Lundi 21 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nucléaire iranien : si elles n'agissent pas, les puissances occidentales ne pourront bientôt plus rien contre la République islamique

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé jeudi devant l'ONU la mise en place d'une "ligne rouge claire" pour empêcher l'Iran de se doter d'une arme atomique. Malgré les résolutions des instances internationales, l'Iran a continué son enrichissement d'uranium.

Le temps presse

Publié le 30 septembre 2012
 
"Je tiens la fausse intelligence avec laquelle les petits
esprits veulent échapper au danger pour la chose la plus
funeste qui puisse inspirer la crainte et la peur".
Clausewitz
 

Voici près de dix ans que le conflit autour du programme nucléaire iranien a commencé de se nouer. Malgré les diverses résolutions du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et du Conseil de sécurité des Nations unies, le régime islamique iranien n’a eu de cesse de développer sa capacité à enrichir l’uranium et d’entraver les efforts de l’AIEA pour lever le voile quant à la dimension militaire de ce programme. Celui-là entre dans une " zone d’immunité " et les décisions ne pourront plus longtemps être différées sans engendrer de graves conséquences stratégiques et géopolitiques. Du fait de leur ampleur, elles reposent sur les épaules des puissances occidentales à hauteur de leurs responsabilités historiques.

Un échec de la diplomatie

A ce stade du conflit, il n’y a guère de place pour le doute quant aux intentions du régime iranien et le semblant de négociation amorcé en 2003, négociations interrompues par de longues périodes d’atermoiement, aura surtout permis à Téhéran de gagner du temps et d’avancer sur la voie de l’atome militaire. Au vrai, le président iranien en titre, Mahmoud Ahmadinejad, nous avait averti du fait que le programme nucléaire était "une locomotive sans frein, ni marche arrière" (20 février 2007). Les inspections de l’AIEA sur les sites iraniens suspects n’ont pu être conduites en raison des obstacles dressés par le pouvoir. Quant aux deux dernières réunions organisées entre Téhéran et les  "5+1" (les membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne), à Istanbul puis à Moscou en avril et en juin 2012, elles auront été de nouveaux échecs.
 
Publié le 30 août dernier, un nouveau rapport de l’AIEA met en exergue le refus de Téhéran de coopérer avec les inspecteurs dépêchés par cette organisation qui, en ce domaine, représente la communauté internationale. Parmi les sites dont l’AIEA s’est vu refuser le plein accès, mentionnons la base militaire de Parchin, près de Téhéran. Le régime est soupçonné d’y avoir mené des tests d’explosion applicables au nucléaire (le site est en cours de  "nettoyage"). L’accès aux scientifiques les plus investis dans ce programme ainsi qu’aux informations nécessaires pour dissiper les vastes zones d’ombre est aussi difficile, voire impossible. De surcroît, le rapport de l’AIEA souligne le doublement de la capacité d’enrichissement de l’uranium sur le site de Fordow, près de Qoms. Téhéran dispose d’une quantité encore accrue d’uranium enrichi à 20%. Dès lors, le passage à 90% – c’est le seuil nécessaire pour réaliser une arme nucléaire – est à portée de Téhéran.
 
Longtemps, le déni aura été la norme dans une partie de l’opinion dite éclairée mais les choses changent peu à peu. Ceux-là même qui se montraient sceptiques quant à l’ambition nucléaire iranienne – orientalistes amoureux de leur objet ou locuteurs patentés des langues persanes –, expliquent désormais qu’un tel évènement serait insignifiant. Demain, ils cultiveront plus encore le paradoxe et prétendront démontrer les avantages d’une puissance nucléaire iranienne, au Moyen-Orient comme pour l’ensemble des équilibres mondiaux. La dissuasion nucléaire et ses effets pacifiants ne constitueraient-ils pas une sorte de loi du monde ? Sophismes et paralogismes seraient censés nous préserver du danger. Ce sont là tactiques d’évitement.
 
