais un acte d'islamophobie Le mode de vie n'appartient plus aux citoyens mais à la pensée unique et aux lois sur la vie privée (éducation des enfants, théorie du genre) ou Public (laxisme de la justice, délinquants impunis : le mur des cons, l'attaque du train à Grigny, ..), encadrement de la pensée sous couvert de racisme Les racines de notre culture romaine et judéo-chrétienne sont éliminées (dix commandements remplacés par l'argent et le pouvoir), familles recomposées, homosexuelles, polygame, confiscation par l'impôt des biens acquis, des économies, de l'héritage La communauté Nationale éclate sous la pression du désir mimétique des clans, la révélation de la puissance destructrice du désir victimaire, la chasse aux boucs émissaires, la violence liée aux religions et/ou aux croyances idéologique, l'apparition de castes sociales , etc.. Et vous voudriez que l'on se sente chez nous !!!!!!!!!!!!

  • Par carredas - 24/10/2013 - 08:37 - Signaler un abus Boomerang...

    A aucun moment la population française n'a été invitée à donner son avis sur une politique d'immigration clairement assumée et chiffrée. Tous les responsables politiques ont la bouche pleine de démocratie mais ils préfèrent ne surtout pas mettre ce sujet brûlant sur le tapis, quand on sait d'avance que la réponse à une question ne plaira pas, mieux vaut éviter de poser la question. Depuis des décennies, les réactions des français face à une immigration de plus en plus visible a été déformée par l'utilisation du tabou du racisme. Un groupe d'êtres humains liés par des traditions et des valeurs peut accueillir un certain nombre de membres étrangers jusqu'au moment où il se sent en danger en tant que groupe. C'est une réaction instinctive de survie. Il faudra bien un jour accepter d'aborder le problème autrement que par l'anathème, la culpabilisation et la litanie du " vivre ensemble " Quand la gauche au pouvoir se préoccupe d'abord des minorités ( y compris des immigrés illégaux ) au détriment de la majorité, elle crée un sentiment de dépossession et d'abandon qui est en train de lui revenir en boomerang.

  • Par legaulois - 24/10/2013 - 08:48 - Signaler un abus une solution

    que tout ces bobos rêveurs de gauche comme de droite qui dirigent le pays depuis trente ans ( avec le résultat que l'on constate) qui vivent souvent dans les beaux quartiers prennent chacun en charge totale sans aide une famille de clandestins chez eux et là on va rigoler

  • Par anubis - 24/10/2013 - 09:10 - Signaler un abus Fantasme ?

    Franchement, sans aller dans les banlieues "sensibles" ou certains arrondissements de Paris, vous avez pris le métro à Paris la journée ? Vous êtes allé dans certains centres commerciaux le weekend ?? Peut être cela est-il moins "visible" en Province que dans les grandes villes, et sans vouloir dénigrer à certains de vouloir s'intégrer ou à aspirer à une vie meilleure, il ne faut pas faire d'amalgame et beaucoup sont de bonne foi, mais si on baisse les bras comme c'est le cas, qu'on ne donne pas de signal (fort), c'est le début de la fin ... Il est certains endroits ou les gens ne peuvent plus se promener ou simplement vivre en paix ... le mieux (ou le pire), c'est que ce sont des gens dont les pays ont demandé leur indépendance et viennent maintenant pleurer à nos portes ...

  • Par Blar - 24/10/2013 - 09:29 - Signaler un abus Excellent article !

    Franchement,cet article parle vraiment du problème de ressenti des Français des vrais. Je parle de ceux qui essayent tant bien que mal de payer ses factures alors que notre gouvernement donne une retraite à des étrangers n'ayant rien fait chez nous... La fameuse crise politique devrait être éradiqué par une petite guillotine comme à l'époque de 1789. Merci pour votre vraie et rare journalisme !

  • Par utopie - 24/10/2013 - 09:42 - Signaler un abus immigration

    blablabla de la boboland . Je suis née en seine st denis, plus précisément à st denis, j'y ai vécu et travaillé et j'ai du fuir par la force des choses ou plutôt à cause de l'immigration . Alors les grandes phrases du "vivre ensemble "créé par la caste bien pensante des beaux quartiers , commencent sérieusement à m'exaspérer. Non la société multiculturelle et l'immigration ne sont pas une chance pour la France ! Au fait, mrs et mmes de boboland qui passaient votre temps à donner des leçons de morale aux "petites gens"sortaient donc de vos jolis quartiers et allaient vivre à la Courneuve ou à Stains et puis vous reviendraient nous donnaient des nouvelles .De toute façon, toute la France sera concernée dans très peu de temps . En effet , le trop plein d'immigrés d'île de France est petit à petit dispersé sur tout le territoire national , principalement dans l'ouest et le sud ouest . ( je suis bien placée pour le savoir). .Il est plus que temps de réagir, sinon bientôt, nous serons foutus.

