Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mission impossible ? Edouard Philippe à la conquête de son autonomie politique

Entre la présence d'un grand nombre d'anciens PS à l'Assemblée et la prétention d'une présidence jupitérienne affichée par Emmanuel Macron, il ne semble pas rester beaucoup de place pour le Premier Ministre.

Premier ministre ou collaborateur

Publié le
Mission impossible ? Edouard Philippe à la conquête de son autonomie politique

Atlantico : Qu'est-ce que peut faire Edouard Philippe pour ne pas être qu'un "collaborateur", en référence à l'attaque formulée par Nicolas Sarkozy à l'égard de son Premier ministre, François Fillon?

Didier Maus : Le rôle du Premier ministre est l'un des plus délicats à définir. Au delà des attributions constitutionnelles le plus important est de connaître sa relation personnelle avec le Président de la République. 

Dans la situation d'aujourd'hui la position de M. Philippe est d'abord celle d'une personnalité choisie personnellement par Emmanuel Macron. Les premières déclarations du Premier ministre sont d'ailleurs sans ambiguïté. Sa fonction est avant tout d'être le porte parole du Président au Parlement et face à l'opinion. Il en résulte que sa marge de manœuvre politique, surtout compte tenu de l'importance du groupe LRM, dépend totalement de la décision de M. Macron. Cela ne signifie pas qu'il ne sera qu'un simple collaborateur.

Cela signifie simplement qu'il existe une obligation de fidélité et que les décisions politiques fondamentales relèvent du Président. Cette situation n'est pas singulière. Elle est celle de tout Premier ministre s'inscrivant dans la " verticalité du pouvoir" pour reprendre une expression de M. Macron. Il ne peut en être autrement. La légitimité politique est à l'Elysée et non à Matignon..

Edouard Philippe a annoncé qu'il n'excluait pas que de nouveaux Républicains rentrent au gouvernement. Cherche-t-il à consolider l'aile droite juppéiste face à un groupe LREM majoritairement issue du giron socialiste et un centre tenu par François Bayrou ? Quels sont ses armes pour consolider une position forte ? En a-t-il simplement l'ambition ? 

Le Premier ministre "propose" au Président de la République les noms des ministres. Chacun sait qu'il ne s'agit que d'une formule de style. La réalité est que le Président et le Premier ministre se mettent d'accord sur les titulaires des ministères et la répartition des attributions. Il est logique et parfaitement cohérent avec l'histoire majoritaire de la Ve République que les choix les plus stratégiques soient effectués par le Président. Il appartient au Premier ministre de participer à la décision présidentielle, non de s'y substituer.

Quels sont les chantiers, parmi ceux présentés notamment sur BFM TV le 20 juin au matin, sur lesquels il devra certainement s'investir personnellement aux côtés de ses ministres ? Avec quels risques pour lui et les personnalités anciennement LR et aujourd'hui En Marche ! ?

Il faut attendre la déclaration de politique générale du 4 juillet pour pouvoir répondre avec précision. La manière dont le Premier ministre et les ministres présentent et défendent le programme présidentiel devant le Parlement sera centrale au regard d'une part de l'adoption des projet, d'autre part de l'attitude de l'opinion publique. Les positionnements politiques sont susceptibles d'évoluer, mais le début de la législature laisse une marque indélébile.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Poussard Gérard - 21/06/2017 - 13:09 - Signaler un abus Idiots utiles?

    Pour le dandy arc en ciel...bravo a ce machiavel qui va gouverner avec des beni oui oui.. La droite peut a present travailler de facon claire

  • Par l'enclume - 21/06/2017 - 17:11 - Signaler un abus Plus dure sera la chute

    Ce premier ministre de pacotille, que j'ai eu l'occasion de rencontrer est un mec bouffi d'orgueil, prétentieux, comme tous ces charlots qui ont tous fait les mêmes grandes écoles.

  • Par Vincennes - 22/06/2017 - 00:56 - Signaler un abus Il aurait pu s'en douter car, à moins d'être "marcheurs" et enco

    on a tous pu se rendre compte du très haut degré de MANIPULATION dont fait preuve Macrounet........qui, maintenant, place GRIVAUX, son "œil de moscou", auprès de Lemaire (qui n'a, lui aussi, que ce qu'il mérite)!!!!!

  • Par cloette - 22/06/2017 - 07:59 - Signaler un abus Les Français

    Plutôt ceux qui sont des veaux n'ont que ce qu'ils méritent , malheureusement nous allons tous le payer !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Didier Maus

Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-Marseille

Il est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€