Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La moitié des emplois pourraient être remplacés par des robots dans les 20 ans à venir : mais quelle moitié ?

La moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici 20 ans, selon une récente étude. Du télémarketing à la saisie de données en passant par la couture : les professions les plus menacées concernent les tâches répétitives ou celles pouvant être résolues par des algorithmes.

Concurrence déloyale

Publié le
La moitié des emplois pourraient être remplacés par des robots dans les 20 ans à venir : mais quelle moitié ?

Près de la moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici une ou deux décennies. Crédit Reuters

Atlantico : Près de la moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici une ou deux décennies, selon une récente étude (voir ici). Ce graphique, repris par The Economist (voir ici), montre la probabilité pour certains métiers d'être pris en charge par des robots à une échelle de 20 ans. Les professions concernées sont-elles les mêmes en France ?

(Cliquez pour agrandir)

"Probabilité que l'informatisation provoque des pertes d'emploi, par type de profession". Source : The Economist

Robin Rivaton : Ces analyses sont fondées sur des divisions schématiques des professions, il n'est pas possible d'avoir le détail de toutes les professions donc au mieux on arrive à une spectre de 200-300 professions, ce qui conduit à gommer les particularités.

Il est donc assez raisonnable de considérer ces analyses valables pour l'ensemble des pays d'Europe de l'Ouest et d'Amérique du Nord.

Concernant les probabilités de substitution de ces emplois par des robots, il y a deux types de frein. Le frein culturel qui ferait que certains peuples soient moins prêts que d'autres à ne plus interagir avec des opérateurs humains. Personnellement je n'y crois pas et la France, du fait d'un coût du travail, est déjà habituée à ne plus avoir de pompistes, portiers ou autres hommes-pancartes qu'on croise partout ailleurs. Le seul frein qui pourrait jouer en France serait que les entreprises aux marges faibles ne puissent investir dans ces robots, comme cela s'est passé avec les robots manufacturiers. Mais dans ce cas, la production "humaine" faite en France ne sera pas en mesure d'être compétitive face aux productions "robotisées" ailleurs et disparaitrait également.

Qu'est-ce qui déclenche cette évolution ?

C'est la rencontre de deux mondes, d'un côté l'ingénierie avec des capteurs de plus en plus performants, des matériaux de plus en plus solides, des processeurs de plus en plus rapide et de l'autre les sciences informatiques avec les progrès spectaculaires en direction de l'intelligence artificielle. Les robots voient leurs "corps" devenir de plus en plus mobile et réactif et leur "cerveau" de plus en plus gros. Ils sont en train de se redresser, d'apprendre à marcher et de voir leur boite crânienne grossir comme les hominidés. Sauf que le changement se compte en dizaine d'années quand il nous a fallu des millions d'années. Si Google a racheté huit sociétés de robotique en décembre et encore une start-up spécialisée dans l'intelligence artificielle hier, DeepMind pour 500 millions de dollars, c'est que la fusion entre le corps et la tête approche. La théorie de Ray Kurzweil, célèbre futurologue en charge de ces sujets chez Google, sur l'avènement de la première intelligence non humaine prend forme.

Les emplois qui vont disparaitre les premiers sont les emplois où la créativité est la plus faible et qui demandent le moins de capacités d'adaptation techniques ou sociales. Par exemple, un traducteur aura moins de chance d'être remplacé qu'un plombier qui devrait intervenir sur des installations à chaque fois différentes.

Quelles sont les différences entre la France et les Etats-Unis qui expliquent ces variations? Quelles autres professions pourraient être touchées chez nous, et pourquoi ?

Il n'est pas tant intéressant de regarder quelques emplois spécifiques mais de prendre en compte la conclusion de l'étude d'Oxford. 47% des emplois américains auraient de fortes chances d'avoir été robotisés d'ici deux décennies. Moshe Vardi, professeur à Rice University, dit même que l'ensemble des emplois humains auraient disparu d'ici 2045. Je suis en train de mener une étude pour transposer à la France les travaux réalisés aux Etats-Unis. Si je considère certaines hypothèses trop "technophiles", les conclusions devraient être toutefois assez similaires. Nous pouvons dire que d'ici 20 ans, un tiers à la moitié des emplois d'aujourd'hui auront disparu du fait de la robotisation croissante.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Heisenberg - 10/03/2014 - 08:50 - Signaler un abus A lire et mediter, et vite....

    http://marshallbrain.com/manna1.htm

  • Par Claudec - 10/03/2014 - 09:53 - Signaler un abus Les robots sont l'avenir des pauvres

    C'est ainsi – à condition que la planète nous en laisse le temps – que la pauvreté pourrait être mise en échec et que les pauvres pourraient disparaître ? Des robots proliférant plus vite qu’eux, viendraient prendre leur place à la base de la pyramide sociale, remontant d’autant leur niveau social. Les pauvres iraient ainsi rejoindre les classes moyennes ! A moins qu’à l’inverse, à défaut de robots et du fait de la surpopulation, la pyramide s’écrase jusqu’à ressembler à la ruche ou à la fourmilière, dans lesquelles aucune tête ne dépasse. Pour approfondir cette réaction, voir : http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com sans manquer schémas et tableaux.