  • Par Anemone - 24/10/2013 - 09:52 - Signaler un abus ???

    "Ces rumeurs traduisent une grande peur, fondée sur un fantasme" " Vraiment? . Achetez des lunettes (remboursées à 100% pour ceux que vous ne voyez pas) . Une petite ville de 6000 ha en campagne de France profonde... Des femmes voilées depuis un an...Un stand Halal au Leclerc...des regards montrant que vous êtes blanche... . Un article DANS le journal du coin disant que le maire PS a signé un contrat avec les 2 préfectures les + proches pour accueillir les caïds afin, je cite de mémoire, contribuer à casser les "bandes" de jeunes et diminuer les violences... . Résultat? Dans les banlieues des gdes villes, un chef a été trouvé... Chez nous, le chef a trouvé une bande! . Alors, les fantasmes, venez les vivre chez nous, SVP! . Ce matin, je viens de lire que l'épargne est taxée rétro activement..pour renflouer la sécu de ces gens... . Je ne suis pas raciste : j'en ai marre de cette injustice chronique. . Quant à tous ceux qui proposent la suppression du droit au sol et qui râlent après Copé...parce qu'il fait partie de l'UMP : je hurle! Pourquoi être dogmatique au point de refuser une idée parce qu'elle n'est pas de notre bord politique? --> peu de chances d'avancer!

  • Par magores - 24/10/2013 - 09:52 - Signaler un abus L'école

    Vous parlez d'une politique d'évitement à propos des parents qui choisissent une école privée. Je ne le crois pas. Mais comment imaginer que les enfants auront une scolarité normale dans une classe ou une partie importante des élèves ne parlent même pas Français? J'ai moi même proposé voici 30 ans de réaliser des classes spécialisées pour les émigrés, avec moins d'élèves pour leurs permettre de se mettre à niveau. La réponse a été claire: RACISTE. C'est pourtant à mon sens la seule solution crédible. Actuellement, cette immigration importante tire le niveau des écoliers vers le bas. La volonté politique d' avoir un grand nombre de bachelier conduit à baisser le niveau au point que les diplômes français à l'étranger sont sous cotés, alors que c'était l'inverse il y a 30 ans. Il est impératif de se ressaisir.

  • Par Enoch - 24/10/2013 - 09:56 - Signaler un abus 0 + 0 = Patricot

    Mr Patricot en bon bobo assumé de Belleville, qui n’est déjà plus la France, n’a rien compris. Il gratte le sujet pour donner l’impression de comprendre mais ces œillères idéologique l’empêche de comprendre ces concitoyens (le très dénigrent (Raciste ?) terme de petit blanc), tu sais ce qui te dis le petit blanc ??? Encore une « expert » qui ne comprend rien !

  • Par Enoch - 24/10/2013 - 10:11 - Signaler un abus Retour de baton 1

    Mr Bernard vos analyses vont dans un peu plus de subtilité et de profondeur. Ce qui je pense permet de pouvoir être publié ! Je vais m’affirmer comme petit blanc bas du front, pour faire plaisir à Mr Patricot et à ces amis bobos! La France et l’Europe n’ont pas à vocation à devenir l’Afrique !!! Tout comme l’Afrique n’avait pas vocation à devenir l’Europe ! Quand tu te retrouves le seul blanc dans le métro au cœur de Châtelet, il y a un problème de REMPLACEMENT DE POPULATION. A chaque fois que je me retrouve avec un non-français qui a été à Paris, il me parle de la transformation de la population dans ces rues. Il suffit de regarder un film des années 80 pour voir la différence entre ces 2 époques. Sommes-nous en démocratie ? NON, puisque JAMAIS on a demandé au français si il acceptait d’être remplacé et si il voulait changer de civilisation. Qu’il y est des pauvres types qui soit heureux de la situation c’est leur problème, ils sont très loin d’être majoritaire.

