Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vous ne vous sentez plus chez vous en France ? La Hongrie vous offre l'asile !

Il parait qu'il fait bon sur les rives du beau Danube bleu. Si vous en avez assez de la Seine (Saint-Denis) le premier Ministre hongrois vous attend les bras ouverts.

Rhapsodie hongroise

Publié le
Vous ne vous sentez plus chez vous en France ? La Hongrie vous offre l'asile !

Viktor Orban, préside aux destinées de la Hongrie depuis 2010. Il est nationaliste. Passe pour xénophobe. Ne veut pas de migrants. N'a aucun penchant pour les mosquées. N'est pas très bienveillant avec les Roms. Et Il lui reste quelques efforts à faire s'il veut prouver qu'il est philosémite…

Pendant longtemps, Viktor Orban a été seul. La bête noire de l'Europe… La Commission de Bruxelles et le Parlement européen le rappelaient régulièrement à l'ordre pour les discriminations anti-Roms courantes en Hongrie. Orban répondait par un rapide bras d'honneur. En effet, l'Union Européenne, de plus en plus inconsistante, ne s'aventurait pas à lui imposer des sanctions de crainte qu'il ne plie bagages. Ces derniers temps, assuré d'une totale impunité, il a construit à la frontière avec la Serbie un mur infranchissable pour les migrants.

L'Union Européenne lui a fait savoir que ce n'était pas bien. Ça s'est arrêté là.

Sûr de lui-même et dominateur, le numéro un hongrois est de moins en moins seul. Poutine pense comme lui, dit-il, il n'a pas tort. La victoire de Trump lui a donné des ailes. Le portrait qu'il dresse du président américain frise l'exaltation. Il trouve merveilleuse sa phrase : "Chaque nation a le droit de placer ses intérêts en premier". Il ajoute fièrement : "c'est nous, les Hongrois, qui les premiers, avons ouvert la voie".

Viktor Orban n'a manifestement que peu de considération pour la vieille Europe. Il est l'image caricaturale (car le Premier ministre hongrois est un démagogue qui se respecte) de la jeune Europe. L'Europe qui fut communiste. L'Europe qui vécut entourée d'un mur : le Rideau de Fer. C'était pour empêcher les gens d'en sortir, les garder en quelque sorte en prison. Pas étonnant que cette Europe-là ne trouve pas spécialement scandaleux de construire des murs pour empêcher des gens non désirés de rentrer chez elle.

D'être adossé à Poutine et a Trump, d'être boosté par le Brexit rend Viktor Orban un peu arrogant et méprisant. L'Allemagne pff… La France pff… L'Italie pff… Lui ne joue plus dans la cour des petits. Sa dernière et orgueilleuse tirade en témoigne. "Nous acceptons les vrais réfugiés : Allemands, Néerlandais, Français, Italiens, responsables politiques ou journalistiques effrayés, chrétiens contraints de quitter leur patrie, qui veulent retrouver chez nous leur Europe qu'ils ont perdu chez eux". Plus condescendant que ça…

Pour information, "bienvenue" se dit en hongrois  "üdvözlet". Pour information encore les Hongroises sont réputées très belles. Pour information toujours, Budapest sacrifie à tous les clichés : danses hongroises, violons tziganes, goulasch. Pour information, il y a des vols low-cost pour Budapest. Enfin, vous vous souvenez de Soumission de Houellebecq… La seule chanceuse dans l'histoire, c'était la Juive qui avait une terre de refuge : Israël. Nous maintenant, nous avons la Hongrie. Et là-bas il n'y a pas de Palestiniens…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 16/02/2017 - 09:03 - Signaler un abus B. Rayski toujours en forme

    Que du second degré, tout en finesse ce qui n'est pas le style de V. Orban ou D. trump certes !........Je connais la Hongrie, beau pays ou il fait bon vivre.

  • Par ISABLEUE - 16/02/2017 - 09:29 - Signaler un abus hé hé en pleine forme

    mais bon la Hongrie , c'est beau, mais il n'y a pas de plage ni de fallafels....

  • Par Borgowrio - 16/02/2017 - 09:47 - Signaler un abus L'avenir de l'Europe

    Ces pays , Pologne , Hongrie , n'ont pas notre problème d'idéologie socialiste , ils ont déjà donné . L'échec annoncé de l'Europe n'est il pas dû à sont noyautage par les élus de gauche de son assemblée . Merkel a raté l'occasion de faire une Europe puissante avec tous ces pays qui tournent le dos à ce cancer qu'est le socialisme

  • Par ikaris - 16/02/2017 - 10:33 - Signaler un abus Groupe de Visegrad

    M. Rayski, je vois que vous avez un faible pour les petits peuples sûrs d'eux mêmes et dominateurs ( ;-) ). Il manque à votre tableau satirique le groupe de Visegrad : le gouvernement partage avec celui de la Pologne, de la Slovaquie et de la république Thèque une grande réserve pour les visées cosmopolites et immigrationnistes de l'Union européenne ... Victor Orban n'est pas seul et il a bien senti le vent tourner. Je n'y vois pas d'arrogance mais un soucis de ne pas brader l'héritage historique de ces nations qui ont échappé à la chape de plomb communistes et ne voudraient pas disparaitre à nouveau dans le nihilisme bruxellois. Son appel (lui aussi un peu satirique) doit nous interpeler sur l'évolution de notre pays ... de la même manière que vous nous interpelez par vos billets.

