Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Municipales, J-7 : comment savoir si votre maire a maquillé son bilan

A l'approche des municipales, les maires peuvent être tentés d'alléger l'ardoise de la ville - quitte à faire peser la dette sur les contribuables - pour redorer leur mandat.

Bidouillages

Publié le
Municipales, J-7 : comment savoir si votre maire a maquillé son bilan

Atlantico : A l'approche des municipales, certains maires rempilent, d'autres passent le flambeau. Dans les deux cas, le bilan de fin de mandat illustre ou non la dette des villes qu'ils ont administrées pendant au moins 6 ans. Comment savoir si notre maire a maquillé son bilan ? Quel sont les signes dont il faut se méfier ?

Jean-Luc Boeuf : Il est très difficile de maquiller un bilan ! Pour une raison très simple que la procédure budgétaire de chaque collectivité est rigoureusement encadrée, depuis la présentation des orientations budgétaires (OB) à l'automne de l'année précédant le budget jusqu'au vote du compte administratif (CA) en juin de l'année suivante, en passant par le vote à proprement parler du budget (budget primitif ou BP) et ses modifications en décisions modificatives (DM) ou budget supplémentaire (BS). Chaque étape est contrôlée par le comptable de la collectivité.

Tant et si bien que les "accidents" budgétaires sont rarissimes en France depuis les années 1980. La procédure rigoureuse est certes complexe. Mais complexité ne signifie en aucun cas maquillage ! Pour ce qui est du bilan de fin de mandat présenté par les communes, il s'agit généralement d'un document destiné au grand public. Il est dont allégé au maximum de ses aspects comptables. Il ne doit pas moins présenter quelques réponses simples, et parmi celles-ci : la dette de la commune a-t-elle augmenté ? La charge de la dette s'est-elle accrue ? Pour les prochaines années, et en l'absence de tout nouvel investissement, la charge de la dette est-elle appelée à s'accroître ? Les signes dont il faudrait se méfier sont donc liés à la charge de la dette et au nombre d'années de recettes courantes qu'il faudrait pour éteindre complètement la dette de la commune.

De quelles manières peut-il le faire ?

On a beaucoup parlé des emprunts toxiques depuis la crise financière de 2008. Ces emprunts illustrent les dangers possibles de la dette. Traditionnellement un mandat municipal se décompose en trois phases pour ce qui est des investissements de la commune : en début de mandat tout d'abord, on calibre les programmes ; puis on passe les marchés de travaux et enfin on inaugure la réalisation des opérations en fin de mandat. C'est ce que les économistes appellent le cycle électoral d'investissement, sans que cette notion ne soit à aucun moment péjorative. A la fin du mandat 2001-2008, certains élus se sont trouvés en difficulté concrète pour financer les opérations lancées. Ils ont alors échangé du temps contre de la facilité. C'est-à-dire qu'ils ont accepté de signer des emprunts dont la charge était très faible les deux premières années puis soumise aux aléas des marchés en fonction des produits signés. Les produits complexes ont pu se révéler toxiques. Mais, au moment du bilan du mandat 2001-2008, rien de tel ne pouvait apparaître dans les comptes de la collectivité !

Comment faire la distinction entre une ardoise maquillée et une dette effectivement diminuée ?

La façon la plus simple est de regarder ce que les financiers appellent la "courbe d'extinction de la dette". Concrètement, il s'agit d'observer la façon dont la charge de la dette évolue d'année en année. Plusieurs cas de figure sont possibles sachant que, normalement la courbe doit avoir une forme qui se rapproche d'une "demi-cloche". C'est-à-dire que la charge doit diminuer d'année en année sur les quinze prochaines années. Cela signifie que le maire sortant a fait en sorte que, les années suivantes, les marges se reconstituent, permettant ainsi à l'équipe suivante (lui, s'il est réélu !) de pouvoir emprunter à nouveau. Une ville dont la charge de la dette serait affichée comme étant de 100 en 2014, puis 110 en 2015, 120 en 2016 aurait de quoi inquiéter. Cela signifierait en effet que, avant toute nouvelle décision, la charge de la dette - liée aux décisions passées rappelons-le - serait appelée à augmenter les années suivantes.

Le gommage de la dette d'une ville, par quelque moyen que ce soit, est-il de facto illégal ?

