Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les obsessions sexuelles de Kadhafi

Célibataires, mariées ou mineures, le dictateur libyen n'avait aucun scrupule. La femme était une chair à consommer, à harceler, à violer. Annick Cojean rapporte les propos des femmes qui ont été la cible du dictateur. Extrait de "Les proies" (2/2).

Prédateur

Publié le

Tous les lieux fréquentés par les femmes pouvaient être sources d’approvisionnement pour le Guide, y compris les prisons où l’on a vu une de ses gardes du corps venir faire des photos de jolies détenues. Les salons de coiffure et de beauté étaient une source privilégiée, visités assidûment par ses rabatteuses. Les fêtes de mariage en étaient une autre. Il adorait se rendre à ces festivités où les femmes revêtaient leurs plus beaux atours. S’il ne pouvait s’y rendre lui-même, il y dépêchait ses émissaires et passait un temps fou à visionner photos et vidéos prises à cette occasion.

Un photographe du centre de Tripoli me l’a confirmé, qui trouvait toujours mille prétextes pour ne pas remettre à Bab al-Azizia les copies des reportages de mariage qui lui étaient demandées. Des jeunes filles me confirmeront avoir renoncé d’elles-mêmes à se rendre à certaines de ces fêtes organisées dans de grands hôtels de Tripoli par peur d’être ainsi filmées et repérées plus tard pour le Guide ou sa clique. D’autres parents vivront dans cette angoisse, interdisant à leurs filles, déjà privées de rencontres sociales, de s’attarder aux fêtes et défilés, a fortiori lorsqu’ils avaient lieu dans l’enceinte de Bab al-Azizia.

[…]

Ses employés, chauffeurs, gardes, soldats étaient souvent sollicités pour lui faire parvenir les photos et films de leur mariage. Certains, au départ, étaient plutôt touchés de l’intérêt du Guide. Mais tous ont déchanté. Si une invitée, sœur, cousine, avait l’heur de lui plaire, ils étaient chargés de provoquer une rencontre. Et advienne que pourra. Mais si c’était la jeune mariée qui tapait dans l’œil du maître, ils ne l’apprendraient que lorsqu’il serait trop tard. Le Colonel se débrouillerait pour les éloigner de leur foyer, au prétexte d’une mission, et en profiterait pour convoquer leur épouse ou lui rendre visite. Une visite non courtoise qui, si la femme résistait, conduisait à un viol.

[...]

Infirmières, institutrices, puéricultrices étaient également ciblées. La directrice d’une crèche de Tripoli m’a notamment raconté comment l’une de ses jolies employées a reçu un jour la visite de trois amazones venues lui demander de se joindre à une équipe de jeunes femmes choisies pour accueillir à l’aéroport, avec des fleurs, une délégation d’Afrique du Sud. « Surtout, faites-vous belle ! » Quelques jours plus tard, elles passaient la chercher dans un minibus qui, soudain, quitta la route de l’aéroport et obliqua vers Bab al-Azizia.

[...]

Kadhafi réapparut alors, et il ne souriait plus. Ses intentions étaient très claires. La fille a paniqué : « Je vous en prie, ne me touchez pas. Je suis de la montagne. Et j’ai un fiancé ! — Je te donne le choix, a répondu le Guide : ou bien je le tue, ou bien je te laisse l’épouser, je t’offre une maison et tu nous appartiendras à tous les deux. »

____________________________________________

Extrait de "Les proies", Grasset (12 septembre 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sam75 - 23/09/2012 - 09:18 - Signaler un abus Journaliste Française

    Memonna Hintermann raconte dans un livre comment elle a échappe de peu aux assauts de Khadaffi qu'elle était venue interviewer.

  • Par CN13 - 23/09/2012 - 11:28 - Signaler un abus Bon, c'est bien de faire un livre...

    sur le sort de cette pauvre femme. Mais les gains récoltés par la vente de ce livre seront-ils versés pour aider cette pauvre femme qui doit encore se cacher des autres bonhommes au risque de se faire lapider ? ou bien vont-ils directement dans la poche de l'Editeur et de la journaliste ?

  • Par langue de pivert - 23/09/2012 - 14:45 - Signaler un abus inchallah ! ☺

    Celui qui a vécu par le sexe périra par le cul !

  • Par vigil - 23/09/2012 - 17:38 - Signaler un abus et pourtant

    Avez-vous remarqué que depuis 2, 3 ans, tous les reporters envoyés par nos chaînes dans les pays arabo/musulmans, sont des femmes, le plus souvent jeunes et belles. On se demande bien pourquoi ?

  • Par Gégé Foufou - 24/09/2012 - 08:56 - Signaler un abus Et DSK pndant ce temps

    Et DSK il participait ou bien était il le conseillé de Kadafi ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Annick Cojean

Annick Cojean est grand reporter au journal Le Monde. Elle est l'auteur de plusieurs livres dont FM, la folle histoire des radios libres, écrit avec Eskenazi et Retour sur images, publié chez Grasset.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€