Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 20 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

De NKM au maire de Montfermeil renversé par un scooter : pire que la colère des électeurs à cran, la dérive de pans entiers de la société française qui ne respectent plus l’autorité

Sentiment d'impunité des politiques face à la Justice, manque de cohésion sociale, etc. : plusieurs facteurs pourraient expliquer la recrudescence de la violence à l'égard des symboles de l'autorité.

Sauve qui peut !

Publié le
De NKM au maire de Montfermeil renversé par un scooter : pire que la colère des électeurs à cran, la dérive de pans entiers de la société française qui ne respectent plus l’autorité

Atlantico : Suite aux agressions survenues cette semaine de Nathalie Kosciusko-Morizet et de Xavier Lemoine, quel constat peut-on établir quant à la remise en cause des symboles de l'autorité d'une manière générale ?

Eric Deschavanne : Ce qu'on appelle crise de l'autorité n'est que l'envers des progrès de l'individualisme. L'autorité n'est pas le pouvoir. Le pouvoir et la hiérarchie sont des fonctions sociales qui ne disparaissent pas et n'ont pas vocation à disparaître. L'autorité est une supériorité en valeur et en prestige dont la reconnaissance oblige, force le respect et facilite ainsi l'exercice du pouvoir. L'individualisme, comme l'a bien vu Tocqueville, consiste principalement dans l'autosuffisance intellectuelle et procède de l'égalité des conditions : si j'estime qu'un homme en vaut un autre, pourquoi devrais-je admettre qu'un autre que moi possède un meilleur jugement que moi et juge à ma place de ce qui est important pour moi ou de ce que je dois faire ?

 L'individu contemporain pense donc par lui-même et répugne à reconnaître la supériorité du jugement d'autrui, autrui fut-il sorti d'une grande école, fut-il son supérieur hiérarchique, son professeur, un élu de la République, un grand scientifique, etc. Une telle disposition d'esprit constitue le coeur de la culture démocratique mais alimente nécessairement une forme de ressentiment à l'égard de ceux qui disposent du pouvoir d'expression et de représentation, et dont l'autorité reconnue apparaît toujours plus ou moins usurpée.

Paul-François Paoli : Il y a toujours eu de la violence dans le débat politique et je ne suis pas sûr que cette agression soit plus significative qu'une autre, sauf à considérer qu'elle est plus grave du fait qu'une femme en est victime. Durant les primaires, Macron a reçu un œuf en plein visage lors d'une visite au salon de l'agriculture et Valls une gifle durant un déplacement. Ils ont d'ailleurs gardé leur calme.

Ce qui est préoccupant c'est la banalisation de l'irrespect à l'encontre des hommes et des femmes politiques. Il faut, à mon sens, sanctionner très durement ces agressions car elles mettent en cause le principe même de la confrontation démocratique. La politique est un très dur métier qui mérite le respect. Considérer que les hommes politiques sont, par définition, incapables ou corrompus procède du pire populisme. Non celui de la légitime protestation des "gens d'en bas" qui se sentent oubliés par la représentation politique mais celui, pulsionnel, d'un poujadisme de bas étage. D'une manière générale, nous vivons dans un monde où l'irrespect et la vulgarité se banalisent. 

Par quelles voies cette violence se réinstalle-t-elle dans la sphère publique ?

Eric Deschavanne : Il faut relativiser la violence politique. La véritable violence est celle du terrorisme. Elle procède d'une idéologie qui justifie la haine à l'égard d'une catégorie d'êtres humains – classe sociale, race, peuple, culture, civilisation, etc. Le retour de la violence politique procède aujourd'hui du terrorisme djihadiste, parce qu'on a affaire à une idéologie totalitaire qui justifie, et même sanctifie le crime et la destruction Par contraste, la culture politique démocratique est extrêmement pacifique, en dépit des divisions, des oppositions et des conflits de tous ordres qu'elle exacerbe en permanence. Les comportements violents, qui sont quasi-unanimement condamnés, n'émanent pas d'une idéologie totalitaire mais du populisme ambiant, dont les discours d'extrême droite ou d'extrême gauche ne sont que la traduction exacerbée : c'est la haine des "élites qui ont trahi le peuple", voire la haine de la représentation et du pouvoir en général (pour l'extrême gauche) qui donne une légitimité –au regard de ceux qui les commettent – aux violences à l'égards des élus ou des policiers.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pandore - 17/06/2017 - 11:21 - Signaler un abus Pourquoi ???

