Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 29 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nouvelle épreuve en vue en mars pour Sarkozy : l’arrêt de la Cour de cassation sur les écoutes

Nicolas Sarkozy vient d’être mis en examen pour financement illicite de sa campagne présidentielle de 2012. C’est le juge Serge Tournaire qui a pris la décision, ses deux collègues co-saisis penchant, semble-t-il, pour le statut de témoin assisté. Rien que de très classique. C’est la contrepartie de la collégialité. D’ailleurs, in fine, le juge Tournaire pourra très bien décerner un non-lieu pour l’ancien chef de l’Etat. Mais en mars une nouvelle épreuve l’attend : la Cour de cassation rend son arrêt sur les fameuses écoutes.

Dans la tourmente

Publié le
Nouvelle épreuve en vue en mars pour Sarkozy : l’arrêt de la Cour de cassation sur les écoutes
  • Sur les trois juges qui enquêtent sur l’affaire Bygmalion, seul Serge Tournaire était partisan d’une mise en examen de Nicolas Sarkozy

  • Cette pratique n’a rien d’inhabituel : c’est la contrepartie de la collégialité, désormais entrée dans les mœurs pour les affaires sensibles

  • Elle s’est manifestée lors de la validation des écoutes en mai 2015 par la chambre de l’instruction de Paris. Sur les trois conseillers, seule la présidente de la chambre était, dit-on, favorable à leur annulation

  • Demeure une question à la suite de cette deuxième mise en examen de l’ ancien chef de l'Etat : va-t-il déposer une QPC, dont l’issue parait incertaine ?

QPC...

Vous avez dit QPC ? En ce moment, on ne parle que de ces initiales salvatrices, qui signifient Question prioritaire de constitutionnalité. Une sacrée invention ! Le saviez-vous ? Elle a été  mise sur pied  en 2008 à l’initiative de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était président de la République. Oui, une sacrée invention qui permet à tout justiciable, dans une procédure, de soulever l’inconstitutionnalité d’une loi - mais jamais d’un décret ou d’un arrêté - et de demander à la juridiction compétente, via la Cour de cassation ou le Conseil d’Etat, de saisir le Conseil constitutionnel pour qu’il dise le droit. Une bonne fois pour toutes. Et elles marchent ces QPC ! 536, à la date du 16 février, ont été déposées depuis 2010, date de leur entrée en service, si l’on peut dire. Depuis quelques jours,  on  parle beaucoup de la QPC à propos de la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour financement illégal de sa campagne présidentielle de mai 2012. Pourquoi ? Parce que Me Thierry Herzog, l’avocat aussi pugnace qu’astucieux de l’ancien chef de l’ Etat a laissé entendre que cette mise en examen - objet d’un désaccord, selon BFM-TV, entre le juge Serge Tournaire, ses deux autres collègues, Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke n’y étant pas favorables, car penchant plutôt pour le statut de témoin assisté- faisait en quelque sorte doublon avec la décision du Conseil constitutionnel du 4 juillet 2013 rejetant les comptes de campagne de Sarkozy. En somme, ce dernier, déjà sanctionné par les Sages, l’aurait été, ce mardi 16 février une nouvelle fois avec sa mise en examen, même si évidemment l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine doit bénéficier de la présomption d’innocence. « Ce qui ne l’empêche pas, a précisé Me Herzog, d’être candidat à la présidentielle de 2017 ».

Question (fondamentale) : Nicolas Sarkozy peut-il se prévaloir de la fameuse règle du non bis in idem qui veut que l’on ne peut être poursuivi deux fois pour les mêmes faits ? Cette jurisprudence héritée de la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg date de 2014. Elle a été entérinée, ces derniers temps, par le Conseil constitutionnel. C’était en mars 2015, lorsqu’il a estimé que les 7 dirigeants d’EADS - dont Noël Forgeard ancien patron d’Airbus - déjà poursuivis pour délit d’initié - et blanchis par l’Autorité des marchés financiers (AMF) ne pouvaient l’être une seconde fois sur le plan pénal. Le procès a donc été purement et simplement ajourné. Il y a peu, début janvier 2016, le Tribunal correctionnel de Paris, s’appuyant sur cette règle du non bis in idem, a demandé, via la Cour de cassation, de saisir le Conseil constitutionnel pour qu’il dise si Guy Wildenstein, célèbre marchand d’art, poursuivi pour fraude fiscale - 500 millions d’euros - par Bercy pouvait l’être aussi devant une juridiction pénale pour les mêmes faits. Tout récemment, dès le début de son procès le 8 février, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget, poursuivi pour son fameux compte suisse - 600 000 euros pendant vingt ans- se trouvant dans le même cas que Wildenstein, a lui aussi déposé une QPC. En attendant, son procès a été ajourné.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par raslacoiffe - 18/02/2016 - 09:21 - Signaler un abus Etonnante interprétation du bien fondé à charge pour NS

    M. Gaetner expliquez nous pourquoi dans l'affaire des écoutes à filets dérivants, la présidente de la chambre d'instruction n'a pas été suivie dans sa décision contre 2 autres juges alors que dans la mise en examen par le Juge Tournaire contre les 2 autres juges, c 'est la décision du juge Tournaire qui a prévalu ?

  • Par ISABLEUE - 18/02/2016 - 10:17 - Signaler un abus Ils vont bien essayer d'organiser son inéligiblité

    et celle de Marine le pen dans la foulée, afin que le flan soit réélu en 2017. Tout cela est bien organisé ?? rêvé ????

  • Par Gilly - 18/02/2016 - 10:27 - Signaler un abus @ raslacoiffe

    Vous m'avez devancée... Le principe de la contrepartie de la collégialité à géométrie variable n'émeut pas M. Gaetner... Il y a peut-être un peu de parti pris, allez savoir...

  • Par Anguerrand - 18/02/2016 - 10:35 - Signaler un abus Hier NS fait les gros titres des medias de gauche

    Aujourd'hui on apprend qu'il y avait 3 juges dont 2 etait contre la mise en examen. Il faut croire que le dossier est des plus contestables quand à une responsabilité de NS. Mais voilà le juge Tournaire du syndicat du mur des cons veut jeter le doute un fois plus sur NS et pour le moins l'empêcher d'être candidat. L'on dira comme pour les autres " affaires" les dossiers étaient vides, mais le doute s'insinue et ça suffit à disqualifier tout candidat. Beaucoup pensent encore qu'il est inculpé dans différentes affaires les différents medias après avoir fait leurs " une" sur NS, annonce la non inculpation. Le tour suivant sera vraissemblablement MLP suite à de fausses déclarations supposées.

  • Par Yves3531 - 18/02/2016 - 11:00 - Signaler un abus Calomniez, il en restera toujours qq chose...

    et l'accumulation fait bcp de qq choses. C'est degueulasse et digne d'une république bananière. Je compatis sincèrement, car c'est en très grande partie injuste, les dossiers terminant en statut "vide"; mais ils ont réussi à définitivement gravement écorner son image. Le dernier service qu'il puisse désormais rendre est de servir de paratonnerre aux pourritures des gauchos en épargnant les autres ...

  • Par jurgio - 18/02/2016 - 23:17 - Signaler un abus Tout ça pour que l'Imposteur

    puisse avoir eu raison en déclarant à l'enfant : « Tu ne le verras plus ! »

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€