Avant de parler de gommage, il faut prendre en compte un mécanisme possible lié à l'effet retard des comptes. Ceci n'est pas une manœuvre visant à dissimuler quoi que ce soir mais tout simplement le fait que les comptes définitifs d'une commune sont connus le 30 juin de l'année qui suit l'année du budget. Ainsi les comptes définitifs de l'année 2013 seront connus le 30 juin 2014, à l'occasion du vote du compte administratif. Donc, pour cette campagne municipale, les derniers comptes définitifs disponibles sont ceux de l'année 2012. C'est donc de ce décalage entre les budgets primitifs et les comptes administratifs connus deux ans plus tard que peuvent naître des divergences de chiffres, et donc d'appréciation, entre ceux qui défendent un bilan et ceux qui sont challengers.

Ce "maquillage" qui allège l'ardoise des villes a-t-il des conséquences sur les contribuables ?

La notion de maquillage n'est pas idoine. En revanche, ce dont les électeurs doivent avoir conscience est le transfert possible qui a pu s'opérer entre la ville centre et son intercommunalité. En effet, la montée en puissance de l'intercommunalité est très forte aujourd'hui. Elle se traduit d'ailleurs, dimanche 23 et 30 mars, par le "scrutin fléché" pour l'intercommunalité, qui verra pour la première fois les électeurs désigner celles et ceux qui les représenteront à l'intercommunalité. Derrière ce mécanisme électoral, il convient de regarder les comptes de la ville centre et ceux de l'intercommunalité. Ainsi, une ville centre qui affiche une baisse de sa charge de dette peut en revanche voir la dette de la structure intercommunale augmenter, fortement ou non. C'est la raison pour laquelle les organismes financiers prêteurs considèrent aujourd'hui le bloc communal dans son ensemble lorsqu'ils sont saisis d'une demande de prêt ; que cette demande de prêt émane de la ville ou de l'intercommunalité. Un prêteur potentiel sera donc méfiant face à une ville centre qui allège sa dette alors que, dans le même temps, la dette l'intercommunalité augmente fortement. Pour ce qui est du contribuable, il faut mettre en parallèle deux éléments : le premier est que les emprunts d'aujourd'hui sont la dette de demain. Cet axiome est bien connu. Mais l'on oublie généralement le deuxième qui est qu'une dette très faible voire égale à zéro signifie en réalité que le contribuable d'aujourd'hui paie pour des investissements destinés à être utilisés pendant 20, 30, 40 ans ou plus.

Propos recueillis par Marianne Murat

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"


 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fentreti - 16/03/2014 - 10:05 - Signaler un abus Une grande partie des maires sont des magouilleurs

    Faut-il être naïf pour dire : " Il est très difficile de maquiller un bilan ! " allons un peu de sérieux , les citoyens sont là pour témoigner des magouilles de leur maire , car nous avons des yeux pour voir et des oreilles pour entendre . Dans ma ville près de Lille (ps) le Maire est le roi de la magouille et si vous voulez des témoignages j'en ai A LA PELLE et de source sur .

  • Par BIN OUI - 16/03/2014 - 10:27 - Signaler un abus Ne cherchez pas: tricherie!

    Manipulations, maquillages, magouillages, mensonges, oublis et +++ car très nombreuses affinités. La comptabilité publique dispose d'un arsenal de pièges à cons pour faire passer les plus grosses pilules auprès du citoyen électeur, payeur ou bénéficiaire direct, autant qu'auprès des cours régionales des comptes et autres prêteurs complices. Les auteurs des fautes, fraudes et erreurs, sont à l'abri de TOUTE sanction. A l'heure de l'informatique et des logiciels hypers puissants, il est totalement inconcevable qu'il y ait des écarts de temps de plus d'un trimestre entre l'enregistrement comptable et les faits. C'est le maillon faible bien entretenu par les acteurs/profiteurs. Des structures comme CARREFOUR, DECATHLON, et autres BURGER machin chose, avec une répartition géographique des plus éclatée, savent quasi au jour le jour leur situation, et c'est autre chose qu'une gestion communale de quelques factures d'entrepreneurs à gèrer dans un périmètre de quelques hectares.

  • Par Loupdessteppes - 16/03/2014 - 10:56 - Signaler un abus Faux problème ! Il est trés facile de maquiller le copinage...