    Pourquoi n'y auraient-ils pas droit à ces incivilités ou à ces agressions ????Parce que ce sont des élus???? Mais tous les jours dans les transports en communs, à l'école, dans les hyper marchés ou simplement dans la rue.... le commun des mortel se fait agresser....Et c'est justement ce que n'ont pas voulu voir nos politiques depuis 30 ou 40 ans..... l'absence de respect, de dignité, de politesse .... Alors que cela leur arrive à présent, peut être vont-ils commencer à réfléchir sur une probable instruction et éducation plus stricte et respectueuse de la vie en société ...

  • Par hermine_20 - 17/06/2017 - 11:35 - Signaler un abus Toute violence

    est condamnable. Il n'y a pas que les politiques. Depuis le quinquennat de hollande, plus d'autorité dans ce pays, la violence n'a plus de limite. Les politiques avec leurs œillères en sont les 1ers responsables. Le gouvernement actuel avec tous leurs démêlés judiciaires, s'occupe t il de ce sujet? Non

  • Par BOUDDHISTE SARKOZYSTE - 17/06/2017 - 11:41 - Signaler un abus Des résultats !!!!! C'est pourtant pas compliqué !!!!

    Les gens veulent des résultats !!! Les médias comme les politiques sont à côté de la plaque, planqués derrière des dogmes et de la com foireuse depuis des dizaines d'années, ils sont persuadés de faire le job alors qu'en réalité ils font semblant de le faire.....57% du PIB pour arriver à de si piteux résultats !!! La suisse c'est 32% du PIB avec le succès qu'on lui connaît mais cela n'empêche pas Yann Barthes de se moquer allègrement de l'équivalent du premier ministre helvete !!! C'est sur ce monsieur n'est pas très glamour ni doué en com comme nos bobos parisiens et nationaux mais il a des résultats !!! C'est ce que veulent les français et non entendre nos médias et nos politiques commenter l'actualité internationale, envisager de moraliser la vie politique ( la blague!!!) ou de nous faire des grands discours foireux sur la justice sociale, la république solidaire ou ce genre de théorie qui ne veulent rien dire et n'engage personne ...votre job messieurs c'est de vous occuper de vos administrés et des administrations, pas de vous répandre dans des médias complices car vous ne convainquez plus personne!! En attendant ne vous étonnez pas de recevoir du goudron et des plumes .

  • Par Septentrionale - 17/06/2017 - 12:14 - Signaler un abus Toutes les violences du quinquennat coupe gorge Hollande

    Les socialops avaient tout, l'Assemblée nationale, le Sénat, les régions, les grandes villes. Et voilà ce que cela a donné: une Société Française méprisée, maltraitée, rackettée, violentée, kalashnikovée, poidslourdisée. Bien "violantée" dans tous les niveaux de son corps. Et on s'étonne d'un résultat tourmenté ? " Merci pour ce moment " avait déjà dit l'autre.

  • Par Jasmin84 - 17/06/2017 - 12:37 - Signaler un abus La. Isolent e n'a plus de

    La. Isolent e n'a plus de limites car il n'y a plus jamais de sanction. Illustrati N : audience du tribunal correctionnel d'Aix. Deux prévenus comparaissent port vol en état de recidive. Ils ont respectivement 19 et 17 condamnations à leur casier judiciaire. Réquisition du procureur de la république : 4 mois de prison AVEC SURSIS !!!!! Sans commentaire.

  • Par Michèle Plahiers - 17/06/2017 - 12:40 - Signaler un abus La violence.

    Paradoxalement, l'expression d'une certaine violence est étouffée dans le poitiquement correct et génère de la dépression. D'ailleurs après les attaques du Bataclan, paradoxalement (pas pour les psys,...) le vente d'anti-dépresseur a diminué. http://plus.lesoir.be/node/100004/comments#comment-18684. C'est plutôt les symboles de l'autorité qu'il faut rétablir. Le respect des supérieurs,...Vous connaissez mes positions sur le "mariage homos".

  • Par Michèle Plahiers - 17/06/2017 - 12:52 - Signaler un abus Malthus.

    Si je suis malthusienne c'est parce qu'il avait bien compris que la violence naissait d'une saturation de l'espace vital. Certaine culture comme les chinois et la japonnais supportent plus la proximité physique mais la séparation avec l'autre se reporte sur les gestes et les mots qui ont une symbolique souvent étrangères aux occidents. La violence naît de la proximité et de la fusion pourtant recherchée par la crainte d'être isole (la juste distance. De nombreux sont sont effectivement comme des hérissons: trop près, ils expriment leur agressivité, abandonné il sont condamné à l'étouffer de peur de se retrouver seuls (le politiquement correct qui se hérisse si quelqu'un se permet une blague à la Desproges. Oh! il est raciste, probablement un peu antisémité quand il se moque de Cohn-Bendit. Le populisme de gauche ets l'opposé du populisme de droite, mais relève de la même haine de l'élite. NARCISSISME DES PETITES DIFFERENCES.

