Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mises sous tutelle :
la machine infernale

Un million de personnes en France ont des tuteurs. Et il n'existe que 80 juges pour contrôler la manière dont ces tutelles sont exercées. Les cas d'abus sont nombreux. Sandra Freeman a mené l'enquête dans un documentaire diffusé sur France 3 ce mercredi soir.

Injustice française ?

Publié le

Perdre sa maison à cause d'une mauvaise chute domestique... L'hypothèse paraît extrême et pourtant c'est ce qui est arrivé à Jeanne Barvir. Il y a cinq ans, elle entrait à l'hôpital après être tombée. Elle n'en est plus ressortie. Cette femme de 88 ans a été mise sous tutelle. Elle s’entendait mal avec sa tutrice qui voulait vendre la maison familiale contre son gré. Sa fille et elle ont beau se battre, elles vont tout perdre.

Et ce mauvais scénario peut nous arriver à tous : être mis sous tutelle !

Si ça vous tombe dessus, vous ne gérez plus vos comptes.

Votre tuteur le fait pour vous. Vous ne vous occupez plus de vos dépenses. Vous ne recevez plus votre relevé de compte de votre banque. Vous n’avez plus de droits. Vous ne votez plus. Vous êtes comme un enfant, parce que vous êtes désormais un « majeur protégé ». Normalement vous devriez décider de votre lieu de vie, mais ce n’est pas évident de se battre contre la volonté de son tuteur s’il a décidé de vendre votre maison… Ce n’est pas évident parce que vous êtes « fragile »… c’est d’ailleurs, a priori, pour cette raison que vous êtes mis sous tutelle.

Les personnes qui sont dans ce cas représentent un million de personnes aujourd’hui en France (quand on y pense, nous ne sommes que 63 millions d’habitants !). Ce sont généralement des personnes âgées, handicapées physiquement, ayant des altérations mentales, ou étant en grosse dépression… La mise sous tutelle est sensée être une « mesure de protection de la justice française ». Il y a bien sûr des gens qui font bien leur travail de tuteur. Mais pour ceux qui dérivent, c’est souvent l’impunité. Le système semble être devenu pervers. On dit vouloir « protéger les fragiles ». Dans les faits, on en abuse. D’abord parce que la machine judiciaire n’est pas suffisamment costaude : la justice ne dispose que de 80 juges à temps plein pour un million de personnes, ce qui représente à peu près 5 000 dossiers pour un seul magistrat. Impossible pour eux de contrôler les abus. Et puis, parce que la tentation apparaît finalement assez forte pour des tuteurs malintentionnés (indépendants ou associations) de voler les personnes qu’ils devraient protéger. Il n’est pas question que de petit racket. Certaines histoires montrent que le système peut se transformer en machine à broyer, à voler, à déposséder les gens de leurs biens, de leurs droits, de leur honneur… de leurs vies !

Tout au long de cette enquête (1) que nous avons menée pendant de longs mois auprès de nombreux majeurs protégés, j’ai eu du mal à croire que cela était possible : un jour, un grain de sable, et puis la vie se transforme en cauchemar. Mais si ! « La machine infernale » est bien huilée et parfois la vie nous rappelle que la tragédie n’est pas qu’un genre théâtral.

 

(1) Le documentaire Tutelles : nos parents spoliés ? sera diffusé ce soir à 20h35 sur France 3.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pyrénéen - 02/06/2011 - 00:10 - Signaler un abus La preuve qu'il reste des journalistes !

    Votre documentaire de ce soir est splendide ! Bravo pour votre travail d'enquête, votre opiniâtreté et votre sourire ! Cette mise en lumière du scandale des tutelles ne donne hélas aucune solution. Il est grand temps que nos politiques prennent position et interviennent pour faire cesser ces abus de pouvoir dignes d'autres temps ou d'autres lieux.

  • Par Janfi - 02/06/2011 - 06:58 - Signaler un abus Dans quel république sommes-nous?

    Etre sous la protection de la justice, pour se voir finalement dépouiller des ses biens, par des personnes qui n'ont ni éthique ni humanité. Ces vieilles gens se sont fait spolier leur vie alors qu'elle étaient capable de gérer leurs affaires. Comment ce système entre des médecins, des juges, des fonctionnaires de l'Udaf peut-il être si bien huilé? Quand le politique va t-il réagir?

  • Par jcb001 - 02/06/2011 - 08:07 - Signaler un abus une pro

    un bel exemple de vrai travail journalistique bravo Mme Freeman

  • Par Alessandra - 02/06/2011 - 08:40 - Signaler un abus Bizarre...

    Le travail a été bâclée... c'est qu'on ne parle que d'associations ou d’indépendants. Sachant que la grande majorité des mesures sont exercées par un membre de la famille (qui n'est pas obligé de rendre des comptes)... il y a des détournements... utilisation des cartes de crédit à leur profit, retraits bizarres... On met maman ou mamie en maison de retraite et on flambe avec la CB.

  • Par texarkana - 02/06/2011 - 10:17 - Signaler un abus J'ai une proche qui est sous tutelle...

    ...je peux certifier que tout ce qui a été dit dans cette remarquable enqête est RIGOUREUSEMENT EXACT!bravo aux auteurs du reportage.

  • Par Welcometothisjungle - 02/06/2011 - 15:44 - Signaler un abus Et maintenant ?

    Scandale étouffé par des instances judiciaires dans l’incapacité de remplir leur mission (contrôle des organismes curateurs)?Qui peut -et DOIT- résolument poursuivre l’enquête, aller au fond des choses, pour, si les faits sont avérés, assainir la situation et mettre fin à une escroquerie criminogène à l’échelle du pays? Pourquoi la Cour Européenne des Droits de l’Homme n’a-t-elle pas été saisie?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sandra Freeman

Sandra Freeman est journaliste et productrice.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€