    Car le problème n'est pas tant le bilan que les POSTES attribués à des copains, d'attribuer des LOGEMENTS, des SUBVENTIONS aux blaireaux qui vont voter pour vous... Ainsi que de se faire construire sa piscine à peu de frais contre une modification du P.O.S...

  • Par pave777 - 16/03/2014 - 11:04 - Signaler un abus Pour savoir ? c'est simple

    lui poser la question ? le mien a répondu : comme tout le monde. C'est un homme honnête, il ne ment jamais, en plus c'est un UMP donc, tout est parfait. Je lui ai aussi annoncé que je ne voterais jamais pour lui mais pour MLP, il m'a répondu que c'était très bien, que lui aussi votait MLP, mais que pour changer d’étiquette c'était trop tard. Il m'a confié que l'UMP c'était terminé, je ne l'ai pas contredis, j'ai mis ma tournée, il a mis la sienne. Vive la France, et les joueurs d'accordéon.

  • Par orthocratie - 16/03/2014 - 11:15 - Signaler un abus Vous dites démocratie ?

    Je peux témoigner des magouilles de la mairie de ma ville de 15.000 habitants en matière d'attribution de marchés publics. J'ai même déposé une plainte auprès du Procureur de la République le 1er décembre 2011 en mentionnant dans quelle annexe d'un écrit public ces magouilles sont décrites. Que croyez-vous qu'il arrivât ? L'affaire est toujours en cours d'instruction (plus de 28 mois après !). Le maire va donc se faire réélire, sans qu'aucun des journaleux locaux ni de ses concurrents lui ait même posé la question de la multiplication de la dette de la ville... dont le chargé des finances m'a pourtant confié qu'elle avait explosé !

  • Par totor101 - 16/03/2014 - 11:33 - Signaler un abus AVENIR !

    "Mais l'on oublie généralement le deuxième qui est qu'une dette très faible voire égale à zéro signifie en réalité que le contribuable d'aujourd'hui paie pour des investissements destinés à être utilisés pendant 20, 30, 40 ans ou plus." ET ALORS ? cela signifie surtout que l'avenir est riche ! que les municipalités suivantes vont POUVOIR CONTINUER à améliorer le cadre de vie de leurs concitoyens ...... c'est en tout cas une meilleure gestion que de faire reposer le payement d'éventuelles erreurs de jugements sur des successeurs ! ! ! ! !

  • Par sergeG - 16/03/2014 - 12:05 - Signaler un abus Emprunts : la prudence des anciens page 1

    Par une circulaire datée du 25 Août 1885, le ministre de l’Intérieur Monsieur Allain-Targé invitait les préfets à être vigilant sur les recours à l’emprunt des communes : « …. le législateur a montré que, dans sa pensée, les em­prunts à longue échéance ne doivent être admis que dans le cas de nécessité bien établie, tel que celui où il s’agirait de pourvoir à une entreprise considérable dont la dépense excéderait les forces contributives de la génération présente. Ces opérations sont, en effet, dangereuses et onéreuses pour les finances municipales ; dangereuses parce qu’elles séduisent facilement les municipalités, qui y trouvent le moyen d’alléger les charges du présent, en les reportant sur l’a­venir ; onéreuses, parce qu’elles ont pour résultat d’imposer aux communes par l’accumulation des intérêts, une charge qui peut s’é­lever à un chiffre hors de proportion avec l’importance du capital emprunté.

  • Par sergeG - 16/03/2014 - 12:07 - Signaler un abus emprunts la sagesse des anciens page 2

    D’ailleurs, le remboursement à long terme, soit qu’il nécessite l’établissement de contributions communales, soit qu’il doive s’effectuer seulement au moyen des ressources normales des budgets, à l’inconvénient, en engageant l’avenir, de mettre les générations futures dans l’impossibilité de réaliser, à leur tour, si ce n’est au prix des plus lourds sacrifices, les améliorations successives dont le besoin se fait sentir à chaque époque de la vie communale…. J’ai eu l’occasion de constater plus d’une fois que certaines municipalités se préoccupent moins de savoir si les dépenses qu’elles se proposent d’entreprendre répondent à des besoins véritablement urgents, que de rechercher la combinaison qui, pour une annuité de remboursement d’un chiffre donné, mettra à leur disposition la somme la plus élevée. Je ne saurais trop vous recommander de prémunir les assemblées communales contre les entraînements auxquels elles peuvent être exposées, de leur rappeler que l’emprunt constitue une mesure extrême, à laquelle on ne doit recourir qu’en vue de dé­penses véritablement urgentes, et qu’il doit toujours être restreint ­dans les plus étroites limites,

  • Par sergeG - 16/03/2014 - 12:09 - Signaler un abus emprunts la sagesse des anciens page 3

    non seulement quant à son chiffre, mais encore quant à sa durée, afin de ne pas absorber en paiement d‘intérêts prolongés, les ressources communales sans une nécessité absolue. » …. Voilà un raisonnement qu’il serait bon de rappeler à nos élus de droite ou de gauche. Son oubli fait certes la fortune des banquiers mais à quels prix pour les contribuables !

