Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vous ne vous êtes pas encore arrêté cet été ? Pensez-y... voilà ce que 365 jours sans vacances font à votre organisme

Le surmenage, ou de façon plus générale, le stress au travail est pourvoyeur de plusieurs pathologies. La reconnaissance relative du burn-out, montre que bien que l'épuisement au travail est un cas avéré.

Over-claqué

Publié le
Vous ne vous êtes pas encore arrêté cet été ? Pensez-y... voilà ce que 365 jours sans vacances font à votre organisme

Atlantico : Les développements récents de la recherche semblent démontrer les effets du surmenage, et de la nécessité de s'octroyer du repos. Ainsi, une étude publiée en 2012, s'étalant sur une période de 50 années a pu montrer une augmentation de 80% des risques de maladie coronarienne, pour les deux sexes, pour les personnes travaillant plus de 10 heures par jour. Que sait-on aujourd’hui des dégâts médicaux potentiels relatifs au surmenage ?

François Baumann : Effectivement 10 heures par jour ça commence à faire beaucoup. Mais cette étude n'indique pas le nombre de jours travaillés. S'agit-il de trois jours par semaine? Une semaine complète? Est-ce sur toute l'année? Il manque quelques éléments. Mais globalement, ce nombre d'heures peut entraîner un surmenage oui. Le surmenage, ou de façon plus générale, le stress au travail est pourvoyeur de plusieurs pathologies. La reconnaissance relative du burn-out, montre que bien que l'épuisement au travail est un cas avéré.

Cela entraîne une fatigue chronique, qui apparait de façon aigüe dans un premier temps puis se transforme petit à petit en une fatigue chronique. Une autre pathologie commence aussi à apparaitre, le "brown-out", qui est au final un dérivé de ce surmenage au niveau physique. L'ensemble de ces différents troubles sont autant du au surmenage, qu'au stress excessif qu'il procure.   

Il existe une maladie au Japon, et dont on commence à parler en France, qui s'appelle le "Karochi". Ou plus simplement la mort au travail.  On parle de gens qui font tellement d'heures supplémentaires, 300 par mois, qui meurent sur leur lieu de travail. Ces décès ne sont pas d'origine cardiaque, mais d'une insuffisance surrénale aigüe qui devient chronique. Les glandes surrénales, les glandes du stress  où l'on trouve l'adrénaline, sont épuisées et ne permettent de faire face au stress et aux divers chocs et on en vient à mourir dans une sorte de coma.     
Tous ce qui va épuiser l'employé, par définition, agit comme une usure sur l'ensemble de l'organisme. Que ce soit les fonctions rénales, nerveuses, digestives…

Xavier Camby : Peut-être pouvons-nous d'abord rappeler ce qu'est le surmenage : est surmené celui ou celle qui ressent une profonde fatigue morale, psychique, intellectuelle et parfois physique (pour les sportifs, par exemple), suite à une activité trop intense, mais aussi à sa perception de cette activité. De nombreux troubles psychique ou du comportement résultent du surmenage (agressivité, impatience, crises de tristesse ou d'angoisse, crise de boulimie ou d'apathie...). Est en surmenage celui ou celle qui, pour une raison ou une autre, a cessé de se ménager, de doser ou de répartir son effort et de prendre soin de soi. Le travail n'est donc pas la seule causse de surmenage et de cette perception (erronée parfois, d'une surcharge d'activité). On voit des femmes au foyer surmenées, des retraités ou des enfants surmenés. Mêmes des chômeurs ! Et des travailleurs travaillant 6 jours sur 7, des 10 à 12 heures par jour, en pleine santé et en très heureuse forme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Piwai - 23/08/2017 - 19:34 - Signaler un abus Étonnante conclusion?

    Si les etres humains sont aussi senssible a la saisonalite, comment expliquer leurs extraodianires capacités d'adaptation lorsqu'ils emigrent??? A ma connaissance, que l'on soit noire, blanc ou jaune, que l'on fasse un boulot intelectuelle ou physique, c'est mieux a 25º qu'40 degré et avec de la lumière plutot que de l'obscurité. .. Plus que la saisons, c'est peut-etre l'augmentation de la photo période etdonc de l'l'elargissement des horraires "travaillables" avec l'explosion de l'eclairage artificiel dont nos organismes souffres le plus...

  • Par Olivier K. - 24/08/2017 - 07:23 - Signaler un abus Les ecrans

    participent aussi au dérèglement du cycle cicardien.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Baumann

François Baumann est médecin généraliste, fondateur de la Société de Formation Thérapeutique du médecin Généraliste (SFTG). Intéressé par toutes les dimensions des Sciences Humaines et Sociales qui participent à une meilleure santé des hommes, il a publié de nombreux ouvrages sur ces thèmes. Il est également enseignant à l'Université Paris V et membre du comité Scientifique International de l'UNESCO (département de Bioéthique).

Il est auteur de Burn Out : quand le travail rend malade, paru aux éditions Josette Lyon. "Après le burn-out" sort en librairie le 30 septembre 2015. En janvier 2016, il publiera également "Le bore-out, quand l'ennui au travail rend malade".

Voir la bio en entier

Xavier Camby

Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime également le site Essentiel Management .

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€