Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nord Stream 2 : ce projet de Gazoduc qui étale au grand jour les tensions entre Européens vis-à-vis de la Russie

Le Nord Stream 2, ce gazoduc de 1 250 km qui reliera la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique, revêt un caractère très politique. Il fait apparaitre en creux des approches contradictoires parmi les Européens.

Approches contradictoires

Publié le
Nord Stream 2 : ce projet de Gazoduc qui étale au grand jour les tensions entre Européens vis-à-vis de la Russie

Atlantico : Le projet Nord Stream 2, gazoduc qui permettrait de relier Russie et Allemagne par la Baltique, et dont l'objectif était de pouvoir s'affranchir du territoire ukrainien, semble révéler des approches parfois contradictoires dans les relations entre Russie, Ukraine, Pologne, Allemagne, et même Paris ou Washington. Quels sont les intérêts des uns et des autres dans ce projet ? Quels en sont les enjeux diplomatiques ?

Florent Parmentier : Le projet Nord Stream 2 consiste en un gazoduc dont le but est d’acheminer du gaz russe vers les marchés européens, les plus solvables pour Gazprom, en passant par la mer Baltique. Il fait suite au projet Nord Stream 1 (dont il doit doubler la capacité), inauguré en 2011 et en service depuis 2012.

Il existe, en effet, des approches contradictoires parmi les Européens, reposant à la fois sur des intérêts économiques différents et des conceptions diverses de ce qu’est la sécurité énergétique. Les Russes considèrent que les précédentes crises gazières (2006, 2009) sont de la responsabilité de l’Ukraine, qui a bénéficié pendant plusieurs années de contrats avantageux de la part de la Russie, tout en siphonnant du gaz à destination des pays européens. A contrario, l’Ukraine dénonce le caractère politique de la construction d’un nouveau gazoduc contournant son territoire, lui faisant perdre environ 3 milliards de dollars (le montant des frais de transit du gaz russe en Ukraine pour 2017). La Pologne a également une position paradoxale : d’une part, elle déplore la dépendance énergétique par rapport à la Russie, et d’autre part elle souhaite que ce même gaz passe sur son territoire afin de bénéficier des frais de transit. Les Etats-Unis souhaitent faire échouer ce projet, le porte-parole du gouvernement américain ayant déclaré que les entreprises étrangères impliquées dans le projet pourraient faire l’objet de sanctions. La France et l’Allemagne soutiennent quant à elle le projet, leurs entreprises y participant. C’est dans ce contexte qu’Angela Merkel vient de reconnaître le caractère politique de ce gazoduc, alors qu’elle insistait jusqu’à présent sur sa dimension commerciale.

Angela Merkel a pu, la semaine passée, évoquer son intention de protéger les intérêts ukrainiens concernant le Nord Stream 2. Comment comprendre cette position de Berlin ? Faut-il y voir un moyen de ne pas se montrer conciliant avec la Russie dans un contexte géopolitique pour le moins tendu, ou d'autres éléments pourraient permettre d'expliquer ce qui est présenté comme une nouvelle posture ?

Avec la Energiewende (transition énergétique allemande), l’Allemagne a fait le choix de décarboner son modèle économique, abandonnant également le nucléaire en 2011 au profit d’énergies renouvelables. L’essor des énergies renouvelables, de nature intermittente (notamment pour l’énergie éolienne), a pour conséquence d’augmenter mécaniquement la consommation de gaz ou de charbon, le premier étant nettement moins polluant. Il n’est donc pas surprenant de compter l’Allemagne comme premier importateur de gaz russe en Europe.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par wwmat - 17/04/2018 - 14:06 - Signaler un abus on comprend

    Mieux la position des USA qui espère que la Russie continuera a ce faire escroquer par l'Ukraine.... Il m'est d’avis qu'ils vont avoir froid en Ukraine pendant l'hiver et.... les ukrainiens pourront dire merci à l'oncle Sam qui a déstabilisé le pays.....

  • Par tananarive - 19/04/2018 - 08:34 - Signaler un abus La Russie.

    Est un pays totalitaire et ennemie de l'Europe, dépendre uniquement d'elle pour les livraisons de gaz est une folie. Que la crise Ukrainienne ne soit pas oubliée ainsi que l'invasion de la Crimée malgré l’accord garantissant ses frontières signé par la Russie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florent Parmentier

Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est le créateur avec Cyrille Bret du blog Eurasia Prospective et est vice-président de Global Variations, un think tank travaillant sur les effets géostratégiques des innovations disruptives.

Pour le suivre sur Twitter : @FlorentParmenti

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€