Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Montée de l’hyperviolence : une impuissance politique pourtant si évitable

Alors que l'hyperviolence gangrène les cités sensibles de France, à l'image de la fusillade survenue à Marseille lundi 21 mai, Emmanuel Macron a affiché une ligne de conduite claire et rigoureuse pour lutter contre à ce fléau.

Laxisme

Publié le
Montée de l’hyperviolence : une impuissance politique pourtant si évitable

 Crédit Dimitar DILKOFF / AFP

 

Enoncés ci-après, ces graves crimes sont TOUS advenus ces trois derniers jours. TOUS, dans les fameux "quartiers prioritaires de la politique de la ville" (QPV). Il en va de même, homicide après homicide, émeute après émeute, lynchage après lynchage, trafic après trafic, incendie après incendie, dans ces mêmes QPV, jour après jour et toute l'année, depuis désormais quarante ans et plus ; le chaos s'aggravant en outre d'année en année.

Au point que désormais, il est possible de diagnostiquer sans exagérer que la France a un problème criminel et un seul, celui de ces ghettos hors-contrôle livrés à des bandes armées et autres narco-milices ; et qu'y rétablir l'ordre une bonne fois pour toutes ferait s'effondrer, de moitié voire plus, nos statistiques criminelles nationales.
 
Qu'on en juge :
 
- MARSEILLE, cité de la Busserine (QPV) des Ninjas cagoulés d'une narco-milice tirent à la kalachnikov sur tout ce qui bouge, kidnappent un voyou rival et mettent en joue des policiers venu voir. Façon guerre civile en Algérie -  la vidéo qui circule est si effrayante que le pauvre maire de la ville n'ose même plus bêler que "Marseille n'est pas Chicago".

- CASTELSARRAZIN (Tarn-et-Garonne), cité Gambetta (QPV) - sur le mur d'un fief local des dealers, s'étalent les noms des policiers du secteur et de leurs proches, assortis de menaces de mort.
 
- PAU, quartier Saragosse (QPV) - une meute des aimables chérubins de Mme Taubira, dont de juvéniles prédateurs tchétchènes, lynchent à mort un ex-bandit africain, pour d'obscurs et sans doute futiles motifs.
 
- COURCOURONNE (Essonne, QPV) quatre policiers veulent contrôler un jeune en moto. Une meute violente les moleste, un policier est lynché, cheville fracturée.
 
- ROMAINVILLE (93, QPV) - Poignardé en plein cœur, un quadragénaire meurt, suite à des heurts avec l'usuelle meute de voyous.
Bien sûr, tous ces quartiers et cités sont d'ores et déjà inondés d'argent public, en vue d'une réhabilitation du bâti qui, s'agissant de sécurité publique et de "reconquête républicaine", échoue pathétiquement depuis vingt ans et plus. Pour le seul quartier Saragosse de Pau, on claque ainsi, sur quatre ou cinq ans, cent trente millions d'euros.
 
Que, d'assassinats en émeutes, la France aille droit à des zones localisées de guerre civile, le président Macron a dû le ressentir : il est jeune et ainsi, son horizon est plus profond que celui de récents politiciens d'une Ve république vieillissante et fatiguée, cyniques adeptes du bien connu "après moi, le déluge".
 
D'instinct, M. Macron aura senti que le ruineux et fantasmagorique plan de M. Borloo, pur cataplasme-sur-jambe-de-bois, était partie intégrante du problème, pas de sa solution.
 
Et que l'exubérant fan-club-Borloo tendait la gamelle dans des conditions de gabegie telles qu'elles horrifient depuis vingt ans la Cour des comptes - et ont déjà conduit des élus de Marseille, devenus au fil des ans de purs proxénètes de la "politique de la ville", sur la paille humide des cachots.
 
Car ce qu'a asséné M. Macron respire enfin le réalisme :
 
- Fin de la récré-Borloo "Je ne vais pas annoncer un plan ville, un plan banlieues",
 
- L'Etat a "perdu la bataille des trafics dans de nombreuses cités",
 
- Ca s'aggrave : "Il faut regarder les choses en face, c'est en train d'empirer",
 
- Le problème est criminel : "Dans nos quartiers, il y a aussi de la violence, il y a des choses qui ne vont pas et c'est explosif"
 
- L'avenir est sombre : "Une tension qu'on a laissé s'enkyster... Une forme d'éloignement avec la République"
 
Ce que dit M. Macron, les criminologues réalistes, et aussi par ailleurs le courageux Georges Bensoussan, le rabâchent depuis belle lurette.
 
Enfin ! Un diagnostic présidentiel ouvre une perspective.
 
D'autant plus, que la voie ainsi tracée fait l'effet d'une affreuse douche glacée pour les médias gauche-caviar-Niel-Drahi - furieux et dépités au point qu'ils ont censuré les propos présidentiels les plus raides, ceux exposés ci-dessus ; hier introuvables sur leurs sites.
 
Que faire alors ? Lancer un "plan de mobilisation générale contre les trafics internationaux de stupéfiants", indique le président Macron.
 
C'est en effet la bonne voie.
 
Reste à s'y engager vigoureusement.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 23/05/2018 - 11:16 - Signaler un abus Article stupide !