  • Par Enoch - 24/10/2013 - 10:11 - Signaler un abus Retour de baton 2

    Les apprentis sorciers qui ont voulu transformer notre pays devront assumer leur choix très bientôt. Pour le moment, leur expérience a échoué sur toutes les lignes. Ce pays devient une poubelle chaque jour un peu plus ! C’EST INACCEPTABLE et chaque jour la colère monte de partout. Le retour de bâton sera d’une violence sans précèdent ! On ne joue pas impunément avec l’identité de son peuple !! Dont act !

  • Par altona - 24/10/2013 - 10:12 - Signaler un abus Nous sommes les futurs Indiens

    Souvenez vous des Indiens du continent américain : de brillantes civilisations au Sud : Aztèques , Mayas,etc.. et plus au Nord les Indiens des grandes plaines chasseurs et protecteurs de la nature. L'arrivée des blancs a anéanti leur mode de vie , leur civilisations , leurs peuples ont péri dans l'indifférence. Réveillez vous , nous sommes les futurs Indiens de l'Europe !!!!!

  • Par cvoboda - 24/10/2013 - 10:15 - Signaler un abus Laissez moi rire!

    Oui laissez moi rire devant un article aussi faux Q qui se gargarise du mot "insécurité culturelle" C'est ce type d'intellectuels illuminés qui a conduit la France où elle est de puis 1968. Il faudra expliquer comment les multiples incivilités, dégradations, agressions verbales et autres, rejets de la loi de la République, voitures brulées, et j'en passe et des meilleures sont de l'insécurité "culturelle".Nos politiques ahuris, fauxQ ou stupides n'ont pas compris que l'on ne doit laisser entrer dans un pays que des gens dont les compétences sont nécessaires (comme en Australie ou au Canada) et ne pas favoriser des naissances pour une seule raison de statistique démographique alors que ces familles sont incapables de même que l'État de fournir une formation et un avenir à ces enfants dont le milieu familial est une cellule close greffée artificiellemeent sur la société Française dont beaucoup de parents ne parlent même pas la langue!

  • Par BlackWanderer - 24/10/2013 - 10:27 - Signaler un abus fantasme ? vous plaisantez

    Voici un commentaire que j'ai posté il y a quelques mois, mais je hurle dans le désert. Personne ne dit la vérité ! D'après l'INED (institut national d'études démographique) la France estime à 15 millions d'immigrés et descendants directs (1ère et seconde génération née en France) entre 1970 ( 50 millions de consommateurs ) et 2010 (65 millions de consommateurs ), soit 30 % de population supplémentaire sans prendre les mesures associées ( écoles, logements etc...) traités comme des réserves futures de bétail électoral. Vous ne trouvez pas que çà suffit ?.

  • Par Sophile - 24/10/2013 - 10:41 - Signaler un abus ILs vivent où ces journalistes ????

    Sur une autre planète ??? Ils parlent toujours de "sentiment" d'insécurité !!! Ce sont ces mêmes médias qui tous les jours, nous rapportent tous les méfaits de ces étrangers bi-nationaux (profiteurs) qui ruinent notre pays et l'Europe. Ce n'est pas très cohérent, ou bien ils sont schizo !!!

  • Par esurlo - 24/10/2013 - 10:44 - Signaler un abus mesurer un sentiment ........

    ...pour le vérifier ..!..!.. ...c'est qu'on y croit pas .!. Et à partir de là , tout est bon pour discréditer cette idée. ...... La réalité dérange les tenants de l' idéologie toute faite du pret à penser . Dernière trouvaille des adeptes du métissage à tout crin (du notre bien sur) : "c'est inévitable , et nous n'avons qu'à nous adapter "......". Donc adaptons nous ou quittons le pays ....................

  • Par drzwi - 24/10/2013 - 10:47 - Signaler un abus .

    'insécurité culturelle', en langage courant : mœurs incompatibles (ie. Charia).