  • Par ZOEDUBATO - 10/03/2014 - 10:14 - Signaler un abus Etre pragmatique pour s'adapter

    Il est exact que : "Les professions les plus menacées concernent les tâches répétitives ou celles pouvant être résolues par des algorithmes" Il faut , donc, renoncer de financer les bas salaires et les entreprises déficitaires qui les emploient pour prépare l'avenir de ces travailleurs : -Revaloriser la valeur travail manuel, développer à grande échelle les formations professionnelles, l'apprentissage et les bases de la gestion pour permettre à ceux qui ont "l'intelligence des mains" à - s'installer comme artisans ou comme compagnon d'un artisan - Mettre l'E.N face à ses responsabilités de former des citoyens utiles à la socié, de fermer les filières inutiles et/ou sans débouchés - Développer les Bac pro (sans complaisance de notation), les I.U.T, les écoles d'ingénieur -Favoriser, financer, développer, mondialiser les entreprises à haute valeur ajoutée - Adapter le SMIC, le code du travail, le coût des investissements, le coût du travail à la réalité de la concurrence - Limiter le pouvoir de nuisance des Syndicats, des écolos et des fonctionnaires (leurs lois et normes) Et maintenant il faut travailler plus Au travail

  • Par Benvoyons - 10/03/2014 - 10:24 - Signaler un abus Enfin l'égalité H/F à la maison plus aucune tache dans la maison

    enfin façon de parler. Le Robot Maison sera l'homme à tout faire! Est-ce que la femme va s'ennuyer?

  • Par Kulashaker - 10/03/2014 - 10:27 - Signaler un abus Le problème avec les robots et ordis,

    c'est : 1) les pannes 2) le fait que personne n'y comprend rien (cf. les caisses informatisés dans les supermarchés) 3) pas de vraie communication, pas de contact physique 4) on n'est pas obligé d'imiter tout ce qui vient des States 5) cela va créer encore plus de chômage 6) l'hypothèse comme quoi les traducteurs vont être remplacés par des machines est foireuse, une machine ne pourra jamais remplacé un bon traducteur et cela ferait perdre de la "valeur ajoutée" (comme disent les économistes rationnels).

  • Par Benvoyons - 10/03/2014 - 10:52 - Signaler un abus Kulashaker - 10/03/2014 - 10:27 Bon toi tu es parfait ,tu ne

    tombes jamais en panne. Concernant les pannes et bien tout à chacun pourra les faire, il ne faudra qu'un coup de pied au cul du robot pour qu'il reparte( un reset) LOL

  • Par mich2pains - 10/03/2014 - 10:55 - Signaler un abus @" Claudec " ( 9:53)

    Petite erreur dans votre comparaison : ---" la pyramide sociale s'écrasera jusqu'à ressembler à la RUCHE , où aucune tête ne dépasse " (sic) ! Sauf erreur de ma part , dans une ruche , la tête de la reine dépasse de beaucoup , toutes les autres ! Cette reine est grassement nourrie par les autres abeilles ; d'où sa taille physique ! Toutefois , et là s'arrête la comparaison entre la RUCHE et une société humaine , dans une ruche , la reine n'est engraissée que tant qu'elle pond énormément ! Dès que son rendement tombe en dessous de tant de milliers d'œufs par jour , elle est , soit tuée , soit chassée violemment de la ruche ! Bref , un système qu'on rêverait pouvoir appliquer dans notre société .......

  • Par mich2pains - 10/03/2014 - 11:10 - Signaler un abus ON PEUT TOUJOURS REVER !

    Quand on apprend que : "les premiers emplois qui vont disparaître sont ceux où la créativité est la plus faible " (sic) , on ne peut que se mettre à rêver à toutes les Dépenses Publiques que l'on pourrait économiser ! Pensons aux Fonctionnaires PORTIERS qui ouvrent et ferment , à longueur de carrières , uniquement des ....portes ( Sénat , AN , voitures de fonctions etc....) ! Vont-ils nous manquer ? Pensons aux HUISSIERS , fonctionnaires encostumés , arborant des colliers de chiens , dans les allées du Sénat et de l' AN , et qui ne font que transférer des notes manuscrites , d'un élu à l'autre !Pleurera-t-on leur disparition ? De tels exemples ne manquent pas dans les Fonctions Publiques (Etat , Hospitalière , Territoriale , surtout dans la Territoriale....) , et l'on se met aussitôt à rêver d'une France meilleure , où nos impôts seraient moins gaspillés en emplois fictifs ou inutiles !!!!!

