Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

On l'appelait "Emmanuel le bien-aimé". Et il finira comme Louis XV, mais ce sera moins long !

Dans le dernier sondage, le président de la République chute brutalement de 12 points. Son plus bas niveau. Voici pourquoi.

Fin de règne ?

Publié le
On l'appelait "Emmanuel le bien-aimé". Et il finira comme Louis XV, mais ce sera moins long !

 Crédit NICOLAS TUCAT / AFP

Après que Louis XV eut accédé au trône, les premières années de son règne furent tapissées de roses. On l'aimait. À tel point qu'il fut surnommé "Louis le bien-aimé". Mais tant va la cruche à l'eau qu'à la fin… Des roses ne restèrent plus que les épines. Il fut détesté. Et quand il mourut, le peuple alluma des feux de joie.

En cause, sa faiblesse coupable pour une certaine marquise de Pompadour. Celle-ci, Louise Antoinette née Poisson, devint, au mépris de toute étiquette ou de tout savoir vivre, sa favorite.

Il la couvrit de diamants et d'or. Louise Antoinette avait été élevée au couvent des Ursulines. On ne sait ce qu'elle apprit là-bas. Mais ce qui est sûr, c'est qu'elle entra dans le lit de Louis XV en femme très experte.

Emmanuel Macron a (avait ?) un favori comme Louis XV avait une favorite. L'élu répond au doux prénom d'Alexandre. Le couvent des Ursulines de ce gentil garçon, c'était le quartier sensible de La Madeleine à Evreux. On en sait ce qu'il apprit là-bas. Ce qui est sûr, ce que sa capacité à se servir de ses poings ne fut pas pour rien dans sa brillante carrière élyséenne.

Les faveurs du prince lui furent très bénéfiques. Pour lui ni diamants ni or : nous sommes en république quand même. Un salaire confortable de 6 000 euros net par mois. Un port d'armes. Un passeport diplomatique. Un grade de lieutenant-colonel de réserve de la gendarmerie. Une tentative pour faire de lui un sous-préfet.

Ce n'est pas rien. Quand des journalistes tentent d'analyser la descente aux enfers dans les sondages de Macron, ils évoquent le chômage, la CSG, les impôts. Et bien non ! Ce sont les frasques insolentes d'Alexandre qui plombent l'image d'Emmanuel.

Le peuple, bien que d'une patience à toute épreuve, n'aime pas les Pompadour. Quand elles se pavanent sous le regard bienveillant du prince, il vit ça comme une insulte. Louis XV régna soixante ans. Emmanuel 1er n'en a plus que pour quatre ans. On vous a dit que ce serait moins long…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par OLYTTEUS - 13/09/2018 - 10:26 - Signaler un abus Désastreuse

    recrue que ce Benhalla pour Jupiter!!!! et ce n'est pas fini, il a encore le temps d'aggraver sa toxicité....

  • Par ISABLEUE - 13/09/2018 - 11:52 - Signaler un abus que de personnes toxiques dans son entourage et détestées !!

    en plus il les attirent comme les mouches sur le miel.... Ecoeurant : Ferrant, benbella, belloubet , le petit Griveaux,le traitre Lemaire.;;; A croire qu'il voulait être président pour que bribri soit première dame de France... QUEL GACHIS !! encore 5 ans + le flan, on prend 10 ans dans les dents..... avec rien qui avance... à part leurs conneries du genre mariage pour tous, 80 km etc......

  • Par cloette - 13/09/2018 - 12:05 - Signaler un abus Nicolas Sarkozy

    Il a dit qu'il n'écoutait plus l'actualité .: " Vous croyez que Hulot, Benalla ,ça me manque ? " Eh bien nous, il nous manque un peu, son empathie nous manque car il n'y a guère d'empathie au sommet de l'Etat ....

  • Par Atlante13 - 13/09/2018 - 12:28 - Signaler un abus Perso, je me demande

    si une fin à la Louis XVI ne lui serait pas plus appropriée. Au train où il va avec les petits vieux qu'il méprise tant, il prend des risques incalculables.

