Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Moyen Orient : le retour de la tribu ?

Le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien organisé dans le nord du pays, s’est traduit par une approbation massive des Kurdes à la perspective ainsi tracée et par une condamnation assez générale tant des Etats de la région que des grandes puissances, effrayées du précédent qui se dessine ainsi.

A l'ancienne

Publié le - Mis à jour le 21 Octobre 2017
Moyen Orient : le retour de la tribu ?

Pourtant, que les Kurdes irakiens désirent la constitution d’un Etat n’a rien de surprenant, le nord du pays étant de facto indépendant depuis l’effondrement de l’Etat baasiste. Mais la découpage d’une partie d’un Etat installé dans la carte régionale est emblématique d’une tendance générale actuelle de la décomposition des Etats du monde arabe.

Le grand rêve postcolonial avait visé à l’unité panarabe, et s’était retrouvé comme lot de consolation avec des Etats qui, s’ils divisaient la belle unité d’une zone culturelle, semblaient correspondre au projet majoritairement partagé de régimes politiques forts, centralisateurs, laïcs, tournés vers le développement, assis sur un Etat très présent, en s’inspirant du renouveau turc sortie de son interminable statut « d’homme malade de l’Europe ». Or, derrière la façade de la nation, se profilaient déjà une gestion communautarisée des ressources du pays, forcément inégalitaire du fait de la prépondérance d’un clan, d’une tribu, d’une confession aux sommets de l’Etat : sunnites en Irak, Alaouites en Syrie, militaires ou clan des jeunes yuppies occidentalisés en Egypte, tribu de Kadafi en Libye, etc.

vint le temps des vaches maigres, et cette iniquité durcit le ressentiment et prépara la violence de l’après printemps arabe.

Aujourd’hui, la structure des frontières et des Etats ne permet plus de sortir des conflits. L’Etat est concurrencé par une autre configuration, assurant sécurité, solidarité et accès aux ressources, s’attachant aux liens primordiaux et identitaires plus anciens ou plus prégnants que la nationalité.

A l’issue des conflits, le pouvoir perd le contrôle des territoires qui ont opéré de telles reconfigurations. Ainsi, le régime de Bagdad, privilégiant outrageusement la population chiite et d’ailleurs concurrencé par des milices sans lesquelles il n’aurait pas survécu à Daech, va perdre non seulement le contrôle du Kurdistan, mais ne parviendra pas à ramener les tribus sunnites dans le giron national. Daech va disparaître, mais son avatar pourrait bien s’incarner dans une nouvelle sécession de ces tribus. En Syrie, le processus d’Astana qui désormais donne le ton à la gestion du conflit ébauche, avec ces quatre « zones de désescalade », des provinces autonomes, voire des baronnies sous influence des puissances régionales. Il sera difficile au pouvoir alaouite de réaffirmer son autorité sur ces nouvelles entités. En Libye, le pays se partage en pouvoirs rivaux aux composantes labiles. Au Yémen, la tentative désastreuse de rétablissement de l’ordre par les Etats du Golfe augure d’une réconciliation nationale très difficile et d’une sécession durable des tribus Houthis. En Egypte, l’écrasement des frères musulmans par le régime militaire n’empêche pas la Haute-Egypte d’échapper au pouvoir central et de devenir un territoire profondément islamiste, s’éloignant de l’espoir de développement arrimé sur le Caire et la mondialisation. Quant au Liban, enfin, c’est dans sa nature même de remettre en cause la survie d’un Etat qui n’est qu’un paravent dérisoire pour le vrai jeu des forces politiques. Accueillant plus de un million de réfugiés, désormais relié physiquement à l’arc chiite, le Liban survivra-t-il au prochain conflit qui se dessine entre le Hezbollah remilitarisé par l’Iran et Israël ?

Il est difficile de prédire la forme définitive de ces nouveaux acteurs, mais il se peut que la gestion des ressources et la sécurité ne soient pas moins mal assurées par ces entités infra-étatiques que par un Bachar el-Assad ou un Kadafi. Il est prévisible que certains finissent par se mettre sous le protectorat des puissances extérieures, qui le cas échéant tiendront à s’assurer que ces territoires n’acheminent pas les trafics combattus (les routes migratoires transméditerranéennes, comme en Libye) ou n’hébergent pas le djihadisme aux portes de l’Europe.

A l’heure du désengagement occidental de la région, la prolifération de nouveaux acteurs complexifient l’affrontement entre le camp iranien et celui des Etats du Golfe mais peuvent aussi l’attiser en multipliant les occasions de clientélisme et donc de guerres par procuration. A moins que la tribu se révèle soit plus sage ou pacifique et accueille avec scepticisme l’offre d’alliance d’un Guide de la révolution ou d’un roi wahhabite. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 17/10/2017 - 09:38 - Signaler un abus il aurait dû

    y avoir un Kurdistan depuis la fin de la 1ere guerre mondiale. La France et l'Angleterre se sont partagés par les accords Sykes Picot l'influence au Moyen Orient : pour la France, la Syrie et Liban, pour l'Angleterre la Mésopotamie et la Palestine sans compter la Jordanie offerte aux Hachémites d'Arabie. Les Kurdes ont été oubliés car n'intéressant personne. Il serait juste qu'ils aient leur pays, on a bien enlevé le Kossovo à la Serbie et on nous parle sans arrêt des Palestiniens dont la plupart sont issus des pays voisins d'Israël dont la Jordanie, Syrie et Egypte, 20% ayant choisi de rester sur place avec les juifs et ne s'en portant pas plus mal : enfin ceux qui font des études, qui travaillent et qui ne sont pas affiliés au djihad islamique. Mais aujourd'hui il y a le pétrole et on ne veut pas le donner aux Kurdes .... il vaut mieux le donner aux Irakiens noyautés par les mollahs pour constituer leur fameux arc chiite. Les chancelleries occidentales sont nulles et la France en est la championne avec le Quai d'Orsay au niveau de sa réflexion sur le Proche orient. Vive le Kurdistan : j'espère vraiment que les Kurdes obtiendront leur pays comme d'autres peuples

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yannick Prost

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€