  • Par celajun - 24/10/2013 - 10:51 - Signaler un abus Toujours le même baratin

    Mais pourquoi aller interroger ces spécialistes auto-proclamés qui viennent répéter leur litanie mensongère sur les peurs irraisonnés, les fantasmes, alors qu'il suffit de regarder autour de soi, y compris en province, pour voir que tout ça n'a rien d'irraisonné et que par le biais du regroupement familial, de l'immigration illégale (et quoi qu'en disent les idiots compassionistes, ce sont des délinquants qui ne devraient jamais être régularisés : on n'a pas encore vu de juge -mais ça pourrait arriver avec les gauchos SM-déclarer que la voiture volée appartient à celui qui l'a volée alors que c'est qu'on fait lorsqu'on régularise les délinquants venus ou restés illégalement ) et légale, les nombres des étrangers qui ont des coutumes (tribales, ethniques, cultuelles, ce que vous voulez) incompatibles avec nos valeurs occidentales nées de la Grèce antique, de Rome et du christianisme vont en augmentant inexorablement.

  • Par vangog - 24/10/2013 - 10:54 - Signaler un abus L'ideologie immigrationiste qui a depossedé les Français des

    travaux dits "difficiles", en faisant croire que seuls les immigrés pouvaient les assumer, est en train de produire le même mécanisme avec les populations des ghettos et alentour... Mécanique de l'exclusion géneralisée favorisée par les immigrationnistes gauchistes qui ont détruits la France...et ce n'est pas fini!

  • Par creuxduloup - 24/10/2013 - 11:07 - Signaler un abus Rumeur ?

    Dans nos communes rurales où le tissu social est jusqu'à présent assez préservé, il n'y a pas vraiment de racisme. Celui qui a trouvé du travail dans nos entreprises ou nos usines est le bienvenu et peut s'installer sans souci, qu'elle que soit sa couleur de peau ou sa religion. Celui qui est du coin peut se retrouver vivant d'assistance s'il est accidenté de la vie. Mais celui qui vient d'ailleurs pour s'installer directement dans l'assistanat (ou dans la délinquance)est violemment rejeté. C'est assez normal dans un endroit ou le revenu moyen est généralement le smic...

  • Par credule - 24/10/2013 - 11:09 - Signaler un abus Principe de réalité

    visiblement ces chercheurs ont du mal avec le principe de réalité ! Je propose à ces messieurs de se rendre dans la sous-préfecture de la Drôme, DIE. Ils découvriront des femmes voilées ! Dur à supporter à Paris. Dans cette petite ville qui relève plutôt du village, on se dit à propos de ces penseurs qu'il y a des claques qui se perdent et je n'ai que du mépris vis-à-vis de cet aveuglement et de cet infantilisme

  • Par SkipJ - 24/10/2013 - 11:18 - Signaler un abus Les commentateurs d'Atlantico sont des ânes

    Ils se contentent de lire le titre de l'article, pas l'article ; la bio des auteurs (ho mon dieu, des intellectuels, quelle horreur !) et balancent leurs.. "avis" ? Forcément contre ces intellectuels déconnecté-de-la-réalité-vrais de fdsouche et JP Pernaud. Sauf que l'article va dans leur sens. Mais pour savoir ça, il faut lire... Merci à vous, j'ai même pas a expliquer mes désaccords avec cet article, vous en êtes l'illustration.

  • Par ARES - 24/10/2013 - 11:22 - Signaler un abus @ Anémone ...

    Bravo au moins cela vient du coeur et d'un réalisme ...

  • Par golvan - 24/10/2013 - 11:25 - Signaler un abus Le déplacement de populations

    Le déplacement de populations immigrées récentes à l'intérieur des frontières françaises n'est en aucun cas un fantasme, et il est organisé par les services sociaux en collaboration avec les préfets. Le troc consiste à faire financer par l'Etat des logements sociaux en échange de l'acceptation de populations "en surplus" dans une autre région, ou à déplacer certains "sans papiers" lorsqu'un département en est saturé. CE N'EST PAS UN FANTASME mais la réalité. Et lorsque des populations sans travail, sans fortune personnelle,sont logées et nourries chaque jour dans une région dont le marché de l'emploi est tendu, cela signifie clairement qu'elles vivent aux crochets de tous ceux qui travaillent dans cette région. Et bien évidemment, lorsque ces populations sont visibles puisque originaires d'Afrique, principalement, les autochtones en concluent fort logiquement qu'ils sont envahis, contre leur gré, par des populations indésirables. Le comble étant bien sûr les provocations incessantes des musulmans qui affichent délibérément leur refus de changer de moeurs et demandent un aménagement de l'espace public à leur profit !... " Et pourtant c'est vrai"

  • Par Pierre29000 - 24/10/2013 - 11:26 - Signaler un abus Quand a-t-on vote ?

