Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Occident redevable à la science arabe médiévale ? Oui, mais c'était avant l'inexorable régression scientifique du monde musulman

Nous croyons tous aujourd'hui à l'idée réconfortante selon laquelle l'histoire humaine se déroule comme un progrès continu. Chaque jour, la science nous épate de ses découvertes. Et pourtant, nous nous trouvons aujourd'hui face à un paradoxe gigantesque. Dans cette utopie hyperconnectée et hyperinformée, l'ignorance gagne chaque jour du terrain et les exemples se multiplient d'obscurantismes qui se renforcent autour de nous. Extrait de "La longue montée de l'ignorance" de Dimitri Casali aux Editions First (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
L'Occident redevable à la science arabe médiévale ? Oui, mais c'était avant l'inexorable régression scientifique du monde musulman

On évoque souvent dans les medias la brillante civilisation musulmane qui s'épanouit du viie au xive siècle, en insistant abondamment sur le fait que l'Occident serait redevable à la science arabe médiévale. C’est un phénomène historique avéré. Cependant on omet presque toujours de citer l’incroyable décadence qui suivit et ses conséquences directes : une immense perte de savoir et une lente montée de l’ignorance. Entre le xvie et le xxe siecle, le déclin scientifique du monde musulman dans de nombreux domaines est patent.

Selon le Prix Nobel de physique Abdus Salam (1979) :  "De toutes les grandes civilisations de la planète, la communauté islamique est celle qui a fait a la science la place la plus restreinte" (cite par Anne-Marie Delcambre dans L’Islam des interdits, Desclee de Brouwer, 2003).

Aujourd’hui, le discours bien-pensant a propos d’un islam éternellement lumineux nuit à une compréhension objective de ce phénomène de declin.  L'Occident a certes bénéficie de la présence musulmane en Andalousie et en Sicile, carrefours civilisationnels, où les savants arabes furent des passeurs de connaissances. Ils nous ont facilite la transmission de notre héritage grec longtemps préservé uniquement a Constantinople. Essor de la géographie (de la cartographie en Sicile), de la philosophie, de la médecine, des mathématiques, toutes ces avancées imprégneront l’Europe : le zero, invente en Inde, arrive sur le continent européen grâce aux Arabes.

Les moulins à vent, les moulins a eau (y compris ceux qui utilisent les marées), la trigonométrie, les voiles latines, les techniques d'irrigation sont développées par les Arabes, le papier venu de Chine est transmis aux Occidentaux au xie siecle (à Xativa en Espagne, puis au xive siecle à Fabriano en Italie) et la poudre au xive siecle. Concernant l’algèbre, on sait que la plupart des savoirs arabes sont directement issus des connaissances antiques, grecques, indiennes et babyloniennes. Dans le domaine de la philosophie, Thomas d’Aquin (1224-1274) s’inspire des commentaires sur Aristote du plus fameux de tous les savants arabes : Averroès (1126-1198), né à Cordoue en Espagne. Toutefois, on se garde toujours de mentionner qu’il fut condamne par les tenants de la tradition, banni pour hérésie et que ses livres furent brules. Il meurt en parfait inconnu. Ce sont les traductions latines médiévales de son oeuvre qui permirent a la pensée d'Averroès de survivre des la première moitie du xiiie siecle. Celle-ci alimentera les débats théologiques et philosophiques occidentaux, notamment a la Sorbonne.

Un autre fait majeur est passé sous silence : nombre de ces traducteurs arabes étaient bien de langue arabe mais n’etaient ni arabes ni musulmans. Ils furent juifs comme Moise Maimonide, Ibn Tibbon ou Yossef Kimhi, chretiens principalement syriaques, ou encore perses comme Avicenne ou Al-Farabi, héritiers de l’antique savoir de la civilisation des Achemenides (vie-iiie siecle avant J.-C).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 18/03/2017 - 20:06 - Signaler un abus Une science arabe largement,

    Une science arabe largement, sinon totalement, empruntée aux Perses, aux Byzantins, aux Indiens, aux Chinois. aux Coptes. Ce n'est pas l'occupation de hauts centres culturels comme Damas, Bagdad ou Le Caire , par les armées musulmanes qui a fait soudainement des bédouins arabes venues du désert qui les composaient des scientifiques et des philosophes de génie. S'y étant installés en dominateur ils se sont attribués la paternité de leurs richesses intellectuelles On peut les flatter, mais jusqu'à un certain point quand même. Après, c'est trop.... .

