Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nano-pocalypse en vue ? Russes et Chinois développent des armes miniature dont le potentiel de destruction est inversement proportionnel à la taille

Les Etats-Unis, la Chine, et la Russie, débloqueraient des fonds pour développer les nano-armements, des robots et des drones de la taille d'un insecte. Ces armes d'une nouvelle génération pourraient transporter des produits agents pathogènes et être la sources de gros dégâts.

La menace invisible

Publié le - Mis à jour le 24 Mars 2017
Nano-pocalypse en vue ? Russes et Chinois développent des armes miniature dont le potentiel de destruction est inversement proportionnel à la taille

Atlantico : Selon le physicien et spécialiste des questions du futur Louis Del Monte, les Américains, les Russes et les Chinois seraient en train d'investir des sommes importantes dans le développement de nano-armes de la tailles d'insectes. De quel type d'armement s'agit il et à quelle utilisation sont elles destinées ? Quelle est le danger représenté par de tels armements, et ou en est on de leur développement ?

Michel Volle : On peut en effet concevoir des drones minuscules, ayant la taille d'un insecte et imitant sa forme.

La première utilisation à laquelle on pense est l'espionnage : un frelon bionique pourrait se faufiler partout sans éveiller la méfiance, et transmettrait les sons et les images des lieux qu'il visite. On pense aussi à des essaims de frelons bioniques qui envahiraient le champ de bataille pour apporter une masse de données...

Il faut cependant résoudre des problèmes techniques : l'insecte artificiel doit emporter de l'énergie pour avoir un rayon d'action et une durée de vol suffisants, alimenter caméra et micro, éventuellement transmettre le son et l'image...

L'équiper d'une arme pose d'autres problèmes. Il n'est pas question de lui faire transporter le canon d'un pistolet : il faut donc que l'arme soit d'un type nouveau, du genre de ce que préparent les nanotechnologies et qui n'est pas encore clairement défini. On peut penser aussi à une arme biologique, un germe de petit volume : mais la mise en œuvre d'une telle arme est soumise à de fortes contraintes et ses effets peuvent se retourner contre l'expéditeur. 

Bref : il existe déjà des frelons bioniques, mais en faire une arme efficace demande un important effort de recherche et prendra du temps.

Toujours selon Louis Del Monte, des terroristes pourraient mettre la main sur ces robots dès 2020, notamment en raison du marché noir. Quelles sont les menaces spécifique de ces nouveaux armements ? 

Michel Volle : Il se peut que ces armes tombent entre les mains de terroristes une fois qu'elles seront au point : ce risque existe pour tous les types d'arme. La dissémination des armes les plus sophistiquées est cependant freinée par le secret qui protège l'expertise nécessaire à leur mise en œuvre.

Les terroristes n'ont par exemple pas mis la main, à ma connaissance, sur les bombes atomiques miniaturisées (de la taille d’un sac à dos) qui existent pourtant depuis une cinquantaine d'années : le délai entre l'invention d'une arme nouvelle et sa mise en vente sur le marché noir est important. Il est donc peu probable que des terroristes puissent utiliser des frelons bioniques comme arme dès 2020.

Dans quelles mesure les Français et les Européens ont pris conscience d'un tel risque ? Quelles sont ou quelles ont été les réactions mises en place ?

Michel Volle : D'après ce qu'on peut lire les Israéliens et les Américains sont les plus avancés dans la mise au point de ces armes. Je n'ai pas d'information sur les recherches qui seraient accomplies par des Français ou, plus largement, des Européens : on parle peu de ce genre de choses... 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Volle

Michel Volle est économiste français.

Diplômé de l'École Polytechnique et de l'École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique, il est l'auteur d'un blog dédié à l'actualité économique.

Voir la bio en entier

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€