    Quand a -t-on vote pour une France multiculturelle, multiraciale, metissee ? Jamais. Le choix a ete fait sans consulter le peuple. Maintenant le peuple se reveille.

  • Par GOGGOS - 24/10/2013 - 11:27 - Signaler un abus Avec des extraterestres dans les médias on pose cette question

    Si un jour il y avait des Français dans les médias particulièrement ceux qui parlent à la télévision (qui vivent dans la vraie France, avec les revenus de la classe moyenne ou des humbles pas celle des BOBOS) on n'oserait même pas poser cette question Il n’existe même pas une seule émission d’information EN DIRECT dans laquelle on ne pourrait pas couper les réponses de la population.

  • Par unlecteur - 24/10/2013 - 11:37 - Signaler un abus L'invasion allogène continue.

    L’ambassadeur de France en Algérie :«Depuis 5 ans, le nombre de visas délivrés aux algériens a pratiquement doublé. Ils seront 250 000 fin 2013 (à en bénéficier) » http://www.fdesouche.com/422007-lambassadeur-de-france-en-algerie-depuis-5-ans-le-nombre-de-visas-delivres-aux-algeriens-a-pratiquement-double-ils-seront-250-000-fin-2013-a-en-beneficier

  • Par francoise - 24/10/2013 - 11:44 - Signaler un abus Salon de l'emploi Paris

    Assise sur un banc, à côté d'une jeune fille, j'ai eu le temps de lire rapidement son cv, elle était algérienne, elle faisait le salon de l'emploi... C'est anormal vu le grand nombre de gamins (banlieues) qui cherche du travail. Quand je pense au tapage de SOS racisme sur la discrimination à l'embauche des jeunes des banlieues, que faisait-elle cette jeune algérienne au salon de l'emploi à Paris, place de la concorde (11 ou 12 octobre dernier). ?

  • Par wolfi - 24/10/2013 - 11:59 - Signaler un abus constat

    le constat de base est simple : à peine 10 % d'immigration de travail et 7 immigrés sur 10 en âge de travailler dont les seules sources de revenus sont les allocations diverses : donc, au bas mot, entre 70 et 90 % de la, population immigrée qui n'a strictement rien à faire sur le territoire français.

  • Par arminius - 24/10/2013 - 11:59 - Signaler un abus deux guignols

    On se laisse prendre par le titre et on se retrouve avec 2 bobos qui parlent de tout sauf d'une chose chère aux Français:LEUR PATRIE, qu'ils voient disparaitre peu à peu sous les flots de "leonardas" plus étrangers à nos moeurs séculaires les uns que les autres. Un de ces jours,ça va exploser!

  • Par saint just - 24/10/2013 - 12:05 - Signaler un abus Ils ne sont pas fous

    Mais ils sav ent ce qu'ils font en prônant une France multiculturelle, multiraciale etc. Tous ces spécialistes de l'AntiFrance ont 2 origines différentes mais qui se rejoignent. D'abord, les spécialistes: ceux qui militent au sein du DAL, d'éducation sans frontières, de France terre d'asile etc.etc. Ceux la militent depuis toujours pour une France métissée,et n'ont qu'un souhait: faire disparaître de France toute notion de nation, de race,de peuple. un vaste mélange qu'on ne trouverait que chez nous de cultures de religion de mœurs indifférenciés.. Ils sont dangereux, mais ne sont pas les plus dangereux, car leurs pouvoir sont tout de même limités. Les plus dangereux sont les dirigeants du patronat actuel, qui ,comme madame Parizot, prône une immigration de masse. Cela fait pression sur les salaires, d'une part, et d'autre part cela fait des consommateurs en plus pour les grands groupe de distribution,(Auchan, Casino etc.). Ils ont leurs enfants dans le privé, vivent dans des cocons loin des villes,et se foutent totalement de la pollution ambiante. C'est à eux, par l'intermédiaire de l'UMPS, qu'il faut dire STOP

  • Par rmgl - 24/10/2013 - 12:19 - Signaler un abus racisme, homos, race,

    racisme, homos, race, expressions sorties de l’intellect de quelques primates en vue d'élections, afin de culpabiliser la population qui se divise sur cette invention politicarde sans vergogne. J'avais des compagnons, dont l'un noir comme anthracite avec un nom à coucher dehors, excellent compagnon d'ailleurs. Au début, nous tous ne sachant pas prononcer correctement son nom, il nous invitât à l'appeler "le nègre" et il en était fier, d'ailleurs il revendiquait la "race nègre". Alors oui, je suis raciste.

