Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 27 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La montée des partis anti-européens peut-elle paralyser l'UE ?

Une étude de l'Ifop révèle que les Français sont de plus en plus eurosceptiques. Dans le même temps, les intentions de vote en faveur des partis anti-européens ne cessent de progresser.

Gronde

Publié le
La montée des partis anti-européens peut-elle paralyser l'UE ?

Atlantico : A l'approche des élections européennes, les intentions de vote en faveur des partis anti-européens ne font que progresser (voir ici), et ce dans la plupart des Etats membres. Selon une étude de l'Ifop, 52% des Français estiment que le fait d'appartenir à l'Europe est une mauvaise chose. Comment expliquer cet euroscepticisme ?

Philippe Braud : D’après les sondages les plus récents la progression des eurosceptiques depuis 2009 est en effet très sensible. En France comme au Royaume Uni, plus de 70% des sondés (IFOP, janvier 2014…) disent vouloir exprimer leur méfiance à l’égard de l’Europe, de même qu’une majorité d’Allemands et d’Italiens (respectivement 50% et 52%).

Dans de nombreux pays, les eurosceptiques vont faire élire des représentants au Parlement européen. Mais il faut préciser deux points très importants qui relativisent fortement l’impression spontanée que peuvent donner ces chiffres. D’abord le fait que, sauf au Royaume-Uni, les enquêtés se déclarent en même temps favorables (à plus de 60%) à des mesures qui favorisent une intégration croissante (élection d’un chef d’Etat européen au suffrage universel, création d’un ministère européen de l’Economie et des Finances, armée européenne….).

La méfiance affichée à l’égard de l’Europe est avant tout un mouvement d’humeur qui n’est pas sans analogie avec la vitupération classique de l’Etat et de la bureaucratie budgétivore. Mais qui voulait réellement la suppression de l’Etat ? Il s’agit donc avant tout d’une mouvance protestataire dont la montée est provisoirement alimentée par la crise économique et les politiques d’austérité. L’Europe est le bouc-émissaire de difficultés qui ont bien davantage leur source dans la faiblesse de certains gouvernements nationaux, en France, en Italie, en Espagne, voire dans la corruption massive comme en Grèce ou à Chypre.

Les réformes nécessaires sont impopulaires mais la sortie de crise qu’elles permettent déjà d’entrevoir, contribuera à assécher une partie de ce vote protestataire. Second point important : s’il existe, c’est vrai, un réel sentiment de déperdition de l’identité nationale, du fait de l’accroissement continu de l’intégration européenne, ce sentiment de perte affecte essentiellement les catégories sociales les moins dynamiques au niveau économique, les moins bien armées au niveau culturel, les plus passéistes au niveau politique. Ce ne sont pas elles qui font l’Histoire. Elles n’en sont que les spectatrices affligées.

Peut-on supposer que si les partis anti-européens "adhèrent" au processus électoral européen, c'est parce qu'ils sont mus en sous-main par la volonté de rendre l'Union européenne inopérante, et de prospérer auprès de l'opinion publique sur l'inefficacité des institutions ainsi générée ?

Les partis les plus vigoureusement eurosceptiques ont en fait deux stratégies : obtenir la sortie de leur pays de l’Union européenne et, en attendant, bloquer autant que faire se peut, le fonctionnement de ses institutions. En réalité, seule la première stratégie peut donner quelque résultat, et, d’ailleurs, dans un seul pays actuellement. Il s’agit du Royaume Uni où la pression de l’UKIP sur les Conservateurs a obtenu du gouvernement Cameron la promesse d’un referendum à hauts risques pour le maintien de la Grande Bretagne dans l’Union. Mais paradoxalement la réussite de l’UKIP affaiblirait gravement au Parlement européen le camp des eurosceptiques puisqu’elle impliquerait le départ des Britanniques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par franz64 - 07/04/2014 - 09:12 - Signaler un abus à côté de la plaque