  • Par MIMINE 95 - 19/03/2017 - 10:22 - Signaler un abus POURQUOI.....?

    La version française du livre de Serafin Fanjul paru sous le titre : "Le mythe Al Andalous: Coexistence des religions dans l'Andalousie musulmane" en 2016 est aujourd'hui absolument introuvable, pour quelles raisons n'est il pas réédité?

  • Par MIMINE 95 - 19/03/2017 - 10:29 - Signaler un abus POURQUOI.....?

    La version française du livre de Serafin Fanjul paru sous le titre : "Le mythe Al Andalous: Coexistence des religions dans l'Andalousie musulmane" en 2016 est aujourd'hui absolument introuvable, pour quelles raisons n'est il pas réédité?

  • Par Geolion - 19/03/2017 - 10:37 - Signaler un abus Ils n'ont rien inventé !

    Les Arabes n'ont rien inventé ! Ils se trouvaient entre l'Asie et l'Occident et se sont contentés de transmettre à l'occident ce qui leur arrivait de l'Asie. Le zéro c'est la Chine, puis l'Inde ; les chiffres "arabes", même chose. Et chaque fois ils faisaient croire qu'ils avaient inventé ces notions ! Ils se sont contentés de plagier et d'usurper ! Ils ont même fait croire, avec l'avènement de l'islam, que le christianisme et le judaïsme sont placés , de fait, sous sa coupe via Allah !! Avec l'arrivée de l'islam c'est la fossilisation, l'enfermement, l'asservissement des musulmans qui s'installe et qui perdurera tant que le coran et les hadiths perdureront !

  • Par Geolion - 19/03/2017 - 10:41 - Signaler un abus Le début du titre de l'article est faux...

    "L'Occident redevable à la science arabe médiévale ?" Réponse à la question : NON , C'EST FAUX !

  • Par JLH - 19/03/2017 - 12:05 - Signaler un abus Mais non, l'occident n'est pas redevable

    Pendant qu'à partir du 8ième siècle, et surtout plus tard au 10ième et 11ième siècle les musulmans, tous n'étant pas arabes, accédaient au "miracle grec", à la numération indien (zéro), et en faisait développaient certaines connaissances, l'occident chrétien produisait la philosophie politique et la critique historique des écritures, ce que l'hanbalisme a totalement bloqué, très rapidement (9ième siècle). Que faisons nous des écrits de St Ouen (Didon), St Eloi, Guilleaume de Cambrai, Adalbaron de Laon, l'encyclopédique St Isidore de Séville, mort 4 ans après Mahomet, l'année de la bataille de Yarmouk, que faisons nous de Bertrand de Chartres, de Pierre de Cluny, de St Bernard, d'Eloise et Abélard, et la dialectique, contemporains d'Averroes qui fut persécuté par les almohades. Le foisonnement et la liberté de ce foisonnement intellectuel européen ont construit le millénaire de la domination européenne. N'oubliez pas que l'Alhambra est contemporain des cathédrales gothiques ! A cette époque, l'occident Chrétien dépassait déjà très largement l'orient musulman mais les techniques commerciales, financières, industrielles étaient déjà très en avance.

  • Par patrice Binet-Decamps - 20/03/2017 - 10:49 - Signaler un abus Merci

    Tres bon article Merci. Et puis pour rajouter de l'eau au moulin = la victoire de la bataille de Poitiers est en grande partie redevable au fait que les chretiens avaient des étrillés, et pas leurs adversaires....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dimitri Casali

Dimitri Casali, historien, spécialiste de l'enseignement de l'Histoire, est l'auteur de Désintégration française (JC Lattès, 2016), du Nouveau manuel d'histoire (La Martinière, 2016), de L'Empire colonial français (Gründ, 2015), d'Ombres et Lumières de l'Histoire de France (Flammarion, 2014), du manuel Lavisse-Casali Histoire de France, de la Gaule à nos jours (Armand Colin, 2013), et de L'Histoire de France interdite. Pourquoi ne sommes-nous plus fiers de notre histoire (Lattès, 2012). Son dernier livre, La longue montée de l'ignorance, est paru aux éditions First (mars 2017). Il collabore régulièrement avec la presse écrite, la radio, la télévision. Pour plus d'informations, consultez le blog de Dimitri Casali : http://dimitricasali.fr/

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€