  • Par kronfi - 16/02/2017 - 10:33 - Signaler un abus si ceux qui en ont marre de la seine (saint denis)

    Toute l'Europe de l'Est est petrie de leurs traditions , leurs langues et leurs cultures.... Toutes choses que la France a oublie , au profit d'un multiculturalisme, DESASTREUX..... Les francais ne sont plus que de papier....

  • Par tubixray - 16/02/2017 - 11:04 - Signaler un abus Des plages mais si !

    Isableue, on en trouve autour du lac Balaton !... Certes ce n'est pas la Riviera et je n'y ai pas trouvé de falafels...

  • Par assougoudrel - 16/02/2017 - 12:16 - Signaler un abus Vive Viktor!!!

    Si ça continu, la Gauche nous demandera d'enlever nos portes d'entrée et de les remplacer par des rideaux, afin que des indésirables viennent se servir, sans que l'on ait rien à en redire. Déjà la "loi" interdit à un propriétaire de virer un squatter qui s'est installé chez lui...Quand à l'UE, elle va finir en "eau de boudin" (terme qui risque d'être interdit, à cause du porc).

  • Par melanie ghislain - 16/02/2017 - 12:48 - Signaler un abus le president Orban serait il

    le president Orban serait il le seul chef d'état europeen qui soit realiste ? helas oui cet article est excellent

  • Par cloette - 16/02/2017 - 13:22 - Signaler un abus Pas d'ouverture sur la mer

    Mais ce n'est pas de leur faute ! La Suisse non plus , et les danses suisses ont moins entraînantes que les danses hongroises !

  • Par pale rider - 16/02/2017 - 13:32 - Signaler un abus Article plein d'humour qui aborde un vrai sujet

    Tous ces pays de l'Europe de l Est ont vécu sous occupation/ chape de plomb communiste pendant 40 ans. Certains ont fantasmé exagérément l'Europe de l Ouest et qd le mur est tombé ils sont allés dans l'Ouest radieux . Et là : désillusion/douche froide . Certains nous disaient : "mais que diable vous est il arrivé ? " . Ces pays ont retrouvé leur souveraineté, ils ne sont pas près de la brader , ce n'est pas le tigre de papier crépon bruxellois qui leur fera peur ni changer d'avis .

  • Par brennec - 16/02/2017 - 18:47 - Signaler un abus La meteo ça compte aussi.

    Et quel temps il fait la bas?

  • Par Liberte5 - 16/02/2017 - 18:55 - Signaler un abus Il y a toujours des pays pour donner l'exemple.......

    et pour faire de la résistance. La Hongrie fait cela contre l’establishment européen pro immigration, pro mondialisation. D'autres pays pourraient suivre. Je ne crois pas que la France soit sur ce chemin.Hélas!!!

  • Par Anguerrand - 17/02/2017 - 07:51 - Signaler un abus La Hongrie est un pays fier à juste titre

    Il ne faut pas oublier que durant la dernière guerre elle a été amputée des 2/3 de son territoire du fait même qu'elle était du mauvais côté c'est à dire côté allemand. Les hongrois n'ont toujours pas digéré cette situation, et continuent à payer une dette que l'URSS leur a légué. Ils n'ont pas envie maintenant pour des immigrés, tout comme la Pologne. De plus ils ont " goûté " au socialisme et contrairement à la France il sont débarrassés des relents persistant de marxisme qui restent extrêmement présents dans tous les partis du FN ( Philippot) a l'extrême gauche.

  • Par Deudeuche - 17/02/2017 - 08:01 - Signaler un abus En clair pas un pays pour les socio-libéraux

    fric, arc-en-ciel, vert islam, clintoniens.

  • Par Joly Maurice - 17/02/2017 - 13:21 - Signaler un abus La Hongrie est en avance!

    Bientôt il faudra partout adapter les mesures "hongroises" si on veut continuer à vire en sécurité et surtout dans nos cultures propres! Certains qui ont hérité de la maison familiale, patrimoine maintenant mal situé dans des quartiers qui ne sont plus du pays ont du vendre à prix ridicule. Qui veut habiter près d'un souk, entre une mosquée et une boucherie islamique, dans une rue ou votre fille se fait insulter du pute et votre fils racketter?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€