    Cet article est un classique dans le déni de réalité : "La méfiance affichée à l’égard de l’Europe est avant tout un mouvement d’humeur qui n’est pas sans analogie avec la vitupération classique de l’Etat et de la bureaucratie budgétivore." Non, c'est une lame de fond qui vient de la prise de conscience de la véritable nature de l'Union, anti-démocratique et contre les peuples. Ce ne sont pas des "anti-européens" qui élèvent la voix, mais au contraire des "pro-européens" qui ont compris que l'Europe sera détruite par cette chimère proto-totalitaire qu'est l'UE, comparable aujourd'hui à ce qu'était l'URSS juste avant sa chute. Tous les économistes non dogmatiques (Todd, Sapir...) disent que l'euro est en soins palliatifs. Au plus haut niveau, de fervents adeptes de la monnaie unique pressent maintenant pour en sortir et liquider l'UE : http://tinyurl.com/paa4fhb Seul le dogmatisme de ses dirigeants maintient en vie cette construction totalement artificielle, aussi peu viable que la planification soviétique.

  • Par Neymare - 07/04/2014 - 09:17 - Signaler un abus analyse bidon

    Article de pure propagande."Les catégories sociales les moins dynamiques au niveau économique, les moins bien armées au niveau culturel, les plus passéistes au niveau politique" : ces catégories sociales se rendent bien compte que l'Europe est noyautée par les loufiats de Golman sachs et les américains libéraux crétins. Alors on va leur foutre des batons dans les roues : cette europe on n'en veut pas, elle n'est faite que pour nous dépouiller. Tu comprends la nuance, économiste de pacotille ? faut pas prendre trop les gens pour des c..

  • Par vspatrick - 07/04/2014 - 09:47 - Signaler un abus Depuis quand....

    la construction est elle un processus démocratique ? L'Europe se fait et se fera envers et contre tous. Les pays les plus riches paieront la "mise à nouveau" des plus pauvres.

  • Par biturige - 07/04/2014 - 10:02 - Signaler un abus ce qui prouve

    bonjour Neymare et franz64 ,l'auteur prouve que Science-po n'est pas une grande école ,seulement un centre de formation au rabais pour y faire accéder des populations de moindre capacité intellectuelle . Cela prouve également ,que tout à rebours le bon sens prévaut au sein des populations d'origine dans ce pays ,si j'ose dire ,la clairvoyance ce fait jour chez les Gaulois lassés d'êtres indéfiniment les cochons de payants,de subir les avanies et autres malfaçons d'une meute de Clampins siégeant à la commission d'une Europe qu'ils ont désapprouvée par référendum !

  • Par Scott - 07/04/2014 - 10:05 - Signaler un abus n'importe quoi

    Certains y croient encore mais la verité est qu'il n'y a pas de peuple européen. Tous ces pays qui entren dans l'UE en y voyant un El dorado se mettent une fourchette dans l'oeil. comment peut on imaginer faire fonctionner des pays, des peuples, des cultures, des economies et memes des religions qui n'ont rien a voir les unes avec les autres. Si l'on veut esperer profiter de nos differences c'est justement en ne les diluant pas les unes avec les autres mais en les laisser coexister les unes a cotés des autres. Les seules choses qu'on arrive à melanger sont les problemes des uns et des autres pour en creer des plus gros. Alors cessez cette propagande à laquelle plus personne ne croit, cessons avec cette "Union" et revenons à l'Europe tout cours. A bas les normes et la burocratie supplementaires engendrées par cette usine a gaz laissons les peuples se diriger eux memes et cooperer ensemble quand et comme bon leur semblent!!

  • Par helios - 07/04/2014 - 10:12 - Signaler un abus comme d'habitude

    un "croyant" nous expose sa foi sans arguments rationnels. Que des affirmations sans preuves. Tout d'un catéchisme... Les mesures concrètes inspirées par les partis les plus anti-européens auraient des effets sur les équilibres économiques et le niveau de vie des populations qui seraient catastrophiques. Ah bon ? Pour l'instant j'ai plutot l'impression qu'on voit les effets des mesures imposées par les pro-européens (demandez à l'Europe du sud). "Les réformes nécessaires sont impopulaires mais la sortie de crise qu’elles permettent déjà d’entrevoir" Faut vraiment avoir de bons yeux pour l'entrevoir....

  • Par saint just - 07/04/2014 - 10:29 - Signaler un abus Il y croit? tant mieux pour lui. Moi, pas.