    Comment Emmanuel Macron peut-il être crétin au point de ne pas comprendre que l'urgence en ce domaine, c'est de s’aligner sur les autres pays d'Europe et les USA, et de mettre fin à la politique désastreusement inefficace de prohibition du cannabis ? Notre président cherche-t-il à séduire les vieux croûtons réactionnaires d'Atlantico ? Peine perdue, vous ne voterez jamais pour lui !

  • Par BABOUCHENOIRE - 23/05/2018 - 12:11 - Signaler un abus Pauvre Ganesha , comme cela doit être difficile de vivre avec un

    tel état d'esprit? Ne pas comprendre que la force de l’État doit être imposer à des voyous et ne rien comprendre de la nature humaine. Ganesha vous nous "emm..dez" vraiment avec votre fixation de pouvoir se faire une fumette tranquillement, mettez vous dans vos chiottes pour faire tout ce que vous voulez, fumer ou sniffer, vous qui êtes un surhomme cela ne vous fera sans doute rien, mais n'incite pas les jeunes à le faire en leur faisant croire que ce n'est rien. Si vous aviez à gérer un enfant avec des problèmes dus à la drogue peut être commenceriez vous à réfléchir ..

  • Par Citoyen-libre - 23/05/2018 - 13:18 - Signaler un abus Triste réalité

    Ce qui est encore plus inquiétant que la réalité décrite dans l'article, c'est cette banalisation de la criminalité qui s'est installée dans la pays : une sorte de maladie chronique. Rien ou presque ne surprend plus grand monde. Même les attentats, les gens ont presque appris à vivre avec, sauf les victimes, bien sur. Ce qui complique grandement toute réaction du gouvernement. L'opinion n'est pas prête à accepter une reprise des quartiers par la police, voire l'armée. Les médias, la gauche et les écolos, s'opposeraient à tout. Je crois que Macron est vraiment au pied du mur. Si son impuissance se confirme, si sa réaction n'est pas forte et autoritaire, alors le pays est condamné à une totale islamisation avec une situation à l'italienne qui se profile. Je suis quand même surpris que le monde économique ne pousse pas à cette reprise en main du pays.

  • Par vangog - 23/05/2018 - 13:29 - Signaler un abus Macrouille n’enrayera pas la fuite en avant des banlieues...

    vers la violence et vers l’islamisme, car il n’en a ni la volonté, ni le pouvoir...ses mots sont puérils par rapport à une situation qui ne l’est plus, depuis déjà bien longtemps. Comme à NDDL, comme à Marseille, comme à Paris contre les fascistes block-blocs, Macrouille manifestera son impuissance, et se réfugiera dans les jupes de maman...les médias gauchistes adorent cette image: sept articles Atlantico sur Macrouille-l’impussant, aujourd’hui...il a pris du Cialis, Atlantico?...

  • Par MIMINE 95 - 23/05/2018 - 13:47 - Signaler un abus "Reste à s'y engager vigoureusement."

    pour ça, gageons que Jupiteux restera flou. Les paroles et paroles et paro - le au "karcher" n'ont pas manqué ces 2 dizaines de dernières z'années ... pour les actes , on attend encore .

  • Par MIMINE 95 - 23/05/2018 - 13:56 - Signaler un abus suite de mon post car, j'avais zappé ce papier d'atlantico :

    "Emmanuel Macron a dévoilé sa stratégie et ses mesures pour les banlieues". Comme on dit, rien de nouveau sous le soleil l!!

  • Par OLYTTEUS - 23/05/2018 - 19:25 - Signaler un abus zero mort et violences accrues

    S'attaquer aux traffics est nécessaire mais pas sans contrôle des zones de traffic, des quartiers gangrénés; si on reste au zero mort, on n'arrivera à rien, car de plus en plus ce sont les policiers français qui ont peur et non les délinquants. On va toujours vers des scénarios meurtriers vis à vis des forces de l'ordre. Sarkozy se félicitait du bilan des émeutes de Villiers le Bel, aucune victime mais du côté des policiers, ceux-ci savaient que c'était dû à l'ordre de reculer devant les émeutiers et Que les délinquants eux aussi l'avaient bien observé

  • Par Solognitude - 23/05/2018 - 19:35 - Signaler un abus Va falloir s'y mettre!

    Ce ne serait pas du luxe que notre président énergétique prenne Xavier Raufer comme conseiller privilégié. Avec comme perspective un changement de braquet par rapport aux idéologies et incompétences du triste binôme Hollande- Taubira. Quant à Borloo, qu'il reste dans la 5ème dimension !

  • Par cloette - 23/05/2018 - 19:36 - Signaler un abus Ganesha

    Il y a AUSSI de la grande violence au Canada aux USA etc , le canabis ne rend pas doux comme un agneau, et rend inapte aux études , quel intérêt ? abêtir encore plus les populations ?

  • Par winnie - 25/05/2018 - 22:42 - Signaler un abus Il est grand temps que Macron se bouge.....

    parce que si non, ca va empirer et tres mal finir. Mais a t il les couilles pour donner des ordre s aux policiers? Et construire des prisons pour mettre ces delinquants au frais pour longtemps. Quant la police ce fait agresser ou braquer avec une arme, que ce soit un coktail molotov ou une arme a feu, la police doit tirer, et je vous garanti que si un ou deux de ces salopars se prennaient une balle et allaient en prison sans en ressortir ca ferait reflechir les autres, il faut arreter d oberir aux associations gauchistes de tout poil, il faut agir et arreter cette immigration source de beaucoup de delinquance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€