Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non Emmanuel Macron, le symbole de notre temps ce n'est pas le migrant ! C'est le chômeur !

Le Président de la République aime planer sur les hauteurs. Il ne veut pas descendre sur terre car c'est salissant.

Lyrisme de pacotille

Publié le
Non Emmanuel Macron, le symbole de notre temps ce n'est pas le migrant ! C'est le chômeur !

L'autre jour, à la tribune des Nations Unies, Macron a prononcé un discours lyrique qui lui a valu bien des applaudissements. Il a, avec émotion, vanté les mérites du multiculturalisme. Une envolée remarquée et soulignée par la presse française. Un engouement inutile. Car le multiculturalisme c'est pour Macron, une tarte à la crème. Il en parle à tout bout de champ un peu comme les moines tibétains agitant compulsivement leurs moulins à prières.

Cette dégoulinante bondieusarde a noyé une autre phrase – plus importante- de M. Macron.

Il a dit : "Le migrant est le symbole de notre temps". Un migrant c'est touchant, c'est émouvant, c'est malheureux et, depuis la photo du petit Aylan, ça fait pleurer les âmes sensibles. D'autant plus facilement qu'un migrant c'est lointain. Quelque part sur les côtes libyennes… Ou en Méditerranée sur une embarcation naufragée. 

M. Macron sait ce qu'il dit et pourquoi il le dit. Il est conscient que ça peut rapporter gros dans une paroisse, la sienne, nommée le Boboland. Mais, dans le même souffle il fait virer le migrant quand il s'entasse à Calais ou boulevard de la Chapelle. Car le migrant doit absolument rester un symbole, rien qu'un symbole. 

Si Macron n'avait pas laissé dessécher son cœur dans une banque, à l'Elysée puis à Bercy, il saurait que le symbole de notre temps ce, n'est pas le migrant, mais le chômeur. Il y en a plus de six millions. Six millions! Beaucoup plus que de migrants en détresse. Ce sont nos chômeurs. Et aussi les chômeurs d'Emmanuel Macron. 

Le Président de la République sait-il ce que c'est qu'une chômeuse qui avec un bon de 50 euros accordé par le comité d'aide sociale d'une mairie va s'acheter de quoi manger dans un supermarché bas de gamme ? Comprend-il ce que ressent un chômeur en fin de droit qui a basculé dans le RSA ? Il pourrait aller les voir non ? On peut en trouver à quelques kilomètres de l'Elysée. C'est moins loin que Lampedusa…

Mais ça c'est exclu. Car un chômeur ou une chômeuse, ce n'est pas très glamour. Peut-être même qu'ils ne sont pas jolis. Peut-être aussi qu'ils ne sentent pas bon. Et que leur souffrance les rend agressifs. C'est pourquoi les six millions d'hommes et de femmes qui crèvent d'avoir été effacés de la terre ne sont rien. Et c'est pourquoi le migrant est tout.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 23/09/2017 - 12:42 - Signaler un abus Chômeur

    On les aime les chômeurs en France, d'ailleurs on fait ce qu'il faut pour qu'ils ne disparaissent pas, on en fait même venir de l'étranger. Il faut qu'ils se rendent compte de leur utilité sociale. Ils sont le garant des salaires le plus bas possible, de la précarisation par la peur du chômage et de beaucoup d'autres choses. Ils peuvent être fiers de se sacrifier pour que le CAC 40 ne s'effondre pas. Le pape finira par les béatifier.

  • Par moneo - 23/09/2017 - 12:44 - Signaler un abus HUM

    Et bien entendu l'immigration légale et illégale est une chance pour notre pays,les taux d'imposition ne seraient pas inférieurs s'ils n'étaient pas venus et notre compétitivité n'en a pas été affectée , De la à penser qu'une partie de nos chômeurs leur est aussi imputable... il faut pour être honnête intellectuellement reconnaitre que certains d'entre eux occupent des emplois que les gaulois ne veulent plus faire..... Par contre sur les problèmes d'insécurité , il est difficile de penser qu'ils ne sont pas majoritairement concernés même si les stats officielles sont bidonnées. Sur le Parisien ce matin un classement de villes ou il fait bon vivre en RP MAIS il manque un élément majeur ,le facteur insécurité n'est pas pris escompte faute de statistiques disponibles par Ville...cherchez l'erreur.... Vous parlez d'un classement

  • Par cloette - 23/09/2017 - 14:04 - Signaler un abus Il fait tout simplement

    de la propagande pro- migrants . Son crédo est que chacun pour son futur boulot , crée sa propre entreprise ( sa petite entreprise qui ne connait pas la crise) , la crée d'un clic de souris, bien entendu, c'est magique .il suffit de libérer l'énergie qui est en soi . Les migrants, que feront ils ? créeront ils eux aussi chacun leur start up ? ou ce sera la masse d'esclaves du nouveau monde ? Je crains que ce scénario soit celui d'un navet et finisse en eau de boudin .

  • Par vangog - 23/09/2017 - 21:02 - Signaler un abus Macron-Soros-le Pape, même combat!

    Le combat du fascisme mondialiste qui détruit les Nations et les identités. Ces gens ont la haine dans le cœur, exactement comme les socialistes allemands promus par l'oligarchie synergiste mondialiste...

  • Par pasdesp - 24/09/2017 - 15:59 - Signaler un abus Empathique Macron?

    N'oublions pas les "fainéants " insulte immemoriale du bourgeois vis à vis de l'ouvrier, ceux qui ne sont "rien" , sa tres choquante mise en scene de sa propre personne aux Antilles. Macron n'en n'a rien à foutre des 6 millions de chomeurs; C'est juste un pietre economiste qui se prend pour un chef d'etat

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€