    S'il y croit, c'est son problème, mais en voila encore un qui a un grand respect pour les gens qui ne croient pas colle lui. Des passéistes, des retardés, "les moins bien armés au niveau culturel" , les plus passéistes , les moins dynamiques". Il n'y va pas avec le dos de la cuillère. Mais, au fait, comment le sait-il, cet abruti.!!! Je connais personnellement des polytechniciens, des Centraliens, des diplômés de grandes écoles qui ont le même ressentiment à l'égard de cette Europe. On ne le répétera jamais assez? Cette Europe n'est pas, n'est plus celle De Robert Schumann, de Jean Monnet et d'autres créateurs de l'Europe des 6. Cette Europe des 80, qui s’apprête à accueillir la Turquie, nous n'en voulons pas. Sommes-nous pour cela des attardés mentaux. Pauvre type!!! . Je ne me serai pas permis ce genre de remarques si j'avais senti chez ce type, la moindre considération pour les gens qui ne pensent pas comme lui.

  • Par Sniper - 07/04/2014 - 10:35 - Signaler un abus Cette Europe

    bâtie sur le commerce, le fric, les mensonges et les trahisons des autorités nationales, en particulier depuis Maastricht, plus personne n'en veut...sauf les ukrainiens de la partie occidentale. Attendons donc de voir quel sera le résultat des partis eurosceptiques avant de vouloir tirer des conclusions. A défaut de changement profond dans ses objectifs et son fonctionnement cette structure au mains d'eurocrates sans scrupules est appelée à disparaître comme l'URSS

  • Par saint just - 07/04/2014 - 10:36 - Signaler un abus Oui, nous sommes européens

    Mais pas cette Europe là. On voit bien dans cet article, le parti pris de quelqu'un qu' en croque. Il oublie simplement que plus de 50% des français ont DEJA dit NON à cette Europe, On sera encore plus nombreux en Mai, et nous serons rejoint par tous les vrais européens de cette planète, Belges, Anglais, Espagnols, Italiens, Hollandais qui eux aussi diront NON

  • Par pierre325 - 07/04/2014 - 10:41 - Signaler un abus Si il y a des eurosceptique, c'est peut être pas sans raison?

    "aux idéaux européens" a première nouvelle comme menacé la Suisse sur son referendum? Refuser le droit d'asile a Snowden? Permettre au industrie du tabac de se réimplanter en jouant sur les frontière? C'est ça l'idéal européen? L'absence total de réaction sur les banques en 2008? Il y a de quoi rire avec cette article de borgne ou l'Europe serait l’éternelle victime et les opposants des gamins effrayé par la nouveauté. On est ou la?

  • Par jemima - 07/04/2014 - 10:46 - Signaler un abus que l'auteur prépare l'éloge funèbre ...

    quelques uns et moi-même s'occupons d'un enterrement première classe ...

  • Par gliocyte - 07/04/2014 - 10:52 - Signaler un abus @saint just

    Je partage votre avis. Pour qui ce sociologue se prend t-il? Un donneur de leçons qui par ailleurs évite de montrer en quoi les Français ont tort de penser de la sorte. C'est une évidence pour lui et cela doit seul suffire aux lecteurs "dégénérés" que nous sommes! Cela lui évite de développer, car il serait alors bien difficile voire impossible pour lui de prouver ces dires. Quand en plus je lis de sa part: Cela exige une pédagogie de la démagogie, cela me donne de l'urticaire. Tout ce discours n'est que mépris pour les Français. Bravo, mais question mépris, inutile d'en rajouter, la coupe a largement débordé.

  • Par Renaud Bouchard - 07/04/2014 - 10:52 - Signaler un abus Une Europe indépendante:OUI. Une vassalisation des USA: NON

    @Franz64 et Neymare. Excellente analyse."C'est une lame de fond qui vient de la prise de conscience de la véritable nature de l'Union, anti-démocratique et contre les peuples." Non à une UE pensée comme colonie des USA TTIP et OTAN. Ce ne sont pas des "anti-européens" qui élèvent la voix, mais au contraire des "pro-européens" qui ont compris que l'Europe sera détruite par cette chimère proto-totalitaire qu'est l'UE, comparable aujourd'hui à ce qu'était l'URSS juste avant sa chute.On ne peut pas escamoter le non au referendum de 2005. Tous les économistes non dogmatiques (Todd, Sapir...) disent que l'euro est en soins palliatifs. Au plus haut niveau, de fervents adeptes de la monnaie unique pressent pour en sortir et liquider l'UE :http://tinyurl.com/paa4fhb. l Seul le dogmatisme de ses dirigeants maintient en vie cette construction totalement artificielle, aussi peu viable que la planification soviétique.

