Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Merkozy" existe-il vraiment ?

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont promis de présenter lundi une proposition commune pour une réforme de l’union monétaire européenne. Pourtant, à lire les deux discours que les leaders ont tenu, l’un à Toulouse et l’autre au Bundestag, il est difficile de trouver une ligne commune...

Lost in translation

Publié le

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy doivent s'accorder d'ici lundi pour formuler, ensemble, une proposition commune quant à une réforme de l’union monétaire européenne. Pourtant, dans leurs discours, les deux leaders politiques ne semblent pas s'accorder. Au point qu'il est difficilement imaginable de croire à une proposition commune du couple franco-allemand, une fois passé le week-end.

Quelques points de convergence franco-allemands malgré tout...

Bien entendu, on peut dégager certaines convergences concernant l’approche d’ensemble.

Ainsi, la crise actuelle est vue comme une crise majeure de confiance, et Angela Merkel comme Nicolas Sarkozy prévoient un chemin long et sinueux avant de regagner cette confiance. Sont pointé aussi les failles de l’architecture du traité de Maastricht, et la nécessité d’une refondation de l’Europe (version Sarkozy) ou de réformes institutionnelles (version Merkel). Dans ce contexte, Nicolas Sarkozy rejoint maintenant la chancelière qui demande un changement des traités européen.

Quant aux principes devant guider l’union monétaire revisitée, on trouve également des points d’accord :

  • L’instauration une règle d’or dans tous les pays de la zone euro,
    • L’accent mis sur la discipline budgétaire et les mécanismes qui doivent y contribuer, à savoir des sanctions que Nicolas Sarkozy veut « plus rapides, plus automatiques et plus sévères » - Angela Merkel n’y trouvera rien à redire.

      Concernant la BCE (Banque centrale européenne), l’effort de Nicolas Sarkozy pour dissiper les craintes allemandes est manifeste. La Banque centrale est indépendante, et « elle le restera ». La nuance s’installe quand Sarkozy se dit convaincu que « face au risque déflationniste qui menace l’Europe, la Banque centrale agira. A elle de décider quand et avec quels moyens ».

      Néanmoins, pour de couper court à toute interprétation « dissidente », Angela Merkel juge bon de préciser que la BCE, assignée à la défense de la stabilité des prix, a un rôle différent des banques centrales américaine ou britannique. Nuance encore quant au slogan « solidarité sans faille et discipline plus stricte », qui sert visiblement au président français pour équilibrer son discours. Angela Merkel, elle, s’en tient à la discipline, et tient encore une fois que pour elle il ne saurait y être question d’une mutualisation de la dette ni d’euro-obligations.

      De grandes divergences quant au futur politique de l'Europe !

Mais la contradiction la plus profonde réside dans les visions de l’Europe politique. Quand Nicolas Sarkozy explique ses vues quant à une Europe plus politique, c’est dans le sens d’un volontarisme des chefs d’État et de gouvernement contre l’empire des règles et du pilotage automatique. Ce n’est certainement pas l’avis d’Angela Merkel qui insiste sur des règles strictes devant guider les politiques budgétaires.

Passons sur le couplet du président revendiquant des politiques industrielles, commerciales et protectrices de l’Europe, ce qui n’est vraiment pas la priorité des priorités coté Allemagne. Angela Merkel y répond par son couplet habituel en appelant une stratégie de croissance passant par des réformes structurelles. Par contre, quand le président français appelle le passage au vote majoritaire dans certaines instances, tout en défendant le principe intergouvernemental - c'est à dire en récusant toute évolution de type fédérale, supranationale -, non seulement il se contredit lui-même (car le principe de la souveraineté nationale ne supporte pas la possibilité d’être mis en minorité par une instance européenne), mais il s’oppose aussi diamétralement à la vision de la chancelière.

Celle-ci appelle un renforcement des institutions européennes, une autorité plus forte de l’UE, la possibilité de forcer le respect des règles budgétaires, certains transferts de compétences pour arriver à une « véritable union fiscale », ainsi que la possibilité de faire appel à la Cour de justice européenne en cas de violation répétée des règles budgétaires par un pays.

Le tabloid Bild a montré, dans son édition de jeudi 1er décembre, un photomontage montrant « Merkozy », la nouvelle superstar qui doit sauver l’Europe. Vraiment, il y a des trouvailles mieux réussies ! Nos visions de l’Europe politique, économique et monétaire continuent à diverger... Nicolas Sarkozy et Angela Merkel auront fort à faire pour rapprocher ces visions, et devenir ainsi une force de proposition capable d’entraîner l'union monétaire renouvelée.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mangouste - 03/12/2011 - 09:17 - Signaler un abus Dave! Je l'ai reconnu.

    Dave! Je l'ai reconnu.

  • Par brennec - 03/12/2011 - 10:13 - Signaler un abus On ne va pas y couper.

    La position de Sarkozy qui plaide pour plus de 'solidarité' au sein de l'europe s'explique très bien par le fait qu'il sait qu'a terme la france aura besoin de cette solidarité, il plaide pour sa sébille. Il y a des économistes compétents en Allemagne et Mme Merkel a surement été avisée qu'elle ne pourra porter l'europe a bout de bras. Tout le monde va devoir s'y mettre et souffrir.

  • Par a.l.l. - 03/12/2011 - 11:29 - Signaler un abus Génétiquement improbable. Cela n'est pas.

    Une chimère, une impasse de l'évolution, un casting pour Dario Argento... Qu'Atlantico retire cette image monstrueuse.

  • Par alankin - 03/12/2011 - 15:15 - Signaler un abus merkek joue sa petite affaire électorale...

    face à une coalition incertaine... le SPD est contre toutes ses positions. Elle finira par partir de la chancellerie. Mais il sera trop tard. les journalistes ne disent pas assez à quel point Angela est en train de couler toute la zone Euro. Le tout pour une vertu Allemande qui n'existe pas, pourtant colportée par les journalistes. Et les traités ne seront pas signés.

  • Par alankin - 03/12/2011 - 15:17 - Signaler un abus que dit le parlement sur les négociations avec l'Allemagne?

    rien du tout !, il voit l'impasse de NS dans cette affaire et le parlement français regarde ce triste film comme un véritable benêt. on se demande ce qu'ils branlent, franchement.

  • Par Lepongiste - 03/12/2011 - 15:56 - Signaler un abus ATLANTICO si vous êtes en manque d'inspiration !!!

    pensez aux sujets suivants : L'argent des syndicats 4 milliards par an pour 8% de syndiqués !! Le plan d'austérité de la Corrèze endettée à hauteur de 350 Millions d'Euros....!! Sinon vous n'avez qu'à reproduire les excellents articles du Figaro sur ces sujets....

  • Par luchon - 03/12/2011 - 17:57 - Signaler un abus monsieur blabla (comme dit ankela) aux ordres

    et si Montdebourg avait raison pendant que notre petit pr se hausse sur ses talonnettes et fait claquer ses talons mde Merkel fait sa salade et est en train de nous enfumer à la sortie nous serons grace à notre nicolas la risée de tous .............................

  • Par gmilady - 04/12/2011 - 08:45 - Signaler un abus Merkozy

    Il s'est fait complètement bouffer par Merkel, parce qu'il n'a RIEN à proposer. Toutes ses initiatives ont fait flop, aucune de ses promesses n'a été tenue, il a changé d'avis sans arrêt sur tout. il est MINABLE...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Henrik Uterwedde

Henrik Uterwedde est politologue et directeur adjoint de l'Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€