  • Par ELLENEUQ - 16/03/2014 - 13:46 - Signaler un abus Le but de la manoeuvre !

    Vidanger les fosses à purin et éliminer les décharges à ordures des mairies! Après on reconstruira mais il y a aussi les champs d'épandages parisiens à désinfecter ! Là c'est plus difficile ! Les bactéries du régime sont résistantes même au crésyl ! Phenols + Crésol +Xylenols +Para isopropyl phenol Pires que la peste noire ! Il faudrait utiliser la strychnine !

  • Par vangog - 16/03/2014 - 13:48 - Signaler un abus La charge de la dette, est certes, un marqueur

    fondamental de l'évolution des dépenses du couple commune-intercommunalité, mais prend-on en compte un élément qui va devenir de moins en moins exceptionnel, dans les prochaines années: La baisse régulière des dotations aux collectivités, par médiocrité gouvernementale? Cette baisse, non programmable et dépendant des aléas de l'insuffisance étatique, apporte un caractère d'instabilité aux finances de la communes, comme l'ont apporté les besoins de financement supplémentaires et non prévus de la modification des rythmes scolaires... L'aléa politique de la médiocrité et de la gabegie gauchiste doit donc être provisionné dans les budgets de toutes les municipalités, afin de parer aux éventualités des cinq prochaines années! Et cela change tout, notamment pour les communes qui n'ont pas de marge de manœuvre ( très forte rigidité structurelle).... Mais elles ont déjà prévu de justifier ces déficits supplémentaires: Les communes UMP-UDI diront que c'est la faute du gouvernement... Et les communes gauchistes diront que c'est la faute des précédents... Tout va bien! Dormez tranquille...

  • Par vangog - 16/03/2014 - 13:56 - Signaler un abus Et n'oubliez pas que seuls les candidats FN

    se sont engagés à ne pas augmenter les impôts communaux en ont signant la charte du FN! Si les citoyens choisissent ces candidats, ils savent ainsi que toute baisse de dotation est "provisionnée moralement", et sera compensée par une baisse de dépenses. N'imaginez pas que les maires et candidats Socialo-UMP-ecolo-UDI-frondegauchistes feront de même! Ils ont augmenté la dette et les impôts des communes qu'ils gèrent de 4% par an, en moyenne, depuis vingt ans! Ils ne vont pas s'arrêter en si bon chemin...

  • Par pave777 - 16/03/2014 - 14:50 - Signaler un abus @ vangog

    Ce sera très compliqué, parce que les municipalités FN seront mises au régime sec par nos grands bienfaiteurs habituels, qui détourneront l'argent des contribuables, pour le profit exclusif de leur clan. Chez nous à Marseille, le Ayrault de service, a annoncé aux quartiers nord exotiques, que si Menucci gagnait la mairie, il mettrait 3 milliards sur la table pour améliorer leur quotidien ! ça en fait des barrettes de haschisch ! il ne faudra pas attendre le moindre soutien de l'UMP qui roule avec le PS ! ici Gaudin avec ses ni ni et Guérini, font gourbi ensemble, depuis des décennies ! intérêts croisés du conseil régional, et du conseil général. Ils se cofinancent sans le moindre problème, ce sont des frères de la côte ! il faut tout nettoyer de A à Z, sinon on va dans le mur ! Cdlt

  • Par Thot7 - 16/03/2014 - 15:05 - Signaler un abus Bilan de la mairie de Paris

    C'est le bilan de la ville de Paris qu'il serait intéressant d'examiner et de faire vérifier par un expert comptable de droite ou neutre. Quand on se souvient comment Mitterrand a accepté les comptes maquillés de la Grèce pour la faire entrer dans l'Europe, on peut craindre le pire pour les parisiens et leur porte monnaie.

