Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le monde marin meurt massivement en silence

Un rapport du Programme International sur l'État de l'Océan remis à l'ONU évoque une extinction massive d'espèces marines.

Lente agonie

Publié le - Mis à jour le 23 Juin 2011

Le rapport présenté à l'ONU par les experts du Programme International sur l'État de l'Océan est plus qu'alarmant. Il évoque ni plus ni moins qu'une extinction de masse des espèces marines. Au cours du dernier demi-milliard d'années, seules cinq extinctions massives ont été dénombrées après des catastrophes naturelles, dont la disparition des dinosaures. La dernière fois, plus de la moitié des espèces n'ont pas survécu.

Vers une nouvelle extinction massive ?

Ce qui pourrait être la prochaine extinction massive ne serait pas liée à une catastrophe naturelle, mais à l'activité humaine, d'après le rapport qui pointe quatre fléaux mettant à mal la pérennité du monde marin : le réchauffement climatique, une pêche excessive, l'acidification des eaux et de faibles niveaux d'oxygène.

Le directeur scientifique du programme, Alex Rogers, n'a pas caché ses craintes :

"En considérant l’effet cumulatif de ce que l’humanité fait subir aux océans, nous nous sommes aperçus que les conséquences sont bien plus graves que ce dont chacun de nous s’était rendu compte de son côté."

Les scientifiques sont particulièrement interloqués par la quantité de carbone absorbée par les océans. Elle serait déjà plus élevée qu'au moment de la dernière extinction de masse, qui s'est produite il y a environ 55 millions d'années. Ils commencent déjà à en observer les effets, bien plus rapidement que prévu :

"Nous sommes maintenant confrontés à la perte d'espèces marines et d'écosystèmes entiers, comme les récifs coralliens, en l'espace d'une seule génération".

Comment y échapper ?

En 2009, déjà, des scientifiques avaient fait des projections sur l'état de la planète en 2100 si les hommes ne changeaient rien à leur consommation d'énergies fossiles. Discovery rapporte qu'ils tablaient sur un quadruplement du taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, et sur une hausse de 5 degrés de la température terrestre. Plus l'eau est chaude, et moins elle est capable de dissoudre l'oxygène, ce qui entraîne automatiquement un développement des zones marines "mortes". Un tel scénario serait dramatique pour le cinquième de la population mondiale dont les sources de protéines viennent de la mer.

Les scientifiques ont des solutions plus ou moins simples à mettre en oeuvre pour inverser, ou tout du moins ralentir, la tendance. Il s'agit d'abord d'encadrer la surpêche, ce que les gouvernements sont censés avoir l'autorité de décider. A condition qu'ils arrivent à s'entendre.

Le grand enjeu est ensuite de modifier les sources d'énergie utilisées. Le pétrole et le charbon, gros pourvoyeurs de gaz à effet de serre, devront être abandonnés le plus rapidement possible. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par henri - 22/06/2011 - 16:14 - Signaler un abus L'Homme un super prédateur.

    Le problème, c'est que nous nous plaçons au dessus de toutes les autres espèces, alors que nous faisons partie intégrante de la création. Une espèce est faite pour naître, vivre et mourir, à l'image de chacun de ses membres. La notre comme les autres. Quand notre tour arrivera, la terre ne mettra que quelques milliers d'années à se remettre de notre passage.

  • Par TROTTA Olivier - 22/06/2011 - 18:33 - Signaler un abus Une "solution miracle" et française "au problème CO2" ?

    Salut les amis, la co2mmunication couplée à l'éco2nomie, soit la prise de co2nscience massivement démocratisée de toute notre co2nsommation ! résultats ? on décarbonnera bien plus vite tout notre système ; il n'y plus aucune autre alternative et le plus vite sera le mieux ! sortons vite la co2mmunication du monde du silence dans laquelle elle nage pour le moment. Bien cordialement Olivier TROTTA.

  • Par Karamba - 23/06/2011 - 03:37 - Signaler un abus Comme d'habitude

    sur ce genre de sujet, à aucun moment vous ne songez à évoquer une limitation démographique. Or il faudrait pourtant se l'imposer avant de vouloir limiter la pêche ou la consommation en énergie qui ne font que répondre à des besoins.

  • Par _h16 - 23/06/2011 - 12:03 - Signaler un abus Le monde marin ne se meurt pas. Le réchauffisme, lui, oui.

    http://h16free.com/2011/06/23/9018-on-va-tous-encore-plus-mourir http://climatdeterreur.info/la-mer/un-mauvaise-raison-davoir-peur-lacidification-de-locean http://www.lepost.fr/article/2009/12/02/1820060_les-langoustes-adorent-le-co2.html

  • Par Didier Lejeune - 23/06/2011 - 15:18 - Signaler un abus C'est mal parti

    Les écolos poussent à abandonner le nucléaire pour des centrales à CO2. Demain, ces écolos auront le choix entre sauver les poissons ou perdre les élections : le choix sera vite fait!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€