Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Monsieur le président j'ai l'honneur de vous faire savoir que je ne suis pas un mâle blanc

Vous avez utilisé cette expression en présentant vos projets pour la banlieue. Je savais bien que nous ne parlions pas la même langue.

Les "djeuns" ne vous disent pas merci

Publié le
Monsieur le président j'ai l'honneur de vous faire savoir que je ne suis pas un mâle blanc

 Crédit ludovic MARIN / POOL / AFP

Il y a plein de bonnes choses dans ce que vous avez annoncé. Les milliards ne suffisent pas avez-vous dit avec beaucoup de bon sens. Vous avez également pointé du doigt, et à juste titre, l'antisémitisme qui connait une progression galopante dans les banlieues

En un mot comme en cent, vous avez, - comme on dit chez nous-, habillé ce pauvre Jean Louis Borloo pour l'hiver. L'ennui c'est que vous ne parlez pas comme chez nous. Pour balayer les idées futiles et illusoires de Borloo, vous avez déclaré que la solution pour les banlieues ce n'était pas" un plan entre deux mâles blancs!".

Une expression empruntée aux Indigènes de la République. Sans doute pensiez-vous avec ces mots vous faire comprendre des populations racisées, souffrantes et discriminées. Moi personnellement je ne me sens pas concerné. Car les "mâles blancs" c'est vous et Borloo (lui avez-vous demandé son avis ?). Moi je ne suis pas un "mâle blanc". Si vous voulez je suis un mec, un type, un gars.

Un Français quelconque. Mais quand même pas tout à fait. Car je ne suis pas de souche. Mais un Français quand même. Peut-être  un "Yahoud" comme on dit dans le langage de banlieue que vous affectionnez tant. Je comprends, monsieur le Président, que vous avez voulu en sélectionnant vos mots, vous rapprocher de ceux qui doivent bénéficier de vos projets. Si ce n'est pas l'affaire de " mâles blancs" avez-vous voulu dire que c'est l'affaire de "mâles noirs" ou de "mâles arabes" seraient plus qualifiés ?

Je vous taquine, monsieur le Président. La banlieue, elle, rigole. Vous avez entendu ce qui se dit là bas ? "Mais il se mêle de quoi ce baptou?". "On va lui foutre la hagra à ce boloss !" "Il nous fait trop dahak!". Et le pire que j'ose à peine vous rapporter monsieur le Président :" nique ta Brigitte".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par morsang - 23/05/2018 - 14:15 - Signaler un abus la banlieue c'est pas la kasbah

    Il faudrait que tous les commentateurs et,les journalistes parisiens prennent conscience que le terme "banlieues" concerne une population hexagonale de l'ordre de cinquante millions d'individus et qu'en considérer la problématique dans cette dimension globale empêche de cibler les maux que sont le trafic de drogue,la délinquance,l'islamisme rampant,l'insécurité.Au fond c'est encore une façon de ne pas nommer la réalité et sur laquelle on dégaine une énième "ligne Maginot"

  • Par atlantique07 - 23/05/2018 - 14:56 - Signaler un abus Comment ?

    Comment une telle erreur de langage est possible ? Pas de conseillers à l'Elysée ? Ou alors ils sont nuls ou le Président n'écoute pas...

  • Par cloette - 23/05/2018 - 15:05 - Signaler un abus question

    Mais qu'appelez vous un "français de souche" ?

  • Par J'accuse - 23/05/2018 - 15:38 - Signaler un abus Pas de mâles blancs dans les banlieues ?

    Expression à la fois raciste et sexiste. Il aurait dû dire que ça ne doit pas être un plan d'énarque. Mais c'est pourtant ce que ça sera.

  • Par zen-gzr-28 - 23/05/2018 - 19:43 - Signaler un abus le baptou joue à quoi ?

    Il vaut mieux en rire de la profonde "litanie" du président de tous les Français !

  • Par OLYTTEUS - 23/05/2018 - 19:46 - Signaler un abus le président jupitérien n'est

    le président jupitérien n'est pas avare en sorties toutes plus méprisantes et déplacées les unes que les autres.moi non plus je n'ai aucune envie d'être traitée de blanche dans mon pays.

  • Par Liberte5 - 23/05/2018 - 19:48 - Signaler un abus Expression raçiste!!

    La démagogie , le racisme anti blanc pour plaire à la banlieue . Honteux !!

  • Par Atlante13 - 23/05/2018 - 19:53 - Signaler un abus Bon, je vais contacter

    le MRAP, la LYCRA, SOS Racisme, etc... pour qu'ils portent plainte pour injure raciste contre les "blancs". Comment? on a le droit de traiter les blancs de toutes les injures? Taubira l'a mis dans ses lois?

  • Par vangog - 24/05/2018 - 01:07 - Signaler un abus Le mâle blanc, c’est un furoncle!

    Pour un mec dont les pellicules tombent sur la veste comme neige en hiver, pas de quoi attendre du style...mais la ménagère de cinquante ans continue de vénérer le gourou, malgré les pelloches et malgré le mal blanc,..une aveugle!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 24/05/2018 - 08:16 - Signaler un abus Première étape vers une

    Première étape vers une partition des territoires. Les quelques "mâles blanc" qui habitent encore ces quartiers ont intérêt à en sortir rapidement, car notre président vient de donner carte blanche aux mafias pour régler les problèmes que l'état est incapable de gérer !!!!

  • Par assougoudrel - 24/05/2018 - 12:09 - Signaler un abus Ne pas confondre avec un

    "mal blanchi"; nom donné au mulâtre du temps de l'esclavage. Mulâtre (mulet), contrairement à la France, est une insulte aux USA et à Haïti. ....http://www.une-autre-histoire.org/dou-vient-le-mot-mulatre/

  • Par kelenborn - 24/05/2018 - 19:29 - Signaler un abus Ah ça il est con

    mais moi je vais vous dire pourquoi il a été vexé!!!.......................................http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/les-aventures-de-macroleon/que-donald-et-angela-prennent-garde-a-la-fureur-imperiale.html...... Et voila qu'après une telle mésaventure, on lui dit "nique ta Brigitte" !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€