  • Par zelectron - 16/03/2014 - 15:07 - Signaler un abus Ces maires qui jettent votre argent par les fenêtres

    http://www.contribuables.org/argus-des-communes-2/

  • Par vangog - 16/03/2014 - 15:08 - Signaler un abus @Pave777 je reconnais qu'il sera très difficile de ne

    pas augmenter les impôts, ni les dettes derrière un maire PS-UMP-UDI-ecolo-frondegauchiste, mais cela sera indispensable, car les Français ont atteint un seuil intolérable, qui est encore augmenté par les dernières opérations de vases communicants à tuyaux percés" du gouvernement... Dans ma commune, le maire UMP a augmenté le budget des associations et de la culture de 200000 Euros chacun, malgré une dette de 23000 Euros par habitant! Un candidat FN doit s'engager à revenir sur ces cadeaux pre-électoraux, quitte à se mettre à dos tous les associatifs et les cultureux qui, de toute manière, mèneront la guérilla anti-FN, si ce candidat est élu... Il n'y a pas d'autre solution!

  • Par ignace - 16/03/2014 - 16:08 - Signaler un abus @Zelectron Données sur bilant communes de France

    les magouilles ne sont pas précisées...mais tous les principaux chiffres sont indiqués pour les les communes et les communautés de communes de France de 2007 a 2012 (malgré info non mise a jour du champs de recherche http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/

  • Par pemmore - 16/03/2014 - 16:17 - Signaler un abus En pays de la loire visiblement,

    peu d'augmentation de taxes parce qu'on a emprunté sur 20 ans à la limite du possible, ce qui fait que pendant 20 ans sauf à taxer de façon insoutenable et immorale, les équipes municipales n'auront aucune marge de manoeuvre. Soit le syndrome de la CB et du crédit révolving.

  • Par arcole 34 - 16/03/2014 - 16:51 - Signaler un abus @VANGOG JUSTE UNE PETITE QUESTION POUR VOIR

    Je voudrais savoir comment vous pouvez avancer comme argument électoral auprès des administrés de votre ville que vous vous engagerez en cas d'élection réussie à ne pas augmenter les impôts locaux ??. Surtout quand l'on sait que les dotations globales de fonctionnement données par le gouvernement aux collectivités locales ont été baissée et que par exemple vous serez obligé le cas échéant si vous êtes élus maire de mettre en place la réforme des rythmes scolaires donc des activités péri-scolaires sur votre commune ?. vous pensez vraiment que cela sera la faute de l'équipe municipale qui vous aura précédée ou faites vous par avance de la démagogie pour le simple résultat de gagner quelques suffrages supplémentaires ?. Et êtes- vous vous persuadez à ce point que sur plus de 36 000 communes tous les maires sont des corrompus à l'image des rares qui avaient été élus sous la bannière de votre parti ??.

  • Par Imragen - 16/03/2014 - 17:34 - Signaler un abus Delanoë bidonne ?

    Pour vérifier l'écart entre les promesses du candidat en 2008 et les réalisations consulter . http://www.eric-verhaeghe.fr/paris-le-grand-retour-en-arriere/

  • Par vangog - 16/03/2014 - 17:44 - Signaler un abus @arcole 34 Pour ne pas être désagréable avec vous, je ne

    retiendrai que la première partie de votre question, tant, en matière de corruption, ceux qui la pratiquent le plus souvent sont aussi ceux qui en parlent le mieux... Pour équilibrer un budget municipal, comme pour équilibrer un budget familial, vous avez deux choix possibles: Soit vous soumettre au diktat des associations, courtiers en prêts type DEXIA et électeurs plutôt à gauche, qui demandent toujours plus, ce qui n'est pas toujours mieux... Soit dire stop à tout financement de nouveau projet type rond-point, Musée de la culture locale ou Médiathèque, et à toute augmentation de budget pour les associations, syndicats... c'est aussi simple que cela...encore faut-il le dire avant! Les candidats FN l'ont fait: http://www.frontnational.com/pdf/charte_municipale.pdf Concrètement, lorsque l'état gauchiste vous impose une baisse des dotations ou une modification des rythmes scolaires représentant un surcoût que la commune ne veut pas reporter sur ses administrés, vous devrez assumer des économies sur d'autres budgets, Culture, subventions associations, Projets d'infrastructures ...le choix est large! Dorénavant, vous comprendrez pourquoi le FN déclenche une Guérilla gauchiste...