Nous pourrions disserter sur la nature des régimes politiques et les prolongements induits au plan extérieur, sur le fait que la symétrie des arsenaux peut s’accompagner d’une asymétrie morale entre leurs détenteurs, sur les intentions hostiles proclamées du régime iranien ou encore les risques et menaces d’une prolifération en cascade dans une région névralgique, égarée entre haines ataviques, idéologies mortifères et conflits multiples. Au vrai, la seule intelligence de ce qu’est le "Politique", saisi dans son essence, devrait suffire à anticiper la menace que constituerait un Iran nucléarisé. Du point de vue de l’homo politicus, cela relève des "certitudes-formes de vie" et des logiques profondes qui génèrent l’hostilité. Malheureusement, les sociétés de notre modernité tardive sont elles-mêmes à la dérive. Démonie de l’économie, affolement des techno-sciences et ruptures anthropologiques semblent avoir anesthésié le sens du tragique et la perception des dangers.
 

Le temps presse

 
Certes, la conjugaison de sanctions économiques alourdies au fil des ans (l’UE a mis en place un embargo pétrolier au 1er juillet 2012), de pressions diplomatiques et d’opérations clandestines, sur lesquelles un coin du voile a été levé, ont affaibli l’Iran. La bascule de la Syrie dans la guerre et l’incapacité du régime baassiste à reprendre le contrôle intégral de la situation ont aussi un grand impact sur les équilibres régionaux, le régime iranien ne disposant guère d’autres alliés au Moyen-Orient. Au Liban, le Hezbollah en subit les contrecoups, le territoire syrien jouant jusqu’alors le rôle de plaque tournante dans les relations avec l’Iran (notamment pour le trafic d’armes). L’ "arc chiite" tant redouté par les régimes arabes-sunnites du Moyen-Orient est d’ores et déjà bien endommagé. Le 13 septembre dernier, le vote par le Conseil des gouverneurs de l’AIEA d’une nouvelle résolution a encore accru la pression sur Téhéran.
 
Pourtant, l’isolement diplomatique dont est affecté l’Iran doit être nuancé. Cet "État-paria" préside actuellement le Mouvement des non-alignés (MNA) et il s’est révélé en mesure d’organiser à Téhéran un sommet auquel de nombreux chefs d’État et de gouvernement ont participé (16e sommet du MNA, 26-31 août 2012). S’il ne faut certes pas y voir un ralliement pur et simple au régime iranien et à ses orientations, le fait est pourtant que
nombre des États présents ne font pas de la lutte contre la prolifération une priorité politique et diplomatique. On soulignera à ce propos qu’au sein du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, l’Égypte et la Tunisie se sont abstenues de voter la dernière résolution en date (celle-là a été votée par 31 États sur 35).
 
Par ailleurs, beaucoup de "non-alignés" sont prompts à apporter leur concours verbal à Téhéran, pour peu que les dirigeants iraniens instrumentalisent les haines qui se focalisent sur Israël, l’État hébreu étant perçu et présenté comme la quintessence de l’Occident. Sur un plan plus général, la Russie comme la Chine persistent dans leur ambivalence. Si ces deux États sont parties prenantes des efforts de la Communauté internationale pour refouler les ambitions iraniennes, ils ménagent en fait le partenariat géopolitique qui les lie à l’Iran. Dans les conflits entre l’Occident et certains pays du Sud, Pékin et Moscou se posent sur le fléau de la balance et font prévaloir leurs intérêts de puissance, sans grand souci des responsabilités internationales qui leur échoient.
 