  • Par Equilibre - 24/10/2013 - 12:21 - Signaler un abus La phrase et le mot IMPORTANT

    "désormais, c’est aux hôtes porteurs de la tradition culturelle autochtone de modifier leurs habitudes pour permettre aux personnes accueillies de maintenir leurs traditions EXOGENES." . Merci GS, merci l'ONU, l'UE et merci les politiques. Tout a été dit ou presque. Chacun chez soi et veaux, vaches et cochons seront bien gardés. Quant au fantasmes, m'ouarf, le remplacement de population est bien et bien effectif. Il est totalitaire d'imposer ceci à ces citoyens. Le neuvième cercle de la divine comédie, de Dante sera leur destination finale.

  • Par Darkmaninof - 24/10/2013 - 12:27 - Signaler un abus Le loup est dans la bergerie

    depuis des décennies mais les moutons ,eux,continuent de déblatérer ,le doigts bien enfoncés dans le derrière, sur le sexe des anges!

  • Par lsga - 24/10/2013 - 12:38 - Signaler un abus Dans les années 30, c'était cause des juifs

     

  • Par vangog - 24/10/2013 - 13:12 - Signaler un abus le FN coupera leurs allocations aux associations

    immigrationnistes, communautaristes et anti-France! Conservez la maitrise de votre vote!.... Et arrêtez les C.......

  • Par Nana de la falaise - 24/10/2013 - 13:35 - Signaler un abus Revirement,

    Tous ces sociologues, dont c'est le métier, donc, de décrire la société et d'en prévoir les évolutions qui écrivaient des articles dans lesquels personne n'aurait pu se reconnaître s'aperçoivent que, oh mais, ces gens là PENSENT et m..de, ils ne nous ont pas écouté et ils vont VOTER mal, très mal...

  • Par Glop Glop - 24/10/2013 - 13:37 - Signaler un abus Sortie du contexte de son époque... une phrase...

    "Quand j'entends le mot « culture », je sors mon revolver !"... c'est à peu ce qui va arriver avant la fin de la décennie, en France, comme en Europe (en reprenant la phrase de Baldur Von Schirach) quand sera évoqué le mot fantasme à propos "d'insécurité culturelle". L'insécurité changera de camp à ce moment précis et rien ne pourra l'arrêter. On n'a pas fini d'avoir des commémorations, des milliers de bouquins et de films, de documentaires à voir et de musées à visiter quand l'affaire sera finie... Mais là, ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas, ils l'auront tellement organisé pendant des décennies.

  • Par TESSA - 24/10/2013 - 13:44 - Signaler un abus NON NOUS NE SOMMES PAS RACITES

    Ce qui me choque c'est de voir des populations qui viennent sur notre territoire et refusent catégoriquement de se mélanger à nous. ces populations nous rejettent et on nous le montre d'une façon ostentatoire. par exemple quand je fais mes courses dans un supermarché, lieu ouvert à tous, je suis choquée de voir qu'il y a des rayons qui leurs sont exclusivement destinés. Quand je veux acheter par exemple de la pâte feuilletée il y a la pâte feuilletée pour les fidèles et la pâte feuilletée pour les infidèles..... pourquoi j'ai pas ce problème avec les nouilles chinoises ou les tacos ?

  • Par ISABLEUE - 24/10/2013 - 13:46 - Signaler un abus Bla bla de fonctionnaires

    certainement logés aux frais de la princesse... "Sentiment d'insécurité" ... maintenant vous faites rire le peuple.. Sortez un peu de votre cocon voIr qui vit en France maintenant.. Vous pouvez suivre les crachas sur le trottoir , les ordures déposées n'importe où.. et le bruit.. et c'est nous qui sommes "racistes".... je rêve.. Donnez nous Finkie qui va vous expliquer un peu la vie, la vraie VIE en France.

