Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

NKM en guerre contre "les réacs" : mais au fait, que signifie le mot dans la droite de 2016 ?

Nouvelle candidate officielle à la primaire de la droite à l'élection présidentielle de 2017, Nathalie Kosciusko-Morizet aime se présenter comme une "anti-réactionnaire". Un positionnement qui interpelle dans la bouche d'une politique de droite, surtout en 2016.

Mise à jour

Publié le
NKM en guerre contre "les réacs" : mais au fait, que signifie  le mot dans la droite de 2016 ?

Atlantico : Alors que Nathalie Kosciusko-Morizet a officialisé ce mardi sa candidature à la primaire de la droite, son entourage la décrit comme "anti-réactionnaire". Quelle signification accorder aujourd'hui au terme "réactionnaire" ?

Roland Hureaux : "Réactionnaire" a un sens précis dans la pensée marxiste. Pour que le mot revête une signification, il faut croire que l'histoire a un sens, qu'elle est orientée, qu'il y a un avant , aujourd'hui obsolète, et un après qui adviendra de toutes les façons et pour le meilleur. Les réactionnaires sont ceux qui s'opposent à  cette marche inexorable de l'histoire vers l'avant. Ils sont voués, comme le disaient certains marxistes, aux "poubelles de l'histoire" et ce n'était pas un vain mot puisqu'ils étaient généralement condamnés au camp, voire à la mort.

Par exemple les religieux, puisque la religion représentait un vestige du passé.

Cette idée d'un sens de l'histoire est plus large que le marxisme : elle se trouve dans tous le modes de pensée idéologiques. Le marxisme n'était qu'un cas particulier, mais pas le moindre de l'idéologie.

Quelqu'un qui emploie ce mot est dès lors un idéologue, c'est-à-dire quelqu'un qui raisonne faussement  sur les choses de la société.

Les idéologues croient à un certain nombre d'idées généralement fausses ou malfaisantes : par exemple l'existence de méthodes scientifiques en pédagogie ou la théorie du genre. Ils pensent en même temps que ces idées sont des idées d'avenir et que ceux qui ne les admettent pas appartiennent au passé, même quand la fausseté de ces théories, par exemple la théorie du genre, a été établie.

Il y a des domaines où il y a un vrai sens de l'histoire : par exemple le progrès scientifique ou le progrès technique, qui sont irrécusables. Mais dans les autres domaines, on a affaire à une singerie de progrès. Ni en pédagogie, ni en politique, ni même en économie, il n'y a de véritable progrès.

Entre la gauche et la droite, il y a une sorte de basculement sémantique. Jadis, la gauche se caractérisait surtout parce quelle était plus sociale. Aujourd'hui - on le voit avec la loi El Khomri qui veut détricoter le Code du travail - la gauche a renoncé à tout progrès social véritable. Ce qui caractérise la gauche, ce sont les lubies idéologiques : ouverture des frontières, mariage unisexe, croisades aveugles et criminelles pour les droits de l'homme, féminisme exacerbé et généralement contre-productif, négation de la nation, etc.

La droite, en principe, c'est cette partie de l'arc politique qui résiste à l'idéologie pour ne considérer que les réalités. Elle reconnaît un certain nombre de fondamentaux que l'histoire n'est pas susceptible de remettre en cause car ils sont la condition de la survie de la société : l'Etat, la famille, l'intérêt général, la nécessité d'un certain ordre économique, etc.

S'il y a des hommes de droite qui sont idéologues, c'est par contamination de la gauche. C'est sans doute le cas de Nathalie Kosciuszko-Morizet. Dès lors que vous classez  les hommes - ou les idées politiques - en progressistes et réactionnaires, vous vous situez dans un mode de pensée idéologique et donc de gauche.

D'autant qu'en définitive, c'est toujours la gauche qui dit ce qui est progressiste et réactionnaire. Par exemple, au siècle dernier, les langues régionales étaient tenues pour réactionnaires ; aujourd'hui, elles sont devenues une référence progressiste. La promotion de homosexualité, c'était au temps de Proust le propre d'une aristocratie attardée, aujourd'hui c'est devenu progressiste, etc. Un jour, à gauche, on décrétera qu'il faut marcher sur les mains et si vous voulez continuez à marcher sur les pieds, vous serez étiqueté de réactionnaire !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Borgowrio - 11/03/2016 - 09:59 - Signaler un abus La minute blonde

    Vu sur V.A. La minute blonde

  • Par vangog - 11/03/2016 - 12:31 - Signaler un abus Les réacs contre la loi El Kohmry?

    Ah ben...ça doit être les djeuns et les écolo-cocos? Non?...sinon, je vois pas...

  • Par MONEO98 - 11/03/2016 - 17:35 - Signaler un abus NK

    Plus de M , elle vient d'annoncer son divorce de son Homme de gauche (ancien du cabinet Mermaz) ,que le Monde l'ait qualifie de visionnaire ..tout un programme ... verdâtre à venir On peut se poser la question sur nos grandes écoles comme quoi on peut avoir un cerveau qui fonctionne rapidement mais aussi de travers ce n'est pas Anne Lauvergeon ni NK qui démontreront le contraire ( chez les mâles Attali hum... François Hollande...et tant d''autres) Faut arrêter avec ce sens marxiste de l'histoire... l'histoire n'existe que par les récits sans cesses améliorés du passé raconté par les vainqueurs puis leurs descendants... De Gaulle pour avoir abandonné l'Education nationale et ses programmes au PC porte une responsabilité majeure et nos pseudo dirigeants de droite pour n'avoir rien fait sont aussi coupables que lui .Aujourd'hui on forme dans nos écoles des marxistes et des apprentis khmers verts NK ?Jamais ...si c'est elle la Droite c'est que les mots n'ont plus de signification.Quand on a perdu face à Hidalgo l'une des plus jeunes retraités de France on devrait songer à faire autre chose que de la politique ..

  • Par cloette - 11/03/2016 - 19:36 - Signaler un abus mone098

    le M c'est son père ou sa mère aussi , son mari c'est P

  • Par Liberte5 - 11/03/2016 - 22:43 - Signaler un abus Excellents contributeurs..

    qui ouvrent une analyse intéressante sur l'idéologie qui imprègne la classe politique française. Idéologie de gauche évidemment. L'autre gauche qu'on appelle la droite, n'étant qu'une pâle copie de la gauche,la vraie..

  • Par joke ka - 12/03/2016 - 15:31 - Signaler un abus NKM

    depuis longtemps un taupe rose à l'UMP devenu LR..je n'ai jamais compris comment Sarko avait pu lui confier un rôle aussi crucial de porte parole de sa campagne de 2012...elle l a mené vers l'échec...je fais partie de ceux qui n'ont pas voté pour lui après avoir entendu sa "porte parole" déclarer qu'elle choisirait la gauche plutôt que le FN c'est vrai qu'elle a épousé un politique PS...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de "La grande démolition : La France cassée par les réformes"

Voir la bio en entier

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, responsable, au sein de cet établissement, du parcours de master « Métiers du politique ». Il a co-publié aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€