Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nikki Haley : la femme qui contribue à sauver l'administration Trump de l'intérieur en... lui tenant tête

Nikki Haley, Ambassadeur des Etats Unis aux Nations Unis, portera la diplomatie de Donald Trump lors de cette semaine d'Assemblée générale. Depuis l'investiture du nouveau Président, Nikki Haley, a su gagner la confiance de ses interlocuteurs au fil des mois, fait remarquable dans une administration qui a été marquée par une certaine instabilité.

Ambassadeur à l'ONU

Publié le
Nikki Haley : la femme qui contribue à sauver l'administration Trump de l'intérieur en... lui tenant tête

Atlantico : Comment Nikki Haley est elle parvenue à bâtir cette réputation ? Quelle est son importance aujourd’hui dans le dispositif ?

Gérald Olivier : A lire certains médias américains, Nikki Haley serait en route pour la Maison Blanche... Le poste de Secrétaire d'Etat n'étant qu'une brève étape sur son chemin. Toutefois justement ne brûlons pas les étapes.

Il se trouve qu'au printemps et jusqu'au début de l'été, chacun à Washington était convaincu de la démission imminente de Rex Tillerson et de son remplacement par Nikki Haley. Cette démission n'est pas intervenue. A présent elle est annoncée pour décembre, avec toujours N. Haley pour reprendre la fonction. Nous verrons. Donald Trump a remis de l'ordre dans la Maison Blanche, Tillerson a pris certaines distances. Il a un job a assurer, qui n'est pas de diriger la diplomatie américaine, mais de réformer le Département d'Etat pour en réduire les coûts de fonctionnement.

Tant que ce job n'est pas accompli, il  restera et Nikki Haley attendra. Néanmoins c'est bien une des figures montantes de l'administration Trump, qui a réussi à gagner la confiance du président Trump alors qu'elle avait été très critique du candidat Trump. 

Elle l'a fait en défendant à la fois les positions du président et sa politique. Avec une méthode très simple. Récompenser les amis. Sanctionner les adversaires. Elle sait que le monde, et l'ONU, sa principale institution globale, ne peuvent pas se passer des Etats-Unis, ni financièrement, ni militairement, ni même en termes de "leardership", donc Haley en tant que représentante des Etats-Unis à l'Onu prend note de qui soutient les Etats-Unis et qui ne les soutiens pas, non pas simplement au sein du Conseil de sécurité, mais surtout au sein de l'Assemblée générale. Et peu de nations osent s'opposer ouvertement aux postions de Washngton. Elle a ainsi obtenu que 120 nations adhèrent au plan de réforme américain Elle a aussi beaucoup calme les craintes de ses vis à vis concernant les intentions réelles du président Trump.

Après les départs de Steve Bannon et de Sebastian Gorka, une ligne diplomatique plus "claire" semble s'être imposée. Dans quelle mesure Nikki Haley peut elle s'inscrire dans cette "ligne" présidentielle ? Quelle est son influence ?

Haley a un rôle là où l'Onu a un rôle. Par exemple sur la question nord coréenne, et sur la question iranienne. Mais les deux personnages clés en matière  de politique étrangère sont le général Mathis la secrétaire à la Défense, et le général H.R. Mc Master le conseiller à la Sécurité nationale. Par contre obtenir que le Conseil de Sécurité vote deux fois à l'unanimité des sanctions contre la Corée du Nord constitue un gage de ses compétences et de son influence.
Nikky Haley  a gagné sa popularité lors des frappes américaines contre la Syrie, suite à l'attaque chimique menée par les forces du régime de Bachar el Assad à  Khan Shaykhune a printemps. C'est elle qui est montée en première ligne au Conseil de sécurité de l'Onu, un peu comme Collin Powell en 2002, mais avec plus de succès, et comme Adlai Stevenson lors de la Crise des missiles de Cuba en 1962. Elle a fait jouer l'émotion et préparer l'opinion à une riposte américaine et tout au long de cet épisode elle a été en phase avec le président Trump.
Un peu comme lui elle peut avoir un langage dur et brutal mais se montrer conciliante. Elle a beaucoup critiqué Valdimir Poutine et l'attitude des Russes aussi bien en Ukraine qu'en Syrie, mais elle n'a jamais cessé de parler à ses interlocuteurs russes... Idem sur l'Iran. Elle a dénoncé le régime islamique iranien pour les activités terroristes qu'il mène depuis trente ans, mais elle est également parvenu à contenir es ardeurs bellicoses du président et (pour l'instant) à préserver le soutient de l'administration au traité sur le nucléaire de juillet 2015 alors que Trump, candidat,  avait promis de l'annuler.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 19/09/2017 - 08:21 - Signaler un abus Excellent article

    sur le fonctionnement de l'Administration Trump et une belle reconnaissance du travail effectué par Nikki Haley. Cela change du Trump bashing dont les media nous abreuvent

  • Par vangog - 19/09/2017 - 09:37 - Signaler un abus Oui, Gérald Olivier est plus objectif que Branaa...

    Enfin, on arrive à obtenir une description claire et non teintée d'idéologie ringarde, de l'administration américaine...les journalistes et analystes seraient-ils en train d'évoluer, a l'égal des syndicalistes français?

  • Par Liberte5 - 19/09/2017 - 12:40 - Signaler un abus C'est toujours un plaisir que de lire les analyses de G Olivier.

    Face à la désinformation massive qui est faite dans les médias français , il est bon de remettre les pendules à l'heure sur ce qui se passe et se fait vraiment dans l'administration de D Trump. Malgré les oppositions cumulées des démocrates , d'une grande partie des Républicains et de presque tous les médias, D. Trump continue à avancer, à marquer des points contre la gauche et à remettre les USA dans le bon sens. Vive Trump.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€