Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ni ni de Florange : le gouvernement doit apprendre à regarder la vérité de l’industrie française en face (et à la dire aux salariés)

Tandis que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé vendredi qu'il n'y aura pas de plan social à Florange, Arcelor Mittal s'est engagé à investir 180 millions sur 5 ans. Les syndicats n'ont toutefois pas caché leur déception.

Toute la vérité

Publié le

Après l'annonce de l'accord conclu avec le groupe Mittal, on est tenté de  dire : beaucoup de bruit pour rien ! Comme chez notre La Fontaine, la montagne accouche d'une souris. Jean-Marc Ayrault serait- il la voix de la sagesse dans un gouvernement où certains confondent travailler et haranguer ?

C'est un nouvel exemple de discrédit de la parole publique sur le fond et sur la forme... le "casse-toi" est devenu un sport d'équipe, après Bernard Arnault c'est Mittal... Les principales victimes sont les salariés à qui on a promis le Père Noël. Les autres discrédités sont Arnaud Montebourg qui passe pour le Mélenchon de service et peut-être le président de la République, qui endosse le rôle de nouveau Louis XVI : il arbore le bonnet phrygien pour faire plaisir à l'extrême gauche et prend la fuite de Varennes quand il s'agit de décider.

Mais après tout, peut-être est-ce une fine stratégie politique dans un pays ingouvernable ? Montebourg distribuant des croissants aux gréviste avait un côté Marie Antoinette : s'ils n'ont pas de pain qu'ils mangent de la brioche ! Ce serait drôle si ce n'était jouer avec l'émotion et l'inquiétude des salariés en s'en servant pour faire la politique au sens peu noble du terme.

La première règle que le pouvoir politique doit se donner dans des dossiers comme Florange, dont il ne faut pas minimiser la difficulté, c'est de dire la vérité. Même à ces salariés dont personne n'oublie la détresse, le courage de ne pas donner de faux espoirs pour les trahir finalement assez lâchement. Idem avec PSA: on insulte les dirigeants, on fait semblant d'être ferme et on ne fait qu'encourager la radicalisation et les fuites en avant extrémistes, à gauche comme à droite. 

La France a besoin de faire des réformes très lourdes: le devoir des dirigeants politiques, c'est la responsabilité et la pédagogie. Faire confiance aux entrepreneurs de toutes sortes, ne pas les livrer en pâture comme dans les jeux du cirque... A propos, merci M. le ministre du Travail d'avoir dit dans les médias que l'utilisation du crédit d'impôt serait vérifiée pour que le patron ne s'achète pas une belle voiture ! Quoique si c'est une Peugeot...

Pour en revenir à Mittal, il faut dire la vérité et contrairement à ce qu'ont affirmé les syndicats, si le site est viable on ne voit pas pourquoi Mittal fermerait la caverne d'Ali baba. On ne peut faire reposer toute la dénonciation de Mittal sur sa voracité d'actionnaire obsédé par la rentabilité et lui reprocher de fermer un site rentable. D'ailleurs toute la logique de l'accord passé hier consiste à utiliser le site sur un autre projet industriel : l'ultra-low carbon dioxyde steelmaking (ULCOS) bref de l'acier écolo. 

L'accord en lui même est finalement une solution plutôt classique et équilibrée de déclassement du site. Mittal voulait réduire des capacités de production sur un marché en surcapacité. 

Tous les plans agités par Montebourg (et soutenus par Borloo ou Guaino), auraient fragilisé les 20.000 salariés du groupe en France. Félicitons donc le gouvernement. Mais pourquoi cette comédie préalable? Quelle image désastreuse et quel doute distillés dans l'esprit des français.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pierrrrre - 02/12/2012 - 10:29 - Signaler un abus ►►► Oser le libéralisme

    « réinventer le libéralisme qui est un humanisme lorsqu'on joue le jeu avec un État garant... surtout pas gérant. » . merci pour cette jolie phrase, faite d'une vérité qui ne se dit pas suffisamment.

