Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Monde arabe : après les « printemps arabes » et les « hivers islamistes », un Printemps des militaires ?

La vague démocratique et la vague islamique sont passées sur le monde arabe, mais reste à deviner quelle sera la prochaine tendance.

Les 4 saisons

Publié le
Monde arabe : après les « printemps arabes » et les « hivers islamistes », un Printemps des militaires ?

Le propos n’est pas ici d’évoquer dans les détails les multiples et malheureuses raisons des échecs des Printemps arabes. Après 7 ans et « l’hiver islamiste », ou encore les drames, les guerres civiles et le chaos engendrés par le terrorisme d’al-Qaïda et de Daesh, les Etats traversés par ce vent de révolte sont aujourd’hui économiquement exsangues. Certains disent que les Révolutions ne sont pas terminées. Peut-être. En attendant, sur le plan politique, les différentes transitions démocratiques furent bien entendu un naufrage.

Alors, foin de rêveries, et essayons plutôt d’entrevoir avec réalisme quels pourraient être les scénarios politiques possibles pour ces pays dans un avenir proche. 

Un Printemps des militaires ?

Tout d’abord, les derniers évènements et l’évolution en cours confirment un net retour des militaires partout dans la région, au Moyen-Orient comme au Maghreb. Un véritable « Printemps des militaires ». Ainsi, nous avons le Maréchal Abdel Fattah al-Sissi à la tête de l’Egypte et Bachar al-Assad (qui est aussi un général, ne l’oublions pas) qui, grâce à ses alliés russes et iraniens, a gagné en Syrie et gardera au final les rênes du pouvoir. En Jordanie, le roi Abdallah II (également général de brigade) a su préserver, tant bien que mal (lui aussi grâce à ses puissants soutiens), son pays des turbulences des printemps arabes et des menaces de Daesh.

Dans une moindre mesure, au Liban, nous avons aussi un ancien général, Michel Aoun, et demain, le Maréchal Haftar sera (avec le soutien de l’Egypte mais surtout de la Russie et de la nouvelle administration Trump), à n’en pas douter, le futur leader Libyen. De même en Palestine, Mohammed Dahlan, l’ancien « Monsieur Sécurité » du Fatah et de l’Autorité palestinienne (appuyé par les Egyptiens, les Saoudiens et discrètement par les Américains) succèdera peut-être à Mahmoud Abbas…

Après-demain, il est fort probable qu’un militaire, un ancien militaire ou un homme de ces derniers sera au pouvoir en Algérie. Et pourquoi pas, même en Tunisie, là où tout a commencé en 2011. Celle-ci est pourtant le seul pays qui, grâce à des raisons intrinsèques et en dépit des attentats et de la menace islamiste, a relativement réussi sa transition démocratique. Or, actuellement des manifestations agitent encore le pays. Elles ont des motivations essentiellement économiques mais pourraient également profiter à terme à un homme « providentiel » comme par exemple le colonel-major Lotfi Brahem, l’actuel ministre de l’Intérieur… 

Alors bien sûr, beaucoup dénoncent un retour au passé et aux dictatures. Certes, ils n’ont pas tout à fait tort. Mais que cela nous plaise ou non, c’est ainsi. De plus, qui sommes nous, nous Occidentaux, pour juger et donner encore une fois des leçons de morale ? Surtout nous Français, puisqu’il nous aura fallu trois révolutions et cinq républiques afin de parvenir à une démocratie encore bien imparfaite et qui plus est, quotidiennement émaillée par diverses affaires de corruption… 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 31/01/2018 - 18:17 - Signaler un abus Frères Musulmans

    Les principaux problèmes auxquels font face les populations musulmanes, c'est leur taux de natalité délirants, le chômage et la nécessité d'importer une part importante de leur nourriture. Ils ont cru à une certaine époque que les Frères Musulmans pourraient apporter un peu plus de justice dans ces processus de répartition. Mais c'est désormais repris en main par les militaires...

  • Par ISABLEUE - 01/02/2018 - 09:51 - Signaler un abus Des militaires ? Tant mieux..

    Nous avons eu un certain Général de Gaulle en France... Tant que les militaires seront au pouvoir dans ces pays, les peuples seront en sécurité ou à peu près... On a beau dire, mais avec Sadam et Khadafi, leurs pays étaient plus stables... et les tunisiens se plaignent maintenant que c'était mieux avant..... ALors comme dirait mon père, allez les enfants, prenez la pelle et la pioche et cultivez votre jardin...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Lombardi

Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l'IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université, également membre actif de l’association Euromed-IHEDN.

Il est spécialiste des relations internationales, particulièrement de la région du Maghreb et du Moyen-Orient, ainsi que des problématiques de géopolitique, de sécurité et de défense.

Sur Twitter @rlombardi2014

Sur Facebook 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€