Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'ombre derrière Morsi : le Califat islamique, ce véritable objectif des Frères musulmans égyptiens

En Egypte, les Frères musulmans au pouvoir assurent vouloir instaurer un Etat islamique moderne. Mais derrière un habillage démocratique, la Constitution portée par les "Frères" est islamiquement bien corsée, puisqu'elle prévoit que "les principes de la charia constituent la principale source de la législation".

Chariament vôtre

Publié le

Comme le craignent les laïcs, qui défilent depuis des semaines contre le pouvoir et qui savent que le texte risque d’être approuvé par les masses manipulées, l’Egypte pourrait devenir bientôt un nouveau Pakistan. Au cas où certains compagnons de routes des Frères musulmans - dont bon nombre de faiseurs d’opinion et orientalistes occidentaux - douteraient des intentions islamistes radicales de Mohamed Morsi, écoutons les propos du Guide suprême des Frères musulmans d'Egypte : Mohamed Badie, qui a expliqué jeudi dernier, dans son message hebdomadaire, que le but de la Confrérie est "l’instauration d’un régime juste et raisonnable", un "Califat islamique juste".

Quant au Guide suprême adjoint des Frères musulmans, Khairat el-Shater, chargé par le Conseil d'orientation de la Confrérie de revoir la stratégie du mouvement dans l'ère post-Moubarak, il a précisé ce que veut dire un "régime juste et raisonnable", dans son discours du 21 avril 2011 : "Notre mission principale et globale est de renforcer la religion d’Allah sur Terre, de développer la Oumma et sa civilisation sur la base de l’islam, et d’amener le peuple à se soumettre à Allah sur Terre (...) Le rétablissement de l’islam dans sa conception englobante ; l’islamisation de la vie ; le règne de la religion d’Allah". Mais pour comprendre encore mieux la stratégie "progressive" des "Frères" dans les pays arabes comme en Europe, la suite du discours est précieuse : "La méthode des Frères pour réaliser cette mission globale nous a été enseignée : l’imam Al-Banna (qu'il repose en paix), par sa compréhension de la méthode du Prophète (PSL), a défini un certain nombre d’étapes et d’objectifs secondaires qui, une fois accomplis, aboutiront à la réalisation de cette mission globale. (…) Il faut commencer par construire l’individu musulman, la famille musulmane, la société musulmane, le gouvernement islamique, l’Etat islamique global (Califat) et le statut d’Ustathiya (supériorité ou éminence de la société islamique parmi les nations) de cet Etat. Alors la mission globale sera réalisée, à savoir la toute-puissance de la religion d’Allah. (...) Il s’agit d’un projet global connu sous le nom de Projet islamique" (Source : Khairat al-Shater on "The Nahda Project", cf traduction par le Hudson Institute, 10 avril 2012).

Ces phrases font froid dans le dos de ceux qui croient encore que les "Frères" ont "changé" ou qu’ils sont de simples "conservateurs". Car leur univers réel est celui, "englobant", du totalitarisme, en tant que système politico-religieux total qui régit toutes les sphères de la vie des hommes et qui ambitionne de dominer politiquement et non pas seulement religieusement l’univers par tous les moyens. Ces moyens comprennent le double discours, l’instrumentalisation des droits de l’Homme ou de la démocratie, etc. car dans le totalitarisme, la fin justifie les moyens. Et comme les deux précédents, le rouge et le brun, le totalitarisme vert des Frères musulmans fonctionne au carburant de la haine de l’autre et des minorités maléfiques désignées à la vindicte populaire : les Juifs, complices des sionistes israéliens, et ennemis de l’islam ; les "mauvais musulmans", "traîtres à la Oumma", et bien sûr les chrétiens autochtones, "complices des croisés". Pas de surprise donc à ce que les dignitaires des "Frères" désignent depuis quelques temps les chrétiens coptes comme les boucs émissaires et incitent de plus en plus explicitement, à la violence contre eux. C’est ainsi que la chaîne des "Frères", MISR25, a accusé l'Eglise copte égyptienne d’être à l’origine des manifestations anti-Morsi, affirmant que les Coptes forment 60% des opposants et que des armes utilisées contre les manifestants provenaient d'un quartier chrétien… Cherchez la différence de nature avec les méthodes des salafistes, qui accusent les chrétiens d’être à l’origine des caricatures ou films anti-islam qui "souillent le Prophète" et soutiennent la Constitution de Morsi et donc des "Frères", qui partagent avec eux une idéologie que l’on appelle... la salafiya.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mesita - 10/12/2012 - 07:27 - Signaler un abus L’islamisme modéré est un

    L’islamisme modéré est un peu comme le bolchévisme modéré : cela n’existe pas.

