Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nouvelle attaque sur les Champs Elysées : assiste-t-on à une intifada à la Française ?

Si on peut pas parler d'intifada textuellement, le djihadisme français est bien en mutation, opérant un retour à la normal avec des attaques visant des représentants de l'Etat au lieu de civils.

Fada

Publié le
Nouvelle attaque sur les Champs Elysées : assiste-t-on à une intifada à la Française ?

Atlantico : Ce 19 juin, un homme aux commandes d'un véhicule, contenant armes et explosifs, a percuté un fourgon de gendarmeries sur l'avenue des Champs Elysées. Dans un climat de répétition des actes, 2 semaines après l'attaque sur le parvis de Notre Dame, la France assiste-t-elle à une forme d'intifada sur son territoire ?

François-Bernard Huygues : il y a plusieurs intifada. Il y en a eu une en 1987, illustrée par des palestiniens balançant des cailloux sur les soldats armés. Il y a eu une deuxième intifada en 2001. Mais la différence entre une intifada et une suite d'attentats c'est que l'intifada se présente comme une révolte dans des territoires occupés. Il s'agit donc de groupements qui se disent représentatifs d'une population, et qui rentrent en conflit avec les autorités. La première intifada s'est faite à coup de cailloux. La seconde était plus violente.

Il s'agit d'une population qui attaque systématiquement les autorités d'une autre population, en visant particulièrement les policiers. Ce qui se rapproche le plus de ce qui se passe en ce moment n'est pas une intifada, dans la mesure où il ne s'agit pas de demander la libération d'un territoire français, et qu'on est dans le cas d'un attentat, c'est-à-dire un acte de violence brusque qui va éclater. Ce n'est pas une situation où tout le monde attaque la police. A la rigueur, nous pouvons comparer ce qu'il s'est passé en 2015, avec l'intifada des couteaux où on a vu des palestiniens attaquer des gens brusquement avec des couteaux. Mais ne mélangeons pas les notions. On est devant du terrorisme djihadiste. 

En quoi le fait qu'une nouvelle fois, ce sont les forces de l'ordre qui sont la cible des assaillants peut-il changer la donner ? Est-on en train d'assister à une mutation des formes du terrorisme ? 

C'est plutôt un retour à la normal. Depuis la fin du XIXème siècle, les cibles préférées des groupes terroristes, quelles que soient leurs origines, étaient les militaires,  les gendarmes et les policiers. Bref, ceux qui portent un uniforme, et qui sont facilement reconnaissables et symbolisent l'Etat. Est-ce qu'on a une tendance des djihadistes français à plus s'en prendre soit à des militaires, soit à des policiers, avec moins de chance de réussite. C'est possible que le terrorisme soit en train de muter, mais on est de retour à une forme plus normale de terrorisme qui s'en prend à quelqu'un qui représente l'Etat plutôt que n'importe qui dans la rue.  

Encore une fois, l'assaillant était fiché S, ce qui n'a pas empêché l'auteur des actes d'être en possession d'un permis de port d'armes. Comment la législation peut-elle s'adapter à un tel climat ?

Première précision : il n'avait pas de permis de port d'armes, qui est quelque chose de rarissime. Il était en principe un tireur sportif qui avait la licence pour détenir 3 armes. Il était inscrit dans un club de Tir. Il avait obtenu sa licence auprès de la Fédération Française de Tir. Il s'entraînait régulièrement, et avait demandé l'autorisation en préfecture de détenir des armes à usage sportives chez lui. Afin de recevoir ce permis de détenir, il faut casier vierge. Si j'ai bien compris, il avait ses armes depuis 2012. C'était donc un tireur assez ancien. Au moment où on lui a donné son permis, il n'était pas encore fiché S.  Mais lui a renouvelé son permis à un moment où il était fiché S, impliqué par du djihadisme étranger. C'est sûr que, même en étant fiché S, vous avez le droit à votre permis  de détention, on se demande à quoi sert d'être fiché S.  Il y a deux explications possibles : la première est le patacaisse bureaucratique, où une administration n'arrive pas à communiquer avec une autre. C'est celle qui me semble la plus réaliste. La seconde explication possible est que l'on ne lui aurait pas retiré son permis afin d'éviter d'éveiller des soupçons. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 20/06/2017 - 12:19 - Signaler un abus Je me permets