  • Par pemmore - 10/03/2014 - 11:11 - Signaler un abus Je ne suis pas du tout inquiet pour ceux qui feront mon métier,

    j'était technicien de maintenance(mécanique, électrique, automatisme, informatique, électronique, etc etc,) Une carte électronique ça crame;, un pc ça se plante, un automate ça perd ses données, un roulement ça se bouffe, une armoire électrique ça lache, un magnétron ça s'épuise, un gus peut sectionner des cables ou tuyaux, et un ingénieur ça n'a que des chiffres dans la tête et faudra réparer ses errements..(achat de matos de m!) On aura toujours besoin de nous et de plus en plus. Pour moi lycée pro, bts, licence pro, ingé en alternance tu trouve un taff et sans trop te fatiguer dans tes études et tu pourras vite trouver une bonne place. C'est sur que les grattepapiers le cul sur une chaise la souris dans la main verront leurs emplois et leurs salaires décliner peu à peu.

  • Par un_lecteur - 10/03/2014 - 11:42 - Signaler un abus ce n'est pas nouveau

    Depuis deux siècles, la révolution industrielle a consisté à remplacer le travail humain par des machines. Ce qui a permis une baisse du coût des biens, et donc la hausse du niveau de vie. Par contre, cette révolution industrielle a profité aux pays qui sont restés dans le peloton de tête : En gros, Europe et colonies de peuplement, USA, Japon. Les autres ( Chine, Inde, Pays musilmans, pays africains...) ont été déclassés. Par exemple, le transport animal a été remplacé par le chemin de fer et l'automobile, ce qui a déclassé les fabricants de charettes et les éleveurs de chevaux, mais aussi les pays qui en sont resté au cheval ou à l'âne. La question actuelle est : Serons-nous dans le peloton de tête ? . L'autre question est : Que se passera t'il pour ceux qui font des travaux robotisables ? Pourront-ils s'adapter ? Et je pense qu'il faudrait arrêter l'immigration de personnes sans qualifications.

  • Par pave777 - 10/03/2014 - 11:56 - Signaler un abus Le bonheur arrive enfin sur terre !

    Les robots vont remplacer les humains ! il suffira d'embaucher des ingénieurs et techniciens pour pas cher, des pays de l'Est pour assurer la maintenance de nos installations ; nous pourrons décider d'un salaire moyen 50 000 euros/an, pour chaque gaulois, d'une retraite dès 30 ans, et nous pourrons même diminuer des 2/3 les politicards, puisque qu'il n'y aura plus de lutte des classes et que la technicité aidant, les services de l'état n'auront plus besoin que de très peu de monde. Il faudra quand même trouver du personnel pour les activités touristiques en progression permanente, mais il suffira des emplois étudiants, et de la reconversion du personnel militaire, puisque ce seront également les robots qui feront la guerre à notre place. ZOEDUBATO, la pragmatique de service, retrouvera sa sérénité, guérira de ses addictions, une partie de l'UMP sera en prison pour malversation, l'autre partie comme gardienne de zoo, ou pour distraire les enfants à raconter des histoires à dormir debout, tout devrait rentrer dans l'ordre, vivement demain.

  • Par Lennart - 10/03/2014 - 11:57 - Signaler un abus Ca peut avoir un certain intérêt

    ministres, députés, sénateurs et honnêtement ça ne peut pas être pire.

  • Par pierre325 - 10/03/2014 - 14:44 - Signaler un abus les assureur vont aussi

    Faire la boure pour que certain métier soit interdit aux hommes car trop chère du point de vue assurance. La question va être avec de moins en moins d'emploi qui va consommer? et que faire des gens qui n'auront pas de travail?

  • Par ZOEDUBATO - 10/03/2014 - 16:10 - Signaler un abus Etre pragmatique pour s'adapter

    Il est exact que : "Les professions les plus menacées concernent les tâches répétitives ou celles pouvant être résolues par des algorithmes" Il faut , donc, renoncer de financer les bas salaires et les entreprises déficitaires qui les emploient pour prépare l'avenir de ces travailleurs : -Revaloriser la valeur travail manuel, développer à grande échelle les formations professionnelles, l'apprentissage et les bases de la gestion pour permettre à ceux qui ont "l'intelligence des mains" à - s'installer comme artisans ou comme compagnon d'un artisan - Mettre l'E.N face à ses responsabilités de former des citoyens utiles à la socié, de fermer les filières inutiles et/ou sans débouchés - Développer les Bac pro (sans complaisance de notation), les I.U.T, les écoles d'ingénieur -Favoriser, financer, développer, mondialiser les entreprises à haute valeur ajoutée - Adapter le SMIC, le code du travail, le coût des investissements, le coût du travail à la réalité de la concurrence - Limiter le pouvoir de nuisance des Syndicats, des écolos et des fonctionnaires (leurs lois et normes) Et maintenant il faut travailler plus Au travail