  • Par michel_m - 02/12/2012 - 10:46 - Signaler un abus Je n'y crois pas...

    Pousser les entreprises à se délocaliser (ou plus simplement à ne pas se créer en France) semble être la seule motivation de nos gouvernants depuis 30 ans... Limite si on en reproche pas à Peugeot de ne pas l'avoir fait... C'est sûr que c'est moins simple de mentir aux syndicats après :) Quel pourcentage des bénéfices des entreprises du CAC40 est réalisé en France ? Je parierais fort peu...

  • Par laurentso - 02/12/2012 - 12:00 - Signaler un abus Il faut dire la vérité aux salariés :

    Goldman Sachs domine le monde et les ouvriers ne sont que des variables d'ajustement dans la division internationale du travail, visant à maximiser les profits des entreprises.

  • Par brennec - 02/12/2012 - 12:57 - Signaler un abus économie socialiste

    Petit manuel d'économie socialiste: on arrête les hauts fourneaux et on garde les ouvriers dont je suppose qu'on les paye a ne rien faire. Consolation ce n'est pas le contribuable qui paye mais arcelor, bémol: quand arcelor sera ruinéé ce seront 20000 emplois perdus.

  • Par lennox 966 - 02/12/2012 - 14:32 - Signaler un abus patural

    patural est le nom officiel des hauts fourneaux de "Florange" en fait ils sont à Hayange, on nous bassine avec un faux problème, que les syndicats et le gouvernement nous donnent le cout réel de la fonte produite en quantité insuffisante par le patural, il y a et aura toujours de l'importation de brames, que les syndicats et le gouvernement nous informent sur le devenir du gaz de l'agglomération Rombas, du gaz de l'acièrie, rentrent-ils dans le projet ULCOS? les centaines de camions qui transportent des bobines dans les Ardennes ou au Luxembourg pour être traîtées en surface et qui reviennent à Florange pour être expédiées, le CO2 produit rentre-t-il dans ULCOS. le CO2 on est prêt à l'envoyer en Meuse, les écologistes sont bien discret sur ce sujet, par contre ils sont vindicatifs sur la fragmentation hydraulique pour le gaz de schiste alors qu'il faudra y venir un jour ou l'autre. pourquoi ne pas favoriser la fabriquation de produit semi finit en bord de mer et ainsi éviter les ruptures de charge avec tous les frais que celà peut entraîner, et éventuellement faire du produit finit chez les gens qui maitrisent le sujet comme Florange.

  • Par Un Singe En Hiver - 02/12/2012 - 19:16 - Signaler un abus Libéralisme et gouvernance

    Bravo pour cet article, il faut que les esprits évoluent et que tout relent marxiste sur l'économie disparaisse. Trouvons les moyens de créer des emplois nouveaux et grâce à la formation permettons à ceux qui sont sur des métiers d'industrie en fin de cycle d'apprendre un nouveau métier. Le comportement des syndicalistes de Gandrange cachent certainement une réalité différente de celle que l'on nous présente. Serait ce une vérité proche de celle de la SNCM ou de Seafrance? Pas très brillants nos politiques actuels sur ce sujet.

  • Par CN13 - 03/12/2012 - 10:08 - Signaler un abus Les syndicats ont un rôle à jouer...

    Au lieu de toujours se plaindre, les syndicats devraient investir dans l'entreprise où ils travaillent ce qu'ils recoivent des subventions de l'Etat. Au moins, ils serviront à quelque chose.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sophie de Menthon Alain Fabre

Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)

Elle est aussi l'une des personnalités qualifiées membres du Conseil Economique, Social et Environnemental.

Alain Fabre travaille comme Conseil financier d'entreprise. Il est également expert économique à la Fondation Robert Schuman et à l'Institut de l'Entreprise.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€