  • Par Michèle Plahiers - 17/06/2017 - 12:58 - Signaler un abus Toute violence est condamnable: NON.

    Alors, notre mère devrait aller en procès contre son enfant parce que l'accouchement est doulourous. Et l'enfant parce que sa mère l'a expulsé de l'Eden dans lequel il était si bien. Vilence en mose modérato canatibile. C'est le rejet de la violence qui est un totalitarisme. La violence est partout. Un riche en Rolls Royce qui passe devant un SDF est violent. et si le SDF se lève et se dit: j'en ai marre de faire la manche, moi aussi j'ai envie d'une Rolls. Peut-être que la violence du riche lui sera utile.

  • Par GP13 - 17/06/2017 - 12:59 - Signaler un abus Diminuer la violence en nommant bien les choses.

    La politique n'est pas un métier. C'est une mission obtenue par un mandat limité dans le temps. La première des violences est d'avoir transformé ce qui ressort de la mission en vrai métier avec tous les bénéfices inappropriés qui en découlent.

  • Par Michèle Plahiers - 17/06/2017 - 13:02 - Signaler un abus Bobo (pacifiste)-popo (populaire)

    Même profil mais inversé.

  • Par Leucate - 17/06/2017 - 14:21 - Signaler un abus comparer ce qui est comparable

    On ne va pas comparer la mésaventure d'une élue souffletée par des tracts sur papier de 90 gr et qui tombe en pamoison et le cas d'un autre élu qui lui a été sérieusement blessé par un scooter qui lui a foncé dessus. L'homme de 55 ans qui a "sauvagement agressé" NKM devait certainement se promener tranquillement sur le marché en pensant à des choses agréables quand on lui a tendu un tract. Sa réaction de rejet a certainement été excessive mais je ne vois pas en quoi cela serait symptomatique d'une montée de la violence. Il y a quotidiennement des faits beaucoup plus graves qui ne valent même pas une inscription sur la main courante d'un commissariat de quartier.

  • Par MIMINE 95 - 17/06/2017 - 15:30 - Signaler un abus LE CITOYEN LAMBDA EST PRIE DEPUIS LONGTEMPS

    De supporter la violence sociale, ethnique et les f

  • Par Le gorille - 17/06/2017 - 15:51 - Signaler un abus Autorité, respect

    Oui, exercer l'autorité demande le respect. Mais peut-on respecter des personnes qui n'inspirent pas le respect dans les faits, les votes, les réflexions et les paroles qui sont portés à la connaissance du public ? C'est très difficile. Pourtant la pérennité d'une nation, d'un pays ou d'une patrie en dépend et l'exige. Autrement dit, au delà de l'irrespect envers l'autorité, il faudrait aussi porter le regard sur l'existence même de notre pays : elle est en très grave danger. L'individualisme, tel qu'il est présenté dans cet article, peut mener à refuser l'obéissance, obéissance qui pourrait conduire au sacrifice suprême. En 1914, malgré les scandales, on partait au front. Aujourd'hui, le fera-t-on ? Et qui ?

  • Par MIMINE 95 - 17/06/2017 - 15:52 - Signaler un abus SUITE

    Et les attentats du terrorisme islamique ( terme qui me semble plus cohérent que djihadiste) comme normaux et le tout, en ayant la quasi obligation d'appliquer la philosophie (vu, entendu, mais ... rien dire !!). Une frêle bobo friquée de la zoli-sphère tombe à la renverse et se cogne la tête suite à "un soufflet de tracts" et aussitôt c'est l'indignation générale... MDR. Je ne m'inquiète pas, pour elle on va retrouver " l'impie" avant même qu'elle n'ait eu le temps de porter plainte. Une pensée pour Xavier Lemoine qui lui, est un politique qui a le courage d'appeler un chat un chat. Je lui souhaite un bon rétablissement. Les sauvageons lui, il connait. Il est à noter d'ailleurs que les sauvageons, à force d'être traités en enfants gâtés irresponsables par des politiques clientélistes, mutent de plus en plus vers le "barbaresque", mais chûûûûttttttttttt !!

  • Par DANIEL74000 - 17/06/2017 - 16:18 - Signaler un abus VIOLENCE ET RESPECT

    Le libre commerce est source de paix, l'ignorance de violence avait écrit Monsieur de Montesquieu. L'exception Française, c'est tout le contraire : statut et monopole publics, régimes spéciaux et état providence le tout couronné par une école qui met le feu avec son nivellement par le bas au lieu d'allumer les étincelles de l'intelligence. Les pubs et les subventions sont les ennemis de la Liberté. C'est l'état qui tue la France et les électeurs commencent à comprendre !