  • Par Renaud Bouchard - 07/04/2014 - 11:08 - Signaler un abus Connaissez-vous I.Garcia Bercero et Dan Mullaney?Non?Dommage...

    @Pierre325, St Just, Sniper. Justes propos! Une occasion nous est offerte en Mai de dire quelle est l'Europe à laquelle nous aspirons et de manifester non seulement le rejet d'un modèle dévoyé, mais encore plus le rejet de gens parfaitement inconnus du grand public, Inconnus, cooptés, et qui décident de l'avanir de tout un continent sans demander l'avis de ses habitants https://www.laquadrature.net/wiki/TAFTA_negotiators

  • Par François Homeland - 07/04/2014 - 11:09 - Signaler un abus L'Europe a été détournée de son objet par les ploutocrates...

    dont le seul but est l'asservissement des peuples au profit de la fortune anonyme et vagabonde. La libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux n'est que l'instrument créé à leur usage exclusif et la disparition programmée des nations en sera la conséquence... si nous nous laissons faire sans réagir ! Les français savent ce qu'il est advenu de leur vote de 2005 ; Il faut espérer qu'ils sauront s'en souvenir au moment de glisser leur bulletin dans l'urne le 25 mai prochain...

  • Par fentreti - 07/04/2014 - 11:13 - Signaler un abus " Eurosceptique " Encore un mot politiquement correct

    C'est un rejet clair net et précis des Français qui l'ont d'ailleurs exprimer clairement par référendum et détourner par sarkosy ! il n'y a pas de scepticisme , comme les médias voudraient le faire croire .

  • Par Scott - 07/04/2014 - 11:16 - Signaler un abus @saint just

    +1 . Ce type non seulement a sa propre vision des choses mais quand bien il argumenterait correctement, la forme est d'une condescendance nauséabonde. Tant de mépris pour des personnes qui ne pensent pas comme lui, un tel manque d'argument montre bien a quelle point les eurobéats sont dans le déni le plus complet de ce qu'est réellement l'UE.

  • Par Neymare - 07/04/2014 - 11:54 - Signaler un abus pacte avec le diable

    Je n'adhère pas du tout aux idées du FN, mais pour les européennes je crois que je vais faire une petite exception, ou pour le front de gauche. Cet article, comme quantité d'autres, pue la propagande à plein nez, tous ces soit disants "professeurs" qui viennent nous dire comment l'europe c'est bien et qu'on est trop "c..." pour comprendre, sont financés pour celà, c'est pas du tout objectif, tout comme ceux qui passent à la télé

  • Par Scott - 07/04/2014 - 12:02 - Signaler un abus @ Neymare

    Pas forcément FN ou Front de gauche, il y a des listes "Ni système, Ni extrêmes" qui dénoncent l'UE...

  • Par mich2pains - 07/04/2014 - 12:04 - Signaler un abus EUROSCEPTICISME ?

    Qu'on se mette à la place d'un "Plombier Français " , jeté au chômage et qui voit son ex-employeur embaucher sous le statut de " TRAVAILLEUR DETACHE " , un plombier Polonais ( ou roumain ou autre ) sur un chantier local , en France , proche de son domicile ! Mettez-vous à la place des autres corps de métiers du Bâtiment , des Travaux publics ,de l'agriculture , soumis aux mêmes traitement de concurrence déloyales ! Hormis les "Z'ARTISTES " franchouillards et les " Z'intermittents-du-spectacle " , honteusement protégés par une loi discriminante dite de "l ' Exception Culturelle" , lequel d'entres- vous ne deviendrait pas un EUROSCEPTIQUE convaincu ? Bruxelles a dangereusement poussé le bouchon trop loin ; il nous appartient de rectifier son tir , lors des élections Européennes à venir ............