  • Par assougoudrel - 13/09/2018 - 14:18 - Signaler un abus @Atlante13

    Je pense comme vous. Louis XVI. Quand à Louis XV, il fit beaucoup de grandes choses pour la France, ce qui est loin du cas Macron, bien au contraire. .....https://www.herodote.net/Louis_XV_1710_1774_-synthese-317.php

  • Par cloette - 13/09/2018 - 14:33 - Signaler un abus Louis XV

    est mort de la variole, dans l'indifférence du peuple et la réjouissance de la cour !

  • Par Borgowrio - 13/09/2018 - 17:01 - Signaler un abus De louis XV à François II

    Incorrigibles français qui ont cru une fois de plus à l'homme providentiel . Les grands réformateurs furent détestés dans un premier temps mais reconnus par la suite ( Thatcher , Shröder ) Tout le contraire de Macron , adulé par les médias et par la bobosphère pour son "courage "et qui s'enlise

  • Par morsang - 13/09/2018 - 17:03 - Signaler un abus C'est de la com.

    Jacques Médecin disait"les Francais veulent bien avoir un roi à condition de pouvoir lui couper la tête" Peut-être parlait-il un peu pour lui même.Il reste qu'au delà de "l'affaire" du "conseiller spécial" rien ne va plus en matière de "nouveautés" par rapport à "l'ancien monde" croissance en berne,chômage toujours haut,déficit public maintenu,dépenses publiques en augmentation,charges fiscales toujours plus lourdes,commerce extérieur en berne.Seule flamboie au vent :la com avec un nouveau gimmick tous les 15 jours.

  • Par Orchidee31 - 13/09/2018 - 19:57 - Signaler un abus Ah Sarko

    Oui Cloette il me manque beaucoup à moi aussi - c'était autre chose, Autre niveau, autre classe à côté de ces nullités - quel désastre ....

  • Par essentimo - 13/09/2018 - 20:26 - Signaler un abus lui a-t-on

    au moins retiré (à Benalla) ses promotions et avantages , car nous ne savons pas s'il a été définitivement licencié et a quelles conditions. Est-il possible d'avoir ses déclarations d'impôts , au nom de la transparence, bien sûr !

  • Par vangog - 13/09/2018 - 21:18 - Signaler un abus Un juste parmi cette cour obséquieuse?

    C’est la question que se posent les Français subjugués... »existe-t-il dans cette cour d'incompétents, de corrompus et de sectaires un seul juste? Même Benjamin Griveaux qui n’a pas la tête de garce de Schiavalpa, ni la tête des faux-cul de Ferrand, ni celle d’incompetente ahurie de Belloubet et qui fait même un peu enfant de coeur, n’a pas le courage de démissionner avant de lancer sa petite promotion pour la Mairie de Paris, grâce à des médias serviles, et à un appareil f’etat complaisant...tous des pourris! Jusqu’à la moelle...mais bon! C’est peut-être la nouvelle Pompadour du Monarque...

  • Par A M A - 14/09/2018 - 17:28 - Signaler un abus "Après moi le déluge" disait

    "Après moi le déluge" disait Louis XV cajolée par la délicieuse Pompadour. N'y aurait-il pas quelques similitudes??? Le genre des réjouissances moins délicates et de moins bon goût organisées dans justement le bel hôtel particulier de cette célèbre dame marque une sérieuse déchéance. Si Louis XVI a payé pour Louis XV, il faut plaindre le successeur du petit "Dieu Soleil" d'aujourd'hui.

  • Par guy bernard - 15/09/2018 - 07:18 - Signaler un abus les mêmes plats froids...

    de la régence à la revolution française, nous avons eu des économistes brillants : Law, Choiseul, Turgot, Necker, etc, et personne n'avait conscience de l'ampleur des mesures à prendre jusqu'à la revolution où l'etat français a été franchement en banqueroute en ayant, de plus, perdu ses élites et ses atouts. l'histoire ressert toujours les mêmes plats froids.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€