  • Par jpierrr - 16/03/2014 - 20:52 - Signaler un abus Rien compris au "deuxième axiome" cité à la fin...

    Quel lien entre endettement faible et longue durée de vie des investissements ?

  • Par arcole 34 - 17/03/2014 - 16:12 - Signaler un abus @VANGOG - 16/03/2014 - 17h44 - POUR NE PAS VOUS CHOQUER

    Vous mélangez tout en matière de gestion d'un budget municipal tant au niveau de l'investissement que se doit de faire une commune pour tout ce qui est l'amélioration des infrastructures de la commune que de la création d'installations collectives : Halles des sport , voirie , PMI , écoles , distribution de l'eau et assainissements etc. De ce que la commune octroi de subvention à des associations à vocations sportives , culturelles etc , des leviers sur lesquels effectivement une équipe municipale peut influer mais cela ne sera pas cela qui fera baisser les impôts des administrés sans compter l'acte 3 de la décentralisation portant création de métropoles . alors sans pour autant oublier le rôle pour l'instant des agglos qui gèrent l'enlèvement des ordures en lieu et place des communes et s'occupe de bien d'autres attributions . Cependant je vous souhaite de voir une équipe de votre parti élue , ne serait-ce que pour voir à l'oeuvre mais un conseil faites beaucoup de formation en raison qu'à la lecture de votre mail , vous allez avoir beaucoup de lacunes à combler en matière de gestion . Vous avez raison , ce ne seront pas les censeurs qui manqueront pour vous surveiller .

  • Par vangog - 18/03/2014 - 00:47 - Signaler un abus @Arcole34 Ah, le démon de la censure qui titille

    tous ceux qui redoutent de perdre le petit pouvoir, pour lequel ils ont tant lutté!... Vous avez tort de choisir ce pseudo, Arcole, si, pour vous, il symbolisait l'audace et le courage d'un général... Car avec votre morne désir de ne rien changer et votre peur d'une véritable alternance, vous eussiez été plus heureux de choisir Waterloo zéro...

  • Par arcole 34 - 18/03/2014 - 09:01 - Signaler un abus @VANGOG - 18/03/2014 - 00h47 VOUS DEVRIEZ RELIRE ATTENTIVEMENT

    mon commentaire car je vous souhaite d'être élu ne serait-ce que pour juger sur pièces ce que vous êtes capables de faire . Après rassurez-vous quand vous parlez de censure , ce n'est pas moi qui exerce ce genre d'activité mais plutôt vos amis qui y excellent à longueurs de posts . Mais vous devez savoir ( mais qu'est-ce que vous ne savez pas , ) que les finances municipales sont contrôlées par la cour régionale des comptes et les services préfectoraux . en cas de litige le préfet sur saisine de la CRC peut suspendre une décision budgétaire en saisissant le tribunal administratif par le biais d'un déféré préfectoral voire suspendre un maire et son conseil municipal , il y a une jurisprudence en la matière .Au cas ou vous ne le sauriez pas il y a prés de 60 codes qui encadrent la vie des citoyens et des collectivités et administrations . donc je n'ai pas besoin de m'ériger en dénonciateur comme vous le faites vous et vos amis politiques dans les commentaires précédents . Vous savez si bien le faire , moi j'ai le courage de dire que je ne suis pas d'accord avec votre parti , est-ce un crime à vos yeux?. C'est idéologique , et je ne voterai ni pour un FN ni pour la gauche.

  • Par arcole 34 - 18/03/2014 - 09:09 - Signaler un abus @VANGOG - 17/03/2014 - 00h47 SUITE ET FIN

    Maintenant si mon pseudo ne vous semble pas vous plaire , c'est votre problème par contre si le votre est en relation avec le peintre célèbre , je ne pense qu' à la vue de ce que vous écrivez qu'il y a peut-être une erreur d'appréciation de votre part car le vrai peintre Vincent Vanghog peignait des oeuvres d'art , vous n'êtes capable que de pondre de vulgaires croûtes pour ne pas dire des chiures de mouches .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Luc Boeuf

Jean-Luc Bœuf est directeur général des services de la ville et de la communauté d’agglomération de Quimper. Il vient de publier Un seul lit pour deux rêves, la France et ses régions  et anime le site www.jean-luc-boeuf.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€