Aussi et surtout, le temps commence à faire défaut, le programme nucléaire iranien s’approchant dangereusement d’une "zone d’immunité". L’expression ne désigne pas tant les seuils technologiques en passe d’être franchis que la capacité de Téhéran à préserver ses installations contre une campagne de bombardements aériens et de frappes de missiles. C’est le site de Fordow – creusé dans une montagne, sous 90 mètres de granite – qui est ici en question (Fordow se trouve à proximité de la ville religieuse-chiite de Qoms). Bientôt, des installations cruciales pourraient être totalement à l’abri des vues et coups des puissances occidentales, conférant ainsi à Téhéran une sorte d’invulnérabilité. Il sera alors trop tard, si l’on veut s’en tenir à une stratégie aérospatiale, pour arrêter à moindres risques cette machine infernale.
 

Une conception altière de la souveraineté

Par voie de conséquences, les instances politiques des puissances occidentales pourraient être rapidement amenées à trancher entre les antinomies de l’action historique (il faut choisir le moindre mal). C’est là une question de souveraineté, au sens le plus noble et éminent du terme. Trop souvent, la souveraineté est invoquée pour justifier le laisser-aller des finances publiques, l’expansion de la sphère étatique très au-delà des fonctions régaliennes, la perpétuation d’une social-démocratie à bout de souffle ou, au plan international, la préservation d’une tyrannie et le maintien d’un statu quo qui n’existe plus. Aussi le concept est-il quelque peu galvaudé. 
 
C’est à une conception autrement plus vraie et existentielle de la souveraineté que nous nous réfèrerons donc. Il s’agit là d’une décision d’ordre vital, en réponse à une situation de détresse ou à un cas d’urgence (l’ "Ernstfall" des constitutionnalistes allemands). La pleine souveraineté présuppose un chef politique ne se réfugiant pas derrière un corpus de règles abstraites, apte à décider et agir lorsque le droit se révèle impuissant. Conservons à l’esprit la formule de Carl Schmitt : "Est souverain celui qui décide de (et dans) l’exception". Elle renvoie au "summum imperium" des Romains, à la "puissance absolue et perpétuelle" de Jean Bodin, lui-même se reportant à la "majestas" des Latins.
 
Très concrètement, la possibilité d’une intervention de vive force, par les airs, est plus que jamais d’actualité et elle ne doit pas être considérée comme une simple rhétorique de la menace. Une telle décision ne saurait reposer sur le seul État hébreu, cible principale de la vindicte iranienne et de l’hostilité proclamée du régime islamique, ni même des États-Unis d’Amérique. Les puissances occidentales dans leur ensemble, celles qui entendent tenir leur rang et remplir leur mission politique à tout le moins, sont appelées à assumer leurs responsabilités historiques.
 
La décision, si elle s’impose à l’esprit, ne doit pas être suspendue à la prétendue bonne volonté de la Russie et de la Chine, artificiellement posées en champions du droit international. L’existence même du droit de veto au Conseil de sécurité est une possibilité d’arbitraire politique, ce qui est la négation du droit. Plus généralement, le respect intégral du multilatéralisme onusien prôné ici ou là n’est que le masque de l’impuissance et du consentement au déclin, processus que l’on souhaiterait tranquille et point trop inconfortable. D’aucuns parleraient de "tiédeur mortelle" pour désigner cette ambiance psycho-politique qui n’est pas sans évoquer le règne du "dernier homme".
 

Des vertus quiritaires

Au total, la crise autour du nucléaire iranien et l’impératif de souveraineté mettent en jeu ce que Georges Sorel nommait les "vertus quiritaires". L’épreuve nous renvoie à l’état intellectuel, moral et spirituel de nos sociétés, les caractéristiques de la modernité tardive se révélant peu favorables à l’émergence de personnalités d’envergure et aux décisions historiales. Croire à peu de choses ne mène jamais qu’à peu de choses. Et pourtant. Dans les temps longs de l’Occident, le thème du déclin est omniprésent et cette vive conscience eschatologique est aussi un puissant ressort moral. Les décadences sont des phénomènes ondulatoires et l’Histoire demeure ouverte. Le ressentiment à l’encontre de l’Occident, les manifestations haineuses et le solipsisme nucléaire iranien pourraient provoquer des chocs en retour.
 