  • Par ZOEDUBATO - 10/12/2012 - 08:04 - Signaler un abus Qui a écrit des dithyrambes sur la démocratie qu'allait apporter

    le printemps arabe et la révolution soit-disant populaire en Tunisie, en Egypte et maintenant en Syrie ?

  • Par troiscentsalheure - 10/12/2012 - 09:12 - Signaler un abus A ZOEDUBATO

    Qui est allé faire la guerre en Libye avec notre argent ? Il n'y a plus qu'un pays non islamiste de l'autre côté de la Méditérrannée alors qu'aucun de ces pays n'était islamiste avant l'arrivée de Sarkozy au pouvoir...

  • Par Jean-Francois Morf - 10/12/2012 - 10:52 - Signaler un abus 666 ans avant la charia (Hégire) en 622, soit en -43, il y a eu:

    666 ans avant la charia (Hégire) de 622, soit en -43, il y a eu: La plus grande comète connue, la comète de César, C/-43 K1 http://en.wikipedia.org/wiki/Comet_Caesar Et, comme tous les 5 ans, en -43, -38, -33, -28, -23, -18, -13, -8, un recensement de l'empire romain, que le sénat avait décidé de diviser en 3 parts pour le triumvirat... Vous croyez encore que les Chrétiens ont commencé à compter 1,2,3 ans APRES Jésus Christ lorsque Jésus avait 1,2,3 ans d'âge, alors que les chrétiens n'existaient pas encore, et que Jésus était vivant? Jamais! les chrétiens ont compté après JC après JC retourné au ciel. Et comme 12 mois lunaires ne font que 354,367 jours, soit 3% de moins qu'une année réelle, le calendrier actuel est décalé par rapport aux premiers calendriers chrétiens, sans compter qu'un pape a mis son grain de sel et augmenté involontairement le décalage... Bref, je crois que la comète de César, un beau jour à minuit, a passé dans le cylindre d'ombre de la terre, et s'est arrêtée d'éclairer les rois mages. Ils étaient en pleine campagne, et trouvèrent Jésus dans un abri à bestiaux... Quand à la Bible, elle nous annonçait bien un futur Anti-Christ, pour 666 ans après Christ...

  • Par bp50lecture - 11/12/2012 - 09:58 - Signaler un abus Califat islamique!

    Mais bien sûr, quel intellectuel Français peut encore dire qu'il y a un Islam modéré, qui pourrait entrer dans le moule démocratique, héritier de la révolution de 1789? Voilà la démonstration que le Coran PLUS les Hadiths sont inséparable pour qui veut gouverner là-bas et pas seulement, car à Bruxelles, un parti Islam a été élu,,, Après 50mn d'interview le leader a clairement dit que le but était d'arriver au pouvoir, même dans 20ans et d'appliquer la CHARIA! Des mesures sont à prendre dans nos démocraties avant qu'il ne soit trop tard.

  • Par Teo1492 - 11/12/2012 - 21:19 - Signaler un abus Entièrement d'accord !

    mais nos dirigeants semblent hypnotisés par l'Islam (ou peut-être l'argent des musulmans...)

  • Par consulaire - 11/12/2012 - 23:17 - Signaler un abus Par troiscentsalheure -

    Par troiscentsalheure - 10/12/2012 - 09:12 - A ZOEDUBATO non, cde printemps Arabés ( printemps !?vraiment ?) doit surtout à Barack Hossein Obama, et sa nouvelle politique envers le moyen orient. comment le lui reprocher ? son papa était musulman, ses sympathies ne peuvent aller au très occidental Israël ! aaah lala, "les rêves de mon père" !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€