  • Par gile - 24/10/2013 - 13:48 - Signaler un abus Le sentiment de dépossession n'est pas un fantasme

    L'actualité est là pour nous rappeler tous les jours que bon nombre d'événements, souvent négatifs, ont pour origine les immigrés et l'islam. Où est le fantasme lorsque s'abat une chape de plomb sur toute tentative d'initier un débat sur ces sujets. Voyez le tollé mené par nos médias dès que Copé a évoqué la nécessaire réforme du droit du sol. La dépossession est totale. Non seulement la république est dépossédée de territoires entiers, mais les français eux-mêmes sont dépossédés du droit d'en parler librement. Du coup cette parole tue est confisquée par le FN qui en fait son fond de commerce et l'exploite à son profit. Dans cette affaire, une affaire qui sera au centre des pbs du pays dans les années qui viennent, les français ont un reproche à se faire. Ils peuvent et doivent se reprocher de n'avoir pas réagi plus tôt. Je dis cela car je crains que cela soit trop tard.

  • Par Thierry - 24/10/2013 - 13:52 - Signaler un abus On voit des choses quand même

    Anecdote vécue le mois dernier dans une grosse ville du nord de la France. Mariage en centre-ville d'un couple de maghrébins. Cavalcades de grosses voitures louées pour l'occasion (ça plutôt amusant), prenant les voies de bus et les rues en contresens, avertisseurs à fond, types assis sur le bord de la vitre, corps à l'extérieur, vociférant à qui mieux mieux (ça pas trop amusant) et puis, juste devant moi, une petite jeune fille de la même origine, visiblement non concernée par ce mariage, qui passe sur le trottoir et que j'entends lancer à la cantonade : "aux chiottes les Français !" (pas amusant du tout). Les gens comme moi étaient tous médusés et horrifiés d'assister à un tel spectacle. C'est ce genre de trucs que les Français de souche n'aiment pas et en ce qui me concerne, peur ou pas, je ferai tout pour empêcher ces dérives. Nous sommes les plus nombreux après tout et en plus nos ancêtres sont d'ici, ça donne des droits.

  • Par siegfred71 - 24/10/2013 - 13:56 - Signaler un abus c'est le prix a payer!!!

    nous sommes pietines sur notre sol,et je suis degoute plus par l'innaction de nos dirigeant que par les faits concernes,trop nombreux pour etre cites mais qui englobent notre culture et font du francais un etrangers sur son propre sol.les solutions laxistes aux problemes sont souvent plus profitables aux createurs de problemes qu'aux victimes...40 ans que ca dure.un vrai foutage de gueule des gouvernement succesifs. mais on doit quand meme admettre un juste retour a l'envoyeur qui sont nos siecles de colonies et de pillage des sol etrangers encore present aujourd'hui.(la loi du plus fort) en attendant je vis au present et il n'est pa question de laisser ces agitateurs imposer leur culture et bouffer la notre.L'islam dans leur foyer et cessons la perfusions d'avantages qui a tellement changer les valeurs sacrees du merite.mais nos politique s'en foutent et resignes ne font que reculer l'echeance qu'ils esperent pour le parti d'en face.incapable et affligeant tout cela!!!

  • Par jurgio - 24/10/2013 - 14:11 - Signaler un abus L'avantage du socialisme à la française

    est qu'elle fait une bouillie qu'on peut servir à tout le monde.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Bernard et Aymeric Patricot

Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé un certain nombre d’ouvrages dont : Les forces politiques françaises (PUF, 2007), Les forces syndicales françaises (PUF, 2010), le Dictionnaire de la politique et de l’administration (PUF, 2011) ou encore une Introduction à l’histoire du droit et des institutions (Studyrama, 2e éd., 2011).

Aymeric Patricot, diplômé d'HEC et de l'EHESS, agrégé de lettres, est professeur dans la banlieue parisienne. Il a publié plusieurs livres. Dernier en date : Les petits blancs, un voyage dans la France d'en bas (éditions Plein Jour, à paraître le 17 octobre 2013)

Jean Spiri est directeur associé chez Lysios Public Affairs, société spécialisée dans le conseil stratégique et la communication d'entreprise.


Read more at http://www.atlantico.fr/users/raphael-liogier-aymeric-patricot-jean-spiri#8xoc15Ec5pQZy2gA.99

Aymeric Patricot est diplômé d'HEC et de l'EHESS, agrégé de lettres, est professeur dans la banlieue parisienne. Il a publié plusieurs livres. Dernier en date : Les petits blancs, un voyage dans la France d'en bas (éditions Plein Jour, à paraître le 17 octobre 2013).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€