Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ne paniquez pas, il n’y aura pas de nouveaux impôts puisque le gouvernement s’y engage

Nos politiciens savent-ils faire autre chose que de lever de nouveaux impôts ? Bruno Le Maire affirme que oui. Mais on a de fortes raisons d'en douter.

Keep calm and pay your taxes

Publié le
Ne paniquez pas, il n’y aura pas de nouveaux impôts puisque le gouvernement s’y engage

La France n’a pas ni pétrole ni idées, sauf dans un domaine privilégié : celui des impôts, des taxes, des ponctions et des prélèvements obligatoires. La semaine qui vient de s’écouler en est une brillante démonstration

On se rappelle en effet que le début de l’année aura été placé par le président Macron non pas sous le signe de la lutte contre les difficultés économiques qui traversent le pays, mais bien contre les nouvelles désagréables et les petits délires complotistes qui agitent les sphères que les médias traditionnels et le pouvoir actuel ne parviennent pas à vraiment réguler.

La guerre aux rumeurs est donc lancée, on va combattre les fake-news. Complotistes, numérotez vos abattis.

… Combat, guerre et batailles qui nécessiteront évidemment, forcément, obligatoirement des moyens considérables tant la taille du problème est importante. Et tout le monde sait que la quantité d’énergie (et donc d’argent) nécessaire à réfuter des calembredaines (fussent-elles présidentielles) est dix fois, cent fois même plus importante que l’énergie qu’il a fallu pour les produire en premier lieu.

On va donc avoir besoin de beaucoup d’argent, de subventions, de finances, de pognon et de flouze (en substance).

Et croyez-le ou non, ça tombe bien, parce qu’une certaine Juliette Méadel esquisse déjà une piste : dans une tribune, l’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Aide aux victimes propose la création d’un « impôt Charlie Hebdo » qui permettrait de soutenir la liberté d’expression : grâce à du pognon ponctionné sur les publicités diffusées sur internet, on pourrait aider de gentils journaux menacés par les terroristes !

En plus, tout se goupille vraiment pour le mieux puisque tout le monde sait que les internets hébergent ces réseaux sociaux douteux qui laissent de vilaines rumeurs nauséabondes ! En taxant (violemment) ces réseaux, on les fait directement participer à la survie d’un écosystème garanti sans rumeurs par l’État et son administration ! Et puis de toute façon, on force déjà l’une ou l’autre partie du peuple à financer des partis politiques ou des syndicats qui leur sont idéologiquement opposés, pourquoi ne pourrait-on pas en faire autant avec certains journaux au prétexte finement trouvé qu’ils se font cibler par des terroristes ? Qui, sur le plan moral, pourra leur refuser ça sans passer pour un affreux fasciste nauséabond ?

Ah, décidément, tout ceci est fort pratique et la politique de la liberté d’expression en France, c’est un peu une double lame : la première coupe le sifflet des officines douteuses et des journaux ou parutions interlopes qui osent remettre en doute la parole officielle et font sombrer les Français dans toujours plus de complotisme. La seconde lame, celle de l’impôt citoyen, festif, participatif et du Tais-Toi C’est Magique™, financera les journaux officiels avec l’argent de tous, qu’ils le veuillent ou non, qu’ils soient d’accord ou non avec les convictions et la propag... les vues politiques développées par le média considéré.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 16/01/2018 - 09:32 - Signaler un abus Merci

    de nous rappeler qu'on nous prend sans cesse pour des nouilles. Après le vote contestataire, il ne reste plus que la pêche à la ligne. Quel que soit le parti au pouvoir, ils ne savent faire qu'une chose, dépenser somptueusement nos impôts, au motif que c'est gratuit (pour eux)

  • Par Carl Van Eduine - 16/01/2018 - 20:24 - Signaler un abus Ils ne créeront pas forcément de nouveaux impôts

    Il suffit d'augmenter les impôts existant, ainsi les PV de stationnement qui explosent, les PV de vitesse qui _ "divine" surprise _ augmenteront grâce à la limitation de vitesse à 80. Et que dire de cette magnifique convergence écologique _ vraiment ? _ du prix du gazole et du prix du super ? C'est sans doute juste de la faire, après avoir tant poussé le contribuable même écolo à acheter du diesel _ puisque le diesel consommait moins _ ; on n'avait pas vu le coup de particules, on croyait que les filtres résoudraient cela. OK, mais pourquoi ne pas avoir baissé peu à peu le prix du super pour qu'il converge vers celui du gazole ? Et attendez bientôt la TVA régionale. Pas besoin de créer de nouveaux impôts. Il suffit d'augmenter les anciens : attendez les augmentations de la taxe foncière aussi, pour mieux contribuer à la gentrification des centre-villes, laissant les bobos dans leur entre-soi et les classes moyennes au plus près des cités. Ne vous faites donc pas de souci : tout merde normalement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€