Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les monopoles sont mauvais économiquement on le sait. Et c'est encore pire pour leurs salariés que pour les consommateurs

Face à une entreprise de nature monopolistique, l'on a tendance à se méfier d'une hausse des prix des produits ou services proposés. Mais une étude récente menée aux Etats-Unis met en lumière le fait qu'une situation de monopole fait aussi pression sur les salaires des employés de ces firmes.

Nouveau monde

Publié le

Si cette évolution se confirme, il va falloir revisiter les armes du droit de la concurrence. Mieux apprécier les marchés pertinents, les positions dominantes, peut-être revoir les doctrines sur les brevets et la propriété intellectuelle dans leur ensemble. Réfléchir aussi à la propriété des données personnelles et à leur rémunération éventuelle. C’est un enjeu majeur au service d’une concurrence réelle, du dynamisme de l’économie, de la vitalité de l’entrepreneuriat et des gains que peuvent en attendre consommateurs et salariés.

Sinon, on risque d’avoir des profits toujours plus concentrés dans des grands groupes occupés à savoir comment les rapatrier et les redistribuer, par exemple sous forme de rachats d’actions… Un horizon peu enviable et surtout peu propice à la croissance.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 04/01/2018 - 05:54 - Signaler un abus C’est exactement la même chose en France...

    ... où les monopoles d’état créent le même phénomène. Dans les couches du haut, les fonctionnaires se bouffent des « fromages » , comme ils disent, sont arrogants, pantouflent, se mêlent de politique et se font élire, tandis que les couches du bas subissent les inepties de la gestion des ressources humaines de la fonction publique, s’aigrissent et font du présentéisme ou de l’absentéisme.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Charles Simon

Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur de l'Afep et directeur général délégué du Medef. Actuellement, il est candidat à la présidence du Medef. 

Il a fondé et dirige depuis 2013 la société de statistiques et d'études économiques Stacian, dont le site de données en ligne stacian.com.

Il tient un blog : simonjeancharles.com et est présent sur Twitter : @smnjc

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€