 
 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Syyd - 01/10/2012 - 05:34 - Signaler un abus Israel et l'Iran

    Je n'ai aucune sympathie pour le régime iranien, et je pense que nous avons beaucoup à perdre s'il possédait la bombe atomique. Cependant, l'Iran ne remets pas en cause notre existence ni celle de nos alliés et le déclenchement d'une guerre contre ce pays ne fera que rajouter des problèmes.
    Il est d'ailleurs baroque de voir Israel en champion du respect du traité de Non Prolifération alors qu'il refuse de le signer et qu'il possède lui-même la bombe. A mon avis, le pb d'Israel, c'est de voir les pays arabes (Arabie, Egypte ,..) se lancer dans la mise au point de l'arme atomique en réponse à la bombe iranienne. Et une fois ces pays dotés de l'arme atomique (dans 15 ou 20 ans), l'avenir d'Israel sera nettement plus délicat à assurer.
    Du point de vue iranien, je rappelle que ce pays a été attaqué par l'Irak et a du mener une guerre très couteuse alors que son agresseur était soutenu par la grande majorité de la communauté internationale et, que l'Irak a ensuite été envahi par les USA sur des pretextes douteux. Alors, sans excuser ce régime tyrannique, il a quand même des raisons parfaitement valables de développer cette arme bien avant de vouloir rayer Israel de la carte.

  • Par Inconnu - 30/09/2012 - 22:13 - Signaler un abus Jean-Sylvestre Mongrenier résumé :

    L'Occident dispose de trois boutons de tir =
    ---"Attaque"
    ---"Riposte"
    ---"Tir accidentel"

  • Par Inconnu - 30/09/2012 - 22:03 - Signaler un abus @ fiorino

    Votre réponse sur le fond du commentaire de pupsik est attendue...

  • Par Fiorino - 30/09/2012 - 21:24 - Signaler un abus @ Pupsik

    Si vous vous êtes expatrié pouquoi vous posez cette question? En revanche vous devez pas être pas très bien dans votre nouveau pays (au fait lequel?) pour venir sur atlantico deverser votre haine de la France. Le Russe et les chinois savent très bien ce qu'il font bien, et alors pourquoi ils votent les sanctions contre l'Iran? Par ailleurs la situation démographique russe est catastrophique face à la forte natalité des républiques musulmanes. Au fait si vous payez pas vos impôts ici de quoi vous vous melez? Si on s'aligne ou pas c'est notre affaire pas le votre. Dites nous plutôt votre nouveau pays de résidence.

  • Par pupsik - 30/09/2012 - 19:49 - Signaler un abus Dites moi, je paye ce gugusse avec mes impots?

    on m'a toujours dit que ce qui se concoit bien s'enonce clairement. Or je note dans la conclusion plusieurs termes savants qui me trouent le cul: les vertus quiritaires.les decisions historiales, la conscience eschatologique, le solipsisme nucleaire...tous ces termes, c'est pour faire joli dans les salons parisiens? quel interet? Je ne prefere meme pas commenter le reste de l'article qui est d'une navrante mediocrite pour un soi disant expert en geopolitique. Par exemple les russes et les chinois qui ne prennent pas leurs responsabilites! Quelle foutaise! Les russes et les chinois savent tres bien ce qu'ils font, par contre l'arrogance Franchouillarde, par l'entremise de ce genre d'article n'a pas de limite. Quand je pense que le deficit de la France est en autre causee par les emoluments de ces tristes experts qui aimeraient que l'on s'aligne sur Israel et les americains pour bombarder l'Iran,
    je me dis que j'ai bien fait de m'expatrier et de payer mes impots ailleurs...

  • Par Salvatore Migondis - 30/09/2012 - 14:09 - Signaler un abus BHL

    .. a changé de pseudo..?

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie et chercheur à l'Institut Français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Voir la bio en entier

Fermer