Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le multiculturalisme, cheval de Troie de l’islamisme ?

Tout doit être fait pour éviter, en France, la guerre civile que l’islam radical aimerait semer pour imposer le califat, ce nouveau communisme. L’erreur serait néanmoins de se soustraire à l’épreuve en s’accommodant de ce nouveau totalitarisme et de ses collaborateurs. Le danger n’est pas le FN, qui n’est que l’expression de la colère d’un peuple abandonné. C’est le déchaînement d’une idéologie apocalyptique qu’il s’agit de stopper pendant qu’il est encore temps. Extrait de "La guerre civile qui vient" d'Ivan Rioufol, aux Editions Pierre-Guillaume de Roux.

Bonnes feuilles

Publié le
Le multiculturalisme, cheval de Troie de l’islamisme ?

Cette France officielle, convertie à l’humanitarisme et à ses épanchements, est mentalement disposée à pactiser, plutôt que d’engager l’épreuve de force sur son propre territoire. Que Pierre Manent, disciple de l’infatigable dénonciateur des totalitarismes que fut Raymond Aron, en vienne à soutenir, dans Situation de la France, la nécessité pour la nation de « céder » face à l’islam devenu trop présent et de se rendre à des « concessions » avec une idéologie totalisante dans son essence, fait toucher du doigt le défaitisme et les compromissions rendues possibles par des décennies de bourrage de crâne sur le respect de l’Autre.

L’hommage rendu le 20 novembre 2015 par l’État islamique à Michel Onfray, qui rejette sur George Bush et les Etats-Unis la responsabilité d’une politique internationale « islamophobe », est une autre manière de souligner l’erreur de jugement du philosophe, qui oublie au minimum l’agression du 11 septembre 2001 et la nécessité dans laquelle étaient les Américains de répondre à une guerre sans précédent. Certes, la France des Lumières se veut intransigeante face à l’idéologie totalitaire, contre qui elle envoie ses avions en Syrie, croyant faire oublier la Seine-Saint-Denis. C’était aussi le sens du message de Hollande du 8 mai 2015, qui, devant le Panthéon, célébrait en grande pompe le soixante-dixième anniversaire de la victoire des démocraties contre le nazisme. Mais cette posture est un leurre. Elle dissimule mal la lâcheté qui se cache dans les lieux de pouvoir, derrière les promesses d’« intransigeance ». Cette peur est un mal plus redoutable que le djihadisme superstitieux et bas du front, qui jouit de son impunité, faute de rappel à l’ordre.

Les signes d’endormissement du pouvoir sont visibles quand Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, assure que l’État islamique, qu’il préfère nommer Daech comme François Hollande, « n’a rien à voir avec la religion musulmane qui est une religion de paix ». La même reculade s’observe, à droite, chez Nathalie Kosciusko-Morizet quand elle se réjouit 1 d’avoir convaincu Nicolas Sarkozy d’enterrer la convention sur l’islam qui devait ouvrir le cycle des réflexions de l’opposition, alors même qu’il structure la vie politique et tous les grands débats sous divers euphémismes. La décision d’Alain Juppé de faire de a lutte contre l’islamophobie « un point de clivage » pour son camp confirme les nouvelles oppositions, qui dépassent la gauche et la droite. Ce clivage est une caution apportée par un candidat à la présidence de la République à la stratégie islamiste qui entend pénaliser, par cette phobie interdite, la critique de l’islam politique. Le choix de l’ancien Premier ministre de rejeter « l’assimilation qui veut nous rendre tous semblables » est une autre manière d’accepter le multiculturalisme, cheval de Troie de l’islamisme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jcbe - 18/03/2017 - 12:16 - Signaler un abus Tellement simple

    à comprendre que ça en devient compliqué pour certains!

  • Par langue de pivert - 18/03/2017 - 17:21 - Signaler un abus Quel plaisir de vous relire !

    Quel bonheur de relire M. Rioufol ! Mon seul regret d'avoir résilié mon abonnement au figaro (ainsi qu'une présentation soignée et irréprochable de développeurs professionnels dont devrait s'inspirer Atlantico : pas de fautes d’orthographe, classement par thèmes etc) Bon il reste son blog ! Il fut un temps où on voyait des gens de qualité comme MM. Rioufol et le regretté Jacques Marseille à "C dans l'air" ! Une autre époque, "C dans l'air et ça pue" est devenu un égout à l'odeur...de rose ! A gerber !

  • Par cloette - 18/03/2017 - 17:32 - Signaler un abus On a les blogs de Y Rioufol

    Tres facilement sans passer par Le Figaro @l de Pivert .

  • Par langue de pivert - 18/03/2017 - 18:35 - Signaler un abus oui !

    oui !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ivan Rioufol

Ivan Rioufol est essayiste et éditorialiste au Figaro. Il tient quotidiennement le blog Liberté d'expression. Il vient de publier un nouvel ouvrage, La guerre civile qui vient (Editions Pierre-Guillaume De Roux).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€