Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La nouvelle tour Montparnasse : architecture de la honte ou honte de l’architecture ?

L’actuelle tour Montparnasse n’est pas pour rien dans la détestation par les Parisiens de l’urbanisme de hauteur. Sorte de manifeste brutaliste du début des années 1970, elle a délibérément tranché par sa couleur noire, sa taille, son implantation sur dalle, ses matériaux, avec tout ce qui l’entourait à quatre kilomètres à la ronde.

La question est posée

Publié le - Mis à jour le 21 Septembre 2017
La nouvelle tour Montparnasse : architecture de la honte ou honte de l’architecture ?

A peu près élancée vue depuis la rue de Rennes, elle est courtaude et incongrue si on la contemple du jardin du Luxembourg ou du Champ-de-Mars, preuve s’il en est qu’une architecture en hauteur dans une ville basse doit être soigneusement étudiée car le bâtiment peut surgir ensuite dans des perspectives inattendues.

Honnie et amiantée, elle a mal vieillie. Certains prônaient sa destruction mais l’on s’est contenté de lancer son rempotage radical, sous le nom de restructuration, terme tout à fait adapté puisque son enveloppe extérieure et une grande partie de ses aménagements intérieurs vont changer.

A l’issue d’une consultation à laquelle paraît-il sept cents candidats ont concouru, le jury a déclaré lauréat un projet dont il ne faut pas douter que les agences de communication, acteurs essentiels de l’urbanisme d’aujourd’hui, vont nous chanter les louanges. De la verdure, des plantes, des arbres, de la transparence, du verre et au diable cette vilaine couleur sombre : que demande le peuple parisien ? Naturellement toutes les cases de la consommation énergétique réduite et autres bienséances écologiques sont cochées par les concepteurs du projet.

Désolé d’être rabat-joie mais il se pourrait bien que le résultat final, une fois concrétisées les belles images délivrées dans la presse, ne soit pas du tout à la hauteur des espérances et que l’objet en question vieillisse très mal.

Car de quoi s’agit-il ? En usant et abusant de ces fameux concepts-matériaux de transparence, de verre et de verdissement, on empile les poncifs et les lieux communs. C’est une architecture qui a un peu honte d’elle-même et qui prétend disparaître dans le ciel ou être noyée dans les plantations. Mais la grande architecture s’affirme, surtout quand elle traite d’un grand bâtiment. A trop avoir honte de soi, on finit par faire partager ce sentiment aux autres.

Empilées, ces bonnes intentions tournent en effet au patchwork. La transparence sur une masse bâtie aussi massive est un vain mot, un concept publicitaire mensonger qui ne saurait correspondre aux annonces démagogiques qui l’accompagnent. La même arnaque est d’ailleurs à l’œuvre avec le projet de tour Triangle qui se concocte porte de Versailles.

Une part importante de la « peau » extérieure de la tour va se transformer en une sorte de damier de cellules réfléchissantes quand le haut et le bas du bâtiment seront comme truffés d’arbres censément visibles de l’extérieur. Tout cela risque fort de se traduire par une architecture confuse, un objet de compromis avec l’air du temps qui sera en outre particulièrement difficile à maintenir dans l’état où il nous est aujourd’hui présenté. Bref, la cause de l’échec des années 1970, à savoir le dogmatisme du moment produira le même effet sous une forme différente.

Enfin, on notera qu’une équipe loco-locale l’a emporté sur d’affreuses agences étrangères notamment américains ou hollandaises. La gloriole nationale et la popularité de la mairie d’Hidalgo dans le microcosme des architectes parisiens sont sauves. C’est bien utile pour se constituer un cheptel. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 20/09/2017 - 19:57 - Signaler un abus C'est vrai

    qu'elle est pas belle !

  • Par Wortstein - 20/09/2017 - 20:01 - Signaler un abus En la revêtant d'un clading plus gracieux

    et on la prolongeant d'une bonne centaine de mètres, elle serait pas mal. Pourquoi aller s'emmerder à foutre des arbres dans un aquarium en haut d'un truc toujours trop court?

  • Par vangog - 20/09/2017 - 23:07 - Signaler un abus 700 candidats pour aboutir à cette merde?

    Quand on voit les réalisations architecturales parfaitement intégrées à certaines grandes métropoles qui ne souffrent pas de l'écologisme architectural disséminé par l'idéologie dominante française, on se dit qu'une seule idéologie peur détruire la plus belle ville du monde...

  • Par Djib - 21/09/2017 - 08:33 - Signaler un abus Ca rappelle la rénovation des halles,

    dont les vues "d'artiste" faisaient apparaître une "canopée" en apesanteur, translucide et aérienne. Au résultat, une grosse merde soutenue par un entrelacs de poutres. Le tout peint en jaune de pissotière. Là aussi ce sont des petits copains d'Hidalgo qui ont sévi.

  • Par moneo - 21/09/2017 - 10:29 - Signaler un abus Des goûts et des couleurs

    il y'a bien une chose dont l'urbanisme n'a pas besoin ce sont les appréciations subjectives des uns et des autres sur la beauté.Vous n'aimez pas laTour Montparnasse c'est votre droit moi je ne la trouve pas si laide.. Mais vous détestez Hidalgo ,...moi aussi..( pas pour sa plastique) Moi sur ce projet il me manque l'essentiel en qualité de contribuables.qu'en pensent les copropriétaires actuels? va t on raser la tour ? combien d'indemnités? va t on la modifier ? est ce que l'AG des copropriétaires sera d'accord ???? tout cela est nébuleux aux niveaux juridiques et financier .si vous avez des infos pour un vrai article,je suis preneur.A vous lire

  • Par Olivier62 - 22/09/2017 - 10:27 - Signaler un abus Les architectes sont incorrigibles

    La tour Montparnasse est l'archétype de l'architecture actuelle : une modernité ostentatoire et agressive qui se veut un manifeste anti-traditionnel; et s'imposant dans un contexte urbain de style ancien à peu prés comme une verrue (ou un furoncle) au milieu d'un visage. Mais on ne change pas une recette qui perd : on va "refaire" cette tour en rajoutant quelques arbres à son sommet, ce qui va lui faire perdre la cohérence qu'a ce type de bâtiment, qui doit garder sa pureté géométrique pour avoir un sens.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.

Il est l'auteur du livre L'Enfumeur, (Ixelles Editions, 2013) et de Français, prêts pour votre prochaine révolution ?, (Ixelles Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€