  • Par Neymare - 07/04/2014 - 12:08 - Signaler un abus suite

    @Scott Oui, je préfèrerais voter pour une liste alternative comme vous le mentionnez, mais encore faut il qu'elles aient une chance d'avoir des euro députés, c'est pas de gaité de coeur que je voterais pour le fn

  • Par RabatJoie - 07/04/2014 - 12:50 - Signaler un abus Parti pris

    "ce sentiment de perte affecte essentiellement les catégories sociales les moins dynamiques au niveau économique, les moins bien armées au niveau culturel, les plus passéistes au niveau politique". On voit dans cette phrase tout le mépris des élites pour le monde réel. Quelle suffisance, quel déni du réel ! Rien que cela suffirait à expliquer le rejet de plus en plus marqué de la construction européenne telle qu'elle évolue (dérive) depuis 20 ans. Quand les peuples sont méprisés, voire niés dans leur existence propre, quand l'expression de leur volonté est oubliée, quand leur intérêts son sacrifiés, le rejet est inéluctable. Le contraire serait malsain. Ce dont aucun commentateur ne parle, c'est que le rejet est marqué surtout au sein des pays fondateurs, justement ceux qui devraient y être le plus attaché. Enfin, il accuse les détracteur de l'Europe de jouer sur la peur. Et lui ? Quand il promet une dégringolade économique et un recul de 50 ans, il ne joue pas sur la peur, peut-être ? Sans preuve d'ailleurs, aucun argument ne vient étayer cette assertion. Cet article prouve le contraire de ce qu'il affirme.

  • Par Gilles - 07/04/2014 - 13:22 - Signaler un abus Trop c'est trop

    Quand les citoyens constatent chaque jour que l'UE n'est qu'un repaire de planqués de la politique (députés, commissaires, technocrates), ils sont peu enclins à apporter leur soutien à cette immense usine à gaz. L'UMPS risque de voir le FN caracoler en tête.

  • Par Ramos - 07/04/2014 - 14:29 - Signaler un abus Voter FN à l'Europe : Une chance de se débarrasser du PS

    Si le FN arrive largement en tête, Flamby pourra difficilement éviter une dissolution ou mieux, s'il avait un peu de courage et de classe ( comme De Gaule ) il démissionnerait.

  • Par pave777 - 07/04/2014 - 14:49 - Signaler un abus Comment , c'est possible ?

    que les moutons de Panurge endormis se réveillent ! Non à l'Europe actuelle, oui à l'Europe des nations et des peuples, virons les escrocs et les technocrates qui les servent ! Les trolls vont se mettre en œuvre, pour tenter d'enfumer une dernière fois, pas de cadeaux ! abstention ou vote souverainiste, sortons du machin suicidaire.

  • Par lucuis - 07/04/2014 - 14:54 - Signaler un abus Encore un qui se drogue avec ses propres mensonges !

    Plus l'Europe montre son incapacité à bien fonctionner plus cela énerve les europhiles dont les propos haineux et à coté de la plaque montrent l'incapacité à se remettre en question Avec ce sociologue, on a quand même décroché le pompon en terme d'autocongratulation et de mépris envers ceux qui ne pensent pas comme lui Les eurosceptiques seraient selon lui des gens les moins cultivés et les moins dynamiques, les idiots de la société en quelque sorte et l' arrêt du processus européen nous ramerait dans les années 50. Ce qui est sur, c'est que si l'on continue sur la même voie, l'on finira comme l'URSS (je suis d'accord avec franz64) puisque l'UE n'est qu'un chimère idéologique vendu par des politicards de salon au peuple mais dont le peuple n'a rien retiré !! l'auteur analyse ce phénomène comme passager, alors que justement les eurosceptiques sont nés de la constatation de l'échec de L'Europe, ils ne peuvent que continuer à grossir ! L'UE ressemble d'ailleurs de plus en plus sur le plan anti-démocratique à cette URSS et connaitra le même destin ! Et lorsque l'on voit la Russie moderne et son dynamisme économique, c'était bien l'URSS qui vivait dans les années 50 et pas le contraire

