Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 06 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Note de conjoncture de l'INSEE : pourquoi l'objectif de croissance de 1,5% du gouvernement ne sera réalisable qu'avec le soutien de Mario Draghi

Le gouvernement serait en mesure de parvenir à son objectif de 1.5% de croissance pour l'année 2016, selon la dernière note de conjoncture publiée par l'INSEE. Une prévision qui reste pourtant incertaine au regard des dernières anticipations de la BCE.

Bout de ficelle

Publié le
Note de conjoncture de l'INSEE : pourquoi l'objectif de croissance de 1,5% du gouvernement ne sera réalisable qu'avec le soutien de Mario Draghi

Atlantico : Selon la dernière note de conjoncture de l'INSEE, l'économie française serait en mesure d'afficher une croissance de 0.4% par trimestre au cours du premier semestre 2016. Selon ces derniers chiffres, le gouvernement sera-t-il en mesure d'atteindre son objectif de croissance de 1,5% pour l'année 2016 ? 

Nicolas Goetzmann : Les attentats du 13 novembre avaient conduit à un tassement de la consommation des ménages sur les dernières semaines de l'année 2015, ce qui a logiquement eu pour effet de voir un report des achats sur le mois de janvier 2016. Ce que l'INSEE indique clairement :

"En France, les attentats meurtriers du 13 novembre.2015 à Paris et la douceur des températures à l’automne ont limité la consommation des ménages, qui s’est repliée au quatrième trimestre.

Au premier semestre 2016, ces effets ne pèseraient quasiment plus sur la croissance, et, à l’exception des postes les plus affectés par les attentats pour lesquels le redressement serait progressif, la consommation des ménages rebondirait nettement."

Les chiffres de ce début d'année sont donc positifs, mais les derniers développements semblent indiquer un tassement de cette tendance. Ainsi, selon l'institut Markit, le secteur de la vente au détail, le secteur des services, mais également le secteur manufacturier, sont, tous 3, repartis en territoire négatif pour le mois de février 2016. Ainsi, dans sa note du 3 mars dernier, Markit se montrait moins optimiste que l'INSEE:

"Le PIB français devrait donc de nouveau ne réaliser qu’une croissance modeste au premier trimestre 2016, tandis que la faiblesse actuelle de l’Indice de l’Emploi ne laisse guère espérer d’amélioration tangible du marché du travail."

La problématique, pour le gouvernement, est que sa prévision de croissance de 1.5% pour l'année 2016 ne peut tolérer aucun dérapage, et qu'un tel dérapage semble être en cours de réalisation. Les prochaines publications permettront d'y voir plus clair, entre un réel retournement de tendance, ou une simple contre coup passager.

Si la promesse d'inversion de la courbe du chômage tarde à se réaliser, de tels chiffres permettront-ils, enfin, de voir le taux de chômage français baisser en 2016 ?

En prenant les chiffres de 15 dernières années, il est possible de constater que la France parvient à réduire son taux de chômage dès lors que sa croissance s'approche de 1.7% en terme annuel. Or, les prévisions pour cette année 2015, déjà fragilisées, s'affichent à 1.5%. Une inversion forte, et durable, de la courbe est donc d'ores et déjà compromise. En revanche, les derniers mois de l'année 2015, tout autant que le début de l'année 2016 ont été plutôt positifs, notamment en termes de créations d'emplois, cette tendance peut donc continuer à se traduire dans les prochains chiffres qui seront publiés. Mais il ne s'agit là que d'une distillation lente d'une situation déjà passée, l'essentiel étant de se concentrer sur la tendance actuelle, qui est porteuse de risques évidents d'un retournement à la baisse de la conjoncture.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€