Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Notre empathie naturelle s’explique-t-elle par… nos gènes comme tente de l’établir une nouvelle étude scientifique menée sur 46 000 personnes ?

Une étude menée par l'université britannique de Cambridge conclut à une corrélation, chez l'Homme, entre la génétique et l'empathie.

Comportements humains

Publié le
Notre empathie naturelle s’explique-t-elle par… nos gènes comme tente de l’établir une nouvelle étude scientifique menée sur 46 000 personnes ?

Atlantico : Une étude menée par des scientifiques de l'université de Cambridge, au Royaume-Uni, conclut à une corrélation d'environ 10% entre la génétique et l'empathie chez l'Homme, est-ce ce que vous en concluez, également ?

Pierre Roubertoux : Il y a une corrélation qui est significative, c'est-à-dire différente de zéro. En réalité, il y a une confusion (dans l'étude, ndlr), entre héritabilité et génétique. Comment ont-ils procédé ? Ils ont envoyé, par courrier électronique, des questionnaires aux 46.000 participants. Ils ont ensuite récupéré ces questionnaires et les ont mis en corrélation avec les résultats de la génétique. Mais qui vous dit que les questionnaires ont été remplis par les personnes à qui ils ont été envoyés ? Qui vous dit que les participants ont compris les questionnaires ?

Et, interrogation la plus importante : qui vous dit que les questionnaires mesuraient ce qu'ils étaient censés mesurer ? Je mets en cause la méthodologie et l'interprétation des résultats.

Est-ce qu'on peut expliquer biologiquement les différences importantes constatées entre les hommes et les femmes ? Peut-il s'agit, pour ces différences, de facteurs non-génétiques ?

Je pense que ce sont des facteurs culturels. Quand vous entendez des femmes intervenir sur des questions de violence, elles sont moins belliqueuses que les hommes, peut-être parce qu'elles sont plus réfléchies. Ca fait partie de leur culture. 

Si l'empathie est partiellement déterminée par la génétique, cela veut-il dire qu'une partie de nos comportements sociaux sont prédéterminés ?

Il y a déjà une étude qui a été publiée dans la revue scientifique Nature Neuroscience en 2010 sur la génétique et l'empathie sur la souris. Ce qui posait problème, alors, c'était la définition de l'empathie. Parce que l'empathie, dans ces travaux sur la souris, c'est tout simplement l'apprentissage par l'observation d'autrui. Je ne sais pas si une partie de nos comportements sociaux sont prédéterminés, et personne n'en sait rien. Mais ce qu'on sait, c'est qu'il y a des comportements sociaux qui sont dus à des anomalies génétiques. On sait que dans l'autisme, il y a des gènes qui ont été bien identifiés. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 20/03/2018 - 23:19 - Signaler un abus Evidemment que c'est génétique

    Tout homme non-empathique est un malade mental, autiste ou sociopathe: origine culturelle, mon cul ! Il y a 1% de différence d'ADN entre l'homme et la femme; à peu près autant qu'entre un Sapiens et un bonobo de même sexe: et il n'y aurait de différences comportementales que culturelles, sachant par ce mot on veut faire croire que c'est artificiel ? Et la culture viendrait d'où, sinon des gènes ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Roubertoux

Pierre Roubertoux est professeur de génétique et de neurosciences à Marseille. Il a créé et dirigé le laboratoire "Génétique, neurogénétique, comportement" du CNRS et a travaillé au laboratoire "Génomique fonctionnelle, comportements et pathologies" du CNRS, à Marseille. Il mène aujourd'hui ses recherches au sein du laboratoire de génétique médicale de l'Inserm.  Ses travaux sur la découverte de gènes liés à des comportements lui ont valu le prix Theodosius Dobzhansky, aux États-Unis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€