  • Par lasenorita - 17/06/2017 - 17:01 - Signaler un abus Mai 68 est passé par là!

    En 1968,Cohn-Bendit (le pédophile) criait sur les barricades: ''il est interdit d'interdir''..il ne faut plus empêcher les enfants de faire des bêtises, ni les femmes de tromper leur époux,etc..etc.. Si ''certains'' Français se comportent mal, en ce moment, les responsables sont aussi leurs parents, leur mauvaise éducation! Je ne vois pas mes enfants jeter des tracts à la figure d'une candidate aux Législatives, ni mes frères et sœurs.. J'ai été enseignante dans les années 80 et je n'ai jamais eu de ''problème'' de discipline comme on en voit maintenant: des parents qui vont gifler l'institutrice,etc..etc.. ...mais la ''gauche'' est passée par là.. depuis 1981...et les gauchistes donnent raison aux parents plutôt qu'aux enseignants, dans un but électoral!

  • Par abracadarixelle - 17/06/2017 - 22:59 - Signaler un abus mes, Mrs les politiques....

    ...bienvenue dans le monde réel que vous avez laissé se développer.......L'irrespect et la violence sont le lot quotidien du citoyen ordinaire, ce que se refusent encore de voir les pouvoirs ( locaux , nationaux.. .) Alors, je me permets de dire " cessez de pleurer et prenez votre part du fardeau de la responsabilité " ( on peut toujours rêver )

  • Par Haifeng - 17/06/2017 - 23:38 - Signaler un abus Honte à vous, Monsieur Paoli !

    Sources : www.20minutes.fr Troyes: Elle refuse de donner une cigarette, une jeune fille tabassée à mort (25/05/17) Lyon : Un homme dans un état critique pour avoir refusé une cigarette (01/06/17) Villeurbanne : Poignardé pour un coup de klaxon (12/06/17) Essonne : Frappé à coups de barre de fer pour être tombé en panne (15/06/17) « … Ce qui est préoccupant c'est la banalisation de l'irrespect à l'encontre des hommes et des femmes politiques » Que diriez-vous de « l’irrespect » à l’encontre des hommes et des femmes tabassés ou tués pour une cigarette, ces « gens d’en bas », de ce peuple que vous vomissez et dont heureusement vous ne faites pas partie, puisque vous ignorez ces méprisables « faits divers » qui ne touchent que d’odieux « sans-dents » ? Restez donc dans votre tour d’ivoire à toucher vos prébendes de « journaliste d’en haut », Monsieur, mais surtout ayez la décence de ne pas parler au nom de ce peuple « populiste » que vous abhorrez et remplit chaque jour les faits-divers, vous vous ridiculisez et renforcez le mépris et le dégoût qu’éprouvent les « gens d’en bas » à l’égard de ceux de votre caste…

  • Par edac44 - 18/06/2017 - 10:29 - Signaler un abus Œil pour œil, dent pour dent et pour une dent ...

    Œil pour œil, dent pour dent et pour une dent, toute la gueule !... Proverbe arabe, dit-on et devise de celles et ceux qui refusent de se laisser marcher sur les pieds sans réagir et de manière ULTRA efficace (j'en fais parie) !... Tant que la justice française et les juges rouges se foutront de la gueule du monde et surtout de la gueule des contribuables qui les paient à rien foutre, la violence ne cessera jamais d'exister. La violence appelle la violence, c'est un cercle vicieux, sans fin, propre semble t-il à tous les êtres et espèces vivants sur cette planète sans doute. La loi du plus fort demeure à jamais la meilleure, les autres sont condamnés à faire profil bas pour "survivre" !... Restent les réseaux sociaux pour "l'ouvrir" incognito et sans risque mais est-ce vraiment très efficace ???

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 18/06/2017 - 17:40 - Signaler un abus D'une part je ne vois pas en

    D'une part je ne vois pas en quoi NKM représenterait une quelconque autorité... ....D'autre part si le maire de Montfermeil représente l'autorité, Il manque surtout.... D'AUTORITÉ. ..........Ça arrive souvent à ceux qui critiquent la répression......le boomerang leur revient en pleine figure.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Deschavanne

Eric Deschavanne est professeur de philosophie.

A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxième
humanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry
(Germina, 2010). Il est également l’auteur, avec Pierre-Henri Tavoillot, de Philosophie des âges de la vie (Grasset, 2007).

Voir la bio en entier

Paul-François Paoli

Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€