Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non les sondages ne se trompent pas sur tout, le plus souvent ce sont ceux qui les lisent qui ne savent pas les interpréter

La rédaction du quotidien Le Parisien a fait savoir qu’elle ne publierait plus désormais de sondages portant sur les intentions de vote des Français jusqu’à l’élection présidentielle.

Basta !

Publié le
Non les sondages ne se trompent pas sur tout, le plus souvent ce sont ceux qui les lisent qui ne savent pas les interpréter

Les sondages auraient dû être mieux interprétés pour saisir par exemple la percée de François Fillon à la primaire de la droite. Crédit AFP

Atlantico : La rédaction du Parisien a récemment déclaré qu'elle ne publierait plus de sondages sur les intentions de vote des Français jusqu'à la présidentielle. Cette décision est motivée par les derniers résultats des élections du référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE, de la présidentielle américaine, ainsi que de la primaire de la droite et du centre qui ont selon le quotidien déjoué tous les pronostics. Faut-il pour autant jeter l'opprobre sur les enquêtes d'opinion ? Comment, en tant que sondeur, souhaitez-vous y réagir ?

Jérôme Fourquet : En tant que sondeur évidemment, il m'est difficile d'être objectif sur le sujet. Néanmoins je peux rappeler que les sondages d'intentions de vote, bien que perfectibles, n'est pas inutile pour comprendre les dynamiques politiques qui ont lieu dans un temps et une société donnée. Les sondages, notamment ceux d'intentions de vote, ne doivent pas être considérés comme autre chose qu'un outil parmi d'autres au service de ceux qui doivent éclairer les citoyens : les journalistes. Ils ne dispensent pas -de notre point de vue- les organes de presse d'effectuer en parallèle un travail d'analyse et de terrain pour compléter, croiser, et enrichir les résultats d'un sondage.
 
Les détracteurs du sondage pointeront du doigt les écarts entre sondages et résultats finaux de François Fillon par exemple. Or ce cas de la primaire de la droite a été intéressant. Un sondage est une photographie à un instant donné. Un sondage n'a donc pas vocation à dire ce que sera un résultats dans plusieurs jours, notamment dans une primaire où le corps électoral est restreint, et où les mouvements peuvent se faire très rapidement. Sur la primaire de la droite, rappelons quand même que si plusieurs de nos détracteurs pointent du doigt que nous n'avons pas réussi à prévoir le succès de la participation à la primaire, c'est factuellement faux dans la mesure où l'on estimait une participation de 9-10% des Français inscrits sur les listes électorales, ce qui donne 4 millions d'électeurs. Nous n'étions pas si éloignés de la réalité... Pourtant quand nous le disions, la plupart des commentateurs trouvaient le chiffre trop élevé.
 
Deuxième point, les enquêtes indiquaient que parmi ceux qui escomptaient voter à la primaire, un certain nombre d'entre-eux étaient de gauche. Là aussi, beaucoup ont réfuté cette idée, "on ne voit pas les électeurs de gauche faire la queue avec des électeurs de droite" a-t-on pu lire ou entendre. Or les chiffres de participation, notamment dans l'Est parisien ou en Seine-saint Denis, montrent que la gauche a même permis à Alain Juppé de remporter ces territoires. Concernant l'Ifop, nous avons fait un sondage le lendemain du premier tour qui donnait François Fillon gagnant avec 65%, soit un niveau très proche de celui effectivement observé. Ce que cela veut dire, c'est que l'outil donne une idée à un moment donnée et effectivement à l'entre-deux tour, une logique de bloc Fillon contre bloc Juppé a enrayé la volatilité des électeurs. 
 
De même, un tiers des électeurs de François Fillon, au lendemain du premier tour nous a déclaré s'être décidés dans les derniers jours. Un tiers de 45%, cela fait 15 points, et l'un des derniers sondages, une semaine avant le premier scrutin le donnait à 29% soit 16 points d'écart, une erreur de 1 point donc... 
 
Il n'y a pas eu de sondage effectué pour la primaire de la gauche depuis que les candidatures ont été avalisée. Cela s'explique par la trêve des confiseurs de fin d'année. Mais déjà un certain nombre de journalistes s'en plaignent et se posent la question des rapports de force. Sans sondage, il est quand même plus difficile de sortir du doigt mouillé. Il y a quelques semaines par exemple, les médias ont évoqué une dynamique Hamon parce que ce dernier avait rempli le gymnase Japy dans le XIème arrondissement de Paris. Ce n'est pas une jauge tout a fait scientifique... 
 
Trop souvent, les intentions de vote sont utilisés comme un moyen de raconter une campagne comme on raconterait une course de petits chevaux. Si untel passe devant un concurrent, il faut le croiser avec d'autres résultats. Sinon, l'intérêt du sondage est limité. A l'Ifop, et notamment avec Atlantico, nous avons toujours eu à cœur de remettre les choses en perspectives et de ne pas surinterpréter des mouvements d'un ou deux points dans les sondages. 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 05/01/2017 - 17:54 - Signaler un abus "Eclairer les citoyens"... ou les manipuler ?

    Dire à un électeur comment vont -peut-être !- voter les autres, ce n'est pas un éclairage, mais une volonté de l'influencer. Si on voulait vraiment l'éclairer, on lui montrerait ce que sont réellement les candidats et leurs programmes, au lieu de se complaire à relayer leur propagande. Les sondages détournent les journalistes de leur métier et de leurs responsabilités démocratiques, en les limitant au rôle de commentateurs de chiffres douteux... et ils adorent ça!

  • Par YNENOUDISEPATOU - 05/01/2017 - 20:04 - Signaler un abus à J'accuse .....

    Parfaitement d'accord avec votre commentaire.

  • Par Liberdom - 05/01/2017 - 20:59 - Signaler un abus MDR

    "Concernant l'Ifop, nous avons fait un sondage le lendemain du premier tour qui donnait François Fillon gagnant avec 65%" .Voilà une merveille ! Mais ils ont oublié de publier les résultats du sondage du lendemain du 2 me tour : là ils ont carrément prévu le résultat, à quelque millièmes près... Sont fortiches à l'Ifope.

  • Par toupoilu - 05/01/2017 - 22:59 - Signaler un abus Superbe décision du parisien,

    Qui j’espère fera réfléchir les sondeurs.

  • Par JMAndré - 06/01/2017 - 06:24 - Signaler un abus Intoxiqués aux sondages

    Ça n'est pas parce qu'ils se trompent que les sondages devraient être sinon interdits du-moins restreints. C'est essentiellement parce qu'ils façonnent la politique en indiquant sans cesse aux candidats où ils en sont (on ne fait pas campagne de la même façon selon qu'on se sait loin devant ou à la traine) et qu'ils tiennent lieu de vote virtuel. Cette inflation de sondages révèlent une véritable dépendance du monde politique, en plus d'influencer ou de troubler le choix des électeurs.

  • Par BLOND - 06/01/2017 - 10:53 - Signaler un abus Encore une fois : cessez de nous prendre pour des imbéciles !

    Encore une fois : cessez de nous prendre, nous français, pour des imbéciles, Messieurs les Journalistes ! Croyez-vous vraiment que les français ont besoin des sondages pour se faire une opinion elle-même, au regard de la politique actuelle et de ses résultats ? Parlez-nous plutôt des différents programmes, sans polémiquer dessus, vous ferez ainsi votre travail, tout simplement...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€