Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Misophonie : si vous faites partie de ceux qui ne supportent pas les bruits de mastication, de respiration ou autres sons du quotidien, la science comprend désormais pourquoi

Une étude menée par des chercheurs de l'université de Newcastle s'est intéressée à ce que l'on appelle communément la "misophonie", soit l'énervement que produirait chez des individus certains sons (dont les bruits de mastication par exemple).

Glurps

Publié le
Misophonie : si vous faites partie de ceux qui ne supportent pas les bruits de mastication, de respiration ou autres sons du quotidien, la science comprend désormais pourquoi

Une étude menée par des chercheurs de l'université de Newcastle s'est intéressée à ce que l'on appelle communément la "misophonie", soit l'énervement que produirait chez des individus certains sons (dont les bruits de mastication par exemple). Les chercheurs ont demandé à une quarantaine de personnes d'écouter divers sons, dont des bruits de mastication et de respiration forte, et se sont aperçus que, chez les sujets atteints de misophonie, les mêmes zones cérébrales s'activaient et l'on observait un emballement de l'activité cérébrale dans le lobe frontal et le cortex insulaire antérieur.

Que contrôlent  ces zones dans le cerveau et quel lien établir entre l'activation de ces zones et la sensation d'énervement ?

  1. Philippe Vernier : Cette étude est la première qui montre quelles sont les anomalies du fonctionnement cérébral associées à la pathologie misophonique. Elle a permis d’impliquer en premier lieu une hyperactivation du cortex insulaire inférieur - la région cérébrale qui nous permet d’orienter notre attention vers les évènements -, les stimuli qui surviennent dans notre environnement et qui sont les plus importants à considérer pour que nous puissions réagir de façon appropriée. Cette région du cerveau est aussi importante dans l’appréciation de nos sensations internes, de nos pensées quand elles sont tournées vers nous mêmes. 

Les auteurs de l’étude montrent aussi que, chez les patients misophoniques, le cortex insulaire inférieur est fortement connecté au cortex préfrontal médian, qui joue un rôle central dans la prise en compte du contexte des évènements vécus, sur la qualité bonne ou mauvaise que nous leur accordons (la valeur émotionnelle), et sur les réponses qu’il faut y apporter, ce que l’on appelle la prise de décision. Ainsi, les personnes victimes de misophonie ont une valeur très négative aux sons qui déclenchent leur réaction de rejet, de dégoût ou de colère, parce qu’ils sont interprétés comme étant dérangeants, agressifs, alors que ce même contexte sera perçu comme tout à fait neutre par une personne normale. 

Quel est l'intérêt concret de cette découverte ?

Ce travail est important parce qu’il est le premier à fournir les bases cérébrales précises, un fondement objectif, à un trouble souvent considéré comme une simple « manie » désagréable de la part des personnes qui en sont victimes. Il permet de montrer clairement que la misophonie est une maladie neuro-psychiatrique associée à des anomalies cérébrales identifiées et qui se développent probablement très tôt au cours de la vie des personnes misophoniques. Cette étude est donc très importante pour que cette maladie soit reconnue à sa juste place et que les patients misophoniques ne soient pas considérés comme des personnes désagréables ou présentant des lubies irrationnelles. 
 

Est-ce que cela ouvre des pistes de recherche à terme pour soigner cette pathologie ? Quelles pourraient être les pistes à l'étude qui permettraient d'atténuer cette anomalie cérébrale ?   

L’étude publiée par ces chercheurs anglais tend à montrer qu’il existe une anomalie dans la façon dont certaines structures cérébrales sont connectées les unes aux autres. Il s’agit très certainement d’un trouble qui se met en place très tôt au cours de la vie, mais on ne sait pas si c’est le symptôme d’un trouble plus général de l’attention à soi-même, ou si le trouble est restreint à la réponse à certains sons. A l’heure actuelle, il n’y a malheureusement pas vraiment de piste pour soigner les troubles misophoniques, en dehors d’une prise en charge psychologique et de thérapies comportementales classiques pour essayer d’atténuer l’effet des sons qui déclenchent la réaction aversive. Cette pathologie est souvent méconnue des médecins et même des psychiatres, et il est important que la misophonie soit effectivement reconnue comme une maladie, pour que les personnes qui en sont victimes puissent être correctement prises en charge. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JonSnow - 20/02/2018 - 23:28 - Signaler un abus Dubitatif

    Je fais partie de ces gens qui sont agacés par les bruits de mastication, surtout quand les gens mangent des pommes, ou les bruits de freins des trains et des métros, que je trouve insupportable, comme les ronflements ou les bruits de perçeuce ou de marteau-piqueur! Mais à lire l'article, je serais atteint d'une maladie psychatrique! J'ai une autre hypothèse. J'ai l'oreille très musicale et mon ouie est donc plus sensible que la moyenne. Je n'ai pas besoin de traitement. Merci.

  • Par jurgio - 21/02/2018 - 14:05 - Signaler un abus Non, on ne peut être atteint de la misophonie

    que lorsqu'on entend les débats à la télévision française, sinon tout va bien.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Vernier

Philippe Vernier est Directeur de Recherche au Centre national de la recherche scientifique, et est le directeur de l’Institut des Neurosciences Paris-Saclay (CNRS Université Paris Sud).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€