Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nouvelle attaque d'Église en Egypte : bilan d'une année noire pour les Eglises d'Orient

Vendredi, un homme armé a attaqué une église dans la banlieue sud du Caire. Alors que la guerre contre l'Etat islamique semble prendre fin en Irak et en Syrie, la poursuite des persécutions des Chrétiens d'Orient est inquiétante.

Martyrs

Publié le

Aux Philippines, l’islamisme est en pleine forme. Les journaux n’ont quasiment pas parlé de la bataille de Marawi, ce qui est bien dommage. Cette ville de 200 000 habitants est située dans l’île de Mindanao. Pendant cinq mois, du 23 mai au 23 octobre, s’est déroulée une guerre urbaine de forte intensité opposant l’armée des Philippines à des islamistes ralliés à l’État islamique. De 500 hommes au début, c’est finalement plus de 1000 islamistes qui ont combattu dans la ville. Il a fallu cinq mois à l’armée des Philippines pour reprendre le contrôle de cette ville grande comme Rennes.

Tout occupé que nous sommes à nous focaliser sur la Mésopotamie nous ne voyons pas que le combat contre l’islamisme recoupe une zone beaucoup plus vaste, allant de l’Atlantique au Pacifique. Les réseaux de l’État islamique, qu’ils soient financiers, militaires ou humains, sont très vastes. Les chrétiens d’Orient sont une des composantes de ces combats, mais ils ne sont pas la seule.  

L'année 2017 a aussi été marquée par plusieurs accusations de collusions entre certaines organisations caritatives qui défendent les chrétiens d'Orient notamment l'Oeuvre d'Orient, et le pouvoir politique de Bachar Al-Assad en Syrie, ou certains milieux d'extrême-droite en France ou l'entourage de Donald Trump aux États-Unis. À quel point la question humanitaire que représente la lutte contre les persécutions des chrétiens d'Orient est-elle devenue une question politique en Occident ?

Ces accusations et ces polémiques témoignent de la cécité intellectuelle de l’Occident, et notamment de la France.À Marawi, quelques centaines d’islamistes ont tenu tête à l’armée d’un pays pendant cinq mois. La seule question que l’on devrait se poser est la suivante : si demain 300 islamistes lancent un assaut sur Rennes, l’armée française a-t-elle les moyens, intellectuels et techniques, de les déloger ? J’ai interrogé plusieurs officiers sur ce sujet, leur réponse est négative. D’après Gérard Collomb, près de 300 djihadistes sont rentrés en France. La question n’est donc pas purement rhétorique, elle est réelle.

Depuis 2011, les élites politiques et journalistiques françaises sont aveugles et incompétentes sur le dossier syrien. Combien de fois nous a-t-on répété que Bachar Al-Assad n’en avait plus que pour quelques jours ? Sept ans plus tard, il est toujours au pouvoir en Syrie. Cela montre que les spécialistes du Moyen-Orient, du moins ceux qui sont interrogés, n’ont pas été capables d’analyser la situation de guerre mondiale par morceaux, pour reprendre l’expression du pape François, à laquelle nous sommes confrontés. Que l’on en soit à polémiquer pour savoir si une œuvre caritative a bénéficié d’une aide du gouvernement syrien en place pour intervenir est en dessous de tout. Nous devrions plutôt nous demander comment faire pour traiter les djihadistes présents sur le sol français, comment faire pour éviter que l’Algérie ne sombre dans le chaos ou qu’un État islamique ne se crée en Asie centrale. Hélas, la réflexion intellectuelle sur les grands enjeux du monde a presque disparu. Il est temps d’avoir une vision réelle du monde et de s’interroger sur les rapports de puissance. Au lieu de cela, nous transposons nos querelles politiciennes sur les grilles de lecture du grand jeu islamiste. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 30/12/2017 - 12:39 - Signaler un abus Il leur faudrait leur

    Pape à eux, car l'argentin-romain tape dans les gamelles comme sur une enclume.

  • Par vangog - 30/12/2017 - 12:51 - Signaler un abus L’effet-rebond du léchage de babouches par le pape!

    Les musulmans intégristes se croient tout permis, face à une telle servitude de l’eglise Catholique...

  • Par Deudeuche - 30/12/2017 - 19:54 - Signaler un abus Si les islamo gauchistes approuvent en creux

    Ces persécutions, alors vive ceux qui les défendent, de droite ou pas!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé, historien, spécialiste de l’histoire du christianisme. Il est rédacteur dans la revue de géopolitique Conflits. Dernier ouvrage paru Géopolitique du Vatican (PUF), où il analyse l'influence de la diplomatie pontificale et élabore une réflexion sur la notion de puissance.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€