  • Par Neymare - 07/04/2014 - 15:28 - Signaler un abus A la base l'Europe est une

    A la base l'Europe est une idée américaine : ils se sont dit ça sera plus facile de controler un groupe de pékins à la tete de l'europe que d'essayer de controler l'ensemble des états européens. c'est une sorte de colonisation, en fait, et on voit le résultat maintenant : qui est à la tete de la BCE : draghi, ex vis president de goldman sachs, idem pour les autres issus directement des corporates US : ces gens ne raisonnent pas comme nous, pour eux c'est le fric qui est plus important que l'humain, c'est la philosophie US. Et maintenant, ils veulent nous pondre un traité commercial europe - US ou l'europe serait la grande perdante, et les banques et autres multinationales auraient tous les pouvoirs. Il n'existe qu'une seule alternative : bloquons tout ça (si c'est encore possible)

  • Par Papy Geon - 07/04/2014 - 17:00 - Signaler un abus @ Neymare , je vous suit, et pour compléter :

    L’Europe, une bonne idée, pourrie par des ploutocrates installés autour de leur paradis fiscal : le Luxembourg Les lobbies anglo-siono-saxons sont en train de réussir un coup de maître : nous éloigner du peuple Russe, nos voisins. Avec la complicité d’une nomenklatura Française qui ne veut surtout pas que l’on regarde comment vivent les Russes depuis que Poutine a fait le ménage parmi le système de l’URSS. La Russie effectue un redressement spectaculaire, mais bien entendu, pour nos ploutocrates, Poutine est un abominable tsar. Il serait d’ailleurs prêt à attaquer tout le monde, contrairement à ce que font les bons pacificateurs des lobbies pétroliers et d’armement des anglo-saxons depuis tant d’années. Et si nous y regardions d’un peu plus près ? : http://secretdefiance.com/il-est-temps-de-dire-la-verite-sur-labominable-nouveau-tsar-du-kremlin/ Comme d’autres commentateurs ici, je ne tiens pas que mon pays suive le parcours de l’URSS des années 1980. Nous n’aurions pas un Poutine pour nous relever ensuite. Il nous faudrait trouver quelqu’un qui ne soit pas déformé ( mais seulement informé) par nos « politologues », et cela est difficile en ce moment.

  • Par sandhom - 07/04/2014 - 17:53 - Signaler un abus Amusant, cet intervenent

    Ce sont aussi les fervents pro-européens qui râlent après cette Europe en capilotade : Hors, il ne lui vient pas à l'idée que, si il faut que certains pays se reforment, évidemment, il le faut aussi pour cette Europe tentaculaire et aveugle, qui ne fait plus rêver, ni rassurer, même de loin, même par hasard ou sur un malentendu .

  • Par lucuis - 07/04/2014 - 18:53 - Signaler un abus @Neymare

    a l'origine, l'idée de l'Europe existait depuis bien longtemps. Elle est ressortie par un groupe de socialos après la deuxième guerre mondiale, en 1945, qui rêvent d'une Europe pacifique ou l'Etat Providence régnerait partout. Les américains soutiennent l'idée et la favorise pour deux raisons 1°) bloquer le communisme en Europe 2°) créer une zone d'influence ou ils pourront vendre leurs produits et avoir des pays vassaux. Ils ont toujours tout fait pour contrôler les européens qui mise a part quelques exceptions n'ont jamais rien fait pour contester le leadership américain sauf De Gaulle. L'UE est un joli rêve pour enfants mais n' a pas d'âme européenne, c'est une coque vide !!

  • Par freddy - 07/04/2014 - 21:37 - Signaler un abus Bon, vous avez compris?

    Vous êtes des abrutis! Circulez, piétaille où on vous embrochera!

  • Par freddy - 07/04/2014 - 21:39 - Signaler un abus Plus sérieusement:

    Ce sont les mêmes qui accordent la CMU aux étrangers clandestins qui pestent contre notre sécurité sociale dispendieuse.... Rigolos, va!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Braud

Philippe Braud est un politologue français, spécialiste de sociologie politique. Il est Visiting Professor à l'Université de Princeton et professeur émérite à Sciences-Po Paris.

Il est notamment l'auteur de Petit traité des émotions, sentiments et passions politiques, (Armand Colin, 2007) et du Dictionnaire de de Gaulle (Le grand livre du mois, 2006).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€