  • Par ignace - 10/03/2014 - 17:03 - Signaler un abus @ ZOEDUBATO superbe catachisme

    mais le but atteindre par les sociétés , n'est pas celui que vous prêchez , mais bien la suppression de la main d’œuvre (a part les ingénieurs et les spécialistes (10% ds salariés) le reste au rebut Voilà qui va faire des remous dans les ateliers du géant taïwanais Foxconn. Son président, Terry Gou, a déclaré à la presse chinoise vendredi dernier qu'il souhaitait robotiser au maximum ses usines et remplacer près de la moitié de ses 1,2 million de salariés par des machines. ......les 600000 iront sucer des caillous

  • Par Ravidelacreche - 10/03/2014 - 17:25 - Signaler un abus La moitié des emplois pourraient être remplacés par des robots

    Et l'autre moitié par des chômeurs.

  • Par ignace - 10/03/2014 - 17:30 - Signaler un abus @Heisenberg merci pour le lien , j'ai lu les 5 premiers

    chapitres qui montrent bien vers quel monde nous nous dirigeons je vais continuer cette lecture passionnante @ZOEDUBATEAU je vous conseille également cette lecture pas si sciences-fictionnelle que ça

  • Par lorrain - 10/03/2014 - 20:30 - Signaler un abus pauvre humanité

    ça m' emmerde déjà les caisses automatiques des grandes surfaces, alors le jour ou on ne parlera plus qu' à des automates, ou on s' entretiendra plus souvent avec une machine qu' avec des humains, ce sera la fin de notre humanité. c' est quand même bien mieux de travailler avec des vrais gens qu'avec des machines programmées pour suivre un protocole bien précis . enfin, dans 50 ans, celui qui aura la chance d' avoir un boulot pourra toujours faire un pot avec ses collègues autour d' un bon verre d' huile de synthèse 5W40. heureusement, dans l' industrie, pas mal de postes nécessitent un humain pour piloter la machine, car même avec la plus parfaite automatisation, certaines fonctions nécessitent un savoir faire, un tour de main impossible à mécaniser car nécessitant une adaptabilité constante.

  • Par lorrain - 10/03/2014 - 20:59 - Signaler un abus @ heisenberg

    j' ai lu , et malheureusement, ça m' a rappelé les méthodes de management que j' ai connu dans une entreprise (j' y suis resté 15 minutes) avec entrée au sifflet, pauses toilette minutées avec appel d' un remplaçant; géré par des humains (type caporal de semaine pour ceux qui ont connu...) mais aussi dénués de réflexion que le système MANNA décrit mais au moins , l' avantage du petit chef, c' est qu' un jour et je l' ai fait une fois, on peut le chopper dans un coin sombre et lui coller une trempe

  • Par ignace - 10/03/2014 - 22:55 - Signaler un abus @ lorrain j comprends votre point de vue, mais ceci ne

    concernera que 30% de la population qui fera produire des services et produits , pour qui ? de quoi vivront les 70% et comment acheteront t'ils se qui sera produit......c'est le bout du systéme...

  • Par GBCKT - 11/03/2014 - 09:20 - Signaler un abus 50% des métiers ou plûtot 50% des tâches?

    Assurément ce sont de tâches élémentaires voire plus qui n'auront plus besoin d'exécutants humains. La maintenance a de beaux jours devant elle aussi bien pour dépanner les systèmes que pour déboucher des canalisations, les métiers du relationnel et du contact humain. Pas obligatoirement les comiques humoristes et autre pétomanes, la plus part pourront être remplacés par des robots. Cela pose de manière encore plus criante la question de la formation initiale et de la formation dite continue.

  • Par jemima - 11/03/2014 - 09:41 - Signaler un abus il y a du bon ...

    moins de déchets à collecter ... peu de 'techniciens de surfaces' ou alors rémunérés à prix d'or ... beaucoup devront être payés à ne rien faire (c'est déjà le cas) ... . nous ne saurons bientôt plus rien faire et n'aurons plus qu'à remonter dans nos arbres ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Robin Rivaton

Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.

Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans plusieurs journaux et collabore avec des organismes de recherche sur les questions économiques et politiques. Il siège au Conseil scientifique du think-tank Fondapol où il a publié différents travaux sur la compétitivité, l'industrie ou les nouvelles technologies. Il est diplômé de l’ESCP Europe et de Sciences Po.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€