Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

OGM : comment la France se prive du potentiel de croissance de l'alimentation 2.0

L’excès de précaution fait obstacle au progrès scientifique, condamnant la France à passer à côté de la révolution qui est en train de se jouer dans les casseroles. Décryptage comme chaque semaine dans votre rubrique du buzz du biz.

Le buzz du biz

Publié le

A l’heure d’Internet et du numérique, l’innovation n’est pas réservée aux geeks : elle se joue aussi dans la cuisine. A en croire le buzz et les relais dans la presse, c’est une véritable révolution qui est en train de se jouer dans les casseroles… ou plutôt les éprouvettes.

Dans l’alimentation, il y a d’abord les projets fous. Ceux qui font se renverser sur leur chaise plus d’un Français amoureux des produits traditionnels et défenseurs de la gastronomie nationale. Ceux qui annoncent la "fin de la nourriture"… Soylent est le plus emblématique d’entre eux, comme le montrait le New Yorker récemment dans un long reportage consacré à la start-up : ses fondateurs ont entrepris de remplacer les repas par une solution buvable, équilibrée et finement dosée.

Heure numérique oblige, la recette est en accès libre et la communauté des consommateurs travaille chaque jour à l’enrichir et la commenter.

Tout le monde ne travaille pas à la "fin de la nourriture" ; il y a aussi tous ceux qui cherchent, testent, innovent. C’est l’œuvre de Monsanto, LE leader mondial de l’agroalimentaire. Le groupe, qui fait l’objet d’articles denses ces dernières semaines (voir Les Echos ou Le Figaro), travaille à des innovations alimentaires, notamment fondées sur des organismes génétiquement modifiés ("OGM"). Pour ses détracteurs, c’est la fin des haricots ! Pour ses défenseurs, au contraire, Monsanto avance des pistes permettant d’assurer une meilleure productivité mais également de proposer des solutions alimentaires pour l’avenir : des aliments plus sains, plus forts, plus nourrisants.The Economist relevait ainsi début mai que les OGM sont "l’un des outils les plus prometteurs pour nourrir une population mondiale qui devrait atteindre un jour 9 à 10 milliards d’individus".

En France, l’attitude est hostile. Dans sa bienveillance éternelle fondée sur un savoir scientifique visionnaire (qui comme chacun le sait, n’a jamais été démenti), l’Etat a décidé d’interdire la culture des OGM. Le gouvernement vient encore de confirmer cette tendance, en décidant de suspendre la commercialisation du maïs MON810. Il n’est toutefois pas le seul à se montrer réticent : aux Etats-Unis, l’Etat du Vermont vient d’obliger l’étiquetage spécifique des aliments génétiquement modifiés. La mesure, décriée, pourrait contribuer à ralentir la recherche selon ses opposants.

Car c’est bien ce dont il s’agit : de recherche et d’innovation. "L 'alimentation 2.0" ("Food 2.0"), comme la désigne la revue du MIT, est d’abord une révolution scientifique. Elle cherche, par exemple, à améliorer la santé des consommateurs. Aux Etats-Unis, Richard Yu veut ainsi créer des "yaourts" (ou tout comme) médicaments : "envoyez à quelqu’un un paquet de poudre de yaourt qui a été traitée, et s’il a du lait et un pot, vous pouvez faire un médicament". Cette Food 2.0 travaille également sur de nouveaux produits qui pourraient permettre de réduire les besoins agricoles : moins de terre, moins d’eau, moins d’énergie, moins d’animaux aussi (Hampton Creek, par exemple, travaille à trouver des substituts aux œufs).

En matière de recherche, l’excès de précaution est aussi synonyme d’obstacle au progrès scientifique. Les inquiétudes sont réelles et légitimes : les Français demandent d’ailleurs plus de transparence en matière alimentaire. Mais la frilosité est coûteuse… Il est regrettable qu’elle conduise la France a prendre beaucoup de retard, par pur dogmatisme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 23/05/2014 - 00:19 - Signaler un abus Ah malheureux! vous citez Monsanto, le plus grand épouvantail

    à écolo-réactionnaires qui existe depuis la création de cette vénerable entreprise! Ces nuisibles fondent comme des étourneaux sur les grasses prairies à OGM qu'il protége imparfaitement... De ce coté là, c'est mort! car les écolo-bobo-parisiens, adeptes du bio-plus-cher du marché Raspail, ne sont pas ceux qui vont bouffer du maïs OGM-moins-cher chez ALDI... Et des trotskystes archaiques, ils ont hérité les bonnes vieilles techniques de guérilla anti-capitaliste et de manipulation des benêts... Ne rêvez pas! Car l'innovation agronomique est morte pour la France (et elle n'est pas la seule), enterrée sur l'autel de la bien-pensance ecolo-gauchiste...pais à son A.M.E!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Il écrit sur www.toujourspluslibre.com

Twitter : @erwanlenoan

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€