Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non, les réformes de l’éducation et l’encouragement à poursuivre des études toujours plus longues n’ont pas amélioré la mobilité sociale

L'ascenseur social semble bloqué : les jeunes aujourd'hui connaissent une mobilité sociale moins importante que celle de leurs parents et même que celle de leurs grands-parents, pourtant les étudiants vont chercher leurs diplômes au bout de parcours universitaires toujours plus longs ; on assiste à une saturation de notre enseignement supérieur qui peut être néfaste.

Idée reçue

Publié le
Non, les réformes de l’éducation et l’encouragement à poursuivre des études toujours plus longues n’ont pas amélioré la mobilité sociale

Atlantico : Environ 80% d'une génération obtient aujourd'hui le baccalauréat et accède à l'enseignement supérieur. Ces études sont plus longues et, en conséquence, la dépendance de cette génération aux revenus de ses parents est toujours plus importante. Pourtant, la mobilité sociale ne s'améliore pas. Peut-on parler d'échec des réformes de l'éducation ou a-t-on atteint un seuil de saturation structurelle en matière d'enseignement supérieur ?

Marie Duru-Bellat : Il est important de préciser en premier lieu que la mobilité sociale ne dépend pas du profil des jeunes. La mobilité sociale, c’est-à-dire la possibilité d’un jeune d’un milieu social d’accéder à un autre milieu social ou la capacité de sortir du modèle de reproduction sociale père-fils, dépend essentiellement des conditions des structures de l’emploi. Par exemple si du temps des pères, il y a 30% d’emplois agricoles, et du temps des fils il n’y a plus que 5%, il est normal qu’il y ait une forte mobilité sociale.

C’est de la mobilité structurelle, c’est-à-dire les mutations économiques, qui représente les deux tiers de la mobilité sociale. 

Comme on se rapporte à la période des Trente Glorieuses, il est évidemment facile de montrer que la mobilité sociale de nos grands-parents et de nos parents était plus importante que celle des jeunes d’aujourd’hui. Donc le rôle de l’école est nettement moindre en comparaison à cette donnée économique. 

Après le rôle de l’école existe, et il est essentiel, tout particulièrement au début du parcours scolaire. Car c’est à ce moment-là qu’il y a décrochage et que l’écart social se maintient. Ce problème précoce rend inutile l’allongement des études, car il y a une différence de niveau difficile à résoudre. 

Les étudiants croient s'assurer un avenir professionnel en poursuivant un cursus dans le supérieur, puis découvrent à la fin de leur parcours la grande difficulté d'emprunter l'ascenseur social. Quelles institutions portent cette responsabilité ? (Les politiques gouvernementales ? Les écoles privées qui "vendent" des diplômes ? Les universités qui ne se réforment pas ? Les filières élitistes qui ne s'ouvrent pas ?) 

En effet, si la priorité est l’inégalité précoce, on peut descendre dans la hiérarchie pour s’attaquer aux autres problèmes, le premier étant l’existence de filières d’élites qui sont le verrou d’accès à de meilleures positions sociales. A l’étranger d’ailleurs, personne ne comprend notre position. D’où le fait que les filières sélectives nourrissent une sélection en amont mise en place par les parents les mieux informés qui vont se bagarrer pour faire entrer leurs enfants dans ce cénacle. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pasdesp - 16/03/2016 - 11:35 - Signaler un abus Pourquoi Atlantico publie ce genre d'article?

    Ce discours inepte directement issu de l'idéologie ambiante et ayant plus qu'inspiré la reforme Vallaud Belkacem

  • Par Semper Fi - 16/03/2016 - 19:59 - Signaler un abus @pasdesp

    ... êtes-vous allés au bout de l'article ? C'est bien la théorie inverse qui est démontrée pour une simple raison : ce n'est pas parce que le nombre de diplômés de l'enseignement supérieur augmente que le nombre d'emplois de cadres augmente en proportion.

  • Par Deudeuche - 17/03/2016 - 14:42 - Signaler un abus doctorat=rétablissement du service national

    moins de chômeurs dans les statistiques socialo-Solferino-le Monde-nouvel Obs

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marie Duru-Bellat

Marie Duru-Bellat est sociologue spécialiste des questions d’éducation, professeur à l’IEP de Paris et chercheur à l’Observatoire Sociologique du Changement et à l’Institut de Recherche en Education (IREDU). Elle travaille sur les politiques éducatives et les inégalités sociales et sexuées dans le système scolaire.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€