Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nouvelle attaque d'Église en Egypte : bilan d'une année noire pour les Eglises d'Orient

Vendredi, un homme armé a attaqué une église dans la banlieue sud du Caire. Alors que la guerre contre l'Etat islamique semble prendre fin en Irak et en Syrie, la poursuite des persécutions des Chrétiens d'Orient est inquiétante.

Martyrs

Publié le
Nouvelle attaque d'Église en Egypte : bilan d'une année noire pour les Eglises d'Orient

Atlantico : Vendredi 29 décembre, dix chrétiens ont été tués dans une Église en Égypte. Alors que la guerre semble prendre fin en Irak et en Syrie, faut-il s'inquiéter de la poursuite des persécutions des Chrétiens d'Orient ? L'année 2017 a-t-elle encore été une année noire pour eux ?

Jean-Baptiste Noé : 2017 se termine sur des perspectives d’espoir, les premières depuis de nombreuses années. La victoire contre l’État islamique, la libération des zones qu’il contrôlait par l’armée irakienne, la stabilisation de la Syrie ouvrent des perspectives de paix dans la région. Les chrétiens, comme les autres habitants de cette zone, peuvent enfin envisager de revenir chez eux et de reconstruire leur pays. La guerre n’est pas encore complètement terminée et de nombreux défis restent à surmonter, notamment la réconciliation des groupes qui se sont opposés.

Mais pour la première fois,il est possible d’envisager sereinement l’année à venir. Reste le problème égyptien, qui est à la fois inséré dans les défis du Moyen-Orient, mais aussi spécifique à l’Égypte. L’attentat de ce vendredi est un de plus parmi de nombreux attentats qui ont frappé les chrétiens comme les musulmans. Rappelons qu’une attaque contre une mosquée située dans le Sinaï a fait plus de 300 morts le 25 novembre dernier. Ce ne sont pas spécifiquement les chrétiens qui sont attaqués, mais tous les opposants et toutes les personnes estimées ennemies par les islamistes.

L’Égypte est gangrenée par les Frères musulmans et le gouvernement en place n’arrive pas à éradiquer ces groupes. Le président Al-Sissi a beau faire usage de la force et se montrer très ferme, la police et l’armée n’arrivent pas à éviter les attentats. Le fait que celui-ci ait eu lieu au Caire, donc dans la capitale, montre que l’État est débordé. Ce sont certes des chrétiens qui sont visés, mais également tous les Égyptiens. Le but recherché par les islamistes n’est pas seulement la persécution des chrétiens, mais la déstabilisation du pays.  

Faut-il s'attendre aujourd'hui à une accalmie, les zones de conflits s'étant fortement réduites ?

Les zones de guerre se sont déplacées. La paix commence à émerger en Irak et en Syrie, mais il faut encore la consolider et la confirmer. Mais l’islamisme n’est pas mort et l’État islamique non plus. Les métastases se sont déployées dans le Grand Moyen-Orient, dans une vaste zone appelée Chaosland par les géopolitologues. Le Sahara est infiltré, dont le Mali, et l’islamisme descend vers le sud : Nigéria, Sénégal, Côte d’Ivoire, Centrafrique, Kenya. L’infection islamiste contamine les conflits ethniques en cours engendrant une déstabilisation de la bande sud du Sahel. Cette région est à surveiller de près pour l’année 2018. L’Algérie et la Libye n’ont pas résolu leur crise djihadiste ni l’Égypte.

À l’Est, c’est l’Asie qui commence à poser de sérieux problème. Le rêve du califat islamique s’étend en Chine, dans la région du Xinjiang ; une région qui entretient de grandes porosités avec le Pakistan et l’Afghanistan. Les armes, les financements et les hommes circulent. Le Bangladesh est lui aussi infiltré. Dacca, la capitale, a connu des attentats. Les Rohingyas, dont on parle beaucoup en ce moment, se laissent séduire par l’islamisme. Certains Rohingyas mènent une lutte armée et tentent de faire un califat islamique dans le golfe du Bengale, assurant la jonction avec le Xinjiang. C’est une des raisons pour lesquelles ils sont persécutés par la junte birmane.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 30/12/2017 - 12:39 - Signaler un abus Il leur faudrait leur

    Pape à eux, car l'argentin-romain tape dans les gamelles comme sur une enclume.

  • Par vangog - 30/12/2017 - 12:51 - Signaler un abus L’effet-rebond du léchage de babouches par le pape!

    Les musulmans intégristes se croient tout permis, face à une telle servitude de l’eglise Catholique...

  • Par Deudeuche - 30/12/2017 - 19:54 - Signaler un abus Si les islamo gauchistes approuvent en creux

    Ces persécutions, alors vive ceux qui les défendent, de droite ou pas!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé, historien, spécialiste de l’histoire du christianisme. Il est rédacteur dans la revue de géopolitique Conflits. Dernier ouvrage paru Géopolitique du Vatican (PUF), où il analyse l'influence de la diplomatie pontificale et élabore une réflexion sur la notion de puissance.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€