    D'ecrire que votre explication des "intifada"est erronée. A chaque fois il y avait 1/ un organisateur, Arafat, ou l' AP et le Hamas, ou Abbas et les imams manipulant leur population. 2/ un objectif précis (et on est loin du prétexte de territoires "occupés " ou alors pour vous tout Israël est illégitime) car 1ere intifada réponse au processus de paix d'Oslo,2e intifada la plus meurtrière s' attaquant aux juifs sur tout le territoire israélien pour terroriser , 3e liée à la religion : voir les mots de Abbas "sur les pieds juifs souillant l'Esplanade"(même cause que le massacre de Hebron en 1929 et massacre de Jérusalem). D'un autre côté l' IRIS pose malheureusement souvent des problèmes d' interprétation. ..donc etant spécialiste auto proclamée de la region me basant sur l' histoire, les temoignages et les recherches de MEMRI je suis sûre de ce que j'écris. ...mais malheureusement je suis habituée en France. Si tous les sujets, c'est pareil, bonjour l' info et surtout l'analyse.

  • Par atlante29 - 20/06/2017 - 13:29 - Signaler un abus pas patacaisse

    mais pataquès, bien plus joli et explicite

  • Par joseph jean - 20/06/2017 - 15:35 - Signaler un abus pas le mot juste

    l'intifada , d'aprés se que j'en sais a un rapport avec Israel et les palestiniens . Chez nous c'est une attaque terroriste islamique de personnes qui ne revendique pas leurs territoire , mais qui en veulent a notre société libre et laique. Qu' ils partent dans un pays musulmans , ils ne nous manqueront pas

  • Par tubixray - 20/06/2017 - 17:06 - Signaler un abus Merci pour la détention d'armes

    A ne pas confondre avec le port d'armes, nous ne sommes pas aux USA ..... Toutefois, vu l'insécurité sans cesse grandissante ne faudra t-il pas un jour autoriser les braves citoyens à se défendre ?...

  • Par clint - 20/06/2017 - 19:24 - Signaler un abus Intifada ou non, c'est une guerre "civile" larvée !

    Et de bien entendu on l'a en ce moment de l' un des gouvernement les moins bien placés pour combattre le terrorisme islamique. Je mets : civile entre guillemets car nous abritons encore (de plus en plus ?) des franco - machins où tout bonnement des étrangers qui seront qualifiés de : "pourtant il (elle) était bien intégré(e), disait bonjour, etc, etc" !!!

  • Par essentimo - 21/06/2017 - 07:14 - Signaler un abus Ca continuera

    aussi longtemps que nous ne leur rendrons pas la pareille. Ils s'attaquent maintenant aux forces de l'ordre et militaires parce qu'il n'en ont pas et que de ce fait on ne peut leur répondre qu'à travers leur population civile et nous serons traités d'assassins.

  • Par MIMINE 95 - 21/06/2017 - 08:17 - Signaler un abus S'IL ETAIT SURVEILLE ...................ÔÔ Kay ééééééééééé

    "on ne lui aurait pas retiré son permis afin d'éviter d'éveiller des soupçons." Les autorités Tunisiennes l'ont signalé à la France depuis 2013, et la famille est connu depuis très longtemps pour son radicalisme ! Il reste combien de "surveiller" qui ont des "collection d'armes" de "tir sportif", chez eux, mais .... qu'on surveille ?

  • Par vangog - 21/06/2017 - 09:17 - Signaler un abus Les responsables politiques qui ont laissé

    ce radalla sans surveillance devraient être poursuivis pour crimes de collaboration avec l'ennemi...en 2014, les responsables étaient Valls-la-führer, Flamby-le-menteur, Cazevide, Macron-le-fraudeur...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François-Bernard Huygue

François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’IRIS.

Il enseigne sur le campus virtuel de l’Université de Limoges, au Celsa Paris IV à l’IRIS et à l’Institut des Hautes Études Internationales.

Spécialiste des stratégies de l'information (chercheur à l'Iris responsable de son Observatoire Géostratégique de l'Information) il est l'auteur de nombreux ouvrages - dont "La Soft-idéologie" (Robert Laffont ), "l'Ennemi à l'ère numérique" (PUF),  "Comprendre le pouvoir stratégique des médias" (Eyrolles), "Maîtres du faire croire de la propagande à l'influence" (Vuibert), "Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire" (avc A. Bauer, PUF), et "Terrorismes, Violence et Propagande" (Gallimard).

Son dernier ouvrage : "Gagner les cyberconflits Au-delà du technique" (Vuibert).

Son site internet est le suivant : www.huyghe.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€