Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Moyen-Orient : pourquoi les Occidentaux - et encore plus la France - n’y comprennent plus rien

Les différents intervenants ont, pour la plupart, des perspectives à courte vue réagissant à l’évènement immédiat de manière à parer au plus pressé.

Nœud gordien

Publié le
Moyen-Orient : pourquoi les Occidentaux - et encore plus la France - n’y comprennent plus rien

La situation évolue au Moyen-Orient sans que plus personne ne semble y comprendre quelque chose. Cela est dû au fait que les différents intervenants ont, pour la plupart, des perspectives à courte vue réagissant à l’évènement immédiat de manière à parer au plus pressé.

Une fois n’est pas coutume, nous commencerons par le Yémen, ce conflit qui laisse l’opinion occidentale totalement indifférente car les réseaux d’influence bien connus aux États-Unis et en Europe, sont un peu gênés aux entournures devant l’ampleur humanitaire catastrophique qu’a pris ce conflit et par le fait que le « grand allié saoudien » s’y retrouve ensablé. La rébellion Houthi est toujours bien présente dans l’ouest du pays et à Sanaa malgré la défection d’une partie des troupes de feu le président Saleh qui a payé de sa vie sa tentative de rapprochement avec Riyad.

Il a eu l’imprudence de tenter cette manœuvre alors qu’il n’était pas personnellement en sécurité. Peut-être a-t-il pensé qu’il parviendrait à contrôler la capitale yéménite en en chassant les rebelles houthi, erreur qui lui fut fatale même si le mouvement s’en est retrouvé affaibli. Les Houthi ont comblé ce manque en multipliant les tirs de missiles sol-sol en direction de Riyad, la plupart ne causant pas de dégâts car interceptés par la défense aérienne ou plus simplement, pas assez sophistiqués pour obtenir un résultat tactique significatif. Cela permet néanmoins à Washington d’accuser Téhéran d’avoir fourni des armements aux Houthi, un « remake » copie conforme des accusations ayant permis l’invasion de l’Irak en 2003.

Tout semblait donc s’améliorer pour le gouvernement légal dont le siège se trouve installé à Aden, le président Abdrabbo Mansour Hadi étant lui bien à l’abri en Arabie Saoudite. C’était sans compter sur les velléités séparatistes des « sudistes » qui mettent tous leurs espoirs dans une nouvelle coupure du Yémen en deux (Yémen du Sud et Yémen du Nord). Ces "sudistes" ont repris le contrôle de la région d'Aden assiégeant le gouvernement légal retranché dans un hôtel situé en périphérie de la ville. Le problème réside dans le fait qu’ils sont soutenus par les Émirats Arabes Unis (EAU) théoriquement alliés à l’Arabie Saoudite. Mais les EAU ne veulent pas entendre parler des Frères musulmans qui sont derrière le parti yéménite al-Islah malgré ses nombreuses dénégations qui lui ont permis de s’assurer quelques faveurs de la part de Riyad. Résultat des courses, le Yémen n’est plus partagé en deux mais en trois sans compter les zones tombées en déshérence sous la coupe d’Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA) ou de Daech qui a trouvé là un nouveau terrain de chasse à sa mesure.

Les Occidentaux, Américains en tête, continent à soutenir Riyad car ils n’ont guère le choix. Ils fournissent les bombes qui sont larguées sur le Yémen, mais on ne sait plus trop bien sur qui… Pour le lobby militaro-industriel, cela n’a pas trop d’importance dans la mesure où il fonctionne en plus tendu fournissant - contre larges rétributions - les appareils de Mohamed Ben Salman, le prince héritier et ministre de la défense en titre. Quant à l’État hébreu, il ne lui est pas possible d’émettre la moindre critique au moment où il est parvenu à nouer des relations constructives avec Riyad.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par wwmat - 09/02/2018 - 09:14 - Signaler un abus Pour la France

    il faut bien reconnaitre que notre ex-ministre des AE (Fabius le responsable jamais coupable), a juste emboite le pas à la politique américaine sans réfléchir (comme d'habitude pour ces hommes pétri de certitude) et la France se retrouve maintenant complètement isole et du mauvais côté (ce qui n'empêche pas notre ancien ministre de continuer à sévir au CC)

  • Par Marie-E - 09/02/2018 - 10:29 - Signaler un abus comme toujours

    l'analyse d'Alain Rodier est excellente. Je voudrais juste reprendre quelques devises shadock pour illustrer la politique française au Proche Orient et plus particulièrement en Syrie : 1/ Quand on ne sait pas où on va il faut y aller.... et le plus vite possible 2/ Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? 3/ Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir.... Nous avons mis les pieds où nous n'aurions pas dû, nous persistons dans notre erreur et nos gouvernements successifs n'ont toujours rien compris au Proche Orient... Enfin une éclaircie : si nous avons des gouvernements pas très brillants, nous avons quelques analystes excellents ... malheureusement pas tous et et en particulier les soi disant spécialistes qu'on peut voir fréquemment lords des débats sur les plateaux TV... J'espère seulement que nous ne ferons pas des pieds et des mains pour récupérer nos djihadistes afin de les réinsérer.

  • Par Ganesha - 09/02/2018 - 10:38 - Signaler un abus 1766

    Le pasteur anglican Thomas Malthus, né dans le Surrey (Angleterre) en 1766, nous a fourni une explication simple et lumineuse, qui n'a jamais été démentie. Les pays musulmans du Moyen-Orient ont organisé un taux de natalité qui les a conduit à une population excédant largement les possibilités de la nourriture produite par leur agriculture. A défaut d'une épidémie suffisamment ravageuse, ce problème se résoudra donc par la guerre. Il y a en Europe quelques sombres imbéciles, comme Macron, Merkel, Schulz et Juncker qui n'osent pas affirmer que l'immigration n'est en aucun cas la solution pour cet épouvantable drame ! Il y a aussi 3/4 des français qui n'ont pas osé voter pour Marine Le Pen, parce que les médias les ont convaincus que c'est ''une très méchante femme''. Et la quasi totalité des abonnés d'Atlantico qui pensent que la réponse adéquate à la question de l'Islam dans notre pays, serait de construire suffisamment de bateaux pour pouvoir renvoyer les millions de citoyens français adeptes de cette religion, vers les pays de leurs ancêtres !

  • Par padam - 09/02/2018 - 12:07 - Signaler un abus @Ganesha

    Alors, pour un homme comme vous doté "d'une brillante et subtile intelligence qui comprend tout sur tout", quelle est la solution?

  • Par Ganesha - 09/02/2018 - 12:45 - Signaler un abus Padam

    Si votre question concerne le problème spécifique qui se pose en France, la solution, c'est le ''plein emploi'', qui permettra à tous les citoyens fançais de se sentir ''intégrés'' .

  • Par Ganesha - 09/02/2018 - 13:06 - Signaler un abus Plein-Emploi ?

    Il semble raisonnable d'espérer que lorsqu'un programme souverainiste et de ré-industrialisation sera instauré, il aura chez nous des effets similaires à ceux constatés aux USA et en Angleterre.

  • Par vangog - 09/02/2018 - 20:20 - Signaler un abus Parfaitement d'accord avec les 2 premiers commentaires!

    Au Moyen-Orient, la diplomatie de phoque de la France gauchiste n’a jamais rien compris à rien, toujours mis les pieds où il ne fallait pas, toujours réagi à contre-temps...si elle avait un peu de cojones, elle prendrait l'initiative de proposer une Nation kurde, à cheval sur Syrie et Irak, et dirait merde au sultan neo-fasciste Erdogan. Je dis bien: si elle avait des cojones...

  • Par moneo - 11/02/2018 - 08:39 - Signaler un abus je n' y avais pas pensé

    Ganesha est repère de Louis Sarkozy

  • Par Ganesha - 11/02/2018 - 10:49 - Signaler un abus Ratatinés

    En lisant les commentaires sur Atlantico, je me rends compte que parmi les personnes âgées, beaucoup ont le cerveau tellement ratatiné, qu'ils sont devenus complètement incapables d'assimiler les idées simples et claires, surtout cela les change de leurs routines, habitudes de pensée et préjugés enkystés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2017 de Grand angle sur l'espionnage russe chez Uppr et de Proche-Orient : coup de projecteur